Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

La voisine (II) - des vacances comme on les aime

Recommended Posts

Malgré l’heure tardive, l’eau est encore chaude en ce dernier jour d’août. Anaïs nage avec une fluidité digne d’une sirène. C’est pleine lune, l’astre de la nuit diffuse sa lumière qui se reflète dans l’eau donnant un aspect irréel à la scène.

Je me glisse à mon tour dans l’eau, je fais une longueur et me retrouve au centre du bassin, Anaïs tourne autour de moi, se reprochant de plus en plus, jusqu’à venir se plaquer contre moi.

Elle pose ses mains sur mes genoux, ses lèvres touchent les miennes, son souffle se répand dans ma bouche. Elle est si exquise, j’aime le goût de ses lèvres. Ses yeux sont enflammés de désir, ou est ce seulement le reflet des miens ?

Nous bouches s’aiment, nos langues se cherchent, se trouvent. Ses bras entourent mon cou, elle se hisse sur ma verge qui a repris de la vigueur. Ses seins fiers sont très dur contre moi, posant ses mains sur mes épaules, elle crispe ses doigts sur ma peau et gémit en se laissant descendre sur mon perchoir.

Ses mouvements saccadés provoquent une recrudescence de bulles. Ses seins nus, effrontés à la lueur du bain claquent de manière irrévérencieuse contre l’eau tourbillonnante.

Je suce la peau de son cou, je presse mes mains dans son dos pour m’assurer qu’elle restera avec moi.

J’ai l’impression de m’être introduit dans un écrin de velours soyeux, chaud et accueillant. Mes mains descendent sur ses jambes attrayantes, douces.

Je me contorsionne pour me nourrir de ses seins, tétant ses aréoles, goûtant sa transpiration et le chlore du bain. Je glisse ma main entre nous, mes doigts manipulent son bourgeon. Je veux qu’elle éclate, qu’elle se livre entière à l’orgasme qui la guette à nouveau. Anaïs rejette violemment la tête en arrière, découvrant sa gorge, sa poitrine, sa vulnérabilité.

Elle jouit en se serrant farouchement contre moi, fort, presque à m’en étouffer, et je l’étreins dans mes bras, ému par son plaisir, cet abandon, cette confiance totale qu’elle me manifeste ainsi.

L’eau s’agite furieusement, comme une mer en furie, alors qu’elle se détend tranquillement, libérée de cette tension insoutenable qui m’accable toujours.

En posant ses pieds au fond du bassin, elle se dégage lentement, puis elle me prend doucement puis brusquement. Elle masse ma queue à deux mains, en couvrant mon visage de baisers.

Je suis à vif, aux prises avec une pression insoutenable, et elle se complait à tenter ma verge avec sa main douce et agile.

Soudain elle s’écarte et prenant appui avec ses pieds sur le fond de la piscine, elle me repousse vers l’escalier.

« Assis toi, j’ai tellement envie de te goûter »

Je m’installe calant mes reins contre une marche. Elle s’approche, elle pose sa main sur mon ventre, la laisse descendre plus bas, jusqu’à ce que ses doigts touchent la base de mon pénis.

Ma verge est raide comme le bois, violacée par les caresses de cette sensuelle naïade. Elle la caresse du bout des doigts tout en déposant de petits baisers sur ma poitrine. Ma main s’égare dans sa chevelure, je me tends. Mon souffle s’accélère, satisfaire, elle fait glisser sa bouche vers le bas, vers mon ventre, faisant frétiller sa langue dans mon nombril.

Puis elle s’attarde sur mon bas-ventre, juste avant que commence la ligne de mon pubis. Je tremble d’impatience, je murmure doucement ma main caressant son épaule.

Du bout de la langue Anaïs titille le bout de mon pénis, à l’extrémité de mon urètre, avant de lécher les arêtes bien définies de mon gland. Je m’étire, je soupire. Anaïs ne quitte pas mon regard.

Je découvre en ses yeux, l’envie, le désir, la gourmandise. Elle prend maintenant la moitié de ma verge dans sa bouche, la dorlotant avec sa langue, ses lèvres. Elle recueille mes testicules dans sa main, elle concentre les efforts de sa bouche sur mon gland agressif.

Elle prend tout son temps. Sa langue chaude va t maintenant de bas en haut, puis de haut en bas, elle furetait avec délectation. De temps en temps, mon pénis disparait dans sa bouche aux lèvres si douces .C’est si délicieux. Sa salive abondante inonde mon membre. Le bout de sa langue s’enroule à nouveau sur mon gland. Ses lèvres se resserrent à nouveau, lentement elle se remet à me sucer, engloutissant ma queue jusqu’au fond de sa gorge. De sa main elle l’enferme ne laissant que mon gland dans sa bouche.

