Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Enerdhil

Plaisir en amphithéâtre

Recommended Posts

Bonsoir, cela fait quelques temps que je n'ai pas écrit : pas d'inspiration, pas de besoins, pas de temps... Bien que je sois passé ici plus d'une fois ! Mille excuses, ici je me repends !

Contexte : le contexte de ce fantasme est réel. Je suis un étudiant en dernière année d’école d’ingénieur, en génie biomédical. Je tairai les noms et les lieux, ou les désignerai seulement par leurs initiales, pour des soucis évidents d’anonymat. Certains éléments écrits ici sont vrais, d’autres seulement fantasmés (hélas…).

Récit :

Cet après-midi, on doit se farcir le cours de management de projet industriel (MPI est plus court), en amphithéâtre. En théorie, 3 promotions (donc environ 70 étudiants) doivent assister à ce cours, mais l’ennui qu’il dégage n’en a motivé qu’une petite vingtaine (et encore je suis généreux).

De notre promo, nous ne sommes que 3. Et aujourd’hui, que 2, car la troisième est en déplacement pour un entretien de stage.

Depuis quelques temps, je m’amuse à taquiner V. Il faut dire que V. possède des atouts indéniables. V. est une jeune femme de 22 ans, 1m65-70 pour 55-60 kg (je ne suis pas très bon pour ce genre d’estimation), avec une jolie poitrine, plutôt forte. Ladite poitrine est bien souvent exposée, dans des décolletés vertigineux à faire pâlir d’envie un prêtre. Bref. Je m’amuse à taquiner V., en lui pinçant les côtes, en la chatouillant, en lui faisant peur… dans l’espoir qu’un jour, il se passe quelque chose.

Aujourd’hui, V. porte ce qu’elle appelle une robe (et ce que j’aurais appelé un long pull) et des collants, ou des bas, je ne m’y connais pas beaucoup dans ce domaine. Toujours est-il que l’on a une vue splendide sur ses jambes, et assise, l’on peut tout espérer.

Aujourd’hui, le cours de MPI est particulièrement ennuyeux. Pour m’occuper, je décide de taquiner V. Par chance, nous sommes plutôt dans le fond de l’amphi, loin du gros des étudiants. Je commence alors, comme à mon habitude, par lui chatouiller gentiment les côtes, et lui pincer ses « poignées d’amour » comme elle les appelle. Cela l’amuse, elle rit, discrètement.

Puis je décide d’aller plus loin, et je lui pince le bas de la cuisse, près du genou. Elle me regarde et sourit, découvrant ses dents blanches, parfaites. A son tour, elle me pince le genou, et me donne un petit coup de poing dans la cuisse, pour « se venger » dit-elle. Nous continuons ainsi, à nous pincer mutuellement, pendant quelques minutes. A chaque nouvelle action, je remonte un peu plus ma main sur sa cuisse, jusqu’à finir par toucher le bas de sa robe, environ à mi-cuisse.

Elle me regarde, et son regard a changé. Ses yeux pétillent d’une envie nouvelle, d’un désir dangereux, du moins ici, en plein cours d’amphi. Je laisse reposer ma main sur sa cuisse, au chaud. Puis doucement, ma main passe sous le tissu de sa robe, et V. entrouvre sa bouche. Elle se mord la lèvre inférieure et….

 

Voulez-vous une suite ?

J’attends vos commentaires avec impatience !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon ok, c’était une intro un peu courte. Je vous livre donc la suite :

 

Puis doucement, ma main passe sous le tissu de sa robe, et V. entrouvre sa bouche. Elle se mord la lèvre inférieure, et pousse un gémissement. Quelques étudiants se tournent dans notre direction, je leur souris, et ils reprennent leur écoute attentive du cours (LOL).

Ma main entreprend maintenant la remontée de la cuisse de V., sous sa robe, en direction de sa grotte intime. Soudain, elle me prend la main, et essaie de me repousser. Je persiste, et tout en appuyant ma main droite sur l’intérieur de sa cuisse, la gauche caresse son flanc droit, puis son dos. Je me penche vers elle, et lui murmure à l’oreille :

-          - Tu en as au moins autant envie que moi… cesse de résister !

« Hummmm… » fut sa seule réaction, et je sentis la pression de sa main s’atténuer.

