Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest sylphide

Threesome candauliste à Deauville

Recommended Posts

Guest sylphide

Depuis un très (trop) long moment, je réclamais à mon mari de réaliser un de mes fantasmes. Je voulais tester un « threesome ».

Au début il était un peu retissant mais au fur et à mesure de nos discutions sur le sujet, il est apparu que mon mari avait un penchant candauliste. Nous avons testé sa réaction via différentes cam, ou pendant que je m’amusais il restait dans un coin et profitait du spectacle.  

Pendant nos vacances, nous avons eu la possibilité de passer à l’acte et en voici le récit.

 

Mercredi dernier, nous avons donc franchis les 185 km qui séparent la région parisienne de Deauville où nous devions retrouver dans une simple chambre d'un hôtel, un de mes contacts. Entre nous existe une relation assez particulière, malgré notre différence d’âge (13ans nous sépare).

J’avais mis pour l'occasion une robe noire légère, une jolie sous robe noire en dentelle et avais oublié ma culotte. Les 2 heures de trajet passèrent rapidement mais une légère angoisse pointait le bout de son nez ... C'était, il est vrai, notre première fois et la première fois que je rencontrerai en vrai celui que nous prénommions, entre nous, Bibi depuis plusieurs années. Une fois arrivée à destination, je lui envoyais un sms et 5 minutes plus tard il nous appelait du parking.

 

Mon mari descendit le chercher. Il l'avait imaginé plus musclé. Là, devant lui, il faisait un peu gringalet dans son pantalon de toile blanche et sa chemise bleue, sa barbe de 3 jours et son air un peu gauche. Nous nous retrouvions dans la chambre et pour tout dire, les premières minutes de discussion furent d'une confondante banalité mais j’étais tellement heureuse de pouvoir enfin le toucher, le sentir... Nous tombâmes tous d'accord pour aller diner quelque part, afin de faire un peu mieux connaissance (bien que Bibi et moi nous connaissions parfaitement par cam interposées). Le diner fut l'occasion de s'assurer qu'il y aurait affinités physiques, en plus de mentales entre nous.

 

Il était prévu que je me retrouve tout d'abord seule à seule avec lui, pour une séance un peu particulière où, à sa demande , je devais le « dominer » (chose à laquelle mon mari ne désirait pas assister). Il nous laissa donc seuls dans la chambre.

 

La porte n’était pas fermée que j’étais déjà à califourchon sur lui. A travers son regard, je pouvais sentir un intense désir le bruler de l’intérieur. Nous nous embrassions avec fougue, il me mordait tendrement la lèvre. Quel délice ! Je défaisais sa chemise bouton à bouton. Une fois grande ouverte, je donnais libre court à mes mains pour le griffer sur tout le torse. Je ne résistais pas longtemps à l’envie de découvrir sa queue qui à ses dires et via nos cams avait des proportions rarement égalées. Je fis sauter les boutons de son pantalon et déjà je pouvais voir son caleçon largement déformé. Je le caressais à travers le tissu, il en ferma les yeux. D’un geste sur et ferme je fis descendre son caleçon et pour mon plus grand plaisir, personne n’avait menti. Son sexe était long, large et son gland si rose perlait déjà....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est scandaleux de s'arrêter en si bon chemin sylphide !

La suite, la suite, la suite !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Non, non je ne m'arrête pas, j'écris au fur et à mesure ;)

 

Il était convenu qu’il ne devait pas me toucher sans mon autorisation.

Je pris sa queue dans ma main, elle n’en faisait pas le tour, et le branlait lentement. Sa bouche s’entrouvait pour laisser échapper un soupir. Je me mis à genou à cote de lui et la tête au dessus de son bassin, je faisais gouter à son gland la douceur de mes lèvres. Il releva le bassin pour en obtenir plus, je relevais la tête. Je me remis à califourchon, il pouvait sentir ma chatte déjà très humide contre sa queue tendue.

 

Je lui murmurais à l’oreille : «  mon chien veut plus ? il veut sentir ma chatte ? » à sa réponse positive je me relevais et viens m’assoir sur son visage.

Je lui ordonnais « lèches moi, lèches ma salope ».

 

Il s’exécuta avec zèle. Sa langue allait et venait sur mon clito, il savait y faire. Le plaisir montait très, trop vite pour moi, je ne voulais pas lui donner si vite satisfaction. Je me détachais certes avec un peu de regret de sa bouche mais j'allais récompenser ses efforts. Je passais entre ses jambes et l’attirait fermement vers moi, cuisses  écartées. Je léchais ses bourses et remontais sur sa hampe. Il écartait encore plus les cuisses. Je pris juste son gland en bouche tout en posant un doigt sur son anus. Il soupira encore. Mon doigt caressait, tournait et appuyait régulièrement pour préparer son derrière à plus…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est scandaleux de s'arrêter en si bon chemin sylphide !

