Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
Coquiine50

Problème, besoin d'aide...

Question

Bonsoir à tous,

je vous écris ce soir pour vous faire part de mon problème présent depuis déja quelque mois.

En fait, j'ai 20 ans et je suis depucellee depuis un peu plus de 6 mois, seulement voilà au début tout allez bien mais depuis 2 ou 3 mois, j'ai une sorte de bloquage. En effet, meme si les préliminaires se passe très bien, et que j'ai envie, je ne mouille pas assez et je fais donc mal à mon copain, mais ce n'est pas le seul problème, en fait dès qu'il tente de me penetrer je me bloque et arrivé à disons 3cm j'ai vraiment très mal et je suis obligée de stopper.

Je commence à en avoir marre de ce problème car je n'ai plus de rapport normaux.

Je ne sais pas si je dois aller en parler à ma gynécologue ou à quelqu'un d'autre. Surtout que j'ai du mal à en parler car j'ai un peu honte je ne sais vraiment pas d'où ça vient.

J'espère que quelqu'un pourra m'aider...

Bonne soirée à tous :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

24 réponses à cette question

Recommended Posts

Bonsoir,

Ce blocage peut être du à la première fois... Tu as eu trop mal, tu as pas forcément apprécié... Bref. C'est la première fois qui joue ;)

Laissez-vous un petit temps d'adaptation.

Pour ce qui est du manque de lubrification, il existe les préservatif (sortez couvert !) ou des gel intimes qui ne feront aucun mal au sexe féminin ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais justement la première fois je n'ai pas eu mal, et je l'ai refais pas mal de fois après cela et tout allez bien.

Peut etre le changement de pilule qui fait ça ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un sujet est ouvert sur les pilulles ;) Je n'y connais rien ^^

Peut etre attendre l'avis de certaines demoiselles du site ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis une demoiselle, et je ne saurais trop te recommander d'en parler à un ou une gynécologue ! C'est son métier, de t'écouter et de voir avec toi les solutions à tes éventuels problèmes, même si le sujet te semble gênant. :)

Effectivement le changement de pilule peut assécher, et les lubrifiants sont une très bonne solution provisoire en attendant de trouver la pilule qui te conviendra.

... et pour la trouver, mieux vaut les conseils d'un gynéco. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton problème s'appelle le vaginisme, c'est une contraction involontaire des muscles du vagin au moment de la pénétration. C'est souvent lié à un traumatisme conscient ou inconscient. Ne te connaissant pas, je suis incapable de t'en dire plus, mais déjà en parler à ta gynéco me semble une piste intéressante.

Il n'y a pas de honte à avoir, ça peut arriver à tout le monde et je suis persuadée que des solutions existent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis une demoiselle, et je ne saurais trop te recommander d'en parler à un ou une gynécologue ! C'est son métier, de t'écouter et de voir avec toi les solutions à tes éventuels problèmes, même si le sujet te semble gênant. :)

Effectivement le changement de pilule peut assécher, et les lubrifiants sont une très bonne solution provisoire en attendant de trouver la pilule qui te conviendra.

... et pour la trouver, mieux vaut les conseils d'un gynéco. :D

Bah oui voilà le truc c'est que je n'ose pas en parler à ma gynecologue car je suis timide à ce niveau là :/ Mais je vais essayer de voir :) Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton problème s'appelle le vaginisme, c'est une contraction involontaire des muscles du vagin au moment de la pénétration. C'est souvent lié à un traumatisme conscient ou inconscient. Ne te connaissant pas, je suis incapable de t'en dire plus, mais déjà en parler à ta gynéco me semble une piste intéressante.

Il n'y a pas de honte à avoir, ça peut arriver à tout le monde et je suis persuadée que des solutions existent.

Oui j'avais pensé au vaginisme en regardant sur internet, merci de répondre en tout cas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que tu dois en parler à ta gynécologue. C'est important.

Sinon, en attendant, il existe des gels lubrifiants qui pourraient t'aider.

Tu dis que tu n'as plus de rapports normaux... Il n'y a pas de normalité dans les rapports !

Même si tu veux dire plus de pénétration.

En tout cas, n'attends pas et prend rendez-vous avec ta gynéco.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que tu dois en parler à ta gynécologue. C'est important.

