Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
bittersweet

Réflexions sur les rapports Dominant / Dominé

Question

Hello,

 

Suite à une conversation où je théorisais visiblement trop dans un cadre qui se voulait uniquement dévoué à la gaudriole j'aimerais bien discuter du sujet dominant / dominé avec plus de réflexion.

 

Que ce soit bien clair je ne rejette pas ce type de jeu sensuel / sexuel. Depuis qu'une ex m'a fait découvrir mon potentiel dominant, ainsi que le plaisir que j'éprouvais à profiter de sa soumission, je suis très sensible à la chose. De même je crois qu'il me serait aussi profitable de vivre un peu mon côté dominé histoire de me connaitre mieux. Je ne juge pas, je cherche à comprendre de quoi il retourne.

 

De ce que je sais c'est un terrain glissant que l'on ne peut pas vraiment éviter de parcourir. Le rapport dominant / dominé est inscrit dans nos gènes, c'est un phénomène qui est très lié aux amygdales situées dans notre cerveau. Elles ne servent pas qu'à cela mais à la gestion de la lecture comportementale et de la peur sociale, on a cependant déterminé que plus les amygdales sont fonctionnelles plus on est anxieux / hyper émotif / dépressif / soumis et qu'à l'inverse moins elles sont réactives plus le sujet sera calme / faiblement émotionnel / satisfait / dominant. Bon tout ça ne nous dit pas exactement de quoi sont faits nos rapports dominant / dominé, juste qu'ils sont profondément ancrés en nous. D'autant que cette zone profonde est très ancienne en terme d'évolution.

 

Une théorie avance que ce comportement que l'on retrouve chez toutes les espèces animales (et on parle aussi de domination dans le règne végétal) est une nécessité évolutive : un groupe composé que de dominants ou que de dominés ne pourrait arriver à survivre. Le groupe de dominants se laissant déchirer par les querelles et le groupe de dominés ne parvenant pas à prendre de décisions. On fait partie de ce monde évolutif, il faut faire avec notre nature.

 

 

Il y a un truc très intéressant tout de même dans le fonctionnement des amygdales : c'est qu'il évolue en fonction des événements et comportements. Un sujet dominé peut devenir progressivement dominant en s'exerçant à ce comportement. Rien n'est figé et c'est à mon sens la raison qui fait que toute dictature finit un jour par s'effondrer : un jour ou l'autre la majorité des esprits se rebellent et font tomber leurs despotes. Ça c'est un autre truc qui me passionne... le lien entre sexualité et politique qui s'avère en fait tenir particulièrement à ce que c'est la même zone du cerveau qui gère notre soumission sociale ou sexuelle. Des questions comme "jusqu'où la syphilis d'Hitler qu'il avait chopé dans on ne sait quel bouge l'a conduit à ses folies ?" "Pourquoi les gouvernants aiment souvent se faire traiter comme des chiens par des dominas ?" ou "comment se fait il que dans l'Allemagne de l'Est la sexualité était largement plus permissive et débridée que du côté Ouest ?" etc...

 

 

Bref... je trouve important de discuter de tout ça parce que le rapport dominant / dominé peut s'avérer plus que dysfonctionnel, carrément pathologique. Perso je suis toujours du côté des indiens... que les dominants se fassent bouffer par leurs pulsions je m'en fout un peu, je suis surtout touché parce que ce sont les dominés qui en paient les frais, et ça me défrise parce que je n'aime pas les souffrances et les injustices. Et il y a des seuils, cinq selon les spécialistes, qui vont du comportement relativement équilibré à des épreuves terribles (pour le dominant sadisme cruel utltime, pour le dominé auto mutilation, suicide...). Quand on joue avec ces tendances on fait évoluer notre système amygdalien et on glisse sur cette pente.

Cependant c'est notre nature, et faut dire ce qui est c'est aussi souvent délicieux... donc où sont les limites à ne pas franchir ? Quels garde fous peut on mettre en place ? Et plus généralement que sait on de ce mécanisme ?

 

 

Ça risque partir dans tous les sens parce que le sujet est touffu, mais toutes intervention sera bonne à prendre :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Recommended Posts

Invité

je crois que je vais réfléchir un peu avant de répondre :)

BS en effet c'est touffu et mon petit cerveau va aller consulter mes amygdales féminines et lui demander un résumé clair que je pourrai ici donner .

