Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

jip

les plaisirs quand il pleut pendant les vacances

Recommended Posts

Nous étions une semaine en Bretagne dans un centre naturiste situé dans un domaine d’un ancien château. Nous avions loué une petite caravane sur place. Les premiers jours il faisait beau, mais le mercredi une dépression atmosphérique nous promettait une journée de pluie.

« Qu’est ce qu’on va faire demain s’il pleut comme ils ont dit à la radio ? Visiter la région dans la pluie…bof ! » je lui demandais avant d’aller dormir.
Emilie me faisait un grand sourire. « Nous pouvons nous occuper de choses chouettes ! » et se dirigeait vers la valise. « Regarde que j’ai pris avec dans le cas de mauvais temps !! » Elle sortait un petit paquet avec quelques livres de poches érotique (qu’elle aime de lire) et quelques magazines pornos avec photos et histoires (pour moi)

On se mettait au lit et le lendemain matin je me réveillais le premier, probablement par le bruit de la pluie sur la caravane. Emilie était partiellement découverte. Je regardais ses jambes légèrement écartées et mon regard s’arrêtait à son triangle noir de son pubis poilu. Mon pénis faisait signe que j’avais des envies. Je m’approchais avec ma main sur le haut de ses jambes et je bougeais doucement vers son entre jambe pour lui caresser tendrement avec mon doigt les lèvres de son sexe. Mon doigt glissait un peu entre ses lèvres … elle bougeait un peu et faisait quelques bruits. Elle se réveillait. Elle ouvrait ses yeux, me faisait un sourire et écartait ses jambes pour me donner libre accès. Je changeais de place entre ses jambes et avec ma bouche je m’approchais de son sexe. Un premier petit bisous sur les lèvres, puis avec la pointe de ma langue je passait sur ses lèvres du bas vers le haut vers son clit. Je poussais ma langue plus loin. Elle était déjà mouillée. L’odeur et le goût me rendaient super excité pour aller plus loin. J’écartais ses lèvres avec mes doigts et je commençais un cunnilingus. Elle adore cela. Très vite elle sentait que son orgasme n’allait pas se faire attendre. « Continu.. Continu jusqu’au bout… « elle me suppliait. Un peu plus tard elle criait dans son orgasme. Elle mettait ses mains sur ma tête et me caressait. « J’aime bien que tu me réveilles comme ça !!! A toi maintenant, tu veux venir dans moi ou tu veux une fellation… ? »
« J’ai envie que tu me masturbe avec ta main. J’aime te regarder quand tu es occupée »
On changeait de place et je me couchais. Elle se mettait près de moi, comme ça je pouvais toucher ses seins. Mon pénis était dur et elle commençait à bouger avec sa main. Je la regardais faire. J’aime cela aussi. Très vite je sentais mon éjaculation venir et je jouissais dans mon orgasme. Une partie de mon sperme arrivait sur son corps. Puis elle léchait le sperme sur mon sexe et mon ventre.

Nous nous levions et nous prenions notre petit déjeuner. Par après nous nous mettions de nouveau au lit, mais semi-assis en face l’un de l’autre avec notre lecture !
Après quelques pages de lecture, Emilie descendait sa main vers son sexe. Avec ses doigts elle se caressait doucement son clit. Moi aussi je prenais mon pénis en main. On se regardait avec un regard complice. Nous avons continué ceci pendant un certain temps. Quand j’avais une érection complète, elle mettait son livre de côté. « Viens sur moi et prends-moi » elle me demandait. Elle se couchait et ouvrait largement ses jambes. Je venais sur elle et introduisais mon sexe dans son vagin. C’était bon de simplement se trouver unis. Nous ne bougions pas beaucoup, mais nos langues se mêlaient dans des bisous passionnés Après un long moment de passion j’ai commencé mon va et viens. Du plaisir pour nous deux. Pourtant nous ne sommes pas arrivés à un orgasme et une éjaculation. Probablement trop vite après notre premier contact du réveil. Mais cela nous ne dérange pas. C’est le plaisir et les sentiments qui comptent en premier lieu.

