Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Ladyvine

Défi n°7 : Tsunami de plaisir dans une partouze onirique

Recommended Posts

sur le thème "Au gré de l'eau"

 

Pour ce défi, je vous ai mis en texte un rêve érotique que j'ai fais il y a quelques semaines, que j'ai beaucoup aimé  car au réveil je l'avais trouvé à la fois torride et drôle. Je vous le raconte tel que je l'ai vécu, complètement déjanté, âmes sensibles pardonnez mon langage.

 

-----

 

Cet hôtel a une vue magnifique sur l'océan. La plage est juste à ses pieds, je sens que je vais passer un excellent séjour. Regardant l'horizon, je vois une vague plus haute que les autres. Sa hauteur m'inquiète. Une clameur s'empare de la plage. Apparemment les gens ont peur. C'est vrai que cette vague est p*tain de haute. Ah bah c'est un tsunami en fait. Qui se dirige vers la plage. Où il y a mon hôtel. Bon bah on va tous mourir.

 

Qu'est ce qu'on fait, à part crier ? Ils m'énervent, les gens qui crient. Ils ne peuvent pas faire quelque chose de plus productif ? Fuir, trouver une planche de surf ? Mouais, j'avoue que ce ne sont pas des options très envisageables. Même si la grosse vague a l'air très, trèèèès lente, il est clair qu'on va tous y passer, quoiqu'on fasse. Du coup autant profiter des dernières minutes qu'il nous reste à vivre, non ?

Que faire ? Prendre un bon bain ? Quelque chose me dit que j'en prendrai un dans pas longtemps. Je vais plutôt aller profiter du buffet...

 

Je sors de ma chambre en laissant la clef dedans, c'est pas comme si j'aurais le temps de remonter plus tard. Dans le couloir, plusieurs personnes courent en beuglant. Mais qu'ils se calment... Ils vont mourir, c'est pas la fin du monde ! Le mec de la chambre d'à côté, lui, a l'air déconcerté, sur le pas de la porte. Ah, tu t'attendais pas à mourir, hein mon gars ? Remarque, il est mignon. Grand, musclé, les cheveux marqués par le soleil et le visage par la stupeur, il m'a tout l'air d'un surfeur dont les neurones ne savent plus où donner de la tête. Son processeur interne semble ramer un peu : il sait qu'il n'a aucune chance, mais ne sait pas gérer l'info.

 

Bah du coup... et si moi je tentais ma chance ? Le sexe, quand on se lâche, c'est encore mieux qu'un buffet ! J'interpelle mon voisin. Il lève les yeux vers moi, mais le pauvre a pas vraiment l'air de savoir où il a bite. Tout sourire, je lui demande "et si on baisait ?" Ce que je perds en subtilité, son cerveau le gagne en efficacité pour traiter la demande. Son regard descend mon corps, puis le remonte, il semble décidé : "euh, ouais !" Tant mieux. J'entre dans sa chambre tandis qu'un gars qui traînait une valise s'arrête pour voir si on va vraiment le faire. Il reste là, comme un con devant la porte, à me regarder avec des yeux de merlant frit. Je lui suggère d'aller voir ailleurs si on y est, il reste toujours là comme un con. Tant pis, j'ai mieux à faire que le mettre dehors et je ne vais pas passer mes dernières minutes sur cette Terre à engueuler quelqu'un.

 

L'idée du sexe semble avoir rebooté le surfeur : en rentrant dans sa chambre, il enlève précipitamment son tee-shirt, se cognant un coude sur le mur, contre lequel il me plaque direct pour me rouler des pelles. J'aurais bien protesté pour le principe, mais l'excitation l'emporte :P Par magie onirique, on se retrouve à poil. Surfeur me mord le cou et place sa queue dans ma main. Rah, que ça m'excite ! Je le branle énergiquement tandis qu'il me met doucement un doigt... Mmmh, je le sens glisser en moi comme dans du beurre... Comuncon est toujours là à tenir la porte. Un mec passe devant lui pour venir regarder de plus près. Surfeur me soulève, je sens ses mains fermes sur mes fesses et sa queue dure s'échapper de ma main droite pour venir me pénétrer. Aaaah, qu'elle est bonne !! Longue et fine, toute lisse, mouillée par mes soins, elle trouve son chemin en moi comme si elle l'avait fait des centaines de fois. Surfeur entame une série de bons coups de reins qui me font résonner contre le mur et gémir en saccadé. Notre spectateur déboutonne son pantalon pour se masturber. Surfeur fatigue de me porter et me balance sur le lit. Apercevant le membre appétissant de Spectateur, je lui fais signe de venir sur le lit, et me mets à quatre pattes. Surfeur me prend en levrette pendant que je suce Spectateur. Au bout de quelques allers-retour, je fais comprendre par des HHHmmHH !! et quelques gestes d'une main que le mec derrière moi doit se calmer pour que je puisse m'affairer sur le mec à genoux devant moi. Celui-ci a l'air de se régaler autant que moi, qui apprécie pleinement la grosse queue rose entre mes lèvres. Très sympa à prendre en bouche, d'ailleurs. Ma langue s'amuse à faire le tour de ses formes curieuses tandis que ma chatte me fait vibrer de plaisir.

