Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Stéphanie et Virginie

Recommended Posts

Stéphanie à 23 ans, elle a toujours eu un faible pour les filles de son âge, mais elle est toujours restée bien sage. Elle est attirée par les femmes mures, mais elle n’avait jamais eu l’occasion de faire l’amour avec l’une d’entre-elles. Alors quand Virginie la dragua dans la rue, elle se laissa faire malgré son appréhension.

Stéphanie tomba de suite sous son charme, elle lui fit découvrir un bar lesbien où elles prirent un verre, puis Virginie lui proposa d’aller chez elle.

Stéphanie malgré son appréhension accepta l’invitation.

Elles arrivèrent en fin d’après midi, Virginie alla se changer. Elle revint vêtue d’une petite robe noire. La tension monta d’un cran, Stéphanie avait envie de faire l’amour avec cette femme, mais elle voulait se faire désirer.

Assise dans le sofa elles parlèrent d’elles, mais la conversation prit vite la direction du sexe, échangeant leurs expériences. Stéphanie était fascinée par Virginie, sa petite robe tenait du déshabillé, laissant deviner un corps bien proportionné très attirant. Virginie devant avoir entre quarante ou cinquante ans.

Elle devinait ses seins portes bas, imaginant ses aréoles brunes, très larges qui se terminaient par deux éperons pointus.

Virginie sentait le trouble de sa conquête, elle s’approcha d’elle, Stéphanie devinait sa chatte, elle voulait la caresser, mais elle n’osait pas. Virginie commença à se caresser doucement, laissant découvrir à sa jeune maitresse d’un soir, sa fente s’entrouvrit révélant ses plis nacrés et humides.

Virginie embrassa alors Stéphanie, sa langue était décidée et discrète, son baiser était un véritable prélude à l’amour.

Elle se colla contre la jeune femme, qui sentit sa main qui lui frottait la cuisse pour qu’elle écarte un peu les jambes. Stéphanie avait tellement envie d’elle, elle était toute mouillée. Virginie frissonna quand elle posa sa main sur la chatte de Stéphanie en sentant l’humidité qui avait traversé son shorty. Elle touchait ainsi la preuve du désir de sa jeune amante.

Virginie déshabilla Stéphanie, retira elle-même sa robe. Une fois nue, elle couvrit la jeune femme de baiser, réveillant avec sa langue bien des endroits de son corps. Elle s’arrêta à la lisière de son sexe.

Stéphanie lui supplia de continuer, elle se glissa alors entre ses cuisses. Stéphanie sentit son souffle chaud sur son sexe. Virginie était à genoux, son sexe et ses fesses à la portée de son amante. Stéphanie lui caressa les reins.

Virginie découvrit le clitoris de la jeune femme comme si elle l’avait léché d’innombrable fois avant.

Sa langue se plaça dessus comme jamais elle Stéphanie avait ressenti, elle lui aspira littéralement son bouton, appuyant dessus, puis le laissant s’enfuir. Elle lui caressait les fesses, et venait placer ses doigts où elle aurait pu entrer, mais elle n’allait pas jusqu’à la pénétrer, sans doute pour l’exciter encore plus.

De sa chatte, Virginie provoquait Stéphanie. Elle posa la main dessus, elle était chaude et mouillée. En appuyant un peu Stéphanie lui entrouvrit ses lèvres et de ses doigts elle découvrit sa chair nacrée qui attendait d’être caressée.

Entre deux doigts, Stéphanie emprisonna le clitoris de son amie, elle le serra de plus en plus fort jusqu’à ce que Virginie se mette à gémir. Elle remuait le bassin comme si sa jeune amante allait la défoncer. Virginie la suçait maintenant très fort, en longues aspirations qui lui coupaient le souffle. Ses mains tiraient sur ses fesses pour en découvrir la raie et offrir ainsi l’anatomie de Stéphanie à sa vue et à sa langue. Elle lui lécha sa rose avec une fougue qui surprit Stéphanie. Jamais elle n’avait ressenti une telle sensation.

Alors que Stéphanie allait jouir, Virginie relâcha sa pression, venant près d’elle. Stéphanie était haletante et frustrée.

Chuttttt, je te prépare une surprise, lui dit-elle.

Virginie s’éclipsa, revenant avec un objet à la main. En la voyant se ceinturer Stéphanie comprit qu’il s’agissait d’un gode –ceinture. Le membre était gros et noir, avec des veines saillantes, comme sur les vraies queues.

C’était pervers, mais elle était encore plus excitée. Ce membre allait la prendre, Virginie allait la prendre.

Elle lui demanda de venir avec elle sur le tapis. Là elle prit la main de la jeune femme et la posa sur la queue noire.

Le caoutchouc était dur et tiède comme une verge prête à exploser. Juste en dessous, le sexe de Virginie battait la chamade et répondait aux caresses de Stéphanie. Elle se mit à genoux, laissant venir Virginie derrière elle, qui lui attrapa les seins, les pinçant de façon sensuelle. Elle glissa une main vers la chatte de Stéphanie pour reprendre la caresse interrompue. Stéphanie sentait le sexe contre ses fesses. Elle commença à ne plus savoir avec qui elle faisait l’amour.

Virginie la branlait très fort tout en lui murmurant des obscénités à l’oreille.

Stéphanie sentait qu’elle voulait la prendre

« Prends moi, vas y »

Le sexe guidé par sa main entra en elle en glissant dans sa chatte, Virginie l’enfonça jusqu’au bout et alla et venant en elle comme un homme.

Stéphanie jouit très vite. La queue la défonçait de plus en plus fort. Virginie se relava, sans cesser de la besogner. Ses mains ont agrippé les hanches de Stéphanie et elle la plaqua très fort contre elle.

Stéphanie avait fermé les yeux, le plaisir lui nouait la gorge. Enfin elle la lâcha et se retira.

Elle avait le sexe meurtri, ma de sa bouche Virginie vint le calmer, elle était heureuse en se lovant dans ses bras.

Elles refirent l’amour toute la nuit, Stéphanie découvrant de nouveaux plaisirs.

Au matin Stéphanie quitta Virginie, elle savait qu’elle ne la reverrait pas. Virginie continua sa route.

Stéphanie quant à elle, continua sa quête de femmes mûres………….

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.