Ayant maintenant clairement le feu vert, mes doigts continuent leur exploration, jusqu’à entrer en contact avec un obstacle : sa culotte. Ou devrais-je dire, sa culotte humide ! Car V. était littéralement trempée, au moins de pouvoir sentir l’humidité sur mes doigts.

-          -  Oh, je vois que tu es bien prête déjà ! lui murmurai-je

-          -  Tais-toi et continue !

Je frotte alors mes doigts contre sa culotte, et sur ce que je devine être ses lèvres. Puis un sursaut de sa part m’indique que j’ai trouvé son Mont de Vénus. Je m’attarde un peu sur lui, lorsque je décide de passer au niveau supérieur.

Je me réajuste sur ma chaise, afin de m’approcher d’elle. Je penche ma tête vers son cou, et pendant ce temps ma main passe sous sa culotte.

-          -  Non ! Pas ici ! Tu vas me faire jouir !

-          -  Oui, laisse-toi faire, tu vas adorer…

Et je lui embrasse le cou. Au même moment, mon majeur entre dans son vagin et elle sursaute.

-          -  Tout va bien Mademoiselle ?

Surprise. La prof a vu V. sursauter. Je me redresse, et regarde tour à tour la prof, et V. Mon doigt est toujours dans son sexe. V. est confuse, elle ne sait que répondre. Au moment où elle allait se lancer, je remue mon doigt, lui provoquant une onde de plaisir.

-          -  Ouuuiiiiiiii…. Tout va biiiieeeeennnnn, dit-elle en gémissant.

-          -  Je ne pensais pas que mon cours était si… plaisant.

Et la prof reprit son cours. V. me lança un regard noir, aussitôt dissipé par mon index rejoignant mon majeur dans sa chatte. Je commence alors un mouvement de va-et-vient lentement, pour ne pas trop éveiller les soupçons. Bientôt, mon pouce vient se placer sur son clitoris, et se joint aux festivités.

V., quant à elle, n’en peut plus. Elle est au bord de l’explosion à chaque seconde, se retenant de gémir en se mordant le bras, en écrasant le mien. J’accentue mes mouvements pour la faire venir, le plus discrètement possible, mais V. ne peut plus se contenir d’exprimer sa jouissance. Au moment de son orgasme, je l’embrasse à pleine bouche pour absorber son cri. Ma main est inondée, submergée par le flot de cyprine se déversant de V., coulant même sur son siège.

-          -  Eh bien mes tourtereaux ? Avez-vous fini ? Pourriez-vous maintenant vous concentrer sur le cours ?

V. rougit de honte. Je reste de marbre. Nous échangeons un sourire, et poursuivons notre écoute « attentive » du cours.

 

FIN.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sympa le cours d'anatomie ;)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ton récit, tes phrases sont bien tournées et sans faute d'orthographe et mes yeux apprécient ! :P
Par contre je sais qu'on est dans la catégorie fantasmes mais... pas crédible le prof ! "Ça va les tourtereaux, vous avez fini de vous doigter pendant mon cours ? Oui, je travaille bien dans l'Éducation nationale, pourquoi ?" xD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La question qui me turlupine du coup : pour l'examen est ce qu'elle aura le choix dans la date ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau récit, je suis prêt à retourner étudier dans ces conditions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ton récit, tes phrases sont bien tournées et sans faute d'orthographe et mes yeux apprécient ! :P
Par contre je sais qu'on est dans la catégorie fantasmes mais... pas crédible le prof ! "Ça va les tourtereaux, vous avez fini de vous doigter pendant mon cours ? Oui, je travaille bien dans l'Éducation nationale, pourquoi ?" xD

Merci !

Oui bon, côté prof, je voulais mettre en avant que certains profs de fac se foutent presque totalement de ce qui se passe dans leur cours.... mais j'ai peut-être un peu exagéré en effet...

La question qui me turlupine du coup : pour l'examen est ce qu'elle aura le choix dans la date ?

je n'ai pas compris... bien que j'imagine que ce soit une blague :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

je n'ai pas compris... bien que j'imagine que ce soit une blague :)

Déjà que la blague en elle même n'a pas un potentiel dévastateur, l'expliquer ne va pas arranger la sauce ! ( Choix dans la date, Doigt dans la chatte... :hi:  )

Mais ne t'inquiètes pas, je suis un adepte compulsif de la vanne foireuse et il ne faut surtout pas que ça te freine dans tes élans de composition !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.