Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

brittlacokine

Le mariage (suite)

Recommended Posts

Voici donc la suite de ma petite aventure, qui c'était passée lors de la réception organisée par notre ami Serge, pour nous annoncer son mariage avec Val. J'avais ce jour là, batifoler avec Mathieu le frère de cette dernière, et je comptais bien aller plus loin cette fois ci.

 

Le jour du mariage était enfin arrivé, nous étions dans la salle de bains à nous préparer quand mark m'as demandé quelle tenue j'avais décidé de mettre. Mon choix n'était pas encore arrêté, j'hésitais entre trois robes longues ( tenue souhaitée par Valérie), ce qui ne m'enchantais guerre, car la journée s’annonçait chaude et ensoleillée. Mais je me devais de respecter son choix, pas spécialement pour elle, mais surtout pour Serge et comme il m'avais demandé d'être son témoin, je ne pouvais que suivre le dress-code demandé.

 

Une fois coiffée et maquillée, je me suis rendue au dressing pour finaliser mon choix de robe et passer quelque chose pour le trajet. Comme il faisait un temps magnifique et que j'avais envie de m'amuser un peu, j'ai opter pour une robe noire, que je porte lors de nos sorties en club libertin.Un dos nu vertigineux qui plonge jusqu’à la naissance de mon sillon fessier, un joli décolleté drapé maintenu par une fine chaînette et un longue fente sur le devant, une paire d'escarpins aux talons vertigineux et bien sur pas de sous-vêtements. Je savais très bien que ce n'était pas une tenue appropriée pour un mariage, mais j'en voulais encore à Valérie pour les propos quelle avait tenue envers moi, en me traitant de traînée.

 

Mark m'a rejoint dans le dressing, en voyant la robe que j'avais choisis il m'as dit:

 

? Tu ne vas quand même pas mettre cette robe? Tu vas encore énerver Val.

 

Je me suis empressée de lui répondre:

 

? Tu oublie que je suis une traînée, alors je m'habille, et je vais me comporter comme telle. Ne t’inquiète pas, je vais trouver de quoi cacher le bas de mon dos pour passer à la mairie, je ne veux pas exagérer non plus.

 

Les valises étaient bouclées, nous étions près à partir. Dans la voiture Mark à régler le GPS, nous voila partis en direction du mas des violettes, c'est là que se déroulait la réception et nos chambres, Serge avait tout prévus pour éviter aux invités de prendre la route après la soirée. Je sentais mon chéri quelque peu inquiet, du fait que je pensais encore aux reproches de Val, je lui ai dit de ne pas s'en faire, je me tiendrais à carreaux. Mais il m'a demandé à plusieurs reprises de ne pas faire de remous avec Val, me connaissant il savait de quoi j'étais capable.

 

Je lui ai dit que je ne voulais pas gâcher le mariage de Serge, mais que je ne m'opposerais pas à une partie de jambes en l'air avec Mathieu. Pour toute réponse, il m'a regardé et à sa façon de sourire, je savais que j'avais son aval.

 

Pour le remercier, j'ai posé ma main sur son sexe, qui était déjà bien dur. Quelques kilomètres plus loin, j'ai baisser le zip de son pantalon, pour en extraire son membre et le masturber délicatement jusqu’à notre arrivée. Nous fûmes surpris par l'endroit; un grand domaine en pleine nature, des bâtiments en pierre apparentes de toute beauté, un grand chapiteau sous lequel les tables pour la réception sont dressées . Nous sommes parmi les premiers à être arrivée, Nat la sœur de Serge, est là pour accueillir les invités et leur montrer leurs chambres.

 

J''étais à peine descendue de la voiture qu'elle m'a sauté au cou:

 

? Ma petite Britt, ça me fais plaisir de te voir, tu es ravissante comme d'habitude.

 

Après quelques embrassades, elle nous a demandé de la suivre jusqu’à notre chambre, Serge avait vraiment bien choisit l'endroit, c'était très atypique. Notre chambre donnait sur un pré rempli de fleurs sauvages, au milieu de laquelle se trouvait une roulotte, qui est en fait une chambre d'hôtes, avec un tel décor nous ne pouvions que passer un super week-end. Avant de nous laisser Nat nous a dit, de nous tenir prêt pour 16h15, pour se rendre en cortège à la mairie.

 

Nous avions donc, une petite heure pour nous préparer, avant le grand moment. J'ai quitter ma robe, et je me suis jetée sur lit les bras en croix, mon chéri a tout de suite compris, il a glissé sa tête entre mes cuisses pour m'administrer un cuni dont il a le secret. Mais ce fut de courte durée, quelqu’un frappait à la porte, je me suis engouffrée dans la salle de bains et Mark et allé ouvrir, c'était Serge qui venait voir si la chambre et l'endroit nous plaisait.

 

Je me suis nouée une serviette autour de la taille, et je me suis jetée à son cou pour le féliciter et le remercier sur le choix de l'endroit.

 

? Je suis content que cela vous plaise, j'ai vraiment eu du mal à trouver le lieu idéal, mais je pense qu'ici, tout est réuni pour que se soit réussi. Et de rajouter:

 

? Pour nous rendre à la mairie, je vais te subtiliser ton épouse, les deux témoins viennent avec nous, c'est Valérie qui le souhaite, tu devras trouver une ou un remplaçant. Dit-il en souriant.

 

Il s'est ensuite éclipsé, pour allé se préparer. Nous en avons fait de même car l'heure H arrivait, un petit rafraîchissement, raccord coiffure et maquillage et je passe ma robe, pour cacher le bas de mon dos, je noue autour de ma taille un fin carré en voile noir plié en pointe. Je demande à mon chéri qui acquiesce, ce n'est pas très joli mais je ne veux pas m'attirer les foudres de Val dés le début. J'ai vérifier si j'avais tout ce dont j'avais besoin dans ma pochette et nous avons quitter la chambre pour nous rendre au RDV du départ. Nat et Élodie terminaient de décorer les voitures, tout le monde était sur le qui vive en attendant les mariés. Je jetais un œil furtif, pour essayer de trouver Mathieu mais aucune trace de ce petit coquin.

