Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Neo3Lus

Journée de plaisir

Recommended Posts

J’avais réservé le restaurant pour 12h30. Une petite table en terrasse nous attendait au bord de l’eau. Le cadre était parfait pour un déjeuner en amoureux. Personne ne pouvait douter, en nous voyant, qu’il pouvait en être autrement. Le repas se passe doucement. Nous mangeons de bon appétit, heureux d’être là. Discrètement, alors que je te demande de regarder quelque chose sur l’eau un peu plus loin, je dépose devant toi un petit paquet cadeau. Touchée, tu l’ouvres et me remercies d’un baiser.
Nous repartons vers 14h main dans la main. Nous montons dans la voiture et reprenons la route. Le GPS nous conduis, tu te laisses guider.
Nous arrivons devant un hôtel. Un endroit calme et tranquille, loin de tout.
La chambre avait été réservée. Elle est décorée avec goût, des rideaux à la fenêtre filtre la lumière du soleil pour lui donner une atmosphère douce et chaleureuse dans une légère obscurité. Un grand lit trône au centre de la pièce, une salle de bain tout de suite à gauche de l’entrée de la chambre laisse entrevoir une belle baignoire blanche assez grande pour nous accueillir tout les deux. Tu me regardes et esquisses un petit sourire malicieux et coquin. Nous allons pouvoir avoir notre bain ensemble...

