Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

ptitangecathy

Retour sur la terre ferme

Recommended Posts

 

Me voila enfin sur la terre ferme après 10 mois passés enfermer dans cette boite de conserve en pleine mer. Il est difficile d'être militaire, mais en mer c'est encore pire.

Je rentre chez moi et je n'ai qu'une seule envie pour ce soir , trouver une minette pour combler cette envie que je trainais depuis des mois, bien sûr, je me suis masturbé sur le bateau dans ma couchette cachée derrière mon simple rideau, mais ca n'a rien d'exceptionnel d'ailleurs tous les hommes qui été avec moi en faisaient autant , on essaie d'être le plus silencieux possible, mais parfois ca nous échappe et on sait ce que fait l'autre.

Personne sur le quai ne m'attend, je n'ai plus de famille depuis longtemps, pas de petite amie pour me sauter dans les bras. Je prends donc la direction de mon appartement, une fois chez moi, je balance mon sac dans l'entrée et je m'affale sur le canapé, je profite de cette tranquillité.

Bon si je veux une minette ce soir dans mon lit, je vais devoir me bouger, je file sous la douche, une fois cette douche prise, je me regarde dans le miroir, j'arbore une barbe de 3 jours cela me donne un air charmant, je souris seul à cette réflexion et bien oui si je ne me fais pas de compliment qui va me les faire.

J'ouvre mon armoire, j'enfile un jean moulant et une chemise grise cintré, un peu de parfum et hop c'est parti. Direction le centre-ville et il a l'air assez animé en ce mois de juillet, idéal pour me trouver une touriste de passage comme ca pas d attache et pas de problème, on ne passera qu'une soirée ensemble, on prendra du plaisir enfin je l'espérais et ce sera tout.

Je repère ce bar blindé et je décide d'y rentré, il est rempli de jolies donzelle, je devrais pouvoir trouver mon bonheur ici, je m'assois sur un tabouret et m accoude au bar, je commande un whisky. Je le déguste lentement et en savoure chaque lampée, il me brûle délicatement la gorge.

Je repère plusieurs jolies jeunes filles, une belle rousse longiligne, une blonde avec une poitrine assez opulente et une petite brune avec quelques rondeurs bien placées. Je pencherai pour la petite brune, je passe un long moment à la regarder, est-elle venue avec un homme, non je ne pense pas depuis le temps que je l'observe, je n'ai vu aucun homme lui tourner autour, elle ne porte pas d'alliance parfaite.

Elle est pétillante, elle a un très joli sourire, et quand je l'entends rire avec ses amies, je suis sous le charme. C'est elle qui me faut pour cette nuit, je décide de passer à l'attaque. Comment fais je réussir a l'abordé ?

Je n'arrive pas à la lâcher des yeux, je ne sais pas si elle en ait aperçu mais sa copine oui apparemment, je la vois se pencher et lui chuchoter quelque chose à l'oreille. La petite brune se retourne et nos regards se croisent, elle me sourit, je lui rends son sourire, sa copine lui parle de nouveau, elle devient rouge pivoine, qu'a bien pu lui dire ?

Ma curiosité est piqué au vif, je n'y tiens plus, je me lève et me dirige vers elle, oui je sais je paraître pour un macho mais Tan pis. Arrivé à sa hauteur, je me penche doucement vers elle.

Bonsoir, mademoiselle, puis je vous offrir un verre ?

Elle me regarde, sourire aux lèvres, regarde ses amies pour avoir leur consentement, en cœur, elles lui crient, mais vas-y fonce, ce n'est pas tous les jours qu'un bel homme t'offre un verre.

Elle se lève donc est la waouh, elle porte une jupe droite qui lui sied à merveille, elle met bien en valeur ses courbes féminines, nous nous dirigeons vers le bar et prenons place sur les tabourets côte à cote. Je lui demande ce qu'elle veut boire et timidement elle me répond un mojito, je fais signe au barmaid

Je commence par me présenter pour la mettre un peu plus à l'aise, je m appelle Julien et toi comment t appel tu ?

Elle me répond qu'elle appelle Mélanie, elle me paraît tellement timide, j'espère qu'elle va accepter de me suivre tout à l'heure, car j'ai vraiment besoin de sentir une femme contre moi cette nuit.

Nous discutons de nos bouts respectifs, elle reste admirative quand je lui explique mon métier, j'arrive au fil du temps à la mettre à l'aise.

Il commence à se faire tard, il est temps de lui proposer de venir boire un dernier verre à la maison, va t elle accepter, c'est moins sure. Allez, je me lance et lui pose la question.