 

Soudain une limousine fit son entrée à grand renfort de klaxon, sous les applaudissements des invités, le chauffeur ouvrit la porte pour en faire descendre Serge, suivit de Valérie vêtue d'une magnifique robe rose saumon, elle était vraiment super jolie. Les applaudissements et les sifflets fusaient de toutes parts, Serge s'est approché de moi, me tendant son bras pour m'accompagner jusqu'à la limousine, Valérie en fit de même avec Richard son témoin. Nous nous sommes installés dans la luxueuse voiture, les mariés face à moi et Richard, à peine étions nous assis que Val s'est avancée vers moi pour m'enlacer et me remercier d'avoir accepté d'être le témoin de son homme, elle m'a aussi couvert de compliments sur ma tenue quelle trouvait très jolie et sexy à souhait. Je n'en revenais pas, je l'ai également féliciter pour sa robe , qui je dois bien avouer lui allait à ravir. Ensuite elle nous à présenté avec Richard, car nous ne nous connaissions pas, à première vue, il m'a parut sympa, mais restait très distant, et il se tenait droit comme un i, Val nous a expliqué ce qu'elle attendait de nous.

 

J'étais tellement abasourdie par le comportement amical de Val, que je ne m'étais pas rendue compte que la fente de ma robe, dévoilait mes longues jambes bronzées bien haut sur les cuisses, ce qui n'a pas échappé à Richard qui semblait apprécier. Durant tout le trajet, ses yeux faisaient des vas et vient entre mes cuisses et mon décolleté, heureusement que sa femme n'est pas là, me dis-je. Les futures mariés étaient aux anges, ils faisaient plaisirs à voir, Val était tout sourire, j'avais l'impression de voir une autre personne, elle ne me regardait pas dédaigneusement comme à son habitude, bien au contraire, à plusieurs reprises elle m'a même fait des petits sourires complices. Nous arrivions devant la mairie, quant elle s'est adressée à Richard:

 

? Alors Richard, je t'avais bien dit que le témoin de Serge était jolie, qu'en pense tu?

 

Pour toute réponse, il m'a regardé timidement en souriant, je n'en croyais pas mes oreilles, Val me complimentait. Le pauvre Richard lui, ne savais plus quoi faire ni quoi dire, il n'osais même plus me regarder. La voiture a stoppé devant la mairie, le chauffeur et venu ouvrir la porte, Val en est sortie la première, suivi de Serge, Richard s'est précipité à l’extérieur et il m'a tendu la main pour me faire sortir, profitant par la même occasion pour mater mon entrejambe. Je me suis approchée de lui et je lui ai chuchoter à l'oreille:

 

? Alors, la vue était agréable, tu t' es régalé ?

 

Il est devenu rouge écarlate, puis:

 

? Je suis désolé, je ne voulais pas vous vexer, mais vous êtes une femme superbe.

 

Il m'a prise par le bras et nous sommes entrés dans la mairie, monsieur le maire nous a fait le speech habituel et passé les formalités administratives nous avons quitté les lieux, j'allais rejoindre Mark, mais Val m'a demandé de faire le chemin retour en leur compagnie, pour la plus grande joie de son témoin. Nous avons repris place dans la limousine, Serge a alors sortit une bouteille de champagne du mini bar:

 

? Nous allons être les premiers à trinquer à notre union, je vous en remercies.

 

Nous avons trinqué à la santé des jeunes mariés, je leur ai souhaité tout le bonheur possible, et je me suis tournée vers Richard, qui matait mes cuisses:

 

? A notre rencontre, et la soirée qui arrive.

 

Il m'a regardé ébahi, ne sachant pas comment interpréter mes paroles, puis il a approché sa coupe pour trinquer, en me regardant droit dans les yeux. Mes paroles avaient eu pour effet de briser un peu la glace, il se lâchait en racontant quelques blagues douteuses, mais bon enfant. A notre arrivée au domaine, tout le monde fut rassemblé pour les traditionnelles photos de groupe, Valérie à convié les invités à se diriger vers la grande table située au centre d'une place ombragée, pour le vin d'honneur.

 

?Tous les deux, vous restez avec nous, nous voulons faire quelques photos avec nos témoins.

 

Nous avons donc suivi le photographe, dans une allée gravillonnée, qui menait à une clairière où se trouvait une roulotte, au milieu d'un près entouré de cyprès et d'autres arbres, un décor bucolique digne d'un roman. Non loin de la roulotte, un canapé en fer forgé couvert de coussin aux couleurs pastel parachevait l'ensemble. Le photographe nous a demandé de prendre place sur le petit balcon de roulotte, ce fut compliqué pour moi de marcher dans l'herbe avec talons, je donnais l'impression que c'était la première fois que j'en portais. Ce qui nous a bien fait rire, Serge s'est même moqué gentiment de moi, voyant cela Richard m'a aidé en me prenant le bras.

 

Avant que ne commence la séance, j'ai dénoué la pointe qui me cachait le bas des reins, je l'ai tendue à richard pour qu'il la glisse dans sa poche. Nous avons eut droit à un mitraillage en règle, nous changions de place sans cesse, pour la dernière prise sur la roulotte, nous nous sommes serrés à la demande du professionnel, c'est alors que richard m'a prise par la taille en frôlant intentionnellement mes fesses et le bas de mon dos, le bougre s'enhardissait. La chaleur de sa main me procurait des petits picotements que je connais bien, ce coquin avec son air de ne pas y toucher m'émoustillait. Il faut dire qu'il était plutôt bel homme; la quarantaine, bien physiquement et un visage agréable. Je pense que je ne lui était pas indifférente, m'amuser avec lui ne me déplairais pas.

 

Ensuite nous avons pris place sur le canapé, dés qu'il le pouvait ses main se posaient sur mes hanches, en glissant lentement sur mes fesses, la séance prenait fin à mon grand désarrois, ses caresses furtives me plaisaient bien, et comme si Val avait sentit la chose, elle nous a proposé de poser rien que tous les deux, que cela nous ferai un bon souvenir. Gilles, le photographe a fait s’asseoir Richard et moi je me suis a demi allongée en posant la tête sur son épaule, le coquin en a profité pour me caresser le dos, jusqu’à passer sa main dans ma robe, me caressant furtivement une fesse. Mais ce fut bref, car la séance était finie, mais la moiteur de mon entrejambe, trahissait l’excitation qui montait en moi. Richard m'a remercié pour l''agréable moment passé en ma compagnie et nous sommes partis rejoindre les invités bras dessus, bras dessous.