N’y tenant plus, submergé par le désir, nous nous jetons l’un sur l’autre dans une joute de baisers dont nul ne pourrait entrevoir le vainqueur. Nos bouches se collent, nos langues se mêlent, nos salives se mélangent distillant ainsi les saveurs de chacun dans la bouche de l’autre. Nos cœurs battent la chamade, nos respirations s’accélèrent au même rythme, les senteurs de notre désir sont si intenses qu’elles parfument la chambre. Nos corps, eux, brûlent et rayonnent. Nos bras s’entrecroisent, nos mains ne savent plus où donner en caresses. Chacun explore le corps de l’autre, cherchant par la même occasion a nous débarrasser l’un l’autre de ces habits qui nous gênent.
La frénésie nous emporte, nos baisers sont sensuels et fougueux. Tour à tour tendres, passionnés, intenses presque indécents, mais animés par le même désir, les mêmes pulsions érotiques et concupiscentes.
Nous nous sommes vite retrouvés nus, debout, l’un contre l’autre, partageant nos chaleurs, nos parfums, nos âmes.
Décidant de prendre l’initiative, je te pousse doucement, mais avec assurance presque autoritaire, vers le lit. Presque soumise tu te laisses faire à mes élans de mâle dominant. Je te laisse choir sur le lit, mon regard est noir de désir. Je te regarde, te dévore avec des yeux qui te caressent sans même te toucher. Cela t’électrise, attise la douce chaleur qui brûle dans ton bas ventre.
Puis je me place sur toi, jambes et bras de chaque coté de ton corps, coudes appuyés sur le lit, je prend ta tête entre mes mains comme une rose que je cajole, que je serre avec force et tendresse tout à la fois. Ma bouche s’approche de la tienne, nos lèvres se joignent, nos langues se cherchent à nouveau. Nos regards se croisent, tu vois dans le mien cette flamme qui semble brûler avec ardeur, qui pourrait te consumer tellement elle est intense, tellement elle te désire. Cette détermination ne fait qu’accentuer ton excitation, tu sens ton sexe s’inonder de ta mouille, tes lèvres s’ouvrir, ton clitoris frissonner d’envie, désirant accueillir cette folle passion qui m’anime, désirant se faire aimer lui aussi avec cette même intensité.
Avec ma main droite, je caresse ton visage. Ta joue, tes lèvres. Mes doigts cherche a les écarter. Mon index se glisse dans ta bouche, ta langue se met à le lécher, tes lèvres le suce de façon érotique et sensuelle, presque coquine et indécente. J’aime te voir faire cela. J’aime imaginer mon sexe à la place de ce doigt que tu suces goulûment. Nos regards se croisent encore, des regards malicieux et coquins. Nous nous amusons comme des adolescent dans des jeux impudiques. Nos yeux sourient de notre légèreté. Pas besoin de mots, nos yeux se comprennent.
Mes lèvres viennent à nouveaux se coller aux tiennes, ma main, elle, est partie explorer d’autres lieux. Presque sans s’attarder, elle est venue saisir à pleine paume ton sein, que je malaxe avec fermeté. Mes doigts frottent la pointe de ton téton durci par ton excitation, la pince. Ma main torture à nouveau ton sein, cherchant a le pétrir, le modeler selon mes envies. Tu es soumise à mes caresses barbares teintées de légères douleurs de tes seins ainsi meurtris mais que le plaisir surpasse.
Quittant tes lèvres, ma bouche descend directement vers ce sein endolori, mes lèvres l’embrasse, ma langue en lèche la pointe comme pour en apaiser les tourments.
Elle descend encore. Atteint ton ventre, ton pubis. Mes doigts sont déjà là. Ma main s’est introduit entre tes cuisses, s’est frayer un chemin de caresses de tout leur long pour atteindre directement ton sexe chaud et humide.
Du bout des doigts j’écarte tes grandes lèvres, en caresse les parois, frôle l’écrin de ton petit bouton rose mais ne s’y attarde pas, ma langue va s’en charger...
Ton vagin est trempé par ta cyprine, mon majeur et mon index n’ont aucun mal à s’y engouffrer jusqu’à la garde. J’atteins les profondeurs de ton intimité. Entame de langoureux va et viens, frottant les parois de ta grotte aux plaisirs pendant que ma langue, maintenant à l’œuvre, lèche la chair rose et douce de tes lèvres intimes. Tel un fruit aux mille délices j’en savoure chaque goût, chaque parfum et m’en délecte avec boulimie.
Je suis maintenant allongé le long de ton corps, positionné de telle sorte que tu puisses constater de l’ampleur de mon désir pour toi. Mon sexe à portée de tes mains et de ta bouche pour une communion de caresses partagées dans un 69 enivrant.