Nous nous remettions en face, cependant elle met son pied contre mon pénis et elle joue un peu. Je fais de même chez elle. Nous continuons notre lecture, tout en jouant avec nos pieds sur nos sexes.
Un moment je prends un autre petit magazine. Quand je l’ouvre, je découvre une petite histoire de 2 pages et quelques photos de sodomie ! La lecture m’excite vite. Après l’avoir lu, je le passe à Emilie. Elle sourit : « Tu as envie de me prendre comme ça ? » Avant que j’ai pu répondre elle ferme son livre et prends le tube de gel lubrifiant et me le donne « Quand tu entre, utilise assez bien de ceci ! » C’est en effet pas la première fois.
Elle me tourne le dos ouvre ses genoux, la tête sur le cousin. Son derrière et en haut et j’ai une vue invitante. Je commence par lui caresser les fesses, ses jambes. Puis mon doigt passe doucement entre ses cuisses et touche son anus. J’écarte un peu ses cuises et ma bouche s’approche. Avec la pointe de ma langue je touche son anus. « Mmmm oui…. » qu’elle dit. Je continu à lui faire un anulingus et avec ma main je lui caresse son clit pour l’exciter. « Viens » qu’elle me dit. Avec mon doigt je mets un peu de gel dans son anus et j’enduis mon pénis. Puis, je pousse en premier lieu mon gland dedans. Entre-temps elle a repris sa masturbation. Doucement je pousse un peu plus loin et je commence mon va et viens. L’anus sert un peu plus que le vagin, et très vite j’éjacule et mon orgasme est très intense. Entre-temps Emilie est aussi arrivée en se masturbant.

Nous avions envie de prendre une douche, donc il fallait sortir pour aller au bloc sanitaire. Il pleut toujours, mais nous sortons nus (avantage du naturisme) et nous marchons vers le bloc à une bonne vingtaine de mètres. Il n’y avait personne à cette heure et nous profitons pour nous savonner et de glisser nos corps l’un l’autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau récit très excitant. On sait s'occuper agréablement en Bretagne quand il pleut !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest besoindechaleur

Ppffff il pluet pas en Bretagne tout le monde le sait !!!!!

 