 

Nous cherchions nos partenaires, parmi la foule, quand j'ai aperçue Mark en pleine discussion avec Mathieu, Nat, Élodie et les amis de Val, dont Aline la femme de Richard, qui lorsqu'elle nous a vu ainsi, n'avais pas l'air d'être ravie. Mon chevalier servant, s'est chargé des présentations, il y avait; Ghislain et Catherine, Bertrand et Christiane et son épouse Aline. Mathieu était ravi de me revoir, je l'ai pris dans mes bras pour lui faire la bise, ayant décidé de ne pas être en reste j'en ai fait de même avec les autres. Aline me regardais d'un œil noir, Mark nous a alors demandé si la séance photo c'était bien passée.Richard s'est empressé de répondre:

 

? Oui, c'était sympa et d'être en compagnie de votre épouse, fut un réel plaisir. J’espère que le plaisir est partagé, me demandât-il.

 

Je ne pouvais pas dire le contraire, vu dans l'état ou il m'avais mise, j'ai raconté discrètement à mon chéri les caresses de Richard, il était étonné mais comme toujours, j'avais le feu vert si je voulais aller plus loin. C'est alors qu'une jolie brunette est venue se joindre à nous, Mathieu nous l'a présenté:

 

? Je vous présente Léna, une amie et ma cavalière pour le mariage.

 

Elle était magnifique, dans sa robe fourreau qui laissait deviner une opulente poitrine, dont les tétons pointaient au travers du fin tissu, et la longue fente qui montait haut sur sa cuisse gauche, dévoilait sa peau bronzée, je m'occuperais bien d'elle me dis-je. Elle représentait tout ce que j'aime chez une femme. Mais nous n'étions pas ici pour cela, nous avons bavardé de choses et d'autres, dans une super ambiance, à part Aline qui restait un peu en retrait pour surveiller son homme qui se collait sans cesse à moi, ce qui avait l'air de l'agacer.

 

L'ambiance était au rendez-vous, la soirée s'annonçait bien, le champagne coulait à flots, tout le monde riait et semblait s'amuser. Soudain le grincement d'un micro se fit entendre, c'était Serge qui prenait la parole, pour remercier les personnes présente au vin d'honneur, il était déjà vingt et une heure quinze, le personnel finissait de dresser les buffets. Une demi heure plus tard, il ne restait plus que la soixantaine d'invité et nous avons commencé à nous restaurer. Nous avons été convié sous le grand chapiteau où étaient dressées les tables. Nous étions installés à la grande table ronde des mariés, Serge nous a invités à nous asseoir en nous disant:

 

? Nous n'avons pas fait de plan de table, mais installez vous de façon à être mélangés, c'est plus sympa pour faire connaissance.

 

Mark, a pris place à la gauche de Serge, je me suis assise en laissant une place vacante entre lui et moi, Richard s'est installé à ma gauche, et Léna est venue se glisser entre moi et mon chéri, Christiane, Ghislain, Mathieu, Catherine, Bertrand, Nat et Élodie ont pris place à leurs tours. Tout le monde était séparés, ce qui n'était pas du goût d'Aline, qui ne voyait pas d'un très bon œil que Richard soit à coté de moi. Nous avons levé nos verres et trinqué à la santé et au bonheur de nos deux tourtereaux. J'étais ravie d'avoir Léna à mes cotés, nous avons tout de suite papoté elle était super sympa et très agréable. Je me sentais irrésistiblement attirée par son charme, je ne calculait même pas ce pauvre Richard qui essayait tant bien que d'attirer mon attention. Le dîner se déroulait dans une très bonne ambiance, tout le monde riait et discutait avec ses voisins de table, sauf pour Richard qui devait se contenter de faire causette avec Christiane. Entre deux plats, Mathieu est venu nous voir pour demander si tout allait bien:

 

? Alors Léna, comment se passe ta soirée? Je t'avais dit que Britt était sympa, vous avez l'air de bien vous entendre.

 

? Oui, tu avais raison, Britt est super sympa et en plus vraiment ravissante, tu ne m'avais pas menti.

 

J'étais flattée par les compliments de Léna, je l'ai remercié en lui faisant une smack sur la joue et en lui disant qu'elle aussi était craquante. Mark qui était en grande conversation avec Serge, s'est tourné vers Léna, en s'excusant de ne pas encore avoir discuté avec elle. j’en ai profité pour me tourner vers Richard:

 

? Comment vas le témoin ? Tout se passe bien ? Je suis désolée je ne t'ai pas trop parlé, tu ne m'en veux pas j'espère ?

 

Un large sourire est venu éclairer son visage, et :

 

? Ça vas très bien, je vous écoute papoter c'est rigolo les conversations de filles , vous entendre parler fringues et chaussures m'amuse beaucoup. Et rien que le fait d'être assis à tes cotés me comble, je ne pouvais guère espérer plus jolie voisine. Je lui fait mon plus joli sourire, en lui disant que pour moi aussi, sa présence était agréable, en lui rappelant aussi la séance photo qui m'avais bien émoustillé. J'ai vu briller une lueur coquine dans ses yeux qui en disait long sur ses envies de recommencer, je ne savais pas quoi faire. Les plaisirs saphiques avec Léna qui me paraissait open, cela ne faisait aucun doute ou alors une petite escapade avec Richard. Restait à savoir, si Richard était prêt à aller plus loin que ses caresses furtives. Il me fallait trouver un moyen de voir jusqu'où il pouvais aller.

 

Une petite pose musicale accompagnât le fameux trou normand, je profitais de ce moment où beaucoup de monde se levait pour danser, pour tester Richard. Feignant de souffrir des pieds dans mes escarpins, je me suis légèrement reculé de la table pour poser ma jambe droite sur mon genou afin de retirer ma chaussure, dénudant au passage celle-ci. Le haut de la longue fente de ma robe arrivait au ras de mon sexe, ce qui n'a pas échappé à mon voisin, qui avait du mal à détourner son regard de mes cuisses. j'ai remis mon escarpin et repris une posture plus sage, en lançant un regard coquin à Richard, qui n'en pouvait plus. Aline ne perdait pas une miette des gestes de son homme, je le lui ai fait remarquer:

 

? J'ai l'impression que ton épouse t'épie, elle n'as pas l'air d’apprécié que tu soit près de moi. Je me trompe ?

 

? Elle est très jalouse tu sais, que ce soit toi où une autre cela serait pareil, mais avec toi, je crois que c'est encore pire.