Sinon, en attendant, il existe des gels lubrifiants qui pourraient t'aider.

Tu dis que tu n'as plus de rapports normaux... Il n'y a pas de normalité dans les rapports !

Même si tu veux dire plus de pénétration.

En tout cas, n'attends pas et prend rendez-vous avec ta gynéco.

Oui voilà je veux dire qu'il n'y a plus de pénétration, ça manque ! :lol::sorry:

Merci de vos conseils je vais prendre rendez alors !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au delà d'utiliser du lubrifiant, tu as peut etre besoin de davantage de préliminaires, d'ambiance plus romantique aussi, d'un climat plus érotique. Ca expliquerait pe la survenue de ton blocage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Bon, je n'ai que peu de temps pour écrire, mais je tiens à le faire car c'est un sujet qui m'a interpellée. Du coup je n'ai pas lu ce qui avait été écrit plus haut donc si je fais doublon je m'en excuse d'avance.

Je vais faire part ici de quelque chose dont je n'ai pas souvent parlé sur le forum. Mais suite à un violent choc psychologique, j'ai eu à faire face avec mon compagnon au vaginisme, et ce pendant presque deux ans. Toute pénétration était impossible, mais vraiment impossible. Plus de lubrification, contraction des muscles du vagin...

Tout ca pour dire que j'ai connu le même problème que toi à la suite d'un choc pour ma part.

Dans un premier temps il est plus que nécessaire d'aller voir un gynéco pour écarter tout problème d'ordre physiologique, que ce soit une infection (qui peut causer d'importantes douleurs) ou quelque chose d'autre.

Dans un second temps, il faut que tu cherches la raison première à ce blocage, qu'est-ce qui selon toi est susceptible de l'avoir déclenché ? Y a-t-il eu des modifications dans ton environnement à ce moment là, des émotions fortes vécues ou ce genre de chose... ? Pour moi, une fois tout problème physiologique écarté, il est important d'aller voir un psychologue (et psy plutôt que sexologue car les méthodes sont différentes, et le psy t'aiderait d'avantage à creuser le pourquoi du comment ca s'est déclenché).

Très souvent lorsque l'on trouve la source du problème, il disparait de lui même, et si ca n'est pas le cas, il faut alors entamer un travail autour de la résolution de ce problème? Travail qui se fait à deux lorsque l'on est en couple, c'est absolument essentiel.

Voilà ce que je peux apporter pour avoir vécu une expérience similaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon le sujet date un peu mais je ne l'avais pas vu avant mais je tiens à répondre car moi aussi j'ai souffert de vaginisme les 1éres années de ma sexualité suite à un rapport trop violent que j'avais moi même cherché ( en l'excitant à mort alors qu'il n'avait pas envie ) avec mon 1er partenaire sexuel ,attention hein il m'a pas violé j'étais consentante il a juste été brusque , bref après ça en effet je me suis "bloquée" je suis allée voir ma gynéco qui m'a expliqué ce que c'était et m'a prescrit du lubrifriant ,la pénétration n'étais pas impossible mais difficile au début il fallait y aller doucement pendant quelques minutes le temps que je "m'ouvre" , le problème c'est reglé de lui même au bout d'un moment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Desolée du temps de réponse, je suis pas mal occupée en ce moment.

Merci pour toutes vos réponses. Je viens justement de faire des analyses j'attends les résultats avant de retourner chez ma gynéco. Je vous tiendrez au courant ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, bon bah j'ai vu ma gyneco, et je fais effectivement du vaginisme, maintenant à moi de régler ça :(