 

Les mecs échangent les rôles, je me retrouve avec une queue très fine en bouche, sur laquelle je bave un peu, et une autre qui me remplit bien quand elle me pénètre. Les sensations entre mes jambes reprennent de plus belle. Mes seins commencent à réclamer de l'attention, je m'interromps une minute pour appeler Comuncon à la rescousse. Il hésite, puis cale la porte avec sa valise et entre avec... sa femme, ou une meuf habillée dans le même style que lui. Cool ça, on va pouvoir faire plus de trucs ! Surfeur semble aussi intéressé que moi par Madame, qui semble partagée entre l'envie de nous rejoindre et la bienséance. Elle passe, comme nous l'avons fait, par ce petit moment d'hésitation avant de décider que le jour de sa mort était idéal pour vivre ses fantasmes. Monsieur la chauffe d'une main tandis qu'il me suce les seins, enfin satisfaits...

 

Je jette un œil à la plage, pour voir où en est la grosse vague. Elle est juste devant l’hôtel, immense, mais semble vraiment avancer au ralenti ! Tant mieux, après tout, ça fait plus de bon temps pour nous. Comme on est deux ou trois à avoir envie de profiter de Madame avant d'avancer vers la lumière, on change tous de positions : le surfeur la prend tandis que je monte sur Spectateur, Comuncon et moi chacun sur un sein de Madame. Il lui caresse le clito comme lui seul sans doute sait le faire, ce qui la fait gémir en moins de trente secondes. Je mets les mains de spectateur sur mes seins, Comuncon me fait fesser son cul, mais comme l'angle de frappe n'est pas optimal, Surfeur commence à lui caresser les fesses. Voilà qui rajoute une couche d'excitation ! J'accélère le mouvement, toute excitée à l'idée que Surfeur puisse prendre Comuncon. L'idée ne semble pas leur déplaire, Surfeur arrête même de baiser Madame pour lécher l'anus de Comuncon. J'en profite pour doigter Madame, qui s'avère bouillante d'excitation.

 

La valise calant la porte, un troisième mec et un autre couple entrent dans la chambre, et décident d'eux-même de se joindre au mouvement. Les deux jeunes tourtereaux commencent à faire des trucs de leur côté tandis que Surfeur commence à doigter Comuncon. Je colle à celui-ci quelques fessées maladroites, jusqu'à ce le troisième mec qui vient d'entrer vienne le fesser lui-même. C'est beau, la solidarité. La fille commence à embrasser Surfeur, puis moi. Elle s'installe en face-sitting sur Spectateur, et on continue de s'embrasser en nous caressant mutuellement. Comuncon arrête de prendre Madame pour se laisser sodomiser par Surfeur. Troisième Mec prend le relais avec Madame, dont le sourire jusqu'aux oreilles laisse entendre que tout cela l'excite autant que moi. La femme qui m'embrasse recule le temps d'exprimer dignement son plaisir à Spectateur, qui la lèche avidement, comme si sa vie en dépendait. En même temps c'est son dernier cunni, autant qu'il en profite vu que la vague commence à assombrir la chambre. On irait un mur sur lequel l'eau s'anime... Vu d'ici, on se croirait dans un aquarium. Les sons de dehors ne nous parviennent plus, l’hôtel a sans doute été déserté, je n'entends plus que la femme en face de moi, qui gémit fortement, Madame, qui couine au rythme des coups de reins, Comuncon qui halète de plaisir et s'exclame selon la profondeur de ce qu'il prend, et tous les autres mecs qui respirent fortement. Nous sommes dans un havre de paix et de plaisir.

 

La vague peut nous balayer, on aura bien profité de la vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest lethe59

Oh purée !! Félicitations lady ! C'est vraiment génial, j'aime tes rêves ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Oulaaaaaaa Lady tu a des rêves :blush: chaud chaud chaud mais en tout cas ton évocation de celui ci est ....hilarante  :D 

LN

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:D

 

Tout ce que j'aime : une très belle plume (mais ça on est habitués avec toi), une situation rafraîchissante comparé aux fantasmes habituels, de l'humour, de la luxure totale qui me procure une grande excitation, et un arrière goût de philosophie très carpe diem.

 

Le meilleurs texte que j'ai lu. J'y reviendrai c'est certain... Merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.