On te fera une réponse à 4 mains parce que le point de vue d'Alex risque d'être surprenant ;-) (lol j'ai jamais osé lui demandé chic chic chic merci BS)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super, j'ai hâte de lire tout ça :)

 

Je suis tombé sur un sujet qui soulève bien à mon sens le lien qu'il y a entre les rapports sexuels dominant / dominé et ces même rapports dans un cadre professionnel. Bon c'est loin d'être le seul, le fantasme du patron (ou de la patronne) fait couler beaucoup d'encres excitées... mais dans celui à j'ai trouvé un truc qui a l'air anodin mais très intéressant : 

 

 

 

À peine arrivée au travail, mon directeur entre dans mon bureau en me donnant 20000 choses à faire alors que je pensais terminer ce que je n'avais pas eu le temps de faire la veille ! Grrr, rien de tel pour me stresser! Je dis toujours "oui" à tout ce qu'il demande sans même prendre le temps de réfléchir à si c'est humainement possible de tout faire dans les délais ! Bref, mes collègues et mes amies pensent que je suis trop gentille...

 

Je dis toujours "oui" sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences parce que je suis trop gentille soumise...

A noter le "rien de tel pour me stresser", on est pile poil dans l'anxiété amygdalienne.

Un comportement purement professionnel qui va vite se confondre dans un comportement sexuel. Cela souligne bien je trouve que la soumission peut facilement être issue d'une attitude générale qui peut avoir des conséquences bien au delà des plaisirs des sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le rapport dominant/dominé n'est plaisir que si les 2 partenaires y trouvent leur bonheur.

Si ma chérie n'avait pas été partante je n'aurais jamais connu de tels rapports et JAMAIS je n'aurais cherché à l'obligé.

Ces rapports sont soft ou hard que celui qui le pratique.

Evidemment chacun à sa barriere entre le soft et le hard.

Tu devrait tenter l'expérience et tenter le jeux avec ta compagne, demande lui une photo sur ton portable d'´une partie de son corp dénudé, de son choix, plus tard tu lui exigera la partie que tu veux voir !

Dit lui de rentrer sans sa culotte et de la glissé dans ta poche avant de te dire bonjour . . .

Tu verra rien de tel pour pimenter la soirée qui sera lonnnnnnnnnngue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai connu ça et d'autres choses... avec ma compagne ce n'était pas possible car comme tu le dis pour jouer à cela il faut être deux partenaires consentants, et puis vu la tournure des choses ces derniers temps je craint qu'elle ne soit plus ma compagne, ce qui complique un peu plus l'expérience. Bref...

 

En effet il faut être deux (au moins gnark gnark), mais deux êtres compatibles par leur différence, un peu comme deux faces d'une même pièces.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

ouai ouai ouai ben moi j'dis c'est moi l'boss et l'a qu'à pas moufter LN :D

Bon j'arr^te mes conneries un peu et comme ma douce l'a suggéré je vais rassembler mes pensées et je viendrai les déposer en ordre sur ton topic :) alors à un de ces jours mec

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a un point qui me chagrine sur l'aspect des amygdales!!

Comment se situent les personnes qui ont les amygdales retirées?

Bien qu'il s'agisse pour parti d'une exercice pour faire evoluer son côté dominant, je m'interroge sérieusement.

Autre chose, étant normand j'aime parfois prendre les choses en main pour faire avancer des sujets du quotidien mais aussi être bras droit d'un chef pour d'autres choses!!!

comme toi, je n'aime pas les gens subissant l'écrasement d'un dominant non plus.

Sujet certe fascinant bien que touffu :D

sur l'aspect touffu et en toute ironie, c'est l'époque de la chasse aux poils!!!

Sam

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arf !!!

 

Sam... ces amygdales là si on les a retirées ce ne pouvait être que durant une autopsie, elles sont trop profondément enfouis dans le cerveau. ;)

 

Au plaisir de te lire Alex !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu as un nom différent pour les dénommer car perso je m'enrhume et risque l'angine là!!!! :D:crazy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en effet, j'avais confondu avec laes autres amygdalles :D

je ne suis pas medecin mais là, j'ai eu un peu peur!!! :crazy:

c'est de la grosse opération pour virer ça!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui ^^

La lobotomie à côté c'est une manucure...

 

On les a, on peut pas y toucher pis c'est tout... même chimiquement on sait pas comment influer là dessus, et heureusement parce que sinon les dictateurs auraient la pilule à rendre les masses abruties. Bon tu me diras ça existe déjà, ça s’appelle la télé...