Si vous avez des conseils ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Utilisez du lubrifiant , prenez votre temps beaucoup de préliminaires ,il faut que ton copain soit doux après un vaginisme c'est principalement psychologique donc déjà ça serait bien que tu essais de réfléchir à ce qui a provoqué ce blocage ça t'aiderait puis après il faut que tu essais de te détendre au maximum , je sais c'est facile à dire , ne pas stresser , ne pas te dire "je vais avoir mal" ,bref il faut que tu travailles sur toi , ce n'est pas évident , ça prendra surement un petit moment mais ce n'est pas une fatalité et ça passera sois en sure ne t'inquiètes pas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une méthode parmi d’autres. La gymnastique pelvienne en ayant recours aux exercices de Kegel, exercices de contraction des muscles du plancher pelvien (pas ceux des abdo) à faire chez soi au quotidien. Se relaxer aussi entre les contractions. Tu peux aussi seule introduire tes doigts d’abord un pour aller jusqu’à trois progressivement, pas plus que 5 à 6 cm en profondeur. Tu retires tes doigts si tu as des douleurs mais c’est toi qui contrôles. Tu pourras ressentir toi-même aussi les contractions sur tes doigts pour vérifier que tu fais travailler les bons muscles. Tu t’habitues aussi de cette façon à avoir quelque chose en ton vagin. Lorsque tu y mettras trois doigts tu envisages quelques rapports. Cela peut être aussi fait par ton ami sous forme de petits jeux. Si tu n’y parviens pas, ne jamais céder au découragement on reprend ces exercices. Au Maghreb on utilise des bougies de Kegel de différents diamètres pour rééduquer en augmentant les diamètres. N’hésite pas à aller discuter dans des forums spécialisés avec des personnes qui ont eu ce problème. Il y a plusieurs manières d’y remédier. Il faut essayer de trouver la manière qui va te convenir pour cela faire une recherche sur les différentes méthodes.

Aussi lors des pénétrations la masser sur le dos, le ventre les jambes tout en la rassurant lui parlant pour essayer d’occuper son mental chassant son appréhension. Beaucoup de complicité entre vous deux, beaucoup d’écoute. Cela peut prendre du temps. Courage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé ça sur le net bon ça reprends un peu ce que moi et Pégase ont a dit mais on ne se documente jamais assez sur un sujet !

Pour soigner le vaginisme, il y a trois aspects à aborder :

- Est-ce une petite anomalie locale qui vous fait mal et qui empêche la pénétration ? Cela m’arrive de temps à autre de découvrir quelque chose que les gynécologues n’avaient pas vu.

- L’aspect psychologique. Le vaginisme est en quelque sorte une phobie de la pénétration, et il y a donc un travail de psychothérapie à faire à ce niveau.

- Un travail pratique qui consiste à apprivoiser la vulve par des exercices concrets. Ici, les exercices de Kegel peuvent servir. Mais ils ne suffisent pas. Il faut vraiment s’entraîner à une pénétration TRES TRES progressive, et en plusieurs séances, avec un doigt (médecin ou conjoint), ou avec des ustensiles que l’on appelle des bougies (de taille toute petite au début)

http://www.lesclesdevenus.org/guerison.html

http://sogc.org/fr/publications/quand-faire-lamour-est-douloureux-le-vaginisme/

L'examen médical peut révéler un hymen très serré et un petit coup de bistouri suffit alors à lever l'obstacle. Hélas, c'est rarement le cas. La plupart du temps, le problème est d'ordre psychologique : le corps ne fait que traduire une grande peur d'être pénétrée.

En effet, le vagin est entouré de muscles circulaires, semblables à ceux qui cernent notre bouche. Comme eux, ils peuvent à la fois répondre à des contractions volontaires ou involontaires, car ils sont reliés au système neurovégétatif émotionnel. Le vaginisme résulte d'une contracture réflexe de ces muscles qui interdit toute pénétration, que ce soit au cours d'un rapport sexuel ou d'un examen gynécologique.

Les femmes qui en souffrent ont tendance à rester vierges longtemps, se « réservant » pour leur nuit de noces. Puis, une fois le problème révélé, elles tardent encore à consulter (trois ou quatre ans en moyenne), jusqu'à ce que la crainte de perdre leur partenaire ou le désir d'enfant les poussent à demander de l'aide.

Il existe pourtant un traitement très efficace, qui agit à plusieurs niveaux : apprentissage de la décontraction musculaire (en recourant, par exemple, à une respiration adaptée) et prise de conscience de son corps par des exercices très progressifs de mobilisation du bassin et de découverte de la réalité vaginale (en faisant littéralement toucher du doigt cette cavité dont la représentation est floue et angoissante). Puis une thérapie psycho-comportementale familiarise, tout doucement, à l'idée de la pénétration : d'abord seule, puis à deux, en guidant le partenaire par étapes successives...En quelques semaines, 90 % des femmes parviennent ainsi à avoir des rapports.

