Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest zenri

Ma généreuse chérie

Recommended Posts

Guest zenri

En juillet.

 

Cela faisait un moment que cette idée me trottait dans la tête, et ce WE à Nancy allait peut-être me permettre d'enfin vivre ce fantasme. Nous avions prévu d'y passer un weekend donc, chez Matthieu, un ami rencontré à Nantes à l'époque, et qui est reparti dans sa région d'origine.

 

Il avait habité à Nantes 6 mois, ca avait suffit pour que nous devenions amis lui et moi car nous fréquentions un club de musicos naissant.

Ma copine, il ne l'avait jamais rencontré mais m'avait dit être curieux de le faire. En discutant avec Matthieu à l'époque, il me disait que ca faisait longtemps qu'il n'avait pas eu de copine. Pour moi, cela faisait de lui un candidat idéal, rassurant.

 

C'est quelqu'un de doux et gentil, et pas moche ! C'est là que l'idée était née et avait germé dans mon esprit. Je lui proposais, sans lui toucher mot de mon idée bien sûr, de venir à Nancy en weekend, pour visiter le coin avec un guide privilégié, mais aussi et surtout pour ce fameux fantasme.

 

J'imaginais déjà Amélie, ma copine, très excitée par nos préliminaires, et Matthieu qui surgit au bon moment, et qui lui propose sa queue à sucer... Et elle qui ne se ferait pas prier pour la prendre en bouche, faire tourner sa langue chaude autour, oui, sa langue chaude et douce, qui recevrait peut-être bientôt son jus brûlant...

 

Nous étions fin juillet, et je venais de réserver le train pour nous deux.

 

---------

 

En octobre.  L'été avait passé bien vite, et l'excitation montait tout doucement.

 

Avant l'été,  j'avais parlé à Amélie de mon désir de la voir se donner à un autre homme. D'abord par une fellation, pour voir si ça nous plairait, puis ensuite pourquoi pas aller plus loin. Elle m'avait dit ne pas être contre, mais qu'il faudrait l'exciter, que dans le feu de l'action elle serait partante.

 

Et à en juger comment elle suçait mes doigts lorsque je la prenais en levrette, lui susurrant des mots salaces à l'oreille, pas de doute. Elle était chaude dans ces moments-là. Je lui disais d'imaginer une queue d'homme, tout en la traitant de chienne, de salope. Elle gémissait et suçait mes doigts avidement, comme si sa vie en dépendait... Cela promettait pour la suite !

 

La suite à venir si cela vous plait. Lâchez du comm !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mmmhhh moi je veux la suite (avec des détails).

 

ça promet d'être chaud chaud :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Mmmhhh moi je veux la suite (avec des détails).

 

ça promet d'être chaud chaud :)

 

 

Merci pour cet encouragement ! Tu as l'air d'être la seule à aimer :'(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non moi aussi ca me plait et je veut bien la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà un bien joli phantasme...qui mérite une suite plutôt détaillé...assez vite j'espère

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

un bon debut qui nécessite une suite ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Nous étions donc en octobre, et même si la température extérieure baissait, dans mon froc, ça montait dur. Nous étions deux semaines avant ce fameux week-end, et l'impatience montait doucement de mon côté.

 

J'avais mis à profit le temps de l'été pour faire doucement prendre conscience à Amélie de mon envie de la voir de plus en plus coquine. J’avais vraiment envie qu’elle se lâche, et qu’elle ose me dire ses fantasmes.

 

En fait, elle ne m’avait jamais parlé de ses fantasmes. Son ex était visiblement un profiteur qui ne sortait avec les femmes que pour coucher avec, et qui s’en fichait éperdument qu’elles soient heureuses ou pas. Au lit, un véritable égoïste visiblement.

 

Amélie en gardait une certaine timidité par rapport à ses envies, elle ne les exprimait pas, et en la questionnant, elle m’avait dit ne pas vraiment avoir eu l’occasion de réfléchir à ses fantasmes. De mon côté, j’étais comblé au lit, la seule chose qui aurait pu être mieux, c’est la sodomie. Nous la pratiquions rarement et je sentais qu’Amélie faisait cela pour me faire plaisir. Je ne suis pas sûr que cela l’excitait.