merci pour ce joli texte.......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Weby
      Bonjour,
      Voici la liste de nos partenaires dans la rubrique "Annuaire de qualité référençant les sites gratuits":
      Un des meilleurs annuaires du web adulte. Une mine d'or de sites sexy avec une sélection très stricte pour apparaitre sur Sexy Nice, cat annuaire sexy refuse tout site comportant des pop-ups...Si vous cherchez des vidéos sexy, des photos sexy ou bien meme des histoires sexy, alors faites un tour sur Sexy Nice...
      https://www.sexy-nice.com
      L'annuaire sexe du sexe gratuit. Visitez cet annuaire très fréquenté par les internautes afin de trouver du cul facilement et gratuitement...Photos sexe, vidéos sexe, site d'histoires sexe...etc etc
      https://www.beesexe.com
      https://www.coossin.com
      https://www.1sexe2.com/porno.php
      Merci de votre attention.
      Amicalement
      Confession Intime
    • Guest sonny08
      Par Guest sonny08
      Tu es là, lascivement allongée sur ce lit. Entre ombre et lumière ton corps m’apparaît comme la sensualité même.
      Tu me regardes, tu me défies.. Tu m'attends.
      Alors je m'approche, je glisse sur ta peau pour venir poser un baiser dans ton cou.. puis à la naissance de tes lèvres.. Avant de t'embrasser langoureusement.
      Tu mets tes mains dans mes cheveux et délicatement me fais glisser sur le haut de tes seins, puis ton ventre, puis tu laisses ma bouche en tête a tête avec ta jolie dentelle, masquant a peine le joli sexe que tu m'offres.
      Je fais glisser le tissu et te regarde dans les yeux.. Je croise un regard plein de défi, de désir et d'envie.
      Mes lèvres parcourent tes cuisses puis viennent embrasser ton aine. La pointe de ma langue ondule langoureusement jusqu'à la naissance de ton sexe.
      Je te regarde quelques secondes et mordille ma lèvre. Je vais te dévorer, tu le sais.
      Ma langue remonte lentement sur la longueur de ton sexe, avant de couvrir ton clitoris d'un baiser langoureux.
      La pointe de ma langue glisse sur ton petit bouton de plaisir, elle ondule, dessine de petits cercles de 'l’extérieur vers l’intérieur. Puis, le coiffe d'un rapide baiser.
      Ma langue descend pour lécher ton sexe de haut en bas, de bas en haut, j'ondule sur tes petites lèvres puis mes caresses linguales se font plus appuyées, plus entreprenantes..
      J'avance doucement vers l’intérieur et ma langue fouette tes petites lèvres. Elle s'ouvrent timidement et ma langue te pénètre.
      Je te dévore encore quelques instants, puis mes lèvres se referment sur ton clitoris, pendant que mon majeur viens se glisser en toi. Ton gémissement timide et ton regard provocateur m'indiquent que c'est la bonne voie.
      Mon doigt disparaît en toi. Je replie la dernière phalange et masse doucement tes parois, en revenant en arriéré, puis en avançant. Tes soupirs me guident vers l'endroit de ton plaisir.
      Mon index entre à son tour dans ton sexe de plus en plus épanoui. Ton excitation facilite son entrée et il vient rejoindre mon majeur pour titiller les endroits les plus sensibles, leurs gestes sont coordonnées. Tantôt collés, tantôt opposés, ils sont les instruments de ton plaisir.
      Ma langue se concentre toujours sur ton clitoris, elle le fouette, elle ondule, elle dessine de petits cercles..Mon souffle chaud et humide glisse sur lui.
      Mes yeux fixent les tiens, je cherche ton plaisir... En en prenant beaucoup.
      Mes caresses sont précises et passionnées. J'aime voir cette émotion si intense au fond de tes yeux.Tes mains se crispent sur mes cheveux. Tu n'as jamais été aussi belle.
      Tu prends mes épaules et accompagne mon visage jusqu'au tien. Nous nous embrassons, ton regard est intense. Je te sens bouillante, mais inassouvie.
      Nos regards sont l'un dans l'autre, ta peau contre ma peau, tes seins contre mon torse. Mon sexe collé au tien durcit.. J'ai envie d’être en toi, j'ai envie d’être à toi..
      Tu mets tes mains sur mes fesses et dans un soupir nous fusionnons.
      Mon sexe franchit les portes de ton paradis.
      Mes mains sont folles de ton corps, je caresse tes hanches, ton ventre et tes seins.. Ma bouche se perd sur ton joli téton et je l'embrasse fougueusement a chaque fois que tu te cambres. Ma langue s'enroule enfin autour de lui et je le suce avec gourmandise..
      Nos mouvements sont liés, nos corps sont collés l'un a l'autre, dans une danse de plaisir. Jusque là esclave de mon désir, me voilà maître de mon plaisir. Et en quête du tien.
      Nous faisons l'amour comme des fous, mes pénétrations s’accélèrent, elles sont plus longues, plus puissantes, plus précises au fur et a mesure de nos échanges de regards, de tes soupirs de plaisir.
      Nous continuons jusqu'au plaisir ultime, jusqu'à la jouissance finale. Je sens mon désir monter, je sent ton plaisir arriver à son summum. Nous nous laissons aller a un dernier gémissement, à un dernier geste, au plaisir.. Tes pupilles se dilatent et ton regard se perd, envahi de plaisir. Nous restons quelques instants suspendus par le plaisir, ailleurs, au 7eme ciel. Notre plaisir commun comme nirvana. Enlacés nos corps s'effondrent sur le lit. Et dans un sourire, nous nous embrassons.
       
       
      Je sais que ce récit manque peut être un peu de mise en scène, d'intro ou de conclusion, mais j’espère qu'il vous a plu.
      N’hésitez pas à me laisser vos commentaires... 
      Et merci de la lecture !
    • Guest XratonX
      Par Guest XratonX
      Bonjour à tous,
       
      Je me permet de vous poser à tous une question que je me pose sans pouvoir vraiment y répondre moi-même tout seul :
       
      Qu'aimez-vous que votre compagnon porte comme sous-vêtement ?
       
      Merci 
    • Par dédale
      Nous sommes en 1995, …

      Cela fait déjà un peu plus d’un an que je fréquente cette charmante demoiselle, une magnifique brune et entre nous ce fut…. Rapide (je vous passe les détails de la première soirée… si vous êtes sage une autre fois peut-être) et malgré nos 25 ans passé, nous vivons encore chez papa-maman (heu …) et nous nous voyons que les week-ends (chez les miens, et je ne les vois pas souvent), fin de semaine qui sont généralement… torrides !!!

      En ce doux mois de septembre, nous prennons nos premières vacances ensemble. Bien sûr il y a déjà eu des escapades amoureuses mais là, nous partons tous les deux pour 3 semaines, en moto ET en camping.

