Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

nenette_010

La petite souris

Recommended Posts

J’aimerais être une petite souris, me glisser dans ton bureau, quand tu es plongé dans ton travail. Être une femme invisible, pour tes collègues, et te distraire.

Parfois j’imagine que je suis dans ton bureau, je m’avance derrière toi jusqu’à te toucher, j’attire ta tête sur mon ventre, te masse les tempes, déjà je te sens tremblant. Tu essayes de résister à la tentation de t’abandonner.

Je passe mes mains sur tes épaules, les passe autour de ton cou et dégrafe les premiers boutons de ta chemise, pour y glisser mes mains. Ton torse frémissant me trouble, mes doigts se posent sur tes petits tétons et mes ongles jouent avec.

Je ressors mes mains lentement et les laisse glisser sur tes bras, jusqu’à tes mains, que je porte à mes lèvres, pour déposer un baiser sur chacun de tes doigts, Je les repose sur ton clavier, les abandonne pour me concentrer sur ta nuque, je me glisse le long de ton dos, mes seins se pressants contre toi, douce chaleur de ton corps sur le mien. je laisse alors mes mains s’égarer dans tes cheveux, mes ongles effleurent ton cuir chevelu.

Je suis tremblante moi aussi, je pensais pouvoir garder le contrôle et déjà je sens des frissons me parcourir.

J’ai envie de toi maintenant, envie de te posséder.

Je me glisse sous ton bureau, tes joues s’empourprent, ta respiration se modifie, tu veux rester calme, que personne ne se rende compte de rien.

Lentement mes mains caressent l’intérieur de tes cuisses, mes mains se rapprochent de ton émoi, mais ne le touchent pas. Je passe sur ta ceinture et ôte quelques boutons de ta chemise la retire de ton pantalon et glisse mes mains en dessous, je te caresse. Tu aimes mes ongles, mes doigts, mes mains qui te parcourent sans cesse.

Sous mes avant bras, je sens ton émotion bien présente. Elle m’attire.

Je descend les mains sur ton bas ventre et les plaque dessus, en te caressant du plat de mes mains.

Mon envie est si forte, je glisse mes doigts sur ta braguette, et la descend, je passe ma main à l’intérieur de ton pantalon et trouve ton émotion si désirable. Je ne peux m’empêcher de la libérer de sa prison.

Mes mains l’étreignent tendrement, et mes lèvres la frôle, avant de fondre dessus. Ma bouche la cajole, ma langue la torture, mes lèvres l’enserre, très lentement pour que tu reste discret puis mon envie de te gêner, de te mettre encore plus mal à l’aise, augmente. Plus cette pensée est intense, plus mes mouvement sont prompt. Je sens déjà perler sur ma langue ton désir si grand, ta jouissance si proche. Divine émotion, tu me fais perdre la tête…

Tu ne peux plus le supporter, tes mains se pressent sur mes joues, et glissent dans mes cheveux,que tu tires en arrière pour rompre mon étreinte et tu m’écartes de toi.

Tes collègues se tournent alors dans ta direction tu feints d’avoir renversé un dossier et mime le replacer, ils se détourne alors et se replongent dans leur travail. Tu te remets, te rends sommairement présentable et me prend par le bras, me faisant sortir avec force de sous ton bureau. Tu te colle à moi et me fais quitter ton bureau.

Dans le couloir, je te sens collé à moi, contre mes fesses, je sens cette exquise émotion. Tu accélère le pas et m’entraîne dans le couloir vers cette porte derrière laquelle se trouve votre stock de matériel de bureau, tu évite les regards de tes collègues, tu n’as qu’une seule chose en tête, cette porte, se local et moi.

Nous y sommes, tu passe ta main sur mes fesses, et ton bras longe mon corps pour te saisir de la poignée qui se tourne quand tu pose ta main dessus, Tu laisse passer une collègue, qui te sourie, elle aimerai sûrement se retrouver avec toi dans ce local, ses yeux en disent long. Tu rougis et balbuties un timide bonjour, Elle continu son chemin, et pose son regarde sur tes fesses, quand tu me pousses dans le local.