Pour les autres, des injections locales de toxine botulique semblent vaincre les plus fortes résistances. Cela ne veut pas dire qu'elles accèdent immédiatement à une sexualité épanouie. Un travail psychologique approfondi serait nécessaire pour remplacer vraiment l'effroi par le désir, en remontant à l'origine de cette peur de l'homme : agressions sexuelles ? père violent ? mère tenant des discours effrayants sur la sexualité ?... Mais souvent ces femmes, qui culpabilisent, n'ont pas réellement envie de faire le pas vers une thérapie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de reprendre en partie ce que je dis.

La politesse serait de dire « Pégase et moi » mais passons sur ce point de détail.

Dans ce qu’Ama recopie du net, je pense qu’il faut faire très attention et ne pas reprendre n’importe quoi pour se faire plaisir. Ce n’est pas un jeu de faire de la surenchère. Il ne s’agit pas de prendre à gauche et à droite des phrases qui deviennent hors contextes d’une incohérence notoire.

Lorsque tu parles des « injections locales de toxine botulique » il faut en écrire les risques, les troubles associés car on ne joue pas avec la santé surtout lorsqu’on n’y connait rien.

Écrire pour écrire sur ces sujets trop importants est dangereux envers ceux qui vont nous lire et prendre pour argent content ce qui est écrit.

Coquine50 je ne saurais trop te redire de consulter et des gens qui ont été guéris de cela et des spécialistes. Va, sur des forums spécialisés, pose des questions à ces gens qui connaissent le sujet pour l’avoir vécu. Tu as pu voir ici des pistes mais dans certains cas il y a des risques encourus, donc méfiance.

Si tu te sens gênée de parler à un spécialiste qui a l'habitude de pareille situation, demande à quelqu’un de confiance de t’accompagner, ton ami, une amie, ta famille… et sache qu’une entrée en matière devant lui du genre « je ne sais comment aborder cela avec vous » te placera de suite en confiance !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai souffert d'un vaginisme et j'en ai guéri comme je l'ai déjà écrit plus haut !

Ensuite en effet j'ai mis plusieurs articles pêle-mêle sur le sujet en essayant de regrouper de l'info tout en pensant que Coquine50 était assez intelligente pour lire et trier ce qu'il y a à prendre ou à laisser , c'est un tour d'horizon voilà.

Ha et j'ai evidement lu moi même ces articles avant de les poster et en tant que femme ayant souffert d'un vaginisme lors des 1éres années de sa vie sexuelle je trouve qu'il y a de très bonnes pistes dans ce que j'ai posté ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n’ai jamais mis en doute ce dont tu parles.

Je précise à nouveau qu’il ne faut pas mettre n’importe quoi pour le plaisir d’avoir le dernier mot.

Que dans ce que tu as écrit il y a un risque énorme avec les injections et cela tu dois le préciser car il n’y a pas que Coquine 50 qui va nous lire. Je ne me permettrais jamais de mettre en doute les compétences intellectuelles de Coquine50.

Lorsque nous écrivons des articles à caractère médical il faut au moins avoir la présence d’esprit de modérer les propos, d’en indiquer la provenance (ce que tu as très bien fait) car nous ne sommes ni toi ni moi des spécialistes.

Mon amie aussi en a souffert suite à de la violence. Tu n'es pas la seule non plus à avoir eu cela et je sais aussi comment je l'ai aidée à sortir de ce douloureux problème.

Voilà je te laisserai donc le dernier mot à venir…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lubrifiant est ton ami !
sinon faudrait qu'il te surprend 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lubrifiant est ton ami !

sinon faudrait qu'il te surprend 

qu'il te sur-prend......si une fois sans lub ça passe pas, alors prendre et re-prendre  ce serait douloureux

 

 

sinon, l'archéologie n'est pas le sujet du forum, évite de nous sortir les momies du placard.

 

(tout sujet datant de plus de  6 mois, je doute que les auteurs retournent voir tes réponses)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans compter que l'auteure n'est pas revenue sur le site depuis juin 2013.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.