 

Quelques minutes plus tard celle-ci c'est levé, la voyant s'approché j'ai caché mes jambes avec la nappe pour ne pas briser l'ambiance, elle a demandé les clefs de la voiture, à peine avait-elle le dos tourné que Richard c'est confié:

 

? Tu sais Britt, tout à l'heure pendant la séance photo, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. C'est la première fois depuis que nous sommes mariés, que je touche une autre femme que Aline, j'espère ne pas t'avoir choqué.

 

Je l'ai regardé tendrement, et sans rien dire je me suis saisie de sa main pour la poser sur ma jambe dénudée. Il m'a regardé avec surprise, puis il m'a sourit, à ce moment là, j'ai compris que c'était gagné, il suffisait maintenant de trouver l'occasion de nous isoler. La soirée était encore longue, il fallait se tenir tranquille pour ne pas éveiller les soupçons. Je me suis levée à mon tour, pour aller aux toilettes, en passant je me suis arrêtée à coté de Val, pour lui demander si tout se passait comme elle le souhaitait. Comme cet après-midi, elle m'as enlacé pour me serrer contre elle et me remercier, puis elle m'a demander:

 

? J'espère que tu t'entends bien avec Richard, tu sais il est un peu spécial, malgré qu'il soit marié il a un caractère de vieux garçon, et en plus il n'a connu que Aline, c'est son premier et son seul amour, alors tu comprend.

 

? Ne t'inquiète pas, tout vas très bien, il n'est pas très bavard mais sa compagnie est agréable, je te remercie de te soucier de moi.

 

J'ai pris congé de Val et me suis dirigée vers les sanitaires, comme toujours ceux -ci étaient pris d'assaut par les nombreuses femmes présentent, ça papotait et ça riait à tout vas. J'ai réussi à me faufiler pour trouver un miroir afin de me repoudrer le nez et faire une petite retouche maquillage et coiffure. Il faisait si bon dehors que je suis allé fumer une cigarette assise sur un banc, je profitais de la douceur de la soirée bercée par la musique, quand une voix m'a faites sursauter, c'était Mathieu et Léna qui eux aussi venaient fumer. Ils se sont installés à coté de moi et nous avons échangé quelques banalités, mais la conversation a vite dévié sur le sexe.

 

Léna était au courant de la petite escapade coquine que j'avais eu avec Mathieu, elle savait aussi que nous étions libertins, Mathieu lui avait tout raconté. Léna m'a confié qu'elle était bi et qu’après ce que Mathieu lui avait dit à mon sujet, il lui tardait de me rencontrer. Je prenais cela comme une invitation, mais nous dûmes en rester là car la suite du repas était servie. Nous avons regagné nos place pour poursuivre la conversation toutes les deux, elle était plus coquine que je m’imaginais, et ses propos ne me laisse pas le moindre doute sur ses envies de s'envoyer en l'air.

 

Richard, qui n'a ni les yeux, ni les oreilles dans la poche, avait tout entendu, je lui ai fait un clin d'œil en lui disant:

 

? On écoute aux portes, ce n'est pas joli tout cela.

 

? J'avoue, mais je ne suis pas habitué à ce genre de conversation, je pourrais vous écouter toute la soirée, je me régale.

 

Je me suis approché de son oreille, pour lui dire que ce n'était que le début, et le lui fait un petit smack discret sur la joue. J'ai immédiatement regardé en direction de Aline, qui n'avais rien manqué de la scène, elle m'a fusillé du regard et elle a bu sa coupe de champagne cul-sec. Au même moment, une serveuse faisait son entrée en poussant un chariot sur lequel était posé la pièce montée, tout le monde c'est levée pour applaudir. Serge et Val se sont dirigés vers celle-ci, puis ils ont fait un petit speech de remerciements, et le bla-bla habituel. En me rasseyant, j'ai fait en sorte que la fente de ma robe dénude mes cuisses impudiquement, il était temps de porter l’estocade.

 

Le regard de mon voisin, n'arrivait pas à se détacher de mes cuisses, quand la serveuse est venu lui apporté son assiette, il a rapproché sa chaise de moi, et contre toute attente, le dos de sa main posée sur sa jambe est venue frôler ma peau. Je n'ai pas esquisser le moindre geste, je voulais voir ce qu'il comptait faire, voyant que je ne disait rien, sa caresse se faisait moins discrète jusqu'à ce qu'il pose sa main sur mon genou. Je me suis tournée vers lui, je l'ai regardé surprise puis je lui ai souri, prenant cela pour un consentement, ses doigts ont remontés timidement sur ma cuisse. Il jetait en même temps des regards vers son épouse, afin de s'assurer qu'elle ne se doute de rien, Aline était en pleine discussion avec sa voisine de table, il s'enhardit poursuivant ses douces caresses.

 

Léna avait repéré le manège, elle me chuchotât à l'oreille: « Tu à l'air d’apprécier ma coquine. »

 

Effectivement les doigts de Richard qui se promenaient délicatement sur ma cuisse, m'émoustillais, j'étais en train de faire craquer ( le soit disant mari fidèle) et je dois avouer que j'en étais ravie. Les yeux expert de mon homme avaient eux aussi repéré la main de mon voisin, il m'a fait un clin d'œil complice, puis a détourné le regard. J'ai alors tiré la nappe pour ne pas nous faire démasquer, et j'ai posé mes coudes sur la table.

Richard en a profité pour poursuivre l'ascension, ses doigts frôlaient maintenant le tissu de ma robe qui était remontée au ras de mon sexe, je me suis redressée en desserrant légèrement les jambes, mais au lieu de poursuivre ses caresses, il les a stoppé et a retirer sa main.

 

Surprise par son comportement, je l'ai regardé interrogatrice, il m'a alors dit:

 

? Je suis désolé, tu me plaît beaucoup mais c'est de la folie, nous sommes mariés tous les deux, ça me bloque.

 

Ses paroles m'ont quelque peu déstabilisé, mais je n'avais pas envie de lâcher l'affaire. Je me suis levée pour aller fumer une cigarette avant "la jarretière", je lui ai demandé si il voulait m'accompagner. Le voyant hésitant, j'ai tourné les talons en passant près de Mark, je lui ai dit que j'allais fumer et j'ai quitter le chapiteau. Je me suis installée sur un banc qui se trouvait à l'abri des regards et j'ai allumé une cigarette. Je repensais aux paroles de Richard, moi qui croyais avoir réussi à le séduire, je m’étais plantée.