 

Il restait donc une paire de semaines avant notre départ. J’essayais d’augmenter le rythme de nos rapports sexuels, afin de créer une habitude chez Amélie.

 

En parallèle, je lui avais parlé d’un forum où je me rendais régulièrement, en lui disant qu’il y avait beaucoup d’histoires très excitantes, et que j’adorais le visiter (forum-intime). J’avais bon espoir qu’elle s’inscrive et que cela développe son imaginaire.

 

 

La suite dès que possible  :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh.... Mais.....

Allez, ne nous fait pas languir plus longtemps!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Oh.... Mais.....

Allez, ne nous fait pas languir plus longtemps!

 

 

Jsutement, c'est ça qui est bon, c'est comme dans le sexe, pourquoi tout lâcher d'un coup ;) ? et en plus, je n'ai pas encore écrit la suite ! :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Arriva enfin la dernière semaine avant le fameux weekend. J'étais surexcité, et cette semaine-là nous avions fait l'amour un certain nombre de fois, pour ne pas dire un nombre certain. :rofl:

 

Un soir cette semaine en question, Amélie rentra du travail, plus tard que moi, comme d'habitude. Je vis qu'elle était fatiguée et avait besoin de se détendre, alors je lui organisai une soirée relax.

 

Je lui servis un verre et fit couler un bain brûlant, y répandant du gel douche pour que ca mousse et que ca sente bon, comme ele aime. Elle fut ravie de l'attention, et ayant fini son verre, elle me rejoignit dans la salle de bain, où elle se déshabilla.

 

Elle me caressa les fesses sensuellement et le sexe par-dessus mon pantalon, alors que j'étais penché au-dessus de la baignoire pour y installer des bougies. Ce qui eut pour effet de me faire bander instantanément. C'est alors qu'elle me demanda ce que je souhaitais en échange de cette attention.

 

Je faillis répondre "rien", mais me ravisai au dernier moment, et réfléchis quelques instants avant de répondre. Quitte à passer pour un obsédé de la question, je lui dis : "en échange je veux que tu te caresses dans le bain, que tu te donnes du plaisir en pensant à ce qui pourrait se passer ce weekend".

 

A ma surprise, elle acquiesça avec un petit sourire tout en se glissant dans le bain tout chaud qui n'attendait plus qu'elle. Je sortis de la salle de bain et, au bout de quelques minutes, je vins coller mon oreille à la porte pour savoir si quelque chose se passait.

 

Je n'entendis rien, et, au moment où j'allais décoller mon oreille de la porte, c'est là que j'entendis un gémissement faible ! Gémissement qui s'accentua. Elle était bel et bien en train de se donner du plaisir !!

 

Je pouvais maintenant entendre le clapotis de l'eau, j'imaginais donc qu'elle était en train se doigter vigoureusement... Ceci me mit dans un état d'excitation intense. Excitation qui redoubla, lorsque je l'entendis murmurer des paroles salaces.. De mémoire, elle disait "oui, continue...", et des choses dans le genre. C'est alors qu'elle prononca le prénom de... Matthieu !?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Ca vous plait ? Y en-a-til que ça excite ? :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

@Miss Gourmande, l'histoire est trop longue pour être racontée d'un coup :crazy:

 

---------------

 

 

 

Je n'en revenais pas. Le "plan" fonctionnait à merveille. Cela l'excitait donc bien plus que ce qu'elle voulait avouer, en fin de comptes !

 

Comme mon appartement est toujours en travaux et la porte coulissante de la salle de bain en cours de finalisation, il y a des fentes sur le côté où l'on peut apercevoir une partie de ce qui s'y passe.

 

Je me risquais donc à jeter un œil par là et vis Amélie, tête en arrière et bouche ouverte, qui caressait ses mignons petits seins d'une main tandis que l'autre faisait son office, sous la mousse. Hmmmmmm...