 

Le seul moyen de faire évoluer son fonctionnement c'est le jeu de rôle :o

Et justement le jeu de rôle c'est ce qui marche pas mal dans les jeux dominants / dominés !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et aussi en normandie, on a : p'tète bien qu'oui, p'tète bien qu'non!!! :crazy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour situer le contexte, je suis encore au début de ma vie sexuelle et je suis particulièrement curieuse. J'essaie d'explorer ma sexualité, mes goûts, qui d'ailleurs changent parfois d'une année sur l'autre, et de découvrir l'éventail érotique qui s'offre à moi. Il est donc probable que je reposte ici l'année prochaine pour dire en quoi j'ai changé d'avis avec ce que je vais écrire ci dessous ^^

 

Ton post m'intéresse surtout sur deux aspects : parce que tu y expliques qu'on ne peut éviter les rapports dominants-dominés (y compris dans le couple et le sexe, je suppose), et parce que tu mentionnes que les rapports peuvent changer. Personnellement je ne me considère ni dominante, ni dominée. Peut-être par méconnaissance de moi-même, peut-être parce que j'essaie de ne jamais avoir de tels rapports de force dans mes relations, peut-être surtout un peu des deux. Pour le moment, je suis convaincue que chacun, dans un couple comme dans la vie, doit s'approcher autant que possible d'un équilibre entre être soumis et dominant : les soumis doivent apprendre à s'affirmer davantage, et les dominants à se refréner pour laisser les autres s'affirmer. Pour moi, c'est une question de développement personnel et d'harmonie avec les autres (harmonie du couple comprise). Que le rapport dominant-dominé soit inscrit dans les gênes ne veut pas dire qu'il faut l'accepter à 100% et faire avec, mais juste qu'on a une prédisposition naturelle, relativement malléable. Après tout, nos amygdales sont programmées pour nous faire flipper dès qu'on a l'impression que le buisson a bougé, parce que l'évolution veut que celui qui survit, c'est celui qui a peur qu'il y ait un tigre dans le buisson. Aujourd'hui, je doute que beaucoup d'entre nous ait l'éventualité d'un tigre planqué dans le jardin, alors de même qu'on ne panique pas quand un buisson bouge, ne suivons pas aveuglément notre prédisposition à la soumission ou à la dominance. ** fin de la parenthèse amygdale :P **

 

J'ai beaucoup de respect pour les relations ds, notamment parce qu'elles impliquent une totale confiance et une forte connaissance de soi. Je n'ai donc absolument rien contre ceux qui choisissent d'instaurer un rapport ds dans leur couple. C'est de leur plein gré, en toute connaissance de cause, et tant que des limites sont posées et respectées, ça me semble une très saine exploration de soi, de l'autre, et de la sexualité. Pour ma part, j'aimerais volontiers tenter l'expérience, plutôt de façon switch. Je ne sais plus quelle étude a d'ailleurs prouvé que les personnes switch étaient psychologiquement plus stables que les autres. Pour schématiser, switch > soumis > dominant > vanille. Je chercherai l'étude si ça vous intéresse.

 

Ceci dit, dans les faits, je ne suis pas sûre du tout que je pourrais être soumise, en tout cas c'est quelque chose qui à ce jour me ferait presque un peu peur. Je ne saurais dire ce qui m'inquiète, probablement la peur que mon partenaire abuse de ma confiance. Ce qui est est assez irrationnel, à partir du moment où le partenaire est une personne de confiance. J'ai sans doute à ce sujet quelques trucs à régler avec moi-même. Rien qu'avoir les mains attachées pendant un câlin m'avait fortement frustrée, et plutôt déplu... Je ne suis pas prête, je pense, mais j'espère l'être un jour, car le chemin d/s me semble intéressant à parcourir.

Un ancien partenaire me considérait comme soumise, dans notre relation. La façon dont je voyais les choses, c'était que je le laissais m'aider à explorer la sexualité sur des terrains qu'il connaissait. Donc je suppose que j'étais bel et bien soumise, même si je ne l'ai jamais vu comme ça ^^ De ce point de vue, j'ai été dominante pour d'autres partenaires, ce qui m'amène à penser que je ne suis ni vraiment soumise, ni vraiment dominante, comme je disais tout à l'heure, ou que ça varie, comme tu le disais plus haut. Sur le point de vue sexuel à proprement parler, je suis domina si mon partenaire me le demande, ce qui est une nouvelle preuve que dans les relations d/s, c'est le soumis qui a le pouvoir :grin:

