Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Nuit de tempête

Recommended Posts

maison10.jpg

 

 

 

Dehors le vent hurle, les flots Atlantiques se déchainent dans la baie, la tempête délivre sa puissance. Les vagues se fracassent sur les rochers.

 

Dans la petite maison phare aux volets bleus, brûle dans l’âtre un feu puissant, les lampes à pétrole délivrent une lumière diaphane,  qui transforme chaque objet en ombres fantasmagoriques.

 

Nous sommes là, toi et moi, seuls au monde dans ce petit ilot, voué au grès  du bon vouloir   des éléments en furie.

 

Nous nous sommes retrouvés  ce matin sur le quai de la gare, nous sommes restés longtemps enlacés nous embrassons avec cette passion qui unit les amants.  Nous avons eu juste le temps de prendre le bateau pour cette ancienne maison phare que j’ai loué pour la semaine.

 

Le ciel s’est alors obscurcit, le vent d’Ouest s’est levé, la houle s’est formée, et la tempête s’est levé.

 

Je suis sorti arrimer le bateau,  je suis rentré trempé, transi de froids, tu m’as déshabillé, essuyé et j’ai pris une douche.

 

Tu  me rejoins alors, un grand sourire s''étalant sur ton visage. J''ouvre le robinet, faisant sortir de l''eau très chaude, comme tu aimes...

 

Je  pose mes deux mains sur tes hanches... tu sursautes, je presse mes longs doigts sur ta peau, admirant la finesse et la douceur de celle-ci... j’approche ma bouche de ton oreille, fait glisser ma langue sur ton lobe, puis plus bas vers la nuque..

 

Dehors vent et pluie redoublent.

 

Tu  retiens ton souffle, tremblant comme une feuille, même si l'eau brûlante s''écoule sur toi, sur nous, laissant ta peau rougie et chaude.

 

J’aventure alors mes mains vers ton ventre, les dirigeant doucement plus haut, englobant tes seins sublimes et ferme de ma paume et titillant le rose de tes tétons avec mes doigts.

Tu lâches un gémissement sourd, fermant les yeux et te mordant la lèvre inférieure.

 

Ma bouche se pose sur ta nuque, dans un baiser interminable.

 

Tu  sens alors ma virilité frotté contre tes reins, et réagir à ce contact... Elle a une texture douce, chaude... Elle s''humidifie, tu la sens grossir au fur et à mesure.

 

Je te malaxe toujours la poitrine, et mes tétons durcissent, cherchant sa bouche.

 

Ta tête tombe vers l''arrière, au creux de Mon cou. J’abandonne un de tes tétons pour aller plu bas... bien plus bas.... Et je caresse la peau douce du mont de vénus, le mont de tous les plaisirs. Je laisse glisser mes doigts vers la petite bosse que forme Ton petit bouton rose, joue avec, le titille, le presse, le caresse.

 

J’insinue mon doigt dans ton vagin, commence un va-et-vient doux, admirant ta texture douce, tendre, moite, humide, délicieusement chaude.

 

Nos deux corps se pressent, mouvant nos bassins pour que nos peaux frottent l''une contre l''autre, que mon pénis bien ferme glisse entre tes fesses.

 

Je lâche un gémissement rauque, que tu sais être le signe  que je veux que tu agisses.

 

Tu te retournes, tu prends mon doigt dans ta main, le met dans ta bouche, glisse ta langue autour pour goûter ton propre nectar.

 

Je te  regarde de mes yeux voilés de désir, saturés d''excitation.

 

Avec un léger sourire,  tu te mets à genoux sur le sol glissant, l'eau s'écoulant toujours.

 

Tu prends  ma verge dans ta main, la scrute, l''admire, la palpe, sens sa vigueur, sa fermeté.

Sa texture lisse et humidifiée t’excite, tu te mords la lèvre pour ne pas lécher tout de suite  mon gland.