 

fd0d032801a1b0118675736f6a6b9602.jpg

Image d'illustration

 

Je ne tenais plus. Je décidais de me dénuder, d'entrer dans la salle de bain doucement et de présenter ma queue face à sa bouche adorable. Amélie ne tarda pas à la saisir et à se la mettre en bouche, à ma grande satisfaction.

 

Mon sexe tait déjà abondamment recouvert de cyprine, qu'elle nettoya d'un coup de langue. De sa main libre elle me caressa les bourses, puis les pressa fort. Elle savait que j'adorais ça.

 

Ma copine continua sa fellation torride, en me regardant de temps en temps dans les yeux, comme pour me défier. Elle alternait pressions sur mes couilles et caresses sur son minou ave sa main libre, et quant à moi, je lui caressait les seins, le cou, le visage...

 

Elle commença à m'enfoncer profondément dans sa gorge, ce qui me fit haleter de plaisir. D'une main elle me branlait, de l'autre elle serrait mes bourses, de plus en plus fort,  jusqu'à me faire un peu mal. Amélie me connait bien et sait ce qui me fait craquer...

 

C'est là qu'elle libéra mon sexe de sa bouche et me dit :

- tu aimerais bien me voir faire ça à Matthieu, hein ? - elle disait cela avec les yeux qui brillaient

- je répondis - ouiii - dans un soupir de contentement

- je suis sûr que son sexe est plus gros que le tien... en même temps c'est pas compliqué !

 

Elle savait que l'humiliation soft m'excitait. pressa alors mes couilles très fort, en me disant

- à partir de maintenant, c'est moi qui décide de ce qui va se passer ! tu as compris ?

Et sur ce, elle me reprit en bouche profondément en me malaxant les bourses très fort, comme pour me faire comprendre qui avait la main, qui dirigait le jeu désormais. C'était comme si elle me tenait tout entier dans sa main. Ceci déclencha en moi un orgasme puissant. Je me vidai dans sa bouche, comblé.

 

Je l'aidai alors à jouir à son tour, en la léchant partout, en la caressant dans son bain. Elle sortit de la baignoire et je voulus l'aider à se sécher, mais elle me repoussa en me disant que seul Matthieu aurait accès à son corps désormais, d'ici ce weekend. J'étais bouche bée, mais entendre cela me fit re-bander un peu.

 

Elle m'intima quand même l'ordre de venir la lécher sur le lit, ce que je fis jusqu'à ce qu'elle jouisse, en criant à nouveau "Matthieuuu" et en me tirant les cheveux...

 

 

 

Je ne savais plus à quoi m'en tenir, et je dois dire que cette scène m'avait autant excité que troublé.

 

Etait-elle sérieuse quand elle disait tout cela ? Etait-ce un jeu, avait-elle voulu me tester ? Je pensais en moi-même que si c'était mon fantasme jusque-là, désormais Amélie semblait avoir pris les rênes de notre futur weekend à Nancy...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Ca vous plait ? Vos commentaires et encouragements sont très appréciés :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Voici la suite !

 

--------

 

 

Pendant la suite de a semaine donc, j'avais les bourses liées, mais au moins ne m'avait-elle pas interdit la masturbation. C'était déjà ça !

 

Elle, habituellement si timide, s'était révélé une dominatrice superbe et exigeante. Elle se mastrubait plus régulièrement, et j'avais juste le droit de l'écouter. Dur !

 

Je ne perdais pas mon temps, puisque nous étions mercredi et je venais d'échafauder un plan dont le but ultime serait de la voir coucher avec notre hôte. Durant l'été, lors d'une après-midi de bronzage à la plage, elle m'avait envoyé une photo d'elle quasiment topless, où l'on voyait bien ses seins si mignons, son ventre plat et sa taille fine. Très bandante, en somme.

 

Je lui avais dit que cette photo me servirait à recruter un éventuel partenaire de trio sur Internet, et elle n'avait pas semblé opposée plus que ça.

 

Le plan consistait à envoyer un sms à Matthieu, contenant ladite photo, en prétextant ensuite m'être trompé, "je voulais l'archiver dans mes dossiers et non l"envoyer." Tu parles !