 

Mais je n'avais pas encore abattu toutes mes cartes, le soirée n'était pas terminée. Par dépit je me suis rallumé une seconde cigarette, quand j'ai aperçu une silhouette qui se dirigeait vers moi, c'était Richard, il s'est planté devant moi:

 

? Tu m'offre une cigarette?

 

Je lui ai tendu le paquet, il s'est assis à coté de moi tout penaud et:

 

? Tu dois me prendre pour un idiot ? Mais crois moi, je n'ai jamais trompé ma femme, ni même essayé, tout ce qu'il c'est passé avec toi aujourd'hui n'est vraiment pas dans mes habitudes. Tu comprends mon blocage?

 

? Oui, je comprends très bien, il n'y as pas de soucis. Mais n'oublie pas que c'est toi qui a commencé avec tes caresses pendant les photos, je croyais que tu avais envie de t'amuser, mais ce n'est pas grave. Viens rentrons.

 

Richard a rejoint la salle, je lui ai emboîté le pas après un petit détour aux toilettes. A l’intérieur c'était le branle-bas de combat, " la jarretière" allait commencer, et c'est mon chéri qui était a la manœuvre, il lui fallait une assistante pour tendre le chapeau, bien lui en prit de désigner Aline. Tous les regards étaient braqués sur Val, debout sur la table, robe relevée pour faire voir la jarretière. Mark a lancé les enchères, les bras se levaient de partout, Aline courrait dans toute la salle, a chaque retour près de la mariée elle buvait une grande gorgée de champagne, à ce rythme là elle n'allait pas tenir longtemps.

 

A ma grande surprise, Richard posât sa main sur ma cuisse, il prit soin de tirer la nappe sur mes jambes. Lui, qui dix minutes plutôt me disais faire un blocage, se montrait bien entreprenant ce qui était loin de me déranger. Sa main parcourait ma cuisse gauche sans hésitation et quand il arrivât à la lisière de ma robe , au lieu de s'arrêter comme tout à l'heure, ses doigts franchir la barrière pour venir caresser mon minou. Inconsciemment mes cuisses se sont desserrées pour lui en donner l’accès, son majeur glissait le long de mes lèvres, tout en prodiguant une pression sur mon clito qui était déjà bien dur. La cyprine commençait à humidifier mon abricot gonflé de désir, le coquin ne se souciait pas de nos voisins et me caressait sans vergogne.

 

Mon excitation montait d'un cran, j'avais peur de laisser échapper des gémissements qui trahiraient la situation, j'ai alors levé la main pour enchérir, je pensais que ça le calmerait mais non, Aline s'est approché pour prendre mon enchère, mais Richard n'a pas arrêté pour autant, son doigt était à l'entrée de mon sexe alors que son épouse se trouvait à quelques centimètres de nous. La situation a décuplé mon excitation, et je pense que pour Richard également car il a lui même surenchérit quelques instants plus tard, en gardant toujours sa main entre mes cuisses. J'ai alors posé ma main sur la sienne, pour le calmer j'avais peur de ne pas pouvoir me contenir. Il m'a alors glissé à l'oreille:

 

? Tu me rends fou, je ne sais pas ce qu'il m'arrive, je crois que je vais finir par faire une bêtise.

 

La tension était palpable dans sa voix, je le sentais tenaillé par l'envie d'aller plus loin mais sa conscience semblait lui dire non. Les enchères prenaient fin, Mark commençait à ne plus avoir de voix, c'est finalement un ami de Val qui l'a emporté sous les applaudissements. Aline courait encore dans tous les sens, sans oublier sa coupe de champagne. Richard me racontait sa vie avec Aline, dont il avait l'air très amoureux, malgré le manque de fantaisie sur le plan sexuel. Sa façon de dire les choses avait quelque chose de touchant, mais je ne suis pas du genre à attendrir facilement.

 

Soudain, Aline arrivât près de nous, elle se mit entre nous deux en nous prenant par le cou:

 

? Comment se passe la soirée pour les témoins?

 

Sa façon de parler, en disait long sur son état, le champagne faisait effet, elle qui me regardait dédaigneusement avait complètement changé attitude, elle ne s'est même pas rendue compte que Richard avait une main sue ma cuisse. Elle racontait n'importe quoi, voyant cela je décidais de les laisser seuls un moment. Je me suis reculée de la table pour me lever, en disant que j'allais prendre l'air et fumer une cigarette, elle m'a prise par main pour me retenir et me dire en bégayant:

 

? Britt, je vois que toi et Richard, avez l'air de bien vous entendre, alors je te le confie pour la soirée, moi je vais aller danser.

 

? Tu peux aller t'amuser, je vais prendre soin de lui, mais avant cela, je vous laisse quelques minutes je vais fumer une cigarette.

 

La pauvre Aline avait vraiment forcer sur le champagne, jamais elle ne m'aurai dit cela en temps normal. Mark qui avait vu la scène, me fît un clin d'œil,, je lui ai fait signe que j'allais fumer et je me suis éclipsée dehors. En sortant j'ai croisé Mathieu qui m'a demandé:

 

? Tu n'as pas vu Léna? Elle ne se sentait pas bien, elle est sortie prendre l'air mais je ne la retrouve pas, je pense qu'elle est montée dans la chambre.

 

? J’espère que tout vas bien, fait lui un bisou de ma part et à tout à l'heure.

 

Je déambulais dans les allées en profitant de la douceur de la nuit et du ciel étoilés, même en pleine nuit ce lieu dégageait une certaine sérénité, la musique de la fête berçait mes pensées, j'ai repris place sur le banc pour regarder le ciel et me laisser aller. Je repensais à ce que m'avais dit Richard, quand des bruits de pas dans les gravillons ont attirés mon attention, je reconnu tout de suite la silhouette de Richard qui venait vers moi, à ce moment précis je savais comment la soirée allait se finir. Sans dire le moindre mot, il m'a tendu la main, je m'en suis saisie et je l'ai suivi en direction de la roulotte où nous avions fait les photos cet après-midi.