Je ne peux plus tenir, elle le sait, elle sent les spasmes s’emparant de mon bas ventre. Elle serre davantage ses doigts, ses joues me pompent. Dans un râle profond, je me répands dans sa bouche en longues giclées d’écume chaude. Je remplis sa bouche, elle avale tout jusqu’à la dernière goutte et aspire encore mon gland pour qu’il n’en reste rien.

Anaïs me regarde, ses yeux brillent de mille feux. Elle se lève, monte les cinq marches, sors de la piscine féline et viens se positionner à quatre patte sur les coussins, offrant à ma vue sa croupe divine.

La lueur des bougies fait briller le corps de cette magnifique femme, ruisselante d’une multitude de gouttelettes d’eau brillantes comme des diamants.

« Viens, baise-moi »

A ces mots ma verge qui avait perdu de sa vigueur, reprend forme.

Je m’approche m’agenouille, tel l’esclave vénérant sa déesse. Ses fesses sont fermes, sensuelles, voluptueuses, très féminines et si alléchante.

Je les recueille dans mes mains, pour les admirer, juste avant de les embrasser et les lécher copieusement. Je commence alors un long ballet sensuel durant le quel son corps ondulera.

J’embrase alors sa rose comme s’il s’agissait d’une seconde bouche, tout d’abord doucement avant d’y appliquer ma langue.

Elle gémit.

« Ouiiiiiiiiiiii , oh ne t’arrête pas c’est si bon »

Je m’interrompe de temps en temps en temps pour contempler son cul merveilleux luisant de ma salive, de sa sueur.

Ma langue alors replonge en son intimité, Anaïs gémit se cambre, pour mieux la recevoir, son bassin ondule et entame des mouvements d’avant en arrière pour mieux y faire pénétrer ma langue.

Elle frémit, je lèche goulument les pétales de sa rose.

Je me sers de ma langue pour la dilater, agrandir, ramollir son joli muscle arrière. Puis j’enfonce un doigt en elle suscitant un gémissement plus profond, puis ma langue le remplace.

Anaïs s’arc-boute, je pose mes mains sur ses hanches admirant son dos adorable. Puis je reprends mes mouvements alternant doigts et langue en son œillet si doux et brillant.

« Viens en moi, je t’en supplie, je n’en puis plus »

Je présente mon gland à la porte de son palais intime, j’appuie délicatement, Anaïs se cambre et me reçoit en un gémissement puissant. Je la pénètre lentement, sur toute ma longueur ne m’arrêtant que lorsque mes testicules viennent s’écraser sur ses fesses.

Je reste un temps immobile en elle, pour la laisser s’habituer, elle m’encourage à bouger, je fais coulisser lentement mon membre en son rectum désormais apprivoisé.

« Hummmmmmmmm, tu me fais jouir, continue, c’est merveilleux »

Après quelques minutes, j’augmente ma cadence, lui provoquant gémissement et jouissance. J’en profite pour glisser en son vagin trempé trois doigts, lui arrachant un cri de plaisir sous l’effet de cette double pénétration.

Nous allons atteindre l’orgasme, la main d’Anaïs, rejoint la mienne, elle se gamahuche son bouton d’amour.

Je vais et viens de plus en plus vite, je sens ses sphincters se contracter sur ma queue.

Je n’attendais que ça, j’explose en elle en criant un râle puissant sourd, profond. Anaïs me rejoint dans un cri de plaisirs.

Nous sommes maintenant silencieux, nous tombons inerte sur le sol épuisé par l’intensité de nos ébats.

(A suivre)