 

Pour finir, je me pose comme toi des questions sur les rapports dominants/dominés, plus particulièrement sur l'aspect spirale infernale, à défaut de terme plus approprié. On sait que le porno tend, chez plein de gens, à rendre accro, avec pour résultat que certains et certaines ont besoin d'images pour s'exciter, et que ce qui leur semblait érotique il y a quelques années tend désormais à les laisser de marbre. Je me demande si le d/s n'aurait pas un peu le même défaut... Je lis de temps en temps que certain(e)s ne peuvent plus s'en passer, ne trouvent plus d'intérêt au sexe vanille. Alors certes il y a la possibilité que le sexe d/s leur ait été une révélation qui surpasse tout ce qu'ils aient connu, mais il y a aussi la possibilité qu'ils aient besoin d'aller toujours plus loin pour être satisfaits, quitte à perdre le goût de l'érotisme le plus simple... Je m'avance peut-être, hein, mais je me pose la question. Qui rejoint la tienne, d'ailleurs : quels garde-fous ? Où sont les limites ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ni Dominante (j 'ai eu l occasion de tester, j'ai l'autorité et la cruauté d'une laitue) ni dominée (je déteste obéir et je n'en fais qu'à ma tête.

Pourquoi tout devrait être binaire?

 

Dans la vie, il y a souvent un dominant, un dominé, des gens suiveurs. Je pense que tout n'est pas blanc ou noir. On voit souvent des gens à responsabilités, ou autoritaire IRL rechercher la soumission.

 

Je ne suis pas d'accord sur le fait que dominer quelqu'un soit forcément pervers, tant que les deux y trouvent du bien être et de l'équilibre et que ce soit consensuel

 

J'ai toujours aimer épicer ma sexualité. Et je me suis aperçue que pour des mecs vanilles, mettre une fessée pouvait être difficile, qu(ils auraient plutôt été caresses, là où moi je voulais des jeux plus rudes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Et hop une réponse que nous ne ferons donc pas parce que lady l à fait pour nous et que nous avons rien à rajouter :-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et hop une réponse que nous ne ferons donc pas parce que lady l à fait pour nous et que nous avons rien à rajouter :content:

 

:lal: Je proteste ! C'est un peu facile d'attendre que quelqu'un se lance et de dire "rien à rajouter". Grrr.

 

Allez hop, partagez votre avis et votre expérience. Et n'allez pas dire qu'on a la même, je sais que vous n'êtes pas une femme de 26 ans :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’approuve doublement Ladyvine, fuyards ! ^^

 

 

Merci Lady pour ta réponse dense et très intéressante, notamment sur l'équilibre du switch. J'apprécierais beaucoup de pouvoir lire cette étude, c'est certain !

Cela a l'air de coller avec le principe qui veut que l'inversion des rôles a tendance à réduire les tendances imposées par notre cerveau. Cela donne aussi à penser au sujet des grands dominants de ce monde, ministres et autres, qui vont dans certaines alcôves se faire dominer avec une certaine extrémité. Ce serait peut-être une sorte de réflexe servant à retrouver un équilibre.

 

Pour l'instant j'ai l'impression que le garde fou principal est d'essayer d'être le plus conscient possible, d'essayer d'avoir un bon recul quand il faut. En apprendre sur nous même et sans doute essayer de favoriser le switch pour s'équilibrer et éviter la spirale comme tu dis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime la pratique dominant/dominé à ne pas confondre avec une soumisse et de maitre !!!

Je prend le role du dominant mais si ma femme veux changer les roles je l'accepterai aussi sans soucis.

Je fait l'amour à ma femme, tendresse, caresse, calin et preliminaires mais parfois pour un peux de piment et ce coté dominant est le bien venu.

Tout est dans le respect, aucune douleurs ou humiliations juste du plaisir meme si une fessées et les mots crus sont dans le jeux.

Beaucoup de gens pratique mais très peux l'avoue

Cessez de jouez les coincés, déverrouillez vous et votre vie sexuelle vous en remerciera

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suite à quelques échanges je me rend compte que tout le monde n'a pas capté le truc des amygdales.

 

Ce ne sont pas les amygdales au fond de la gorge mais au fond du cerveau ^^

 

Celles là, en rouge : 

 

Amygdala.gif

 

Et désolé si le sujet de départ est hyper confus et pas sexy... ça touche tellement de choses au delà de nos parties génitales... ^^

Je remercie d'autant plus celles et ceux qui ont eu le courage de s'y pencher.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour ce cours car j'ai plongé!!!

d'ailleurs, le siège de la libido est-il proche de la vessie?

