Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
joliette

L'infidélité émotionnelle...

Question

Vu sous cette aune, sommes nous tous et toutes infidéles pathologiques? :shok:

 

RECONNAÎTRE UNE INFIDÉLITÉ ÉMOTIONNELLE (OU UNE SAINE ET SOLIDE AMITIÉ) Samedi, 31 Janvier 2015
 

infideles_897.png

 

Suite à mon article précédent, j'ai été fouiner du côté du concept d'infidélité émotionnelle – parce qu'on nage en plein flou artistique, comme pour l'infidélité sexuelle. Si sucer c'est tromper, mais embrasser pas toujours, quand est-ce qu'on est infidèle par esprit ? L'aventure émotionnelle est à ranger parmi les désordres relationnels ( Wikipedia, ça ne plaisante pas).

 

Il existe un million de tests à faire en ligne pour savoir si on a franchi la limite du raisonnable dans ses amitiés. Voici les signes les plus courants :

 

- si vous avez « trop » de proximité émotionnelle avec l'autre,

- si vous passez trop de temps ensemble (au détriment de votre relation),

- si vous passez du temps ensemble en-dehors des heures décentes pour une simple amitié (je viens donc d'apprendre le concept d'heures décentes pour une amitié, alors qu'il me semblait justement qu'on parle d'amitié quand on peut appeler à quatres heures du matin),

- si vous vous habillez spécialement pour cette personne,

- si vous mentez à votre conjoint au sujet de vos rencontres avec l'autre,

- si vous rigolez plus avec l'autre qu'avec votre conjoint (faut pas avoir d'amis trop marrants, manifestement),

- si vous vous chamaillez plus qu'avant avec votre conjoint, parce que vous le jugez plus durement,

- si vous dites du mal de votre conjoint à l'autre,

- si vous comparez la personne et votre conjoint,

- si cette personne connaît vos secrets,

- si vous faites des choses pour cette personne que vous ne feriez pas pour d'autres,

- si vous êtes attiré-e sexuellement par l'autre, si vous flirtez (oui quand même, hein),

- si vous êtes dans le déni de tout cela.

 

Si comme moi vous trouvez que ça ressemble vachement à de l'amitié, merci, je me sens moins seule.

 

De manière intéressante, ce qui se dessine ici, c'est un idéal de couple où les amants sont aussi les meilleurs amis du monde, et des confidents tout-terrain – ce qui ne me semble pas obligatoire. Pourquoi le conjoint devrait-il tout savoir, pourquoi devrait-il être le dépositaire exclusif de l'intime, alors même que dans la plupart des cas, statistiquement... c'est un ami qu'on va perdre, avec qui on va s'engueuler, avec qui on va rompre ? En outre : ne faudrait-il pas justement épargner certains secrets à la personne qui partage le quotidien ?

Se dessine, aussi, une emprise sur l'autre : lui devoir non seulement son corps mais en plus, tous les recoins de son esprit. On est mal barrés. (Et à titre personnel : niet, niet, niet.)

 

 

 

http://www.gqmagazine.fr/sexactu/articles/reconnatre-une-infidlit-motionnelle-ou-une-saine-et-solide-amiti/23779?utm_source=Outbrain&utm_medium=Outbrain&utm_campaign=Outbrain

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

5 réponses à cette question

Recommended Posts

Comme ce sujet me parle... De retour d'une classe de dépaysement avec mes élèves et une collègue, certaines questions méritent d'être posées... Malgré tout, ne peut-on pas être complice et partager des choses avec un ami ou une connaissance voire un(e) collègue...?

Dans mon cas, je pense que brider la relation que j'ai avec ma collègue pourrait influencer négativement notre travail... Les élèves et autres collègues nous reconnaissent cette complicité parfois anormale pour deux collègues mais l'essentiel n'est-il pas de ne pas dépasser les limites et de garder la conscience tranquille? Pour ma part, le choix est fait ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'y a pas de mal à copiner avec un/e collégue, je pense.

 

Le souci peut être le regard des autres (collégue, entourage, conjoints...)  sur cette amitié qui peut etre mal comprise, mal vue en entreprise, car source de conflits eventuels, et dans certains secteurs, c'est carrément interdit je crois.

 

Perso je pense que l'amitié est tout à fait possible entre un homme est une femme, et que ça ne met pas forcément le couple en péril, si les choses sont clairement énoncées et déterminées. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Clair que l'amitié est possible. Quand bien même l'un et/ou l'autre aurait une attirance ou curiosité sexuelle vis-à-vis de l'autre, celle-ci n'a pas forcément à être satisfaite. On n'est pas des bêtes ^^

 

Le danger d'avoir une relation comme décrite dans l'article, c'est surtout que la vie émotionnelle entière tourne autour de son/sa conjointe. Bonjour l’équilibre. Surtout si le couple vient à rompre...

 

Bref, pour citer l'autre : niet, niet, niet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joliette je comprends que tu as été chercher ces infos sur le net, mais j''aimerais bien savoir qui a écrit ce tissu de conneries ?

une secte à la noix ou une club de tempérance des années 50 voire même début 20ème ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'y a pas de mal à copiner avec un/e collégue, je pense.

 

Le souci peut être le regard des autres (collégue, entourage, conjoints...)  sur cette amitié qui peut etre mal comprise, mal vue en entreprise, car source de conflits eventuels, et dans certains secteurs, c'est carrément interdit je crois.

 

Perso je pense que l'amitié est tout à fait possible entre un homme est une femme, et que ça ne met pas forcément le couple en péril, si les choses sont clairement énoncées et déterminées. 

Niveau conflit et autres problèmes, rien à craindre en ce qui me concerne... Mais il est encore difficile pour nous de se fixer des limites tant la complicité est naturelle... Le regard ne ment, normalement, pas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.