176291_450904488_sans_titre_H173300_L.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand c'est bien il n'y a pas grand chose dire, juste merci :good:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bouillant!:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dommage qu'il n'y ait pas un bouton pour double le nombre de j'aime car j'ai adoré et vive ta voisine. Allez je vais lire la suite de ce pas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Weby
      Bonjour,
      Voici la liste de nos partenaires dans la rubrique "Histoires et Confessions érotiques":
      Je ne sais plus où j'en suis. Je me donne entièrement à sa bouche. Je sens ses mains sur ma nuque, il me caresse tendrement la nuque et je sens mon ventre qui se contracte. Jamais je n'ai senti ça. Et je sens qu'il bande. Il est en jogging et c'est tout dur contre moi. Il m'embrasse le cou, descend le long de ma gorge, et je sens ses mains qui se collent à mes fesses....
      https://www.confession-intime.com
      Elle obéit, toute honte bue, la chatte et le cul à bonne hauteur. Reprise des caresses de l’homme sur sa fente et sur son anus. Maria s’attend à tout. Finalement, c’est une levrette qui commence la bite à fond dans la chatte détrempée et de grand coup de butoir, les couilles cogne sur ses cuisses, claques sur les fesses en rythme..
      https://www.histoires-intimes.com
      Site de CI destiné aux petites confessions en tout genre, vous pourrez lire des confessions accompagnées de photos amateurs d'internautes dans de nombreuses catégories du site. Vous aussi partagez vos aventures et vos fantasmes avec vos photos...
      https://www.qonfession.com
      S’il tournait la tête dans ma direction, il s’apercevrait que mon érection déformait mon peignoir. Mon sexe était tellement tendu qu’il en faisait mal, une douleur si subtile et délicieuse qu’elle en devenait obsédante. Plus rien ne comptait. Ma volonté de soulagement était centrée sur la raideur de ma verge et les frissons électriques de mes couilles...
      https://www.romance-x.com
      Visitez notre partenaire :
      Rêvebébé
      http://revebebe.free.fr
      Ma confession est simple: Je suis amoureuse de mon prof de maths !! Il est arrivé cette année. Je suis en 3ème. Grâce à lui, je bosse mes maths (moi qui était plutôt médiocre). Je veux être la meilleure pour me faire remarquer. Il est jeune, dynamique, pédagogue. Il a un petit bouc trop mignon !!! Quand il écrit au tableau, je ne peux m’empêcher d...
      Vos Confessions (site de confessions tout public)
      http://www.vos-confessions.com
      Merci de votre attention.
      Amicalement
      Confession Intime
    • Par Doucerêverie
      -Ahhhhh

      Un gémissement lui échappa. Elle ne se rendit compte du fait qu'elle avait gémi que lorsqu’elle entendit ce son presque venu d’ailleurs… Doux, délicat… C’était comme si sa bouche avait voulu exprimer à sa manière ce qu’elle-même n’aurait pu expliquer, commenter…

      A cet instant précis tout ce qu’elle aurait pu dire c’était qu’elle se sentait bien… Toute bien… Un tel bien être… Une sorte de paix…

      -Chéri… S’il te plaît… Reste encore un moment comme ça… Ne bouge pas… Me délecte… , dit-elle en l’enveloppant d’un regard à la fois empli de paix et de joie mais où s’ajoutait aussi une petite once de crainte… Car elle voulait le garder… Là. En elle… Prisonnier de la chaleur et de l’humidité de son intimité… C’était tellement bon de le sentir comme ça en elle… Elle aurait voulu que cela dure une éternité… Cela faisait un moment qu’il n’avait pas été en elle et le manque s’était fait de plus en plus grand, l’envie était devenue de plus en plus irrépressible et intense…

      Elle se tortilla doucement, tourna légèrement la tête pour embrasser son avant bras… Il avait une main enfouie dans ses petites boucles, lui caressait les cheveux, l’apaisait et de l’autre main il maintenait fermement sa hanche en place… Mmmmh… Elle était toute heureuse… Profitait de cet instant pour laisser diffuser en elle cette sorte de plénitude que l’on peut ressentir lorsqu’on arrive à enfin avoir quelque chose que l’on a beaucoup et longtemps désiré…

      Il la regardait, ne la quittait pas des yeux, guettait le moindre de ses gestes et la moindre de ses réactions… Elle lui sourit se contorsionna presque pour venir déposer un doux baiser sur ses lèvres et lui fit oui de la tête… Oui, elle était prête… Oui, il pouvait bouger en elle… Oui, il pouvait maintenant la prendre comme il voulait… Et oui elle était à lui, rien qu’à lui toute à lui…

      -Ahhhh

      C’était irrépressible… Le sentir en elle comme ça l’excitait au plus haut point, la rendait toute chose, toute bien, toute touchée, toute émue, toute fière… Il s’était presque totalement retiré. Une petite moue prit vite la place de son sourire. Ow… Il suffisait qu’elle dise oui pour que l’instant d’après cherche à se retirer d’elle… Grr… Non…