La porte claque, tu donnes un tour de clé, et te jette sur moi. Je voudrais te résister mais tes mains sont si fermes, si fortes. Et je dois subir cette réponse que j’ai suscité en te mettant dans cet état. Tes lèvres se pressent sur la gorge tendue, tes mains me serrent contre toi. Je suis si bien, mon corps frissonne, j’aime cette fougue. Du bout des doigts, tu remontes ma jupe, et me plaque conte une pile de carton de papier à photocopies, d’un revers de la main tu fais tomber les premiers cartons, tu me pousses dessus. Tes mains sont comme folles tu soulève sans ménagement mon chemisier et le remonte au dessus de ma poitrine que tu presses, que tu pétries presque, tu sors mes seins de leur cages et tes lèvres me tètent, m’aspirent.

Je me laisse submerger par tes assauts, ma gorge est pleine de gémissements que j’étouffe du dos de la main. De mon autre main, j’ouvre ta ceinture, tu m’aides à défaire le bouton et la braguette de ton pantalon, sans lâcher mes seins de ta bouche. Tu es comme fou, transis de désir. Ton pantalon descend le long de tes jambes. Ton sexe apparaît à la ceinture de ton boxer, je le fais sortir et le caresse fermement.

Tes doigts s’aventurent entre mes jambes, et découvrent ma passion qui te réclame. Tu passe le bout de tes doigts entre mes lèvres et les pressent sur mon bouton. Tu amènes tes doigts pleins de ma rosé entre mes lèvres, je ne résiste pas, je les lèche et les sucent.

Mes gémissements sont de plus en plus sonores, tu attires ma tête au creux de ton épaule, et me serre fort contre toi, pour me « calmer, m’apaiser ».

Tes doigts reviennent sur mon intimité, puis la quittent un instant. Tu saisis ton membre si tendu si beau, et le glisse contre mon intimité brûlante et gorgée de désir. Tu passes dessus de haut en bas et entre entier en un seul mouvement, tout mon corps se tend, mes jambes se serrent autour de ta taille et mon buste se penche en arrière, tes bras me retiennent, je laisse échapper un gémissement.

Mais tu continus et augmentes le rythme, mon corps est fou de désir, ma tête est bouleversée de ta passion. Je ne peut plus me contrôler, ma tête en arrière les yeux dans le vague, ma bouche s’ouvre, mes gémissements sont de plus en plus forts. Tu prends à nouveau ma tête au creux de ton épaule, mon souffle chaud, se répand dans ton cou qui se tend lui aussi, un râle étouffé sort de ta bouche. Dans mon ventre je sens se répandre ta semence en longues saccades.

Heureusement que tu me tiens si fort contre toi, je perd pied et m’écroule sur toi, mon corps paralysé par la jouissance se laisse aller contre toi. Tu reste en moi sans bouger, quelques instants, et tes bras me relâchent, tes mains montent à mon visage, dans un geste tendre et plein de douceur, tes yeux me fixent, tu dépose un doux baiser sur mon front et me serre à nouveau contre toi.

Merci Ludo :oops:

Partager ce message


Lien à poster

J'ai souvant rêvé d'une telle souris.

Très belle histoire

Partager ce message


Lien à poster

Bravo :oops: Vraiment chouette cette histoire de petite souris au bureau! Envie de sortir le gruyère!!

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anonymous

:oops: :aime:

Géniale cette petite souris ...

Une lecture qui réchauffe en ces jours de fraîcheur ... :oops:

Partager ce message


Lien à poster

Quelle Jolie petite souris...

C'est quelle type de souris?

Ils en vendent dans les animaleries?^^ sa serait bien..

Merci sa réchauffe tout les menbres ce genres de lectures.

Partager ce message


Lien à poster

J'aimerais bien être une souris cachée dans un placard pour regarder les ébats d'un couple...

Partager ce message


Lien à poster
Guest decibel

Très belle histoire de petite souris, Nénette :aime::aime::roll: ... et toujours le "fantasme du bureau" :roll::P:roll::P:oops:

Moi je la vois plutôt comme çà, la "petite souris" du bureau :P:P

screenshot150mq1.jpg

Nettement moins érotique :oops::roll::wink: ... mais tellement "mi-mi" :roll::D :P

Partager ce message


Lien à poster

Quelle belle histoire, ma nenette. Sensuelle et romantique comme je les aime. :aime::aime:

Quels chanceux vous êtes! :oops::oops:

Bisous

(Lol Décibel, c'est vrai, moins érotique, mais trop marrant.)

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.