Dit moi Mélanie, ça te, dirait de continuer à discuter et à se connaître dans un endroit plus calme ?

Je n ai pas forcement envie de la connaitre plus mais surtout envie de coucher avec elle.

Elle reste un moment sans me répondre, elle se tourne et regarde ses amies et les interrogent des yeux, d'après ce que je vois, elles lui accordent leurs consentements.

Elle me demande, une minute avant de me suivre pour dire au revoir à ses amies.

Elle quitte ses amies et me rejoint, nous prenons  la direction de la sortie, je lui demande ", ça te va si l'on va chez moi ?», oui pas de soucis me répond elle.

Nous rejoignons ma voiture, le trajet se fait dans le silence, moi je ne peux m empêcher de regarder ses belles jambes qui s offrent à mon regard.

Arrivé devant mon immeuble, nous descendons de la voiture et je lui saisis la main pour qu’elle me suive, nous prenons l'ascenseur pour nous emmener au 5 eme étage. J'ai une terrible envie de lui sauter dessus dans cet ascenseur, mais non je dois résister, je risque de l'effrayé et de la faire fuir.

J’ouvre ma porte et l'invite à entrer, mm mh, je suis derrière elle et je ne peux que remarquer son magnifique fessier, nous nous dirigeons vers le salon et je l'invite à m'asseoir sur le canapé, je me mets à cotes d'elle sans la collé. Elle regarde partout autour d'elle, je lui dis oui, la déco n'est pas top mais n'étant pas souvent chez moi, je n'ai pas trop le temps de m occuper de ca.

Je ne cesse de la regarder et là je lui dis, mets toi à l'aise, elle s exécute tout de suite et retire ces chaussures et s enfonce sur le canapé. Je décide de faire comme elle et je me mets à l'aise, je m'installe à mon tour au fond du canapé sans oublier cette fois de me rapprocher de Mélanie.

Dans ma tête, ça se bouscule, il y a tellement longtemps que je n'ai pas touché une femme que j'ai peur d'être brute et que ca lui de plaise, bon mec aller Lance toi de toute façon, tu n'as rien à perdre à par une nuit de folies.

Je pose une de mes mains sur la cuisse de Mélanie, elle ne bouge pas, ne dit rien, c'est déjà bon signe, elle ne me repousse pas. Mes doigts font de petits cercles  doucement sur sa peau douce, Mon autre main se pose sur sa nuque et je l'attire vers moi pour l'embrasser, elle ne s y refuse pas et nous échangeons un délicat baiser.

Ma main sur sa cuisse monte doucement, pendant que je continue de l’embrassé, mes sens s embrase, mon sexe enfle dans mon pantalon, purée qu'est-ce que j'ai envie d elle.

D'un seul coup, elle se redresse et là je me dis et merde, elle ne veut plus, elle va se cassé, mais à ma grande surprise non, elle se redresser et vient m'asseoir à califourchon sur moi. Je reste bouche bée, je ne m'attendais pas à ca, mais ce n'est pas pour me de plaire bien au contraire.

À présent, elle doit bien sentir mon érection contre son entre jambes et vu, comment elle ondule ca à l'air de lui plaire, elle prend ma tête entre ses mains et me donne un baiser fougueux. Moi qui pensais qu'elle été timide et bien je me suis bien trompé sur ce coup-là.

Je place mes mains sur ces hanches et remonte le long de ses côtes puis vers sa poitrine, je la caresse a travers son haut, mais très vite, il me Gene et je lui retire  à ma surprise, elle ne porte rien en dessous, mes mains saisissent ses seins et les caresse, je saisis entre mes doigts ses tétons et les pince doucement.

Elle penche la tête en arrière sur mes caresses et gémis, je n'y résiste plus et je prends ces tétons entre mes lèvres, je le suce, le mordille, humm c'est tellement bon.

Je la fais basculer et l'allonge sur le canapé, la voila juste avec sa jupe offerte a moi, de nouveau je m'occupe de son téton avec ma bouche, une de mes mains caresse son autre sein et l'autre descend vers son entre jambes, je fais remonter sa jupe et la caresse a l'intérieur des cuisses, puis je sens sous mes doigts la dentelle de son shorty, la vache ce contact me rend fou.

Je quitte ses seins et ma bouche descendent sur son ventre, d'un geste, je me débarrasse de cette jupe qui me gène et je reprends ma descente, ma bouche l'embrasse a travers son short, ma langue essaie des insinuer vers son intimité, je la lèche par-dessus son shorty et elle se cambre pour aller à la rencontre de ma langue. Je glisse mes pouces sous l'élastique de son shorty et le fais glisser le long de ces jambes , ma bouche retrouve le chemin de son intimité et ma langue joue avec son bouton déjà gonflé de plaisir , je l'attrape entre mes lèvres , elle soupire , puis je la lèche de haut en bas en insistant puis je la peintre de ma langue , elle ne retient plus ces gémissements qui se font de plus en plus fort , elle s agrippe à mes cheveux et elle finit par jouir sous ma langue , je me délecte de son nectar , humm qu'il est bon de faire jouir une femme ainsi .

