Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

lya86

Le temps de la fac

Recommended Posts

C'était il y a quelques années lorsque j'étais encore à la fac. Il y avait ce mec, je l'appellerais Antoine, qui était vraiment très charmant: rugbyman bien proportionné, brun la peau légèrement halée, les yeux marrons et les cheveux un peu long. Le seul hic c'est qu'il ne semblait pas du tout me remarquer.

 

L'une de mes amies avait littéralement craquée pour lui et commençait déjà à lui faire du rentre dedans. De nature timide, j'ai décidé de la laisser faire et de voir où ça la mènerait. Seulement après, si elle se faisait jetter je tenterais peut être ma chance.

 

Ce que je n'avais pas prévu, c'est que l'on se retrouve dans le même groupe de travail deux semaines plus tard. Mon amie continuait son rentre dedans et ça n'avait pas l'air de lui déplaire, pour mon plus grand malheur.

 

Alors que l'on travaillait, il a commencé à me regarder, puis il s'est approché de moi et m'a dit « Quel dommage que ce ne soit pas toi qui me courre après. »

 

J'étais rouge écarlate. Je n'en revenais pas! Moi qui pensait être invisible pour lui j'ai appris par la suite lors de discussion avec lui qu'il m'avait remarqué dès qu'il était entré dans la salle de cours le jour de la rentrée et que mon amie n'avait aucune chance avec lui parce qu'il avait déjà une personne qu'il désirait en tête.

 

Encore insouciente j'étais loin de m'imaginer que cette personne poiuvait être moi. Pourtant c'était bien le cas.

 

Un soir, je prenais un verre avec des amis et aussi l'amie qui craquait pour lui en ville. Nous avions prévu de sortir par la suite, donc je m'étais habillée en conséquence. Petite robe légère au dessus du genou avec un léger décolleté, une paire de bas noir et des escapins qui allongeait mes jambes. Je riais et m'amusais sans me soucier de ceux qui pouvaient m'entourer jusqu'à ce que je reçoive un sms: «  Tu es sublime ce soir, tu me coupes le souffle. Remet-le à sa place et rejoins-moi dans 5 minutes au coin de la rue. »

 

J'étais excitée, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il me voit ici et à ce qu'il veuille me voir. Même si je dois l'avouer je commençais à comprendre que cette personne c'était moi. J'avais remarqué les petits regards qu'il me lançait à la dérobée des autres, mais aussi la façon dont il me regardait dès que je mettais une jupe et des talons ou autre.

 

J'arrivais donc au coin de la rue au bout de 10 minutes! Eh oui les filles il faut savoir se faire désirer aussi!! non la vérité était tout autre. Ça n'aurais tenu qu'à moi j'aurais été sur place dès la lecture du message mais mes amis étaient plutôt collant et j'ai eut du mal à m'en débarasser pour quelques minutes.

 

Enfin bref à peine arrivée, que je sentais une main me tirer dans l'ombre.

« Hey, je suis content que tu sois venu. »

«  Salut! Qu'est-ce que tu fais là? » je lui demande l'air de rien. «  Alors comme ça tu aimes comment je suis habillée? » décidant d'en jouer un peu.

« Tu veux que je te fasse voir à quel point j'aime ça? » je hocha la tête à sa question.

 

Il m'attira vers lui, me tenant fermement dans ses bras. Il me releva le visage et m'embrassa fougueusement. Lorsqu'il se décala de mon visage, nous réagissons de la même façon.

«  Waow! »

 

On se souris, il m'embrassa à nouveau et en me tenant fermement contre lui me fit sentir à quel point il aimait ma tenu et l'effet qu'elle procurait.

 

Je croisais son regard et y lut une question à laquelle je répondis en l'embrassant à nouveau. Je pris les devant, caressant ses lèvres de ma langue pour pouvoir goûter à la sienne. Il ne lui en fallait pas moins je pense pour qu'il reprenne le dessus. Il se retourne et me plaque contre le mur, approfondissant encore plus le baiser. On se goutte littéralement, nos langues dansent d'une manière endiablées ensemble et j'adore ça, seulement pour moi et je pense pour lui ce nétait pas assez. Depuis le temps que je voulais ça , j'attendais plus que ça, je le voulais lui, je le voulais en entier.

 

Il me coinça contre le mur, délaissa ma bouche pour descendre vers mon cou. Ses mains caressaient mes fesses, mon dos avant qu'il ne me caresse les cuisses en remontant ma robe. Il me souleva pour m'assoir sur le rebord de la fenêtre à côté de nous, j'enlaçais mes jambes autour de ses hanches. Je sentais ses mains remontées sur mes cuisses et glisser sur le haut de mes bas alors que sa bouche était en train de m'embrasser le décolleté.

 

Je voulais moi aussi pourvoir toucher et sentir sa peau sous mes doigts. Je déboutonnais sa chemise et lui caressais le torse. Je lui souris lorsque je sentis ses doigts effleurer mon intimité et l'invite à continuer voir même à aller plus loin en faisant un léger mouvement de bassin. Il me sourit en retour et alors que l'une de ses mains caressait ma poitrine et que sa bouche naviguait vers l'un de mes tétons, son autre mains écarta mon string et se posa sur mes lèvres. Il commença à faire de légers mouvements avant de remonter mon clitoris qu'il se mit à caresser frénétiquement. Honnettement, il n'avait pas besoin de me caresser beaucoup, je mouillais déjà dès qu'il a posé ses lèvres sur moi.

 

Mes partirent à la recherche de son sexe et après avoir fait un aller retour au dessus de son jean, j'ouvris sa fermeture éclaire et sorti tant bien que mal son sexe de son boxer. Je m'en mordais la lèvre, elle était vraiment très belle. Longue avec un bon diamètre et surtout sans poil. Je la pris en main et commençais à le masturber lentement en augmentant le rythme en même temps que lui sur mon clito. Le désir était à son maximum lorsqu'il pénétra trois de ses doigts en moi et qu'il continuait de me titiller le clito. Encouragé par mes gémissements de plus en plus fréquents et fort il accentua le rythme jusqu'à ce que je me cambre en laissant l'orgasme m'envahir.

«  hum j'ai trop envi de toi, depuis le temps que j'attends ce moment! »

 

Un sourire sur les lèvres de satisfaction, je n'ai pas eut le temps de lui rendre ce petit plaisir qu'il me pénétra entièrement d'un coup de rein. Je gémis en même temps que lui à ce moment là et il commença de lents va et vient alors qu'il me regardait dans les yeux. Il m'embrassa langoureusement puis passionnément en accélérant le rythme de ses mouvements de bassin.

 

 

la situation était un peu particulière sur le fait que nous pouvions nous faire surprendre d'un moment à l'autre même si c'était une rue vraiement très isolée. Alors il faut l'avouer ça ne dura pas aussi longtemps que je l'aurais souhaité, mais ce fut intense. Je sens encore la rondeur de son gland frotter contre mon antre et la chaleur lorsqu'il me pénétrait.

 

Ce premier rapport n'avait pas duré des heures mais quand même il fut fort en émotion et en sensation. Et ça promettait pour la suite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Agréable  à lire  ...  bien appliqué!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joli texte, un peu brouillon au début mais une belle montée ( oups sans jeu de mots) en puissance.

Une suite ? Je suppose que vous vous êtes revu et ...???? Cela ne nous regarde pas .... Ou pas ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.