Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Toulouse_No_Lose

Beaux souvenir

Recommended Posts

Cher "Toulouse no lose",

 

Je me suis réveillée du bon pied avant toutes ces péripéties.

Mais il était tôt, alors je me suis mise à révasser, à penser à toi, à nous...
Je nous ai imaginés à 'xxxxx' ou ailleurs. Dans un lieu magnifique, quelque part d'unique.
Je m'affairais à préparer un petit repas franchouillard pour mon amour dans une cuisine bien aménagée. Toi, tu t'ennuyais, alors délicatement, tu t'es approché de moi, tu m'as enlacé tendrement, collant ton visage au mien.
 
Sans même l'ombre d'une hésitation, j'ai tout laché : poêle, cuillère en bois, repas en cours de confection... Je me suis blotie dans tes bras, t'embrassant langoureusement. Tes bras glissaient le long de mon dos de la douceur que tu connais, allant par moment, errer près de ma poitrine pleine d'exitation. Mes bras, eux se promenaient adroitement sur ton corps d'homme, passant le long de tes muscles, de tes cuisses tendues, de cet endroit que je ne citerai pas...
Furtivement mon chemisier me quitta et je te mis à nu devant moi. Tes baisers parcouraient mon corps et ma respiration s'accélérait au plaisir naissant. Ta bouche descendait le long de mon ventre jusqu'à désagraffer ma petite jupe. Mon coeur s'est alors mis à battre plus vite, à l'idée de tout ce qui pouvait se passer. Mes mains révélèrent les pulsions de ton corps avec soin, frolant judicieusement ton pénis. A cet instant, me faisant sursauter de plaisir, ta langue découvrit l'humidité de mon entre-jambes. Agissant comme le plus grand des accrobates, tu faisais vibrer mon corps jusq'à m'en faire perdre tous mes moyens. Mes mains, incapables d'assumer le supplice que tu m'imposais, se posèrent sur ton visage et le redressèrent pour l'embrasser

Ma langue dévala alors le long de ton corps en sueur, frolant ta poitrine forte. Ma bouche, comme par magie se mit à s'articuler dans le plus grand bonheur pour toi, faisant des va et viens ton pénis entre les dents.
N'y tenant plus, ni toi, ni moi, tu me soulevas, m'installas sur le plan de travail. Nos corps ne firent plus qu'un dans un mouvement des plus agréables. Et des heures durant, tels des artistes de ce jeu, nous nous afférames à faire l'amour pour notre plus grand plaisir. Tant pis pour le repas, il attendra et puis, tant que je suis avec toi, peu m'importe si je mange un repas froid :P."

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.