Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

pour-la-timide

Temps X

Recommended Posts

Bien le bonjour, ce qui suit est une pauvre tentative de faire une sorte de patchwork des ambiances érotiques de certains romans, BD, films etc qui ont marqué ma libido depuis l'adolescence. Comme je sais maintenant que je pourrai rassembler et améliorer progressivement l'ensemble dans un blog je tente la "série à micros épisodes". J'espère que ça vous divertira.

 

 

 

Zoran et Lux finissaient leur visite du récif, une immersion à faible profondeur qui leur permettait sans risque de jouer un peu. Il s'approcha de Lux, la saisit en douceur et après avoir enlevé son respirateur l’enlaça et embrassa délicatement le creux de son cou. Elle rit de cette improbable caresse, ôta à son tour le respirateur qui occupait sa bouche et lui donna un improbable baisé, là à 20m de profondeur où l’apesanteur bleue se fait docile. Presque à bout de souffle ils se ré-équipèrent en observant chacun le sourire de l'autre répandu dans son regard qui transperçait son masque. Lux enclencha son speeder et fit une rapide vrille arrière pour partir comme une flèche. Surprenant Zoran elle prit l'avantage d'une dizaine de mètres alors qu'il s'élançait à son tour. Elle plongea pour disparaître dans un canyon de coraux rouges et or. Pénétrant le gouffre bercé d'une paisible lumière il ne la retrouva pas. Se retourna et la vit derrière lui protégée par un banc de poissons-tulles roses et mauves qui semblaient curieux de cette intrusion.

 

Zoran se laissa flotter lentement vers elle alors qu'elle ôtait le haut de sa combinaison, un rêve. Elle était belle comme une de ces projections de matriarches antiques, terriblement désirable et évanescente. Sa poitrine libre elle vint à lui et s’appuya contre son torse, s'assit les jambes autour de sa taille, flottante comme une plume de nacre. Il tint ses hanches et la serra contre son ventre, et dans un mouvement qui les mit à l'envers elle senti le désir immense qu'elle venait de provoquer en lui. Elle injecta un peu d'air dans la combinaison de son amant et contrôla leur remontée en douceur. A quelques mètres de la surface ils passèrent durant quelques minutes le plus agréable des paliers en s'observant et se caressant, bercés par les vagues qu'ils commençaient à ressentir, un instant sublime. Ils firent ensuite surface comme un seul corps. Débarrassés de leurs respirateurs « je t'aime, tu es mon être » lui dit il et d'un ton cérémoniel et tendre « je t'aime, tu es mon être » lui répondit elle. Leur baisé fut ultime, concentrant toutes leurs passions. Après un sourire ils se séparèrent et relancèrent leurs speeders pour rejoindre le bateau.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Eva96

Merci pour ce texte tendre et empli de couleurs :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça sent la plongée en eaux turquoises .... ;)

La suite .....!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

;)

 

 

Pour se dessaler ils prirent une douche tiède sur le pont arrière. Se déshabillant l'un l'autre et se caressant pour aider le sel à glisser il leur fut forcément impossible de ne pas profiter sensuellement de ce moment. Lux aimait le regarder, éblouie par la violence de la lumière solaire à contre jour de son corps, il lui paraissait cuivré et musclé comme une sculpture du soldat du troisième soleil, il était beau, et ce torse puissant, ce ventre ciselé... elle senti cette douce chaleur s'élever en elle. Zoran la tint par l'arrière du cou afin de la contraindre à lever son visage vers la boule d'argent qui délivrait l'eau pure sur sa beauté. Puis il l'aidait à couler le long de ses épaules, de ses bras et, Ô délice, sur sa poitrine ronde, lourde et plus que douce, glissante. Elle regarda plus bas et eut le plaisir de constater que l'effet qu'elle avait perçue sous l'eau perdurait... avec un petit sourire carnassier elle se retourna pour qu'il s'occupe de son dos. Il s’exécuta avec un plaisir certain mais ne put s'en satisfaire. Il se colla à elle, enfouit sa bouche dans son cou pour l'embrasser tout en caressant ses seins. Elle prit sa main droite et la fit glisser jusqu'à son sexe en se pressant contre lui pour mieux s'offrir. La caressant il écarta doucement ses lèvres et guida son sexe en elle. Elle se cambra pour le prendre tout entier et le senti comme toujours la remplir pleinement, incapable de retenir un gémissement puissant. Elle le sentait éperdument au-dedans et au dehors d'elle, qu'il s'agisse de son corps ou de son âme. Lui brûlait de tout son être, fou d'elle qu'il était. Alors qu'il commençait à lentement et profondément assiéger ses secrets ils entendirent un sifflement d'orgue grave qui les saisirent. « Oh non pas déjà » dit elle.

 

Abattu il se retira doucement, elle se retourna et lui prit son visage entre ses douces mains. « Il est temps, préparons nous et ne garde pas cette tête car je t'aime, tu es mon être. Ne l'oublie pas, jamais. » dit elle en souriant tendrement. Il eut un sourire pincé d'une moue et lui répondit cependant sincèrement : « Je t'aime, tu es mon être. » Zoran regarda la douche pour l'éteindre et Lux passa devant pour aller se préparer. Un quart d'heure plus tard quand résonna une seconde note d'orgue moins grave ils s’apprêtaient à prendre leur navette. Ils étaient beau comme des dieux dans leurs toges aussi blanches que soyeuses, les colliers et bracelets d'or éclairaient un peu plus Lux et ceux d'argent de son compagnon avaient la virilité de celles d'un guerrier. Il l'aida à prendre pied dans la navette qui s'agitait sur les vagues, puis s'assit devant elle et rabattit la bulle. Dans un léger vrombissement elle s'éloigna du bateau et en accélérant elle s'éleva d'un mètre au dessus des flots qu'elle fendait de sa quille. Quelques minutes plus tard ils rejoignaient le ponton d'accueil comme des centaines d'autres couples qui sortaient de leurs nefs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Une pauvre tentative", t'y vas un peu fort, au contraire, tu te débrouilles très bien.