      -Ahhhhhhh

      Il revint en elle fermement presque durement… Elle sentit ses pieds se tordre et pointer immédiatement en réaction à cet assaut… Elle avait l’impression que tout son corps était tendu, avide, en attente de lui… Il vint déposer un doux baiser sur son front et commença à faire des vas et viens amples qui lui arrachaient chaque fois un son… Mmmh… Elle savait qu'il aimait lui faire ça... Faire sortir de sa bouche de doux sons... Il alternait les vas et viens entre lents, puissants et rapides, forts et elle se tortillait, ondulait, se laissait aller à suivre ce rythme qu'il lui imposait et à gémir, ronronner, haleter pour lui... Une douce mélodie lui avait-il une fois dit...
    • Guest sonny08
      Par Guest sonny08
      Tu es là, lascivement allongée sur ce lit. Entre ombre et lumière ton corps m’apparaît comme la sensualité même.
      Tu me regardes, tu me défies.. Tu m'attends.
      Alors je m'approche, je glisse sur ta peau pour venir poser un baiser dans ton cou.. puis à la naissance de tes lèvres.. Avant de t'embrasser langoureusement.
      Tu mets tes mains dans mes cheveux et délicatement me fais glisser sur le haut de tes seins, puis ton ventre, puis tu laisses ma bouche en tête a tête avec ta jolie dentelle, masquant a peine le joli sexe que tu m'offres.
      Je fais glisser le tissu et te regarde dans les yeux.. Je croise un regard plein de défi, de désir et d'envie.
      Mes lèvres parcourent tes cuisses puis viennent embrasser ton aine. La pointe de ma langue ondule langoureusement jusqu'à la naissance de ton sexe.
      Je te regarde quelques secondes et mordille ma lèvre. Je vais te dévorer, tu le sais.
      Ma langue remonte lentement sur la longueur de ton sexe, avant de couvrir ton clitoris d'un baiser langoureux.
      La pointe de ma langue glisse sur ton petit bouton de plaisir, elle ondule, dessine de petits cercles de 'l’extérieur vers l’intérieur. Puis, le coiffe d'un rapide baiser.
      Ma langue descend pour lécher ton sexe de haut en bas, de bas en haut, j'ondule sur tes petites lèvres puis mes caresses linguales se font plus appuyées, plus entreprenantes..
      J'avance doucement vers l’intérieur et ma langue fouette tes petites lèvres. Elle s'ouvrent timidement et ma langue te pénètre.
      Je te dévore encore quelques instants, puis mes lèvres se referment sur ton clitoris, pendant que mon majeur viens se glisser en toi. Ton gémissement timide et ton regard provocateur m'indiquent que c'est la bonne voie.
      Mon doigt disparaît en toi. Je replie la dernière phalange et masse doucement tes parois, en revenant en arriéré, puis en avançant. Tes soupirs me guident vers l'endroit de ton plaisir.
      Mon index entre à son tour dans ton sexe de plus en plus épanoui. Ton excitation facilite son entrée et il vient rejoindre mon majeur pour titiller les endroits les plus sensibles, leurs gestes sont coordonnées. Tantôt collés, tantôt opposés, ils sont les instruments de ton plaisir.
      Ma langue se concentre toujours sur ton clitoris, elle le fouette, elle ondule, elle dessine de petits cercles..Mon souffle chaud et humide glisse sur lui.
      Mes yeux fixent les tiens, je cherche ton plaisir... En en prenant beaucoup.
      Mes caresses sont précises et passionnées. J'aime voir cette émotion si intense au fond de tes yeux.Tes mains se crispent sur mes cheveux. Tu n'as jamais été aussi belle.
      Tu prends mes épaules et accompagne mon visage jusqu'au tien. Nous nous embrassons, ton regard est intense. Je te sens bouillante, mais inassouvie.
      Nos regards sont l'un dans l'autre, ta peau contre ma peau, tes seins contre mon torse. Mon sexe collé au tien durcit.. J'ai envie d’être en toi, j'ai envie d’être à toi..
      Tu mets tes mains sur mes fesses et dans un soupir nous fusionnons.
      Mon sexe franchit les portes de ton paradis.
      Mes mains sont folles de ton corps, je caresse tes hanches, ton ventre et tes seins.. Ma bouche se perd sur ton joli téton et je l'embrasse fougueusement a chaque fois que tu te cambres. Ma langue s'enroule enfin autour de lui et je le suce avec gourmandise..
      Nos mouvements sont liés, nos corps sont collés l'un a l'autre, dans une danse de plaisir. Jusque là esclave de mon désir, me voilà maître de mon plaisir. Et en quête du tien.
      Nous faisons l'amour comme des fous, mes pénétrations s’accélèrent, elles sont plus longues, plus puissantes, plus précises au fur et a mesure de nos échanges de regards, de tes soupirs de plaisir.
      Nous continuons jusqu'au plaisir ultime, jusqu'à la jouissance finale. Je sens mon désir monter, je sent ton plaisir arriver à son summum. Nous nous laissons aller a un dernier gémissement, à un dernier geste, au plaisir.. Tes pupilles se dilatent et ton regard se perd, envahi de plaisir. Nous restons quelques instants suspendus par le plaisir, ailleurs, au 7eme ciel. Notre plaisir commun comme nirvana. Enlacés nos corps s'effondrent sur le lit. Et dans un sourire, nous nous embrassons.
       
       
      Je sais que ce récit manque peut être un peu de mise en scène, d'intro ou de conclusion, mais j’espère qu'il vous a plu.
      N’hésitez pas à me laisser vos commentaires... 
      Et merci de la lecture !
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.