      Bon, précisons quand même que la demoiselle était habituée aux hôtels 5 étoiles. Mais par amour, elle fait l’effort de suivre son homme (moi haouuaaa, heureux le Dédale).

      Bon, chargeons la bécane, une routière, pas de soucis, pas de sac à dos, tout dans les bagages et roule, direction le sud ! les gorges du Verdon, plus exactement Moustier Ste Marie pour ceux qui connaissent (alors ceux qui ne connaissent pas : à voir !!!). je m’étais dit après tout, autant profiter de la chaleur du sud….

      Poissard ! Vous le connaissez ? Si si, celui qui a toujours une couille qui lui arrive.

      En gros, en septembre 1995, dans cette région-là, il y avait un orage tous les soirs vers 17h. Bon bah voilà quoi… les nuits à défaut d’être « hot » sont humides et pas pour les raisons auxquelles nous nous attendions, la tente n’est pas son grand truc, j’avais juste prévu un grande canadienne pour simplement heu dormir ? un peu quand même, mais entre le tonnerre, et l’humidité ambiante, pas trop de repos et surtout …. Pas trop de câlins !!

      Cette après-midi-là, nous avons décidé de la passer au bord du lac, repos.. nous trouvons une petite plage assez calme, pas un coin trop reculé ni désert.. il y a quelques personnes qui comme nous tienne à profiter du soleil et de la douceur de vivre de la Provence.

      Nous posons nos serviettes côte à côte, bien sûr et nous nous allongeons, tranquille.. est-ce le manque de câlin ? le lieu ? mais voilà que je m’approche d’elle, ma main passe sur son ventre, je me redresse et pose délicatement mes lèvres sur les siennes, elle les tend vers moi.

      Son corps commence à ce tendre, réclamant plus de caresses, plus de tendresse.. pas avare, je m’exécute.

      Rapidement, je me retrouve allongé sur elle, elle a écarté les cuisses pour m’accueillir. Autour de nous, les gens sont affairés dans leur livres, magazines et autre jeu, je n’y prête plus attention, ma main se balade sur son flanc, appréciant chaque parcelle de sa peau.

      La bosse qui se forme dans mon caleçon le fait devenir étroit, je ne tiens plus.. Lentement, je glisse ma main vers le haut de ses cuisses, la passe sur son bikini et sens sa fente s’ouvrir à travers l’épais tissu.
      Nos souffles s’accélèrent, ses ongles me griffent le dos alors que mon doigt fripon fait glisser le cache-sexe sur le côté avant de se faufiler dans cette intimité trempée, elle se laisse transporter, se laisse aller.. que j’aimerais y plonger ma langue, mais non, ce n’est pas le lieu, le moment oui mais pas l’endroit…

      Je la masturbe doucement, fouillant son vagin délicatement alors que mon pouce tourne sur son clitoris tendu, essayant de rester discret dans mes mouvements, mon sexe est de plus en plus à l’étroit.

      A mon tour, avec ma main restée libre, je libère ma verge de sa prison de tissus et viens poser mon gland à l’orée de ses lèvres ouvertes maintenant libérées de mes doigts. Le monde autour de nous n’existe plus, nous sommes seuls, dans notre bulle alors que lentement je m’introduis en elle…
    • Par dédale
      En d’autres temps …
       
                    C’était au début, les fabuleux débuts …
       
           Les débuts sont toujours magnifiques, féériques et plein de surprises…
       
           Nous nous fréquentions depuis quelques mois, habitions toujours chez papa-maman malgré nos 25 balais et nous ne nous voyions que les weekends …
       
       
            Des weekends torrides, tout autant que notre première soirée …
       
           En général, elle venait à la maison en fin d’après-midi, travail oblige, elle dans son agence bancaire, moi dans mon véhicule… cette journée semblait toujours rainer en longueur mais une fois rentré nous tombions dans les bras l’un de l’autre, baisers passionnés et longues embrassades tant la chaleur de son corps m’avait manqué. L’avoir, lui parler chaque soir au téléphone ne suffisait pas.
       
           Bien sûr, il fallait souvent faire bonne figure, patienter encore un peu car souvent nous allions voir des copains, mais ceux-ci compréhensifs nous retenaient peu de temps…
       
           Parmi nos habitudes, souvent le dimanche soi nous aimions aller au cinéma, ne travaillant pas le lendemain, nous pouvions à loisir profiter d’une séance du soir… un bon film et ensuite nous regagnions la voiture pour retourner chez moi (enfin mes parents) pour une nouvelle soirée de débauche.
       