La suite, la suite, la suite !

 

Je suis d'accord, ça se fait pas de nous laisser en plan !!! ;)

 

Bon début, très prometteur... j'attends la suite avec impatience aussi !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alors vivement la suite....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest besoindechaleur

ne fais pas trop durer le suspense....... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Merci pour vos coms, ca me fait très plaisir . J'essaie de ne pas faire trop long, promis

 

J’avais apporté un de mes jouets pour m’occuper dignement de son mignon petit derrière. Je le laissais un court instant pour l’attraper. Je lui présentais devant sa bouche, il l’ouvrit instantanément. Je lui fit sucer en lui murmurant : " ma salope aime ca et je vais bien m’occuper d’elle. Prends le et glisses le dans ton cul ". Il obéit  immédiatement, allongé sur le coté, les yeux fermés, je pouvais voir sa main se rapprocher lentement de ses fesses et à son soupire je su que c’était à mon tour de jouer.

 

Je l’ai fait se coucher à plat ventre. Je maintenais le gode fermement entre ses fesses et lui fit relever vers le plafond. Je faisais faire de lents allers retours  au gode tout en le branlant lentement. Il gémissait un peu plus fort. Je voulais qu’il prenne du plaisir mais pas trop vite, j’avais envie qu’il se souvienne de cet instant toute sa vie. Après quelques claques sur ces fesses si blanches, je lui présentais de nouveau ma chatte.

 

Il se jeta dessus tel un affamé, je maintenais sa tête contre ma chatte. Il devait pouvoir à peine respirer. C’était bon ! Au bord de  nouveau de ma jouissance, je l’ai arrête en le tirant par les cheveux «  Arrêtes toi sale chien, tu vas me faire jouir ». Ses yeux brillaient d’envie de continuer.

 

Je l’allongeais de nouveau sur le dos  et pour le récompenser je lui proposais «  tu veux que ta maitresse gicle sur ta petite gueule de chien ? », »ho oui, faites, je veux vous boire ».

Appuyée sur un genou et l’autre jambe relevée au dessus de son visage, j’insérai 2 doigts dans ma chatte et les agitaient jusqu’au moment terrible. De longs jets ont inondés son visage, ses yeux étaient pleins de gratitude et de plaisir. Je le laissais ainsi pour lui offrir  sa délivrance tant attendue. « Je vais te faire jouir mon chien ».

 

A genoux sur son coté droit ma croupe à sa disposition. Sa queue était tendue au maximum. Je l’ai fait glisser lentement entre mes lèvres et l’enfonçais au plus profond de ma gorge tout en enfonçant de nouveau le jouet. Il s’arcbouta. Je rythmais les mouvements de ma bouche aux mouvements du jouet. Je branlais et suçais sa belle queue et lui défonçais le cul. Il osa porter sa main sur mes fesses.

 

J’arrêtais tout sur le champ…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

«  Tu oses sale chien, je ne t’ai pas dit que tu avais le droit » Je le tournais sur le coté et lui assainit 2 claques sur le cul.

« Maintenant sois sage sinon je t’attache » A cette idée, il releva ses bras au dessus de la tête comme une demande mais j’avais d’autres envies.

 

Pour le punir, je retirai le jouet et l’insérait de nouveau rapidement 2/3 fois. Je le branlais plus fort et plus vite lorsqu’il arrivait à la limite de l’explosion, je m’arrêtais et maintenais fermement la base de sa queue pour couper toutes ses envies.

 

«  J’ai envie de jouir maitresse, j’en peux plus, je vous en pris laissez moi jouir » je souriais à sa supplique mais ne lui donnais pas encore satisfaction. Je me repositionnais par-dessus lui, ma chatte contre sa queue. Sa longueur me permettait de le branler tout en frottant ma chatte. Je faisais tourner mon index sur la corole de son gland et du pouce je titillais son frein. Je fis un cercle de mon pouce et mon index et comprimais la base de son gland puis repris ma masturbation. Ses yeux étaient fermés, sa bouche ouverte, il faisait le maximum pour se retenir de jouir mais ca lui était de plus en plus pénible.

 

Je me suis penchée sur lui pour lui demander de nouveau «  Tu as envie de jouir n’est ce pas ? » pour seule réponse j’ai obtenu un signe de tête affirmative. Je me détachais de lui et allongée contre lui, je le branlais avec fermeté et énergie en lui murmurant «  Ma salope va jouir pour moi et elle léchera tout avant qu’on entame le second tour, vas y lâches toi mon chien, je veux que tu macules ton ventre de tout ton foutre ». A ces derniers mots il n’a pu se retenir plus longtemps.De longs jets ont recouvert son ventre.  Je récupérais tout et lui faisais lécher mes doigts.