 

Voici le dialogue qui a suivi :

 

Matthieu : Euh, bonjour, je crois qu'il y a une erreur et que cette photo ne m'était pas destinée.

Zenri : Coucou, désolé, je ne t'ai rien envoyé Matthieu ! Ca va sinon ?

M : Ah si si, je viens de recevoir une photo sexy d'une demoiselle, et je crois que c'est ta copine, c'est ça ?

Z : Oupsss, désolé, effectivement c'est une erreur...

M : ...

Z : Bon eh bien comme ça les présentations sont faites, lol !

M : Oui effectivement ;). Joli brin de fille dis donc mon salaud

Z : Ah oui, tu trouves ? Tu la trouves belle ?

M : Tout à fait à mon goût oui, tu as de la chance !

Z : He oui, et en plus elle adore le sexe, donc double chance !

M : Ah oui ? Putain c'est une nana comme ça qu'il me faudrait, je suis un peu rouillé à ce niveau lol !

Z : Qui sait, après quelques verres, elle pourrait se tromper de chambre ce WE !

M : Si seulement ! Bon allez, à ce WE !

Z: A bientôt !

 

Ce dialogue venait de faire monter popol au plafond. J'imaginais déjà avec délice, Amélie qui se trompe de chambre, et entame une fellation d'enfer sous les draps. Se rendrait-elle compte de la différence ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elles sont trop courtes tes suites :(

 

J'attends avec impatience la prochaine ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Elles sont trop courtes tes suites :(

 

J'attends avec impatience la prochaine ;)

 

 

Ca arrive :crazy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca se complique, ce scénario... est-ce lui qui entre à l'improviste pour réclamer une fellation ? est-ce elle qui se "trompe" de chambre ?

est-ce toi qui décideras de la teneur du WE ou elle qui gardera le contrôle ?

vite... la suite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Vint enfin le jour tant attendu : celui du départ.

 

 

Nous devions prendre le train à 17h le vendredi soir, pour une arrivée autour de 22h environ à Nancy. Nous nous installames à nos places, côte-à-côte comme il se doit.

 

 

Elle s'était radoucie depuis 24h et semblait plus chatte, moins dominatrice que depuis l'épisode de la salle de bain. Quelques minutes après le départ du train, elle mit sa main sur ma cuisse puis me caressa discrètement l'entrejambe, mais assez pour me faire bander.

 

Elle semblait oublier que nous étions à une table de 4, dos au sens de marche du train. En face de nous se tenaient une vieille dame, qui roupillait déjà sur ses mots fléchés, et un homme d'environ 35 ans, plutôt bien fait et séduisant de prime abord.

 

 

J'étais assis côté fenêtre, avec en face de moi la vieille dame, et Amélie était installée côté couloir. L'homme en face lui fit un sourire, il ne semblait pas pour l'instant avoir repéré notre manège, ce qui me sembla relever du miracle.

 

Le voyage suivait son cours, et après une heure et demi sans histoires, Amélie changea de comportement. Elle venait de piquer un petit somme et avait visiblement fait un rêve sexy impliquant l'homme en face d'elle. Pendant son sommeil, il est vrai que je l'avais senti écarter sensiblement les jambes, mais n'avait pas fait le rapprochement.

 

Décidément, sa fibre coquine grandissait de jour en jour !

 

Elle entama la conversation tout naturellement avec l'homme, et comme je ne voulais pas en perdre une miette, je me collais contre la vitre en faisant mine de m'endormir.

 

La conversation allait bon train, sur la pluie et le beau-temps, mais aussi sur l'actualité qui figurait sur le journal de la vieille dame, qu'elle venait de lacher dans son sommeil profond.

 

Je sentis Amélie faire lentement glisser le sujet vers des questions plus intimes, et cela était facilité par le fait que notre voiture était quasiment vide, à part deux ados un peu plus loin qui écoutaient de la musique et un couple d'anciens, également éloignés de plusieurs rangées de sièges. Assez en tous cas pour qu'ils puissent discuter tranquilles.