         Mais ce soir-là.... était-ce le film ? la douceur de la soirée ? ou bien…
       
           Alors que nous marchions, bras dessus, bras dessous, traversant la gare routière j’approche mon visage de son cou. Je me sens d’humeur coquine, oui, humeur habituelle quoi…. Il nous reste quelque mètres à parcourir pour atteindre le parking où se trouve la voiture et dans cette allée déserte, je la plaque tendrement contre le mur, elle ne résiste pas.
       
           Ma bouche se pose contre la sienne, je savoure le gout de ses lèvres, nos langue s’emmêlent, mes mains parcourent son corps. Je commence à la connaitre, alors je sais rapidement quelle zone il faut titiller, mais il n’y a pas besoin de s’attarder, elle s’appuie contre le mur, laisse ma bouche descendre le long de son cou.
       
           Puis je me redresse, la regarde, échange de regard et ses yeux en disent long alors que ma main se dirige vers la ceinture de son pantalon. Oui, mademoiselle met un jeans pour sortir au ciné avec son amoureux, mais cela ne me gêne pas, je défais cette ceinture, ouvre les premiers boutons et glisse ma main.
       
           Lentement je pars à la rencontre de son sexe lisse et déjà humide, de mon majeur et de mon index j’encercle son clitoris, je joue un peu avec, mais le contact de mes doigts secs n’est pas des plus agréable, alors ils se concentrent sur cette fente qui peu à peu s’ouvre, leur laissant un peu de place.
       
           Ma main tente de manœuvrer entre sa peau et sa culotte, le jeans serré ne facilite pas la tâche… alors j’ouvre les derniers boutons, créant plus d’espace pour bouger, pour évoluer. Voilà, je parviens à glisser un doigt, un deuxième, ses jambes ont du mal à la supporter et la propreté relative du mur n’incite pas à s’appuyer complétement dessus, alors elle s’appuie sur mon avant-bras qu’elle chevauche, son souffle s’accélère, son rythme cardiaque aussi.
       
           J’en ai jamais assez, j’en veux toujours plus, alors que ma main droite et entre ses cuisses, que mes doigts la fouillent gentiment, ma main gauche agrippe la ceinture de son pantalon que je tente de faire glisser le long de ses cuisses. Elle redresse la tête, me fixe, le regard plein de gêne et d’envie. Alors elle se tortille un peu, facilitant ma tâche et une fois le pantalon au niveau de ses genoux, je m’accroupis devant elle, tel un fiancé qui demande sa belle en mariage….
       
          Mais la demande que je vais lui faire, elle l’attend, elle en a envie, elle adore. Et lorsque ma bouche se pose sur son pubis qu’elle entretient pour moi, je sens le frisson qui la parcourt, doucement mes lèvres amorcent leur descente vers les siennes, plus intimes et une fois atteinte je savoure la fierté d’avoir été le premier à lui faire découvrir ce baiser si intime.
       
           Ma langue vient alors trouver ce petit bouton à peine caché derrière son capuchon, son souffle s’accélère de plus en plus, sa main se pose sur ma tête alors que les miennes remontent sous son chemisier, retrouver sa petite poitrine nue, l’un des avantages des petits seins… je suis concentré sur mon labeur, je tiens à la faire jouir, il n’y a pas d’issue autre que celle-là !!
       
           Ma langue tourne autour de son clitoris, puis vient se glisser entre ses deux parois humides… dans le lointain, je perçois le bruit de pas… quelqu’un approche.. Mais son orgasme aussi, tant pis, je n’arrête pas ! Hors de question, de mes lèvres, je pince les siennes, les aspire, les recrache, retourne sur son clitoris maintenant sorti de son refuge, il est dans l’attente de mes caresse linguale.
      Les pas s’approchent
       
           Son souffle.. Haletant
       
            Tout s’approche, un coup de langue, son liquide coule sur mon menton, je m’en abreuve alors que ses mains appuient mon crane, collant mon visage à son entrecuisse trempée, elle se raidit..
       
           Les pas sont là, à côté, ils ralentissent, se demandant surement ce qui se passe, puis soudainement, repartent alors que dans un souffle j’entends son orgasme… elle est toujours discrète quand elle jouit.
       
                   Les dimanches soir ciné …
       
                                   C’était il y a longtemps, fort longtemps…
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.