J'ai l'impression que c'est comme une envie de pisser!!! :rofl::P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai retrouvé l'étude, et l'article qui en parle. Au temps pour moi, la stabilité mentale n'a rien à voir dans l'histoire ^^

 

"Après avoir interrogé 902 pratiquants du BDSM et 434 personnes à la sexualité dite plus « classique », et sans qu’aucun ne sache le véritable objectif de l’expérience, il est apparu que les adeptes du BDSM, au vu des réponses apportées au questionnaire soumis,  étaient notamment plus extravertis, plus ouverts à de nouvelles expériences, moins névrosés et moins angoissés que les autres.

Les conclusions formulées par les scientifiques n’ont pas permis d’affirmer que les adeptes du BDSM étaient mieux équilibrés que la moyenne, mais plutôt d’expliquer que la pratique du BDSM n’était que la recherche d’un plaisir comme un autre, totalement indépendant de la santé mentale de ses adeptes. Ceux qui prennent du plaisir dans les jeux BDSM ne sont donc ni plus ni moins équilibrés que ceux qui les recherchent dans la collection de timbres anciens ou dans les courses de lévrier."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà une lecture très intéressante !!! Merci je vais essayer de choper le bouquin.

 

 

 

... la pratique du BDSM est extrêmement codée et il existe de nombreuses règles telles que la nécessité d’un « safe word » qui met immédiatement fin à une séance ou celle d’établir un contrat préalable qui définit les souhaits et limites de chacun des partenaires. Le fait d’aller chercher le plaisir autour de certaines limites exige en fait d’être absolument sain d’esprit afin d’éviter tout débordement.

 

On en revient à l'importance des garde fous :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà une lecture très intéressante !!! Merci je vais essayer de choper le bouquin.

 

 

On en revient à l'importance des garde fous :)

Safeword est surtout lié au BDSM hard, et détermine les limites réelles de la soumise

 

A l'inverse, dans le soft, un simple non ou stop suffit

 

 

Le BDSM soft est dans la recherche du plaisir, le hard dans la performance

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Euh on peut ne pas vraiment avoir d'avis sur la question?

 

Je ne pense pas avoir l'esprit "dominatrice" ou alors j'ai des œillères.

 

Etre dominée, il n'en n'est pas question ou peut-être que je devrais le mettre au passé finalement car certains ont su exciter cette corde là chez moi, que j'ignorais. 

 