Pendant que ma langue lape avec passion ton petit fruit de plaisir et que mes doigts aventureux dans tes profondeurs affolent tes sens, tu saisis ma verge avec tes mains, plus dure et plus grande qu’elle ne l’a jamais été. Tu la caresse tendrement cherchant à en explorer par ce contact tous les détails, parcourant de toute sa longueur ce membre viril avec tes doigts. Tirant sur mon prépuce, tu mets à jour mon gland gonfler à l’extrême par l’excitation. Approchant ta bouche, tu en fait le tour avec ta langue, léchant délicatement la surface de la pointe. Puis tu le prends entre tes lèvres, y dépose un baiser pour bientôt engloutir dans ta bouche mon sexe tout entier pendant que tes doigts, serrés sur ma verge, accompagnent la progression. Tu le ressors presque complètement de ta bouche pour ne garder, entre tes lèvres, que le gland que tu t’amuses a entrer et sortir de ta bouche tout en exerçant une légère pression avec tes lèvres. Puis tu l’engloutis de nouveau dans la chaleur douce et sensuelle de ta bouche dans de délicieux mouvements. Tantôt réguliers et lents qui me procurent un plaisir presque divin, tantôt par saccades et rapides qui me font monter le plaisir à l’extrême. Ta main, ne restant pas inactive, me branle délicatement par de tendres et habiles caresses.
Pendant que tu me procures ces délicieux plaisirs, je continus mon labeur sur ton propre fruit, cherchant à découvrir tous les secrets qui te conduiront à l’extase de la jouissance.
Mes doigts s’agitent dans ton antre, ma langue se tortille dans l’embrasure de ton sexe léchant avec avidité chaque recoins, mes lèvres avalent ton clitoris sensible à mes assauts incendiaires. Tu te tords de plaisir, ondulant ton bassin, offrant ton sexe à ma bouche vorace. Des soupirs de plaisir sortent de la tienne, étouffés par mon sexe que tu suces goulûment. En parfaite communion nous nous efforçons de nous rendre le plaisir que nous nous donnons mutuellement.
Avançant ma tête un peu plus entre tes jambes, délaissant ainsi ton clitoris brûlant et ton vagin des attaques de mes doigts, je me met a lécher le petit espace qui sépare ton sexe de ton autre intimité, plus secrète, plus impudique. Tu sembles approuver mon audace en avançant encore ton bassin pour m’y laisser libre accès. Ma langue en pointe titille son entrée, cherche a en forcer le passage. Mon index, largement trempé de ta mouille, s’introduit de quelque millimètres dans ton anus lui aussi largement humidifié par mes coups de langue. Sentant que la résistance à sa progression s’estompe, c’est maintenant tout entier qu’il s’enfonce dans cet autre puits de plaisirs. Ma langue revient à la charge de ton clitoris pendant que j’engouffre mon pouce dans ton vagin dilaté.
A coups de langue, de baisers, de caresses, de fellation délicieuse, de doigts habiles nous nous faisons du bien pendant de longues et passionnées minutes d’extase. Si bien que, n’y tenant plus, submergés par ces plaisirs excitants, nous nous laissons allé à la jouissance. Une jouissance longue et intense qui fait brûler nos corps comme un volcan qui explose soudain après un long sommeil. Nos respirations sont devenus si rapides que nous en manquons de souffle. Le sirop de ta jouissance inonde mes doigts et vient taquiner ma bouche et ma langue de ses saveurs. Je le savoure, en apprécie le goût, en réclame d’avantage. Non en reste, tu sens mon sexe grossir encore en peu plus dans ta bouche, de légères contractions annonciatrices de ma jouissance imminente. C’est un flot chaud et ininterrompu de ma semence qui s’écoule bientôt dans ta bouche par saccades, plus puissante et plus intense à chaque mouvements de ta langue et de ta main qui me branle toujours. Tu récoltes les fruits de ce plaisir immense que tu m’as procuré, dégustant ma jouissance avec gourmandise. Puis, sentant que la source se tarie, tu lèches une dernière fois mon sexe pour ne pas en perdre une goutte.
Finalement nous nous abandonnons, enivrés par cet alcool sexuel et la tête légère comme en apesanteur après un vol en plein ciel.
Nous nous écroulons l’un à coté de l’autre, fourbus mais comblés.
Je me tourne et viens déposer un baiser tendre sur tes lèvres. Nous bouches s’ouvrent, nos langues s’embrassent pour mélanger nos essences mutuelles.
Notre baiser est passion.