 

Je devais bien mimer celui qui dort, car après 20 minutes de conversation, je sentis clairement l'intérêt que l'homme portait aux charmes d'Amélie. Elle aborda un sujet qui allait me mettre le feu aux poudres. Elle lui dit qu'elle se sentait en confiance à lui parler, et qu'elle voulait évoquer quelque chose de spécial, recueillir l'avis d'un homme. Elle hésita mais il la rassura avec sa voix douce. Il savait y faire le salaud.

 

Elle lui confia que j'avais un sexe "trop petit selon elle" et "pas assez large", et que cela la gênait pour prendre du plaisir. Elle ne m'avait pourtant jamais parlé de cela, et je me retrouvais à nouveau à douter, à savoir si elle disait ça pour m'humilier et m'exciter, ou parce qu'elle le pensait vraiment.

 

Il ne sembla pas gêné le moins du monde et lui répondit que dans ce domaine on trouvait de tout et de son contraire, et que la nature avait pourvu de dons différents chaque homme. Je l'aperçus quand même qui vérifiait d'un coup d'oeil rapide si je "dormais" toujours. Il lui indiqua en rigolant ne pas avoir de soucis de ce côté-là, et en être ravi.

 

Elle précisa toutefois qu'elle ne savait pas si la longueur de mon sexe était normale, puisque n'ayant pas connu beaucoup d'hommes dans sa vie sexuelle.

 

Au moment où elle dit cela, je crus sentir son pied bouger, pour venir titiller celui de l'homme qui, je l'appris plus tard, s'appelait Frédéric. Elle semblait décider à profiter de la situation et de mon pseudo-endormissement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Ca se complique, ce scénario... est-ce lui qui entre à l'improviste pour réclamer une fellation ? est-ce elle qui se "trompe" de chambre ?

est-ce toi qui décideras de la teneur du WE ou elle qui gardera le contrôle ?

vite... la suite...

 

On réclame une suite ? La voici :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Elle remit doucement sa main sur mon entrejambe et enserra cette fois-ci mes bourses, tout doucement d'abord. Elle continua de discuter avec Frédéric, et je sentais un rapprochement se dessiner.

 

Quel électro-choc avait dû se faire jour dans sa tête, pour qu'elle parcoure tant de chemin ! Elle qui était, il y a encore six mois, toute timide !

 

Elle lui proposa finalement d'aller boire un verre en voiture-bar, puisque de toute façon je dormais. En disant cela, elle serra très fortement sa main sur mes boules, me faisant très mal.

 

Je le pris comme un signe de sa domination sexuelle sur moi, et je dois dire que cela m'excitait au plus haut point. Je les vis partir vers l'arrière du train et les suivis des yeux jusqu'à ce qu'ils disparaissent de mon champ de vision.

 

Mon imagination s'emballa alors sur ce qu'ils allaient se dire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest zenri

Je m'endormis, et lorsqu'elle revint, je ne sais combien de temps s'était écoulé, mais il ne restait plus que deux heures avant d'arriver.

 

Elle semblait toute guillerette et me souriait largement. Je ne vis toutefois pas l'homme revenir, et cela me posa question.

 

Amélie m'expliqua qu'il étai descendu à l'arrêt précédent mais je sentais à son haleine que ce n'était pas tout.

 

Au moment où j'allais lui demander, très excité, si leur conversation avait été intéressante, nous entendimes le conducteur du train indiquer aux personnes qui venaient de monter où se trouvait la voiture-bar.

 

Je venais de comprendre qu'Amélie et Frédéric ne s'étaient pas dirigés vers cette fameuse voiture-bar, qui se situait à l'avant du train. Ils étaient partis vers l'arrière !

 

Amélie dut voir mon interrogation dans mes yeux car elle m'avoua d'elle-même qu'en fait ils n'étaient pas allés en voiture-bar, mais s'étaient rejoints aux toilettes.

 

A ces mots, je sentis mon petit soldat se mettre au garde-à-vous.

 

Ils s'éataient compris en un clin d'oeil alors qu'elle lui disait qu'ils pourraient se retrouver en voiture-bar. Elle lui donnait en fait un rdv dans un lieu plus discret !