Sujet complexe pour moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Guest sonny08
      Par Guest sonny08
      Tu es là, lascivement allongée sur ce lit. Entre ombre et lumière ton corps m’apparaît comme la sensualité même.
      Tu me regardes, tu me défies.. Tu m'attends.
      Alors je m'approche, je glisse sur ta peau pour venir poser un baiser dans ton cou.. puis à la naissance de tes lèvres.. Avant de t'embrasser langoureusement.
      Tu mets tes mains dans mes cheveux et délicatement me fais glisser sur le haut de tes seins, puis ton ventre, puis tu laisses ma bouche en tête a tête avec ta jolie dentelle, masquant a peine le joli sexe que tu m'offres.
      Je fais glisser le tissu et te regarde dans les yeux.. Je croise un regard plein de défi, de désir et d'envie.
      Mes lèvres parcourent tes cuisses puis viennent embrasser ton aine. La pointe de ma langue ondule langoureusement jusqu'à la naissance de ton sexe.
      Je te regarde quelques secondes et mordille ma lèvre. Je vais te dévorer, tu le sais.
      Ma langue remonte lentement sur la longueur de ton sexe, avant de couvrir ton clitoris d'un baiser langoureux.
      La pointe de ma langue glisse sur ton petit bouton de plaisir, elle ondule, dessine de petits cercles de 'l’extérieur vers l’intérieur. Puis, le coiffe d'un rapide baiser.
      Ma langue descend pour lécher ton sexe de haut en bas, de bas en haut, j'ondule sur tes petites lèvres puis mes caresses linguales se font plus appuyées, plus entreprenantes..
      J'avance doucement vers l’intérieur et ma langue fouette tes petites lèvres. Elle s'ouvrent timidement et ma langue te pénètre.
      Je te dévore encore quelques instants, puis mes lèvres se referment sur ton clitoris, pendant que mon majeur viens se glisser en toi. Ton gémissement timide et ton regard provocateur m'indiquent que c'est la bonne voie.
      Mon doigt disparaît en toi. Je replie la dernière phalange et masse doucement tes parois, en revenant en arriéré, puis en avançant. Tes soupirs me guident vers l'endroit de ton plaisir.
      Mon index entre à son tour dans ton sexe de plus en plus épanoui. Ton excitation facilite son entrée et il vient rejoindre mon majeur pour titiller les endroits les plus sensibles, leurs gestes sont coordonnées. Tantôt collés, tantôt opposés, ils sont les instruments de ton plaisir.
      Ma langue se concentre toujours sur ton clitoris, elle le fouette, elle ondule, elle dessine de petits cercles..Mon souffle chaud et humide glisse sur lui.
      Mes yeux fixent les tiens, je cherche ton plaisir... En en prenant beaucoup.
      Mes caresses sont précises et passionnées. J'aime voir cette émotion si intense au fond de tes yeux.Tes mains se crispent sur mes cheveux. Tu n'as jamais été aussi belle.
      Tu prends mes épaules et accompagne mon visage jusqu'au tien. Nous nous embrassons, ton regard est intense. Je te sens bouillante, mais inassouvie.
      Nos regards sont l'un dans l'autre, ta peau contre ma peau, tes seins contre mon torse. Mon sexe collé au tien durcit.. J'ai envie d’être en toi, j'ai envie d’être à toi..
      Tu mets tes mains sur mes fesses et dans un soupir nous fusionnons.
      Mon sexe franchit les portes de ton paradis.
      Mes mains sont folles de ton corps, je caresse tes hanches, ton ventre et tes seins.. Ma bouche se perd sur ton joli téton et je l'embrasse fougueusement a chaque fois que tu te cambres. Ma langue s'enroule enfin autour de lui et je le suce avec gourmandise..
      Nos mouvements sont liés, nos corps sont collés l'un a l'autre, dans une danse de plaisir. Jusque là esclave de mon désir, me voilà maître de mon plaisir. Et en quête du tien.
      Nous faisons l'amour comme des fous, mes pénétrations s’accélèrent, elles sont plus longues, plus puissantes, plus précises au fur et a mesure de nos échanges de regards, de tes soupirs de plaisir.
      Nous continuons jusqu'au plaisir ultime, jusqu'à la jouissance finale. Je sens mon désir monter, je sent ton plaisir arriver à son summum. Nous nous laissons aller a un dernier gémissement, à un dernier geste, au plaisir.. Tes pupilles se dilatent et ton regard se perd, envahi de plaisir. Nous restons quelques instants suspendus par le plaisir, ailleurs, au 7eme ciel. Notre plaisir commun comme nirvana. Enlacés nos corps s'effondrent sur le lit. Et dans un sourire, nous nous embrassons.
       
       
      Je sais que ce récit manque peut être un peu de mise en scène, d'intro ou de conclusion, mais j’espère qu'il vous a plu.
      N’hésitez pas à me laisser vos commentaires... 
      Et merci de la lecture !
    • Par Gas
      Bonjour à tous,
       
      Je n'ai pas trouvé de débat autours de ce sujet chaud qu'est la prostitution alors je le lance ici. En cette période où il commence à être question de l'interdire (pour l'instant, ils ne veulent pas interdire la prostitution mais punir les clients, je ne vois pas vraiment de différence, mais bon, passons), il me semble important d'en parler. J'ai bien sûr un avis sur la question, mais j'aimerai pouvoir le confronter à l'avis d'un plus grand nombre de personnes (car pour l'instant, je n'ai pu le confronter qu'à celui de mes parents qui est assez catégorique et sans appel...).
       
      Dans une société, la prostitution est-elle nécessaire, bonne, mauvaise, un mal pour un bien, utile, dangereuse, dégradante... ?
       
      Avez-vous déjà eu recours aux services d'une prostituée/d'un gogolo ou avez-vous déjà pratiqué des relations sexuelles pour de l'argent ? Quel a été votre ressenti ?
       
      Pensez-vous que la prostitution devrait-être interdite, légiférée, encadrée, laissée dans la situation actuelle... ?
       
      La prostitution est-elle moralement acceptable ? Je parle ici de dignité humaine.
       