 

Je me tords au dessus de toi, je n’en peux plus ta bouche est si habile.

 

Avec gourmandise, tu me lèches doucement toute la longueur, en partant du dessus des testicules jusqu''au gland. Puis sous mes gémissements tu prends mes boules dans ta bouche, frottant ton visage sur cette peau qui se tend, légèrement duveteuse.

 

Tu m’aspires, m'agace du bout des lèvres, lèche, embrasse.

 

Tu branles ma queue si ferme avec tant d''ardeur  je te demande de la prendre enfin dans ta bouche, ce que tu fais.

 

Tes lèvres englobant mon pieu de chair,  tu tournes ta  langue, titille le petit trou au dessus du gland,  tu essaies d''y introduire le bout de ta langue.  Tu sais que j’adore ça, tu en as la confirmation, car  tu m’entends  gémir plus fort, mes soupirs devenant des sons bestiaux.

 

Tu te relèves, laisses glisser mes mains sur mon torse lisse, ou juste quelques poils descendait plus bas.

Tu as toujours adoré mon ventre, me délectant de ce toucher si ferme, si doux.

 

Tu le caresses, tu laisses glisser tes longs ongles autour de mon nombril puis plus haut, mes pectoraux, mes tétons...  Tu en lèches un négligemment... Je gémis, me tortille.

 

Je te pousse contre le carrelage, l''eau s''écoulant le long de ton dos. Je t''embrasse, et enfonce mes doigts profondément dans ta chatte ruisselante, vibrante, avec douceur. Tu gémis soudain très fort, de plus en plus rapidement, ta tête se renversant en arrière.

 

Ahhhhhhhhh ouiiii plus vite !!! Plus viiiiite !! Hmmmmmm !!!!

 

Tes gémissements me rendent vite fou, et je te suce le bout de tes seins, les rendant écarlates et aussi dur que du cristal.

 

Ta chatte trempée devient vorace, tu m’ordonnes de te lécher sur le champ. Je m''agenouille immédiatement, mes mains posées sur tes grandes lèvres, écartant ta peau pour laisser le passage à ma langue. Je titille ton petit bouton de mes lèvres, suce, lèche, aspire, torture.

 

Tu gémis, tu te tortilles, je te soutiens pour ne pas que tu tombes...

 

J’insinue soudain ma langue, te pénétrant, comme une petite bite agile et souple. Tu te sens partir, oubliant les éléments qui se déchainent dehors.

 

Je cesse cette délicieuse torture, et je te pousse   contre le mur, cambrant tes reins. Je laisse mon gland frotter contre ta chatte littéralement inondée, et le laisse rentrer, ressortir, rentrer à nouveau.

 

S''il te plait !! Baise-moi !!!

 

Tu n’es plus une femme,  tu es une femelle, tu es une chatte !!

 

Tu veux que je te baise, vite et profondément, oui c''est cela bien profond, encore !! Tu cries, tu n’entends  pas crier, le vent couvre tes cris, je te pénètre de plus en plus vite, je ralentis, accélère, te pelote les hanches, les seins, gémit, grogne, je ne suis plus qu'un sexe,   qui hurle son plaisir... !!

 

Dieu que c''est bon, tu t’empales encore plus profondément, tu me masses en ouvrant et refermant les muscles,  je gémis  plus vite, je suis un animal. Je crie ton nom, sentant la jouissance venir, bientôt, très bientôt...

 

A cette idée le plaisir monte en flèche, je rentre de plus en plus rapidement, produisant un bruit de succion qui te rend dingue, et tu sens ta chatte vibrer, jouissant soudain, tel un geyser de plaisir, durant de très longues secondes.

 

Au moment où tu sens que je ne puisse plus, tu me retournes, me suces si vite que j’expulse toute mon écume dans ta bouche dans un cri rauque et puissant, hurlant mon prénom dans mon plaisir...

 

-Chrissssssssssss, je t’aime !!!!!

