Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Ténébreux67

Comment j'ai dominé Anne-Sophie, pour la première fois ...

Recommended Posts

Il est 22h30, après une longue journée de travail je me détends en regardant un bon film que je n’avais pas vu depuis longtemps, lorsque tout à coup retentit la sonnerie de ma porte … Un peu surpris et presque inquiet étant donné l’heure, je m’avance jusqu’à ma porte pour espionner qui pourrait se trouver de l’autre côté.

 

Je suis surpris de deviner dans la pénombre le visage d’Anne-Sophie. Elle ne m’a pas prévenu de son passage, ce n’est pas dans ses habitudes. J’ouvre la porte et l’invite à entrer. Elle est fine et grande, un visage un peu allongé et de longs cheveux bruns raides qui lui couvrent nonchalamment les épaules. Elle porte une petite jupe serrée de tissus écossais et un chemisier blanc négligemment déboutonné dans le haut. Elle est juchée sur de hauts talons qui prolongent de classiques chaussures noires, et porte des collants tout aussi noirs.

 

Elle s’approche de moi sans un mot pour me déposer un long et langoureux baiser. Puis en fermant la porte, elle m’attire par la main dans mon salon, me fait signe de m’assoir dans mon fauteuil et recule de deux pas pour plaquer ses fesses contre la table de salle à manger. Elle ne dit toujours rien, m’observe avec un regard lubrique, et frotte langoureusement ses fesses contre le bord de la table. Elle remonte sa jupe en caressant ses cuisses et ses hanches d’un air aguicheur. Je ne distingue aucune trace sous ces collants qui dévoilent une tache humide dans son entrejambe, et devine qu’elle a choisi d’exaucer mon fantasme …

 

Elle baisse vulgairement ses collants jusqu’aux genoux, s’assoit à peine sur le bord de la table en écartant les cuisses autant qu’elle peut pour me montrer sa chatte ruisselante d’excitation. Elle ferme les yeux et fait tomber sa tête en arrière lorsque ses doigts atteignent sa fente luisante. Devant moi, elle se masturbe sans prononcer un mot, sans émettre le moindre cri, le moindre gémissement, en ne laissant échapper que sa respiration haletante et saccadée.

 

Elle porte ses doigts à sa bouche pour boire son jus et les replonge aussitôt au creux de ses cuisses. Elle se fouille parfois, mais excite surtout son clitoris toujours sans laisser paraître le moindre son … Elle respire de plus en plus fort et le seul bruit que sa respiration ne couvre pas est le clapotis de sa mouille qu’elle remue frénétiquement du bout de ses doigts. Je vois ses seins pointer, ses tétons sont durs, elle adore les caresser mais elle se retient, c’est une bonne élève. Elle se masturbe de plus en plus fort en éclaboussant ses belles chaussures noires vernies. Je sens qu’elle va jouir, et elle ne tarde pas à se contracter de tout son corps sur elle-même en étouffant un grognement de plaisir si puissant qu’un petit cri strident d’un millième de seconde vient couper.

 

Elle reprend doucement ses esprit en rouvrant les yeux, en me regardant d’un air désolé et faussement inquiet … Elle a manqué à mes consignes, elle n’a pas réussi à contenir le son de ses cordes vocales. Elle sera punie.

 

Je me lève pour m’approcher d’elle, je détache son chemisier pour découvrir ses seins nus, puis l’attire par la main vers l’accoudoir de mon canapé. J’y pose deux coussins puis lui fais signe de se pencher, le ventre sur ces coussins, les jambes écartées autant que ses collants lui permettent, et le visage plaqué contre l’assise du canapé. Dans cette position elle m’offre sa croupe, fesses nues, chatte luisante exposée, et j’attrape un long ruban de tissus épais et le fais passer sous le canapé, le fais revenir par l’arrière sous les coussins du dossier, et le noue ainsi autour d’Anne-Sophie qui se retrouve ainsi cambrée et coincée contre le canapé sans possibilité de mouvement. J’attrape alors une corde afin de lui attacher les poignets, et de les attacher à l’accoudoir d’en face. Elle ne peut maintenant plus bouger.

 

Je m’agenouille derrière elle et approche mon visage de sa chatte afin d’y glisser ma langue. Elle mouille toujours autant si ce n’est plus … Elle contient ses gémissements. Je lape longuement sa chatte pour me délecter de ce nectar acidulé, puis me redresse. Elle ne peut pas me voir, ne sait pas à quoi s’attendre. Je fais glisser un doigt le long de sa fente puis lui assène une fessée d’une claque sur la fesse droite. Son corps s’électrise et elle étouffe un grognement accompagné d’un petit cri de surprise. Tant qu’elle ne gardera pas le silence, elle sera fessée. Elle le sait. La claque suivante l’électrisa autant mais seule sa respiration forte brisa le silence de la pièce. C’est alors que je vois couler une goutte de mouille le long de sa cuisse. Elle aime ça, elle est excitée comme jamais !

 

Pour la récompenser de ses efforts, j’enfile maintenant sans ménagement ma queue dans son sexe brûlant et trempé dans un silence que seuls les bruits de mouille venaient briser. Mes coups de reins en elle ne faisaient que rythmer sa respiration, elle contenait incroyablement bien ses cris et cette concentration semblait la faire mouiller de plus en plus !

 

Je la prenais de plus en plus fort en réfléchissant au moment où je me retirerais pour la masturber, lui offrir cet orgasme si mérité. Mais je sentis tout à coup sa chatte se rétrécir autour de moi, sa respiration désynchronisée qui tout à coup s’arrêta quelques instants alors que ses muscles crispés se dessinaient sous sa peau. Invité par ces sensations je la pilonnais encore plus fort jusqu’à jouir abondamment en elle …

 

Je la détachais alors en voyant ses yeux contentés de plaisir se rouvrir en m’observant. Elle se redressait en remontant ses collants contre sa chatte trempée de mon sperme, en réajustant sa jupe et en reboutonnant son chemisier. Elle vient se plaquer à moi en m’embrassant à pleine langue et me glissa à l’oreille « merci ».

 

Puis elle se dirigea vers la porte et sortit sans se retourner.

 

Et moi je réfléchissais déjà au prochain défi que je lui imposerai …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

réfléchis bien ! celui-ci était :good:

 

et bien raconté en plus alors c'est avec impatience que j'attends le prochain ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau récit, très agréable à lire =)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton défi, à toi, est de nous offrir une suite à ce récit très bien écrit....

:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres tres bien écrit et excitant.

Elle doit pas fonctionner ma sonnette!!! :sorry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il fait sacrament chaud par ici je trouve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh c'est excitant comment elle a fait! Pourquoi ça n'arrive pas à moi!!???

Profites en!!! T'as de la chance!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Ouchhhh besoin d'un peu d'air là subitement !! Récit muy caliente... J'adore !!!

 

Quel étage déjà ???  :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

un gros message d encouragement pour le faire remonter pour qu il puisse être lu ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Merci Sansuke d'avoir remonté ce texte . J'ai eu du mal avec la première lecture même si c'est très bien écrit et puis je l'ai relu une deuxième fois . Et en fait le texte m'a plu, c'est seulement le titre qui est mal trouvé , c'est en fait

Comment Anne Sophie a réussi à me faire croire que je la dominai alors que c'est elle qui menait le jeu :P

La domination est un jeu et ce n'est pas toujours celle qu'on croit qui est la dominée ;-)

Merci Ténébreux pour cette belle et brûlante expérience  .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.