       
      Pour ma part, j'ai tendance à penser qu'il ne faut pas l'interdire mais qu'au contraire, il faudrait ré-introduire des maisons closes (comme c'est le cas en Espagne et en Belgique, me semble-t-il) dans lesquelles les femmes pourraient travailler dans des bonnes conditions de confort et d'hygiène, dans une structure légale qui leur donnerait accès à un salaire fixe, une médecine du travail, une reconnaissance sociale (car il n'y a pas, à mon sens, de sous-métier), une couverture sociale, etc.
      Ce qui me dérange avec la prostitution, c'est tous ces mac qui se font une thune pas possible sur le dos de gamines (pas forcément mineures, mais disons des jeunes femmes) exploitées qui n'ont pas forcément leur mot à dire et je pense qu'un instituant un cadre légal à la prostitution, ça va réduire considérablement le nombre de ces commerces (à défaut de pouvoir les tuer véritablement). Si au contraire on bloque tout, j'ai peur que ces business explosent.
      Après, je ne connais personnellement aucune prostituée et il est fort possible que la vision qu'on en a est pleine de préjugés dus à une mauvaise information (voire carrément une désinformation) sur ce milieu et le peu d'intérêt qu'il suscite chez les journalistes, les politiques, etc.
       
       
      Voilà.
      Mon avis n'est pas gravé dans le marbre et est sans doute contestable. Donnez le votre, le débat épineux est ouvert.
    • Par uplustfr59
      Bonsoir! Qui connait un homme avec le penis courbé ? A gauche , a droite , haut ou bas .Le mien courbe vers la gauche , malgres les complexes de l adolescence je le vit tres bien maintenant et ma copine egalement.
      Y a t il des hommes concernés ici? dites comment vous le vivez.
      Les Femmes dites ce que vous en pensez et si cela vous gene.
    • Par mto1
      Mesdames,
      au moment de l'éjaculation, préferez-vous que ce soit à l'intérieur? sur votre corps? ou ailleurs?
      Que ressentez vous dans chacun de ces cas?
       
    • Par rtx42
      La rencontre
       
      Janvier.
      Esplanade de la Défense. L’air est frais, il fait beau.
      Les gens autour de moi sont pressés. Pour une fois j’ai du temps devant moi.
      J’en profite, je flâne,  je regarde la lumière se réfléchir sur les tours, révélant des formes nouvelles, issues de ces monstres de verre et de béton.
      Je regarde aussi les gens qui se pressent autour de moi.
      Mon œil s’attarde sur de jolies silhouettes, sur des étudiantes délurées, qui passent en éclatant de rire, sur les visages des gens que je croise. 
       
      Soudain mon cœur fait un bond. Je connais cette femme, qui s’approche.
      Son visage m’est familier. Je la scrute, mais elle ne me voit  pas.
      Nous nous croisons, le doute n’est plus possible, je reconnais ses grands yeux clairs derrière ses lunettes.
      J’hésite, attends, puis son nom fuse. Elle continue d’avancer.
      Sans réfléchir, je la suis et l’appelle encore.  Je la vois sursauter, s’arrêter, se retourner.
      Elle me regarde sans me reconnaitre, me serais-je trompé ?
       
      Puis nos yeux se rencontrent et je la vois sourire, c’est bien elle, cette amie Finaute.
      Cela fait plusieurs mois que nous échangeons, faisons connaissance, nous caressons avec des mots. Nous éprouvons l’un pour l’autre un fort attachement.
      Cette rencontre improbable a lieu à un endroit encore plus improbable. Mais somme toute c’est logique.
      Qu’est ce que tu fais là ? Comme toi, je suis en déplacement professionnel Nous nous connaissons, mais ne nous sommes jamais rencontrés.
      Comment lui dire bonjour. J’hésite puis l’embrasse sur la joue. Elle me rend  ce baiser. Puis l’autre joue un peu plus près de sa bouche, de ces lèvres que j’ai envie d’embrasser, mais le cœur me serre.
       