 

A quelques mètres de la clairière où se trouvait la roulotte , il m'a plaqué contre un gros arbre pour prendre possession de ma bouche, nous nous sommes embrassés fougueusement comme des ados pendant de longues minutes. Puis il m'a couvert de baisers dans le cou, les épaules avant de plonger dans mon décolleté pour s'occuper de mes seins, ce coquin de Richard avait bien caché son jeu. Il glissa une main sous ma robe, effleurant de ses doigts habiles l’intérieur de mes cuisses pour remonter jusqu'à mon sexe gonflé, la douceur de se caresses me submergeait de plaisir. Je laissais échappés des petits gémissements, qui en disaient long sur mon état d'excitation. Richard s'est redressé, il a planté son regard dans le mien pour me dire:

 

? Que sommes nous en train de faire? Nous sommes fous.

 

Sa voix chevrotante, m'a fait me poser milles questions en un quart de secondes, il ne vas pas encore me planter me dis-je. Je lui ai alors sourit en posant mon index sur mes lèvres pour lui faire signe "Chut", j'ai dégrafé la chaînette qui maintenait mon décolleté, et j'ai fait glisser lentement les bretelles de ma robe sur mes épaules, le fin rempart qui me couvrait a glissé le long de mon corps pour se retrouver à mes pieds, j'étais offerte entièrement nue aux rayons de la lune et à mon amant d’un soir. Et toujours avec mon doigt sur les lèvres pour ne pas lui laisser le temps de réagir, je lui ai pris la main pour l’entraîner vers le canapé où, quelques heures plutôt Richard m'avais chauffé avec ses caresses, mais qui ce soir allait être complice et témoin de nos ébats nocturnes et adultères, je me suis agenouillée sur les coussins et j'ai attiré Richard vers moi.

 

La nuit était si claire, que je distinguais des silhouettes aller et venir devant la toile blanche du chapiteau où la fête battait son plein. Je lui ai retiré sa veste, j'ai desserré sa cravate et déboutonné sa chemise, mes lèvres et la pointe de ma langue parcouraient son torse glabre et musclé, ses tétons n'ont pas tardé à durcir sous mes caresses expertes, je les lui mordillait et titillait, son souffle s'accélérait, j'étais décidée à lui sortir le grand jeu sans précipiter les choses. Je sentais les contractions de ses abdos, sous mes lèvres humides, à plusieurs reprises je suis descendue furtivement au niveau de son sexe que je sentais bien dur, mais sans m'y attarder. Le coquin avait l'air d’apprécier mes caresses, quand j'ai fait glisser mes longs ongles sur sa peau, j'ai bien cru qu'il allait défaillir.

 

Je me suis levée, pour échanger nos places et dès qu'il fût assis, je l'ai plaqué sur le dos et je me suis placée à califourchon sur lui, en lui tenant les poignets lui interdisant toutes caresses. Mon abricot gonflé et gorgé de cyprine se frottait sur la bosse qui déformait son pantalon, je sentait son membre se tendre au travers du tissu. Lentement tout en me frottant sur lui, j'ai approché mon minou de sa bouche qui attendait l'offrande, quand celui -ci fût à porter de langue il a laper le doux nectar avec gourmandise. Je frottais mon sexe sur son visage, l’empêchant de bouger seule sa langue était libre de fouillée mon intimité ruisselante, se faire ainsi dominer avait l'air de lui plaire, et je dois dire que je prenais un réel plaisir dans mon rôle de dominante. Mais l'envie de m'occuper de son sexe à eu raison de moi, j'ai relâché mon étreinte et je me suis glissée à genoux dans l'herbe fraîche, je mordillais son sexe toujours prisonnier en lui griffant délicatement le torse.

 

Le moment était venu de libérer la bête, lentement j'ai débouclé sa ceinture et j'ai descendu la fermeture, son boxer blanc était déformé par une bien belle érection, quand mes doigts sont passés sous l'élastique Richard s'est arc-bouté en avant libérant ainsi une belle queue, qui n'attendait que mes caresses. Pour être plus à l'aise je lui ai baissé le pantalon et le boxer à mi-mollets et je l'ai délicatement titillé de la pointe de ma langue, puis je l'ai de nouveau chevauché, approchant mon sexe trempé de son membre viril. Je l’effleurais de mes grandes lèvres gorgées de mouille, son excitation était à son comble, de longs râles étouffés s'échappaient de sa bouche à demi ouverte, je prenais un malin plaisir à le rendre fou, puis j'ai accentué la pression en imprimants des mouvements de bassins sur sa queue plaquée sur ses abdos, enduisant celle-ci de ma liqueur.

 

Il était temps maintenant de passer aux choses sérieuses, je me suis replacée entre ses jambes, son sexe était luisant de mouille et son gland dont la peau était tendue à l’extrême brillait sous la lueur de la lune. Je lui ai lécher puis gober les bourses une à une les faisant roulé sous ma langue, il se tortillait dans tous les sens, je lapais avec gourmandise ma cyprine déposée sur son membre. Pour moi aussi s'en était trop, mes lèvres humides se sont posées sur son gland, j'ai levé les yeux vers Richard, nos regards se sont croisés et je l'ai gobé lentement.J'aspirais et suçais avec avidité, après m'être montrée douce et sensuelle, la gourmande que je suis reprenait peu à peu place en moi. Mais comme bien souvent, à la demande de mon partenaire, je fus obligée de calmer mes ardeurs.

 

Ma bouche à dût se résigner à laisser échapper l'objet du désir qui lui était offert, Richard m'a allongé sur les coussins, ses mains et sa bouche ont parcouru la moindre parcelle de mon corps nu, ses caresses me provoquaient de légers et agréables frissons d'excitation. Ainsi offerte, je m'abandonnais totalement bercée par la musique et les rires des invités qui se baladaient dans les allées proches de nous, le risque de se faire surprendre redoublait mon excitation. Il malaxait avec fermeté mes deux obus, tout en faisant rouler mes tétons fièrement dressés entre ses doigts habiles, il glissa alors sa tête entre mes cuisses effleurant de sa langue le contour de mon sexe, ne pouvant résister plus longtemps, je ma suis saisie de sa tête pour lui plaqué le visage, contre mon minou gonflé.