 

Le vent s’être calmé, nous sortons de la douche,  nous nous embrassons avec passion .

Je te prends dans mes bras et te conduis devant la cheminée, je t’étends sur le tapis.

Nous entendons le fracas des vagues, frappant la côte granitique.

 

Cette nuit est propice à des biens   des folies, je l’avoue, je sens  la chaleur de ta peau se dégager sur la mienne, l’odeur enivrante de ton corps, parcourir mes narines pour s’amuser à affoler mon pauvre cœur.

Tu es contre moi, ma main, vagabonde, se glisse doucement sur une de tes cuisses. Je commence à caresser l’intérieur de ta cuisse. Ma main remonte sur un de tes flancs, caresse doucement ta taille.

 

Ma main sillonne son ventre, passe sur tes courbes sensuelles, puis caresse finalement, doucement ta poitrine. J’enchaine ; le revers de ma main, frôle, caresse avec plaisir un de tes tétons, tu es si belle.

 

Tu  extériorises un nouveau gémissement, plus affirmé que le précédent, je continue les caresses sur ton téton, le pinçant doucement, le faisant rouler entre mes doigts, profitant de cette petite bosse qui se forme sous mes doigts.

 

Je suis au-dessus de toi. Je dévore ton visage du regard , nous nous embrassons tendrement.

 

Nos baisers se font à nouveau plus fougueux, nous nous essoufflons simultanément, je me colle plus à elle à chaque jeu de lèvres, désireux de te donner ma semence.

 

Mon sexe tendu et gonflé, touche le tien, je te sens si humide, alors que mon gland tapote, frôle innocemment ton clitoris.

 

Tu gémis, je te rejoins dans ce petit cri.

 

Mes baisers mêlés aux « je t’aime », bifurquent vers ta mâchoire, passent sous ton cou, remontent sur tes lèvres, puis dévorent avec plaisir le petit creux de ton cou à l’odeur si enchanteresse.

Tu caresse mon torse, doucement, tendrement, comme l’amante parfaite que tu es.

 

De plaisir, j’échappe un râle amoureux ; tu me souris, provocante. Puis griffes doucement ma poitrine. Un second râle, un peu plus gémis cette fois-ci, satisfaite,  tu souris à nouveau.

 

Partant pour ce petit jeu érotique, je descends mes baisers vers ton sternum, lèche doucement ce creux, puis joue d’une fausse hésitation, sur un de tes seins ; mes baisers passent sur ta petite aréole rosée, repassent dessus, ma langue, amoureuse, sort à son tour pour se joindre au jeu, évitant le plus possible, de frôler ou taquiner ton téton, histoire de te rendre un peu folle ..

 

Appuyé sur un bras, je continue mon jeu buccal, alors que ma main libre, caresse volontairement ton autre sein.

 

Les extrémités de tes seins, hirsutes, me provoquent presque, m’invitant à me joindre à de doux mordillements, sur l’un d’entre eux . Je m’exécute, sans prévenir d’un baiser, ou d’un coup de langue, mes dents saisissent délicatement le petit bouton rose, puis le pincent, le mordillent, assez doucement pour te lubrifier encore un peu plus.

 

 

 

 De tes gémissements, je sens le plaisir nous gagner, aussi bien moi, que de jouer de ton corps, que toi, à endurer mes tortures érotiques. De mon autre main, libre, je caresse tendrement ton sein, te faisant languir, sans pour autant préciser les caresses.

 

Mon sexe, à son paroxysme de désir, s’est lubrifié à son tour, gonflé à souhait. Je sens le moment propice arriver ; sans dire un mot, je me remets bien au dessus d’elle, puis frôle ton sexe humide, du mien. Un couinement ne se fait pas attendre,  tu trembles presque, tandis que mon sexe, parfaitement tendu, caresse une nouvelle fois ton clitoris. Les griffèrent reprennent ; tu prends un malin plaisir à caresser du bout de tes ongles, ma poitrine, dressant un peu plus mes tétons ; je ne pu retenir un nouveau râle.