 

Je continuais de le branler pour qu’il ne perde pas toute sa vigueur pour commencer notre 2nd tour à 3 cette fois ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pfiou (en m'essuyant le front) ...

 

Désolée mais là tout de suite je ne trouve pas d'autres mots :)

 

Mais vivement la suite quand même, elle promet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Voilà la suite et fin de mon aventure, le texte sera écrit du point de vue de mon mari, candaulisme oblige ;) 

Cette suite (chose exceptionnelle) a été écrite à 2

 

 Je remontais fébrilement dans notre chambre, tapais doucement à la porte. Sylphide était en dessous et je découvrais la virilité de Bibi, complaisamment allongé sur le lit. Sylphide me lança un de ses regards qui me font fondre et se dirigea vers le lit en accentuant le déhanchement de ses fesses nue. Elle s'agenouilla me présentant sa croupe pour se repaitre à l'envie de ce sexe de 26 cm sur lequel elle avait fantasmée si longtemps. A voir l'objet de son désir, il me semblait bien que nous étions au début du round 2 (au moins).

 

Je ne mis pas longtemps à me retrouver en caleçon, Sylphide se préoccupant de ragaillardir le centre de son intérêt. Je m'approchais, la regardant jouer avec ce sexe un peu mollasson, et glissait 2 doigts entre ses lèvres. Je ne savais pas encore si il l'avait pénétrée, mais elle mouillait abondamment et c'est sans attendre je glissais mon pousse dans sa chatte afin de la masser de l'intérieur. Un léger soupir confirmait si nécessaire qu’elle  avait la chatte en feu et réclamait que l'on s'occupe d'elle. Qui suis-je pour refuser ... Je pris un plaisir extrême à venir elle, plaisir accentuer par le "prends-moi" lâché dans un soupir. Sylphide reprenait son ouvrage en bouche pendant que j'allais et venais entres ses cuisses trempées. Nous échangions des baisers, pendant qu'elle prenait en main le sexe de Bibi qui sous les caresses reprenait de la vigueur. Bibi et moi caressions ses magnifiques seins tout en l’embrassant chacun notre tour. Entre nous elle était notre centre du monde.

Je glissais à l'oreille de l'infidèle : "vas y chevauche le" sur un long baiser nous nous séparâmes. Il était temps de sortir les protections. Bibi pris sur lui de s'équiper du préservatif taille XXL, mais nous sentions bien qu'il y était à l'étroit. Toujours allongé sur le lit il se laissa chevaucher et Sylphide pu enfin sentir ce sexe, commençant à peine à être bien tendu, écarter ses chairs et pénétrer profondément sa chatte. Je voyais ses ongles rouge vif tordent les draps pendant qu'elle commençait à agiter son cul. Je me repaissais de voir cette longue verge aller et venir en elle. Elle mouillait abondement..

 

Sylphide continua donc son petit manège sur ce sexe tendu. Je profitais de l'occasion pour lui présenter ma queue, qu'elle engloutie avec envie. Ce charivari se poursuivit pendant quelques minutes, mais Bibi semblait désirer prendre un peu l'initiative. Se libérant de l'étreinte de Sylphide, il vint se placer derrière elle et la pénétra vigoureusement. Je confesse que ce sont les souvenirs les plus troublants que je garde de cette soirée. J'étais allongé sur le lit, sylphide avait le visage prés de mon ventre, elle hésitait a me prendre en bouche tant elle se faisait prendre et défoncer avec énergie. Les mains placées sur les reins de Sylphide, Bibi la plaquait littéralement au lit, et seule sa croupe continuait a pointer vers le ciel. Pendant quelques minutes d'une rare intensité, Sylphide fut pilonnée par cette queue qui l'envahissait profondément. Elle en perdait le souffle, gémissait de plaisir, tentant maladroitement de déchirer les draps de ses ongles. Bibi se calmait cependant et Sylphide se jeta voracement sur cette bite qui venait si bien de la posséder.

 

Poussant à nouveau Bibi sur le lit, et lui se laissant complaisamment faire, Sylphide retira prestement le préservatif pour s'emparer à nouveau de ce gland et de cette longue hampe. Pendant de longues minutes, je la vit jouer à la chatte et au bol de lait avec cette queue. Elle faisait chauffer la casserole à grand coups de langue, puis au dernier instant, exerçait une pression qui faisait doucement retomber la tension. Puis elle reprenait à nouveau son manège, attendant jusqu'au dernier moment le frémissement qui précède le débordement. Elle ajoutais à ces caresses buccales, d'autres caresses plus savantes avec ses doigts dans des régions peu explorées de l'anatomie masculine. Les caresses succédaient aux caresses, les lèvres, les seins, les mains de Sylphide se succédaient pour faire monter l'intensité du plaisir. Suavement et avec effronterie, elle demandait à Bibi si il désirait jouir et se libérer, ce a quoi a plusieurs reprises il acquiesça sans pour autant obtenir satisfaction tant elle tenait à cœur d'être la seule qui déciderait quand il pourrait se lâcher.