 

Maladroitement sa langue s'amusait avec l'anneau qui orne mon clito, mais très vite ses coups de langue devinrent plus précis, me faisant complètement chavirer. Ma respiration haletante et mes gémissements guidaient ses caresses, quand je sentit la présence de son majeur entre mes lèvres, tout mon corps tressaillit, voyant cela Richard me doigtât avec vigueur m'arrachant un long râle de plaisir. Ses vas-et-vient s'accéléraient, me faisant perdre pieds il présentât un second doigt, me suis cambrée pour le recevoir. Son index et son majeur me fouillaient sans vergogne, sa langue s'activait sur mon clito, un plaisir immense me submergeait, ma jouissance était proche, Richard a posé sa main libre sur ma bouche pour ne pas que mes gémissements attire l'attention, mais des bruits de pas et des voix proches nous ont fait sursauter. Un couple, apparemment à la recherche d'un coin tranquille pour s'isoler se tenait à quelques mètres de nous. Richard s'est redressé en leur tournant le dos et en rajustant sa tenue, mais c'était trop tard, ils avaient très bien compris la situation, ils se sont excusés pour le dérangement et ils ont disparus.

 

Mais Richard était en panique:

 

? Tu crois qu'ils nous ont reconnu? m'as t'-il dit.

 

Je l'ai aussitôt rassuré:

 

? Mais non, ne t'inquiète pas ils n'ont pas vus nos visages, vient tu ne vas quand même pas me laisser dans cet état.

 

Je ne sais pas, si se sont mes paroles ou ses envies qui l'on encouragé, il a repris sa place entre mes cuises, pour me butiner à nouveau. Ses doigts et sa langue reprirent possession de moi, pour mon plus grand plaisir, appuyée sur les coudes je le regardais me dévorer et me doigter avec fougue, levant régulièrement les yeux pour croiser mon regard de coquine. Le bougre était sacrément doué, et s'appliquait à me procurer un réel plaisir, pas comme bons nombres de mes partenaires.

 

Soudain, je vis se profiler dans la pénombre une silhouette qui se dirigeait vers nous, craignant que ce nouvel importun perturbe définitivement mon amant, que je me tus tout en épiant l'intrus. A une trentaine de mètres de nous, il s’arrêta et fouilla sa poche pour en sortir une cigarette, la flamme de son briquet éclaira son visage, je reconnu Gilles, un ami de Serge que nous connaissons de longue date. Il s'adossât contre un arbre pour fumer, s'en regarder dans notre direction, mais le doigt de Richard qui forçait l’entrée de mon petit cul, me fis pousser un petit cri de surprise et de plaisir, qui n'a pas échappé à Gilles, qui a aussitôt tourné la tête dans notre direction. comprenant ce qu'il se passait, il s'est approché furtivement pour se dissimuler derrière un petit buisson, profitant ainsi du spectacle.

 

Habituée à la présence de voyeurs, je me suis laissée aller sous les caresses de Richard, jetant de temps à autre, un œil en direction de l'intrus qui se tenait toujours à distance, quelques minutes plus tard, je fus secouée par un violent orgasme provoqué par le doigt de Richard qui fouillait mon petit. Mes gémissements faisant fuir par la même occasion le voyeur, qui pensait certainement que nous en avions fini, je le vis s'éloigner rapidement, mais une nouvelle silhouette familière, se détachait dans la nuit, mon coquin de mari arrivait lui aussi à pas de loup. Comment Richard allait-il réagir me dis-je. Sans trop me poser de questions, je me suis levée pour dégrafer et baisser son pantalon, je me suis agenouillée pour le prendre en bouche goulûment, son gland cognait au fond de ma gorge me provoquant quelques haut-le- cœur, la présence de mon homme, inconsciemment me métamorphosait, je passais de la femme adultère qui se laissait aller, à l'épouse salope comme l'aime tant mon homme.

 

Je sentais sa présence proche, et je ne savais pas quand il allait se manifester, la queue entière de Richard disparaissait dans ma bouche gourmande, ses bourses subir le même sort, je les aspiraient et faisaient rouler habilement sous ma langue, lui arrachant de longs râles de plaisir, lorsque Mark s'est présenté à coté de nous tenant ma robe à la main il me dit:

 

? Eh bien, vous avez l'air de ne pas vous ennuyer, à ce que je vois. Mais chérie, tu pourrais faire attention à ne pas égarer tes affaires. Me dit-il en agitant la robe devant nos yeux.

 

Richard, s'est retiré de ma bouche en balbutiant des excuses:

 

? Ma... Mark je suis désolé, je ne sais pas ce qu'il nous a prit. Un moment d'égarement, je suis....

 

Mon chéri l'a rassuré aussitôt:

 

? Ne t'affole pas, il n'y as pas de soucis, je savais que je vous trouveraient ici, maintenant nous allons nous occuper de cette petite salope d'épouse infidèle comme elle le mérite. Suce le et tends moi ton cul.

 

Richard nous regardait et écoutait Mark, les yeux ébahis, je l'ai poussé sur le canapé et je me suis penchée vers lui pour le sucer, offrant ainsi ma croupe de femme adultère à mon chéri qui n'attendait que cela. Il me claquait les fesses en m'injuriant comme j'aime, son pouce c'est rapidement insinué entre mes fesses pour faire pression sur ma rosette, qui se relâchait pour recevoir son doigt. Je ralentissait un peu la cadence pour ne pas faire venir Richard trop vite, lui serrant le le gland entre le pouce et l'index, quand Mark m'a pénétré, mes cris ont résonné dans la nuit, ses claques intensifiaient j'avais les fesses en feu, mais je n'étais pas rassasiée.

 

Mon chéri me connaissant, fouillât sa poche pour en sortir une capote, et me la tendit, j'ai déchiré l'étui de mes dents et je l'ai déroulé sur le membre érigé qui allait bientôt prendre possession de moi. Je me suis placé à genoux au dessus de lui, ma main s’est saisie de sa queue pour la guider entre mes lèvres gorgées de cyprine et en regardant Richard droit dans les yeux, je me suis empalée sur ce membre épais et chaud. Les yeux mi-clos Richard me laissait imprimer le rythme, ses mains se sont posées sur mes hanches, accompagnant mes mouvements de bassin, Mark s'est placé face à moi, il a sorti son sexe que je me suis empressée de gober en plaquant mes obus sur le torse de Richard. Celui -ci, a alors prit les commandes en sonnant de violents coups reins, puis il glissât à son tour un doigt entre mes fesses pour titiller ma rosette, à peine avait-il entré la première phalange, que je fus secouée par un violent orgasme.