Je sais que ça n'a aucun rapport, mais faut pas chercher, c'est moi, ton histoire me fait penser à un mixe d'Avatar, et de la B.D Yoko Tsuno. Décidément, je verrais plus ses aventures de la même manière, maintenant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci ça me touche !

 

Si si elle est bien pauvre comparé aux auteurs qui m'inspirent. Je ne les énoncerai pas maintenant je trouve amusant suite à ton post d'observer que chacun peut y trouver ses propres références. Et du coup ça me permet de redécouvrir Leloup à côté du quel j'étais un peu passé par exemple. Mais pour sur la SF des années 70 y est pour quelque choses ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je vais simplement m'installer dans le fauteuil de la navette et profiter de la suite.....

 

bravo Monsieur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci !

 

 

Il va falloir être patient, j'ai encore à finir la prochaine vague et comme brillent des bougies sur la table prés du champagne et des victuailles... ça risque prendre du temps... ;)

 

Demain certainement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ah oui... dure soirée .. :diablo:

 

je compatis et t'accompagne ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La soirée a été bien moins dure que d'autres choses ^^

Merci pour ta sollicitude  ;)

 

Reprenons...
 

Ils avancèrent dans ce prémisse de foule jusqu'à parvenir à l’orée de la forêt tropicale qui cascadait depuis le sommet du volcan jusqu'aux côtes, appréciant la fraîcheur humide qui commençait à se faire sentir dans l'air. Sous un arbre immense au tronc comme composé de milliers de lianes ils retrouvèrent Chani et Dyl. Ce couple de la même génération qu'ils connaissaient depuis leur création était presque leurs meilleurs amis. Presque car même si Lux les adorait, Zoran éprouvait toujours un sentiment de méfiance d'une douleur étrange quand ils se livraient ensemble à des jeux sensuels. Comme avec leurs autres amis intimes il arrivait à cacher qu'il n'aimait pas particulièrement jouir de Chani et avait souvent besoin de prendre de l'extrait de mongpa pour supporter les rapprochements avec Dyl. Mais par dessus tout son âme grinçait quand Lux était aux prises avec le plaisir qu'ils lui donnaient. Il avait beau savoir que de la naissance à la mort il était et serai toujours son être comme elle l'était pour lui, il éprouvait pourtant une envie de l'arracher à ses étrangers à leur couple et une peur irrationnelle à l'idée qu'elle parte avec l'un ou l'une de ces connaissances. Tout cela dans une confusion considérable renforcée par le grotesque d'une telle réflexion.

Chani le sortit de sa rêverie maussade en lui sautant au cou « Ô mon bel éperdu, te voilà encore avec le regard du savant qui explore les voies de l'improbable ! Tu sais que tu me troubles quand tu es au loin comme ça ? » dans la lancée les yeux de Zoran s'écarquillèrent comme des balles quand elle l'embrassa en empoignant son sexe au travers de sa toge « Hum... toujours aussi impressionnant ! J'espère que la Matriarche ne te choisira pas pour que je puisse en jouir ». Lux et Dyl s'en amusèrent et Chani bondit ensuite sur Lux pour lui offrir un baiser encore plus lascif et conclut « au pire je m'occuperai de toi ma sublime ». Dyl était visiblement ravi d'observer ces deux magnifiques jeunes femmes se presser l'une contre l'autre et dit à Zoran « Je ne me lasserai jamais d'un tel spectacle. J'aime comme la blondeur de Chani contraste avec les ténèbres luisants de ton être. Et comme leurs poitrines si différentes se pressent l'une contre l'autre... ». Zoran vit en effet les seins voluptueux de Lux légèrement déborder alors que Chani la comprimait en ondulant sa poitrine qu'il savait petite et ferme. Il fit mine de sourire et expédia son embarras derrière un prétexte qu'aucun ne pouvait ignorer : « Allons nous devons poursuivre, nous ne pouvons être en retard pour le Gahin, c'est le plus important depuis celui des milles plaines. » La solennité de l’événement réveilla tout le monde comme une douche froide. « Nous avons une chance immense » dit Lux, « le plus important des Gahin du grand cycle et qui plus est auprès de la Matriarche, c'est encore plus excitant que de le vivre devant un scène de retransmission ! » et Chani d'ajouter « Oui ! J'ai presque peur... je me demande si les fleurs d'O sauvages sont encore plus puissantes que celles des champs. » Tous se turent d'un air soucieux qui ne la rassura pas. Ils reprirent leur route en s'enfonçant dans le cortège de soies blanches aux brillances d'or et d'argent, au loin les batteries de bronzes commençaient à tinter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

toujours patient dans mon fauteuil, le voyage continu ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Tres belle prose. J'espere que tu ne t'arreteras pas là, ce serait cruel pour nous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.