 

La tension continuait de monter, et des signaux clairs annonçaient qu'une grande tempête allait bientôt dévaster ce petit lit. Pendant toute cette séance nous avions échangé, Sylphide et moi, des regards complices et alors que la casserole ne semblait ne plus pouvoir tenir très longtemps, elle me jeta un dernier coup d'oeil.  Une dernière fois, elle plongea son visage sur le bas ventre de Bibi, engloutie cette queue au plus profond de sa gorge (jusqu'a en toucher ses amygdales m'a-t-elle plus tard confié) et fit déborder le lait.

 

Bibi s'arquebouta de façon saccadé 4 ou 5 fois, sous la fulgurance de son plaisir. Pendant de longues secondes les vagues de jouissance continuèrent de le bercer pendant que Sylphide reprenait tout de meme un peu son souffle. Elle était heureuse d'avoir jouit de ce corps et de l'avoir fait jouir. Elle était rayonnante et me semblait encore plus belle.

 

Malheureusement nous ne pouvions rester toute la nuit et nous avions décidé de revenir sur Paris vers minuit. Alors, telle une Cendrillon déchainée, Sylphide embrassa une dernière fois son amant, repassa sa petite robe et éclaircit son visage d'un coup d'eau. Bibi reprenait ses esprit et remettait tout comme moi son caleçon, et nous quittâmes la chambre pour nous séparer sur le parking, sous la douce brise d'été.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien quel récit !

Quelle science du plaisir !

Dire que j'ai adoré lire ce texte est un euphémisme !

Bravo pour vos plumes, votre complicité !

J'en suis tout chamboulé (j'utilise un terme courtois parce que..)

Merci de votre partage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.... ouch ......

 

 

merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bien écrit et très excitant, ton/votre récit. À quand le prochain ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Déroutant... Très bien écrit, et très agréable!

Dommage que ca soit déjà fini ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

mon cher Gas, un prochain texte dans cette categorie des que je pourrai recommencer une telle aventure ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Vincey pourquoi déroutant ? il y a quelque chose d'étrange dans mon récit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le caudolisme, ça n'est pas pour tout le monde.

Vivement que tu revives ce genre de choses, qu'on puisse en profiter...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

J'ai hate aussi  ;)

 

Si ce n'est que l'aspect candaulisme qui est déroutant je suis rassurée, j'avais peur d'avoir écrit quelque chose qu'il ne fallait pas ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo pour ce récit^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai hate aussi  ;)

 

Si ce n'est que l'aspect candaulisme qui est déroutant je suis rassurée, j'avais peur d'avoir écrit quelque chose qu'il ne fallait pas  ;)

 

Cela dépend pour qui, perso je suis aux anges ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest egan

Trés intense en effet :clap:

Si on considère le temps écoulé, c'était concentré...  Peu de répit!

Je me demande dans quel état vous étiez au retour?

 

Une chose m'a fait sourire et un peu interpelé

 

C'est ton alternance de "genre" à l'égare de Bibi, selon ce que tu lui fait... il est chienne et... devient chien... et redevient chienne...etc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

C'était très intense en effet :)  Dans quel état on était après ..et bien moi j'étais prête à continuer mais j'étais la seule hihi c'est ce qui m'a value le sobriquet de "vorace" :)

 

C'est vrai que je passe d'un genre à un autre mais lors de nos discutions ou pendant nos cams aussi. Au final, c'est peut être parce que je le considère comme "Ma Chose" (avec beaucoup d'affection et non avec mépris je tiens à le preciser) et je ne lui attributs de genre fixe hihi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très agréable ce caudaulisme... Cela doit être très excitant de profiter d'une femme sous les yeux de son mari... Une chose encore jamais fait pour moi.

Par contre, le dominateur qui sommeille en moi a du mal à m'imaginer à la place du chanceux de ton récit ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Par contre, le dominateur qui sommeille en moi a du mal à m'imaginer à la place du chanceux de ton récit ;)

Avec ton imagination, je ne doute pas que tu puisses imaginer l'inversion des roles ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Waouh, j'avais complètement loupé cette confession, mais cet oubli est, heureusement pour moi, réparé. 

C'est très prenant.

Le coté dominateur est une délicieuse torture et j'ai bien aimé les métaphores de ton mari, lors du 2ème round.

Merci pour ce récit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.