 

Telle une punition, je caresse ta vulve de mon gland, feignant une entrée en toi, tu gémis de nouveau. Amusé et très excité, je m’octroie à nouveau ce petit plaisir ; d’un lent coup de bassin, mon sexe, aidé par nos lubrifications, entre juste un peu en toi. Amoureuse, tu saisis mon visage entre tes mains, puis comme une nécessité,  tu m’embrasses tendrement, alors que je suis encore en toi .

 

Alors que nos lèvres jouent, que nos cœurs s’emballent, et que nous savourons chaque baiser  , je fis un petit coup de bassin joueur .. Un petit cri étonné et désiré ne se fit pas prier,  , je continue ; ma verge tendue, un peu en toi, suit les petits mouvements de bassin. J’entre en toi, en sort doucement, puis continue ces lents va et viens.. Ta respiration est de plus en plus saccadée, je m’essouffle, tu gémis de plus en plus, mais je ne veux pas t’accorder le plaisir d’un orgasme.

 

Pas maintenant.

 

Alors que tu crois que je vais à nouveau entrer en toi, je sors définitivement. Tes jambes tremblotent  

Mon sexe coule un peu, je suis aussi sur le point d’avoir un orgasme, mais je tiens absolument à faire durer ce jeu, toute la nuit .

 

J’embrasse ton torse, prenant soin de passer sur ta poitrine, descendant mes baisers jusqu'à ton ventre, puis je lève la tête, te regardant amoureusement.

 

Tu jouis  de mes baisers, je  caresse  de mes lèvres, ta petite fente. Tu apprécies, tes gémissements répétés le confirment. Pour pousser le plaisir plus loin, une langue brulante s’interpose entre les deux bouts de chair, caressant l’intérieur de la petite fente. Je poursuis ; les coups de langues se font plus profonds, plus insistés.  Je caresse doucement ton clitoris, tu n’as d’autres recours que les gémissements.

 

Pris de mon envie, j’ouvre doucement ton sexe, des lèvres qui le cachent, puis tapisse celui-ci de coups de langues tout autant gourmets les uns que les autres. Je me délecte de ta douceur incomparable, de ce goût délicat et de tes gémissements  . Ma langue passe et repasse sur ta vulve, tente d’essuyer ce nectar qui n’en finit pas de couler, en vain .

 

 Ma langue entre doucement en toi, finalement. En sort, lèche délicatement et assidument le pourtour, puis entre à nouveau.

 

Dehors la tempête redouble, le vent attisant les flammes du brasier, nous sommes en sueur, les flammes se reflètent sur nos corps

Je suis le seul  maître de tes désirs,  mais doigts longs disciplinés se perdent hagards dans tes cheveux désordonnés, la nébuleuse de ton âme prend des allures de brumes matinales.

Les pensées amères qui te hantaient se désintègrent, poussières cosmiques éparpillées, nos univers s’unissent.

Quand sous tes doigts agiles et vifs tu sens ma peau   qui frissonne et gémit, tu en frémis, tu en jouis.

 

Je sens soudain monter en toi ce doux désir qui t’envahit.

 

La nuit est à nous mon amour.

 

Avec douceur je te pénètre à nouveau, nos bouches se soudent, nos langues s’aiment, nos mains se lient, nos doigts se croisent, tes jambes enserrent mes hanches. Tu gémis, je me repends en toi, ma semence inonde ta matrice, tel les vagues se brisant sur les rochers.

 

Nous nous aimons.

 

La tempête dehors s’apaise, mais celle de notre passion est loin de s’arrêter, la nuit est à nous mon amour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tempête des sens, tempête des cœurs....

Merveilleuse tempête qui déchaîne les éléments .... des amants !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce récit tempétueux et tellement prenant !  Au plaisir de te lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.