Stoppant ces baisers langoureux, je me lève, t’abandonne sur le lit.
- Ne bouges pas. Te dis-je en me dirigeant vers la salle de bains.
Tu me jettes un regard interrogatif, mais acquiesce d’un sourire.
Quelques minutes plus tard je reviens dans la chambre. Tu n’as pas bougé. Allongée sur le lit, nue. Attendant mon retour.
Je m’approche de toi, m’appuie sur le lit au dessus toi, dépose un baiser sur tes lèvres et te demande de me suivre. Comment pourrais-tu dire non.
Je me relève, t’attrape par les mains et te guide.
Nous entrons dans la salle de bain. J’ai fait couler un bain d’eau chaude dont le savon a rempli la surface d’une mousse blanche et fine.
Je rentre dans la baignoire le premier t’invitant ensuite à me rejoindre.
Tu te places entre mes jambes, appuis ton dos sur mon torse pendant que je t’entoure de mes bras.
L’eau est très chaude et apaisante.
Nous restons ainsi un long moment, nous laissant porter par le silence et par la chaleur de ce bain revigorant, tout à notre plaisir de partager un si doux moment ensemble.

Mais mon désir de toi finit par prendre le dessus sur ces instants magiques.
Lentement, mes lèvres commencent a embrasser ta nuque, déposent des baisers sensuels sur ton cou. Pincent le lobe de ton oreille. Tu penches la tête pour t’offrir davantage avec de petits soupirs d’approbation.
Mes mains s’activent, caressant tendrement la surface de ta peau. Bientôt elles s’attaquent à tes seins, les malaxant délicatement de toute leur forme. Taquinant les pointes qui ne tardent pas a durcir sous mes caresses.
Tu sens mon sexe collé contre le haut de tes fesses qui commence à reprendre vie. Bientôt ma main droite glisse le long de ton ventre pour venir se plaquer entre tes jambes. Bien que serrées par le fait de cet espace réduit, tu parviens a écarter les cuisses suffisamment pour que je puisse m’y introduire. Mes doigts trouvent rapidement ton clitoris que je caresse avec douceur.

Tu tournes la tête pour me donner ta bouche. Un baiser sensuel commence alors pendant que mes doigts fouillent ton intimité.

Mais ce lieu est peu propice à des ébats sexuels plus poussés. D’une voix presque autoritaire, je te demande de te lever. Tu t’exécutes et sors de la baignoire.
Après s’être séchés sommairement, je t’entraîne vers le lit.
Tu t’y allonges, te places au centre. Je m’allonge sur toi de telle sorte de me positionner entre tes jambes, ce qui a pour effet de te faire écarter les cuisses. Bientôt nos deux sexes se frôlent, s’embrassent, se découvrent et, pendant que ma bouche cherche à nouveau la tienne, que nos langues entament un combat sans merci, mon sexe maintenant en pleine possession de sa vigueur s’engouffre lentement dans ton vagin, attiré par cette protection que lui prodigue ton intimité.
Je commence alors de langoureux et lents va et viens qui nous procurent des plaisirs insoupçonnés. Je retire mon sexe presque totalement de ta grotte, ne laissant que mon gland encore en toi, puis le replonge d’un coup jusqu’à la garde. Je m’arrête profondément dans ton ventre, puis reprend mes mouvements. Notre respiration s’accélère d’un cran, tu sens mon souffle chaud sur ton cou. Mes va et viens sont maintenant plus rapides, nos plaisirs plus intenses. Puis je te retourne pour changer de position. Maintenant c’est toi qui me chevauche. Tu commences alors de lentes montées et descentes le long de mon membre. Tu te redresses, tes mains appuyées sur mon torse, m’offrant la vision de mon sexe avalé par le tien, ainsi que tes seins qui se balancent au grès de tes mouvements voluptueux. Je m’empresse de les prendre à pleines mains pour les malaxer comme ils le méritent.
Changeant encore de position, tu t’allonges sur le coté, je me place derrière toi et m’introduit en toi. C’est de nouveau moi qui suis à la manœuvre, maître du rythme. Je glisse ma main entre tes jambes qui vient suppléer mon sexe en te frottant le clitoris avec une vigueur toute contenue.
Ainsi soumise à mon sexe qui te prend avec fougue et mes doigts qui te masturbe, tu ne tardes pas à atteindre un orgasme intense.
Enhardi par le bien que je sens en toi, je retire mon pénis de ton vagin pour le positionner devant l’entrée plus étroite de ton anus. Après quelques hésitations, je parvient a le rentrer entièrement dans cette autre grotte aux plaisirs. Lentement, avec une infinie douceur, je reprends mes va et viens pendant que ma bouche embrasse tes lèvres. Mais les parois plus resserrées de cet autre orifice ont raison de mon plaisir et rapidement me font exploser à mon tour.
Nous nous écroulons encore un fois sur le lit. Cette fois exténués par nos efforts et notre plaisir.
Je me met contre toi, t’entoure de mes bras et t’embrasse tendrement.

Nous avons passés une journée magique, une journée inoubliable.
Heureux d’être simplement ensemble.
Mais d’autres journées, tout aussi belles et intenses, nous attendent...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis toujours aussi fan de tes textes , j aime ce melange de douceurs , de sensualités et parfois ce coté plus bestial 

 

En un mot j adoreeeeeeeeee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Ptit ange

Ça fait toujours plaisir quand mes textes sont appréciés et commentés ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.