 

Je me suis affalée sur lui, en l'embrassant à pleine bouche, de légers frissons de jouissance me encore parcouraient le corps, ce bougre de Richard s’avérait être très endurant, car après toutes nos péripéties il n'avait pas encore jouit. Je me sus alors dégagée de son membre pour me debout par terre les mains appuyées sur le fer du canapé:

 

? Viens prendre mon petit cul. Lui dis-je

 

Sans mots dire, il s'est levé pour venir se placer derrière moi, Mark est monté sur le canapé à genoux face à moi, Richard a posé une main au bas de mes reins et tenant son sexe de l'autre, le voyant hésitant j’ai passé mes doigts entre mes lèvres pour en recueillir ma liqueur afin de lubrifier l'étroit conduit, je me suis saisie de son sexe pour le présenter sur ma rosette et de lui dire:

 

? Vas-y prend moi, défonce mon petit cul de salope.

 

Lentement sa queue a prit possession de mon petit, qui au passage m'a arraché un cri, stoppant net Richard, mais je lui ai inciter à continuer, les mains bien accrochées à mes hanches il me limait avec douceur, je me cambras autant que je le pus pour le sentir bien au fond de moi, la bite de Mark me remplissait toujours la bouche, j'étais entièrement à leurs merci. Richard avait du mal à donner de la cadence, je me suis mise à gigoter pour qu'il accélère le rythme, ce qu'il n'a pas tardé à faire, il s'est mis à me pilonner avec fougue, en me claquant les fesses, mes doigts s'agitaient sur mon clito, je sentais l'orgasme venir, le bruit de son bas ventre s’écrasant sur mes fesses me rendais folle, tout à coup je l'ai senti se raidir.

 

J'ai accéléré les caresses sur mon clito, et dans un râle qui en disait long sur le plaisir qu'il prenait Richard s'est vidé entre mes fesses, le liquide chaud qui remplissait la capote m'a faites partir dans un orgasme d'un rare intensité. Mes jambes chancelaient, mais les mains de Richard me maintenait, Mark m'as envoyé sa semence au fond de la gorge, je l'ai aspiré jusqu’à la dernière goutte, je me suis retiré en douceur de la queue de Richard et pour le remercier du plaisir qu'il venait de me procurer, je me suis accroupis devant lui pour lui retirer le préservatif et j'ai léché sa bite qui était toujours en super forme, je l'ai pompé lui aussi jusqu'à la dernière goutte.

 

Nous nous sommes assis pour rependre nos esprits, Richard c'est alors lâché et nous a confié que c'était la première fois qu'il pratiquait la sodomie, Aline lui ayant toujours refusé, ainsi que toute autre fantaisie, pour eux c'était toujours la position du missionnaire, et qu' il avait "droit" à la fellation deux ou trois par an. Ce soir il venait de vivre une expérience qu'il n'était pas prêt d'oublier et de nous rajouter:

 

? Et dire que j'ai beaucoup hésité, remarque que je n'aurais jamais su ce que j'avais manqué. Mais avec le recul, je suis certain que je m'en serais voulu, j'ai vraiment passé un moment inoubliable et qui je suis sûr restera unique, les femmes comme toi ne doivent pas être légion, Mark tu es un sacré veinard tu peux me croire.

 

Je l'ai remercié aussi, lui avouant qu'il était un fantastique amant comme beaucoup de femmes révéraient de rencontre, et que le plaisir était plus que partagé. Après toutes ces bonnes paroles Richard nous a laissé pour rejoindre la fête en premier afin ne pas éveiller les soupçons. Nous sommes restés un bon quart d'heure à discuter de la soirée, j'ai remercié mon chéri pour la liberté qu'il m'accorde et pour la complicité qui nous unis depuis plus de trente ans.

 

Nous avons rejoint la fête discrètement, en regagnant notre table, j'ai croisé le regard de Gilles qui m'a souri en levant les yeux, je pense qu'il m'a reconnue, ci c'est le cas j'espère qu'il saura tenir sa langue surtout pour Richard, car nous vivons notre sexualité pleinement et sans en avoir honte. Richard avait repris sa place, Aline dans un état d'ébriété bien avancé était assise sur ma chaise, elle s'est levée pour s'installer sur les genoux de son homme, en me demandant:

 

? Mais où était tu passé Britt, Richard s'inquiétait il croyait que vous étiez partis sans dire au revoir. Moi qui t'avais demandé de veiller sur lui, se n'est pas sérieux. Me dit- elle en riant comme une folle.

 

Je ne pouvais pas lui dire que je n'avais pas faillis à ma mission, et que j'avais fait plus que veiller sur lui. Elle s'est levée, m'a fait un smack amical sur la joue puis elle est aller se trémousser sur la piste en compagnie de sa copine Christiane. Nous bavardions avec Catherine, Ghislain et Richard quand Val et venue se joindre à nous, n'ayant pas chaise elle s'est installée sur mes genoux en me prenant par le coup, je tombais des nues. Son comportement envers moi avait changé du tout au tout, je pense que le déroulement de son mariage qui se passait à merveille, y était pour beaucoup, j'espère juste que ce ne soit pas temporaire, car en définitive elle peut se montrer agréable.

 

La soirée arrivait à son terme, seules quelques tables restaient occupées, de notre coté les discussions et les blagues allaient bon train et les rires qui les accompagnaient aussi, tant et si bien que Gilles et venu se joindre à nous avec son épouse. Mais ce petit curieux s'était joint à nous pour essayer de savoir avec qui j'étais sur le canapé, à plusieurs reprises il a fait des allusions douteuses, qui heureusement sont passés inaperçues, mais les regards qu'il me lançaient en disait long. La fatigue commençait à gagné tout le monde, il était déjà 5 heures et ma folle soirée m'avait quelque peu épuisé, nous avons donc pris congés de nos compagnons de table pour aller nous coucher, car je ne savais pas encore ce que me réservait la journée qui arrivait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bon moment de lecture pour cette suite...  :good:

 

Ou est  l'autre  partie ?  Il aurait fallu nous mettre le lien de la première partie !

Ici :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

quel récit long et prenant ! bravo!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Récit on ne peut plus excitant. Comme l'on aimerait être à la place de ce Richard !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un très beau récit, palpitant à souhait

Mais j'ai comme l'impression que Léna fera encore une apparition ...:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

long à lire mais un vrai plaisir de lecture et pas que.......:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette suite était encore plus excitante que la première partie....y a t il une suite avec Léna?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour Léna, je ne me suis pas encore mis à l'écrire, il me faut trouver un peu de temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Me voilà donc rassuré et déjà impatient de lire la suite ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.