Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Retrouvailles de juin

Recommended Posts

Hier soir à peine arrivé au gîte, tu es venue me rejoindre, tant de temps nous avait séparé, que la passion nous emporta dans un maelstrom de désir, de plaisir, à n’en plus finir de jouir.

Cette passion nous conduisit tard dans la nuit, corps emmêlés, corps soudés, bouches avides, fluides mélangés. Épuisés par cette nuit d’amour, nous nous endormîmes pensions nous rassasiés.
Le petit jour naissant, je me réveille au chant d’un espiègle merle, tu sembles dormir encore.

Je me redresse tout doucement pour ne pas te réveiller.

J’aime regarder ton corps dénudé, tes seins, aux pointes dressées, ton sexe rasé aux lèvres désirables. Je me retiens de te caresser
Te voilà maintenant sur le ventre tes jambes sont un peu écartées, révélant discrètement les lèvres de ton sexe.

Je décide de caresser l’intérieur de tes cuisses, je les effleure, avant de m’aventurer plus haut pour caresser tes lèvres. Tu écartes un peu plus les cuisses pour me laisser l’accès à ton trésor, pour te donner plus de plaisir. Je glisse un de mes doigts entre tes lèvres, et découvre avec plaisir qu’elles sont humides et glissantes. Je fais aller et venir mon doigt quelques instants, avant de remonter sur ton clitoris.

Tu gémis en relevant une de tes cuisses, accentuant ta cambrure et me laissant un large accès à ta chatte déjà ruisselante d’excitation. Mon sexe est droit et très dur. Le saisissant de ma main gauche, je continue à faire aller et venir mes doigts entre tes lèvres, je commence à me masturber lentement. Qu’il est magnifique ton corps offert, la courbe de tes hanches et de tes fesses.

Je gamahuche ton bouton d’amour faisant des petits cercles, puis je redescends vers ton vagin, avant d’introduire délicatement un doigt à l’intérieur. Tu es complètement trempée, et je prends plaisir à porter mon doigt à ma bouche, goûtant ton excitation érotique, quel délice.

Je glisse à nouveau mes doigts à l’intérieur de ton sexe, tout en continuant mes va et vient sur ma queue raidie par le plaisir. Je viens alors glisser ma tête près de ton sexe. Tu es tellement cambrée que ma bouche avide de toi peut l’atteindre, et je ne m’en prive pas.

Je commence à te lécher, et ma bouche est vite inondée par ton excitation qui coule littéralement tel un torrent de ta chatte, nectar des nectars. Je lèche avidement, faisant tournoyer ma langue autour de ton clitoris, aspirant tes lèvres, avalant ton sexe pour ne pas dire le gobant.

Tu trésailles de plaisir à chaque fois que ma langue passe sur ton clito. Je glisse un doigt, deux, trois puis quatre doigts dans ta chatte tout en continuant le mouvement de ma langue et je te sens te cambrer et te tortiller sur moi. Je sens ton orgasme venir très vite, mais je ne veux pas que tu jouisses si vite. Pas encore.

Tu es maintenant sur le dos, les seins tout gonflés, les pointes excitée, l’intérieur de tes cuisses est trempé par le flux de ta divine cyprine mêlé ma salive. J’écarte tes cuisses, ton sexe mouillé s’ouvre devant moi. Je plonge à nouveau ma tête entre tes jambes te donnant de petits coups de langue sur ton clito, qui est dur et gonflé lui aussi. Je bois, je te bois, j’étanche ma soif à ta coupe.

Je m’agenouille à côté de toi, approchant ma queue de ta bouche. Tout en continuant à te caresser, je frotte doucement le bout de mon sexe sur tes lèvres entrouvertes.

D’une main, je concentre mes mouvements sur ton clito, ce qui te fait pousser un soupir et entrouvrir ta bouche. J’en profite pour glisser le bout de mon sexe à l’intérieur.

J’abandonne alors ta chatte quelques instant pour caresser tes seins et commencer à aller et venir à l’entrée de ta bouche. J’accentue les mouvements.

Allant et venant dans ta bouche chaude et humide, je recommence mes caresses, tu es encore plus mouillée, tu réagis à chacune des caresses de mes doigts sur ton clito en gémissant de plus en plus fort.

Je connais ton corps et je sens que tu ne vas pas tarder à jouir. Je sens tes lèvres se refermer sur mon gland. Mon bassin fait des mouvements de plus en plus rapides à mesure que ma main accélère et que tes gémissements s’intensifient.

D’un seul coup ton orgasme arrive, dévastateur, et je ne peux résister plus longtemps : je sens mon sexe se gonfler et se tendre et j’ai l’impression qu’il va exploser dans ta bouche ; je sens le premier jet d’écume jaillir.

Tu gardes ta bouche ouverte pour hurler ton plaisir, le mien est à son paroxysme et je crie alors que mon sperme jaillit en inondant ta bouche, tes lèvres, ta joue, ta gorge, tes seins.

Je continue doucement le mouvement de ma main pour poursuivre ton orgasme, et je réintroduis mon sexe dans ta bouche pour prolonger le mien.

Et là tu ouvres les yeux avec un grand sourire malicieux, et nous nous serrons l’un contre l’autre, épuisés par notre plaisir.

« Mon Cœur, j’ai encore faim, me dis tu, mon corps à faim de toi »

Le soleil perse à travers les rideaux de la chambre, tu me repousses et me voilà sur le dos. Altière telle une amazone, tu viens sur moi.

Prenant d’une main ma verge encore dressée, luisant de ta salive mêlée à mon sperme, tu l’introduis dans ton sexe trempé, pour t’empaler d’un coup, t’arrachant un nouveau cri de jouissance.

Ta bouche cherche la mienne, elles se soudent, nos langues se mêlent, et tu entames une chevauchée épique sur mon pieu. Je sens ton bourgeon gorgé de sang se frotter à mon pubis.
Ta cyprine coule abondement, m’inondant avec délice, tu gémis.

De plus en plus vite, tu chevauches ton étalon, à moi de perdre le contrôle.

Tu le sens.

« Remplis moi mon Cœur me dis-tu»

Je râle mon plaisir, je crie ma délivrance, ma semence gicle chaude et puissante tapissant ta matrice, inondant ton ventre, union de nos fluides érotiques.

Nous jouissons à n’en plus finir.

« Je t’aime mon Cœur »

« Je t’aime mon Amour »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.