Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Entre tes cuisses

Recommended Posts

De ton sexe offert, je me fais ton orfèvre

Ton con ouvert, sur tes intimes lèvres

 Affamé, j’y dépose ma langue

 De plaisir je veux te rendre exsangue

je ne peux m’empêcher

De passionnément te lécher

 

Plongeant entre tes cuisses

En ton fourreau aux mille délices

 

Mes doigts s’immiscent

Ma main s’y glisse

 

De ce supplice je ne veux pas être Tantale

J’aime quand sur ma langue ta chatte s’empale

 

 

De ma bouche je m’empare de ton délicieux appendice

Oui j’aime ce véritable vice, que de sucer avidement ton clitoris

 

Tu te cambres et te fais tentatrice

Offrant à ma bouche affamée ton délectable calice

 

Toi ma Maîtresse, de ta chatte parfumée, j'ai faim

Ouvrant tes chairs de mes fébriles mains, je goûte à ce festin

 

 Ma langue en ta vulve  se tortille, mon sang bouillonne

Enflammée par le feu, ton corps se contorsionne

  

Tes yeux se révulsent et ton âme transcende.

Oui je l’avoue, de dévorer ta chatte excitée  je bande

 

Tes hanches basculent de mouvements saccadés

Bientôt  dans un va-et-vient accéléré ma verge y fera des embardées

 

 Mes lèvres s'approchent progressivement effleurant ton clitoris sensible.

Tu gémis car tu aimes ce plaisir indicible

 

Mes lèvres s'attardent, ma langue s'enfonce  plus profond, c’est ci délicieux

Virevoltant, t'étourdissant sans arrêt jusqu'au paroxysme vertigineux.

 

Tu coules, je te bois cette liqueur enivrante

Tu ouvres tes cuisses, tu es en sueurs dégoulinantes

 

Ta  vulve, ce Calice divin et  source de jouvence.

A la délicieuse incandescence

 

Quintessence érotique, ton clitoris s'embrase,

Pour te conduire à l’extase  

 

 Le vide, cette torture incessante te bascule près de l'orgasme

Cette explosion intensive, cette rage convulsive qui se déchaîne en multiple spasmes...

 

J’embrasse ta vulve qui crépite et déborde de ce jus mielleux 

Pour te conduire parmi les cieux

 

J'arrête, je te torture, le temps s'écoule

Autant que dans ma bouche ta cyprine coule

 

Étanche ma soif de ta liqueur

De ton plaisir, je suis ton serviteur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.