Je la laisse reprendre ces esprits et décide de l'emmener dans la chambre, elle s allonge sur le lit, elle est magnifique, je me déshabille et vient m allonger près d'elle. J'attrape un préservatif dans la table de chevet, l'enfile et je viens me placer sur elle, je la pénètre lentement, instinctivement elle passe ces jambes autour de mes hanches.

Doucement je vais et je viens en elle, mais mon plaisir prend le dessus et je deviens plus animal, je suis plus brusque, plus sauvage. J'attrape ces chevilles et lui place ces jambes sur mes épaules, de cette façon, je peux la pénètre encore plus profondément.

J'adore cette sensation et je sens que je ne vais pas tenir longtemps et ma partenaire non plus vue ces cris qui emplissent la pièce.

Dans un dernier coup de reins puissant, je jouis en elle et elle me suit en criant, je m'effondre à coté d'elle épuisé de cette jouissance. Nous finissons par nous endormir un moment dans les bras l un de l autre, mais dans la nuit, j'ai de nouveau très envié d'elle et mon Érection qui ointe contre ces fesses le réveil.

Elle se retourne, se place à genoux à cote de moi et sans en mots me prend entre ses lèvres ; oh ! Vache j'avais oublié cette douce sensation. Elle me lèche sur toute ma longueur, fait des va et viens lent puis rapide et sa langue ne cesse de jouer sur mon gland.

Elle m'envoie des décharges de plaisir, je ne vais pas tenir, je lui dis que je vais jouir, elle me retire de sa bouche et de sa main, elle me branle pour me faire jouir sur ses seins.

Un ou deux vont et viens plus tard, je me repends sur ses seins, elle me regarde ravie de m avoir donné du plaisir.

Elle se lève et file sous la douche, j entends l'eau couler et je l'imagine en dessous, ses mains caressant son corps, mes envies reviennent vite et je ne sais si c'est elle ou le manque qui me fait ca mais déjà j'ai une nouvelle érection, je décide donc de la rejoindre sous cette douche.

Je pénètre derrière elle dans la douche, embrasse son cou, ses épaules, mon érection contre elle ; Elle se retourne, je l'embrasse fougueusement, je saisis le préservatif que j'ai pris dans la chambre l'enfile et je la fais se retourner et la plaque contre le mur.

J'écarte ses jambes avec mes pieds, j'ai une vue superbe d'elle ainsi, je la pénètre d'un coup sec et sauvagement je la pilonne. Il n'y a plus de julien a ce moment présent , je suis juste une Bête qui baise pour son plaisir , je la fais se pencher en avant toujours en appui sur le mur , je la tiens par les hanches et la baise fortement , elle a l'air d'aimer ca au son qui vient a mes oreilles , en effet elle ne cesse de crier des ! Oui c'est bon, continu, plus vite.

Je m'exécute et accélère, mais vais et viens, je sens cette chaleur m envahir signe de ma jouissance et dans un cri bestial je me laisse aller et Mélanie me suis dans un cri aussi.

Elle ne tient plus sur ses jambes, je la retiens de justesse, je la sers dans mes bras et l embrasse, une fois calmé, on se lave et on retourne se coucher. 

Cette fois nous dormons à point fermé, le matin, je me réveil doucement et je sens le lit vide, ou est Mélanie ?

Je me lis fait le tour de l'appart pas de Mélanie merde, elle est partie pourtant, j'aurais bien fait encore l'amour ce matin. Je retourne dans la chambre et découvre un papier sur le chevet.

"Julien, je ne pouvais pas rester ce matin et je ne voulais pas te réveiller, j'ai passé une merveilleuse nuit et ca faisait longtemps que cela ne m était pas arrivé.

Je te laisse, mon numéro si jamais tu as envie de recommencer.

Je t'embrasse Mélanie."

Je range soigneusement son numéro qui sait ca pourra servir si jamais, je ne trouve pas de nouvelles conquêtes pour partager mes nuits avant que je reparte en mer. 

Mais vais-je trouver une femme qui me fait prendre mon pied autant qu’elle ?

Une suite si vous me le demander.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je demande également j'adore ta facon d'écrire cathy

 

Vivement la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe moment

on en redemande

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.