      C’est elle qui tourne doucement la tête pour que nos lèvres se rencontrent. C’est d’abord un baiser furtif, presque volé, puis un baiser qui revient, s’enhardit. Nos langues font connaissance, se caressent. Nous nous goûtons pour la première fois.
      Je l’enlace, mais nos vêtements d’hiver nous gênent.
      As-tu du temps ? J’ai 1 heure avant mon prochain rendez-vous. Viens on va s’assoir dans un café. Nous nous retrouvons côte à côte sur une banquette au fond d’un café. Nous avons enlevé nos manteaux.
      Mais comment as-tu fait pour me reconnaître ? La chance et une bonne mémoire. Disons Je la détaille, regarde son sourire, ses rondeurs. Je suis hypnotisé par l’énergie qui se dégage d’elle. Je la dévore littéralement des yeux, mais je ne m’en rends compte que lorsque j’entends
      Arrête de bloquer sur moi Désolé mais j’y peux rien, je suis tellement abasourdi que tout ceci arrive Nos mains se sont rejointes et se caressent mutuellement. J’adore la sensation des ces doigts qui s’emmêlent, se touchent.
      Je me penche vers elle, elle vient se nicher au creux de mon cou et me dit
      Tu sens bon. Laisse-moi te respirer. Je caresse ses cheveux. Son parfum chatouille mes narines, son odeur m’enivre doucement.
       
      L’envie de l’embrasser me submerge. Je veux prendre sa bouche mais elle me l’offre. Je la goûte, la déguste. Elle parcoure mon visage des baisers elle me mange, me savoure.
      Mes mains ne peuvent rester en place et partent à la découverte de ses rondeurs. Je sens les siennes qui palpent ma poitrine, qui effleurent la bosse de mon pantalon.
      Nous nous découvrons avec tous nos sens. Nous parlons, aussi, mais la conversation est un peu décousue.
       
      Le temps file entre nos doigts. Lorsque je réalise que l’heure tire à sa fin, je lui demande
      Quand repars-tu ? Demain  Alors dinons ensemble, ce soir Je sens qu’elle hésite, mais j’insiste
      S’il te plait, le hasard a permis cette rencontre, ne le décevons pas. Je ne sais qui, de mes arguments ou de mon désir de la revoir la convainc, mais elle accepte.
       
      Comme mon hôtel est à côté de la place Pigalle et qu’elle loge chez des amis à côté de la station Rennes, nous nous donnons rendez-vous au métro Abbesses.
      Nous avons rendez-vous à 19 :30. Je suis venu à pied depuis mon hôtel, mais je suis en avance.
      Je me prépare à l’attendre, quand je la vois sortir de la bouche de métro.
       
      Nous trouvons un resto.  Lorsque nous enlevons nos manteaux pour nous installer, je constate qu’elle s’est changée et légèrement maquillée. Je la sais coquette, mais cela me touche (Ceci dit j’ai aussi pris une douche et me suis parfumé lorsque je suis repassé à l’hôtel).
       
      Nous parlons de nos vies, de Paris, où nous avons tous les deux longtemps habité.
      Nos mains se touchent, se caressent. Les pressions de nos mains l’une sur l’autre, provoquent des petits frissons doux et délicieux. 
      Nous évoquons ce que nous avons écrit ou lu sur FI.
      J’aimerais pouvoir la câliner, mais la configuration de la table rend difficile les contacts. Seuls nos genoux et nos mains se frôlent.
       
      Naturellement nous en arrivons aux jeux qui nous ont aidé à faire connaissance et notamment un que j’avais évoqué :
      Découvrir l’autre en n’utilisant qu’un seul  de nos 5 sens à la fois.
      Tu n’as pas envie qu’on essaye de réaliser ce jeu ? Quand, maintenant, mais tu es fou ? Puis de toute façon on n’a pas ce qu’il faut. Je n’ai pas tout de qu’il faut, mais j’ai des bouchons d’oreille et des masques pour dormir. Par contre je n’ai pas de pince-nez. Tu es sûr que tu as envie de me voir nue. Je n’aime pas trop mon corps. Ecoute je ne sais pas ce que je vais voir de ton corps. Je ne sais pas si je vais en aimer tous les détails, mais c’est toi qui m’as dit qu’il valait mieux s’attacher à la vue d’ensemble plutôt qu’aux détails.
      Et là je vois une femme ronde qui dégage beaucoup d’énergie et la vue d’ensemble  me plait bien. Je la vois rougir à cet aveu. Je prends ses 2 mains entre les miennes, les presse, les caresse.
      S’il te plait … Je me penche par-dessus la table, pour l’embrasser. Notre baiser se fait plus passionné et j’accroche la carafe d’eau qui se renverse sur la table.
      Elle éclate de rire…
      OK, tu as gagné, comment veux-tu t’y prendre ? Je propose, que l’on commence par la vue, ensuite le goût et l’odorat en même temps, car on ne pourra pas les dissocier, puis le toucher et enfin l’ouïe où chacun écoutera l’autre raconter ses sensations. Es-tu d’accord ? Elle hoche la tête et nous partons vers mon hôtel.
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.