 

Je n'avais rien vu venir, elle était très forte. Elle continua en me racontant que les toilettes étant occupés, ils avaient donc investi un compartiment-couchette, inoccupé, par une chance opportune.

 

Là, ils s'assirent sur la banquette à disposition et elle lui dit qu'ils seraient "bien à l'aise pour discuter". Elle lui demanda si il voulait bien lui montrer son sexe, afin de voir si le mien était si petit, avoir un point de référence.

 

Il ne se fit pas prier mais poussa le culot à lui demander de défaire elle-même son pantalon, puisqu'elle souhaitait satisfaire sa curiosité. Elle s'attela donc à la tâche et baissa le pantalon de Frédéric. Elle se dit immédiatement impressionnée par la grosse bosse qui déformait son boxer.

 

Elle décrit la scène comme terriblement érotique et excitante, et me confia avoir eu la culotte trempée dès l'entrée dans le compartiment-couchette.

 

Amélie demanda si ele pouvait baisser le boxer, et il lui répondit d'un air entendu. Elle tira alors sur le sous-vêtement, et poussa un petit cri de surprise, faussement prude, à la vue de ce qui s'y cachait.

 

Selon ses dires, son sexe était vraiment imposant. Toutefois, Frédéric lui indiqua qu'il fallait comparer deux sexes en érection, pour faire une comparaison honnête.

 

Il prit sa main, et la posa donc sur son membre déjà imposant. Elle le branla naturellement, mais fut très vite ébahie devant l'engin. Il grossit rapidement, et elle sentait les battements qui amenaient le sang vers ce membre bientôt turgescent.

 

Elle le branla, doucement d'abord, puis avec un peu plus de vigueur. Amélie me décrit ce sexe, finalement bandé, comme faisant "au moins 23 cm de long". Quant à l'épaisseur, elle "ne pouvait pas en faire le tour avec sa petite main". Elle disait cela avec des yeux brillants.

 

Forcément, comparé à mes 15cm qui s'empoignaient sans souci....

 

Elle semblait comme subjuguée par ce membre, lors du récit qu'elle en faisait. En face de nous, je supris la petite vieille à sourire à Amélie et à lui faire un clin d'oeil, comme si ce récit lui rappelait du vécu. Je sentis l'humiliation monter en moi, mêlée à de l'excitation.

 

 

Elle me résuma la suite : il lui dit que cela ne se faisait pas d'exciter un homme et de le laisser frustré. Elle fit la fausse prude, mais semit à genoux finalement avec plaisir pour prendre en bouche, avec difficulté, ce membre dressé fièrement. Elle le suca ainsi de longues minutes, en lui caressant les bourses, et elle sentait son entrejambe inondé. Elle alternait avec des succions des bourses.

 

Elle caressait ses boules, également énormes. Cela faisait plusieurs minutes qu'elle s'activait sur lui, et il gémissait fort, lorsque l'on annonca le prochain arrêt. Il  reconnut son arrêt et lui dit de s'activer, avec autorité, ce qui la fit fondre. Il forca alors la bouche d'Amélie, lui baisant lttéralement la gorge.

 

Après quelques instants parsemés de hoquets, car sa queue touchait le fond de sa gorge, elle sentit un liquide chaud et doux se répandre dans sa bouche.

 

Amélie le regarda dans les yeux et déglutit, avalant en plusieurs fois cette semence abondante, comme un remerciement. Il la remercia et prit congé, sans autre forme de procès.

 

Amélie, toute émoustilée, prit quelques moments pour se remettre de cet intermède. Elle prit conscience qu'elle avait joui plusieurs fois, alors qu'il ne la touchait même pas. Qu'est-ce que cela aurait été si elle s'était empalée sur ce monstre ! Elle revint enfin dans notre voiture et s'assit à côté de moi, avant de me réveiller.

 

Je pensais en moi-même qu'Amélie était une belle salope !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus l'histoire avance, plus on attends la suite...

Cette Amélie devient une sacrée perverse !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.