Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

  • 0
nanou555

Franchement désespérant

Question

kikou à tous,

Je viens de lire le sujet de Scintillette au sujet des hommes qui n'ont plus trop envie de relation sexuelle et qui délaisse leur compagne.

Sincèrement j'allucine quand je vois toutes les filles qui sont dans le même cas, car moi j'y suis aussi. :bisou:

D'habitude ne dit-on pas que c'est les femmes qui trouvent des excuses bidons du type je suis fatiguée, j'ai mal à la tête, je n'ai pas envie maintenant ...

Et bien dans mon cas ses phrases sortes de la bouche de mon homme.

Je sais que cela va faire 7 ans que l'on est ensemble et que je suis accro au sexe mais quand même faut pas abuser, car lorsqu'on aime la personne avec qui l'on est, on vit ses réactions très mal et on peut se poser beaucoup de questions.:clap:

Je fais tout pour qu'il ai envie de sexe, les petites tenues sexy, les fellations pour lui donner envie mais même avec ça parfois cela ne marche pas car il ne me laisse pas faire et prétexte une excuse. Je suis deséspéré car je ne sais plus quoi faire et pourtant je l'aime tellement. :clap:

J'aimerais vraiment trouver une solution donc si des hommes ou des femmes ont des idées à me proposer afin que mon homme est à nouveau envie de sexe comme à nos débuts. :clap:

Car pour le moment la seule solution que j'ai trouvé pour moi c'est de chatter avec des mecs qui me font du coup plus d'effets que mon mec et sincèrement ce n'est pas normal.

J'essaye juste de ne pas franchir une chose c'est de le tromper mais au bout d'un moment si cela ne change pas je pense que cela sera dur à tenir. :D

Merci d'avance pour vos réponses

Partager ce message


Lien à poster

Recommended Posts

Guest decibel

Oui, et c'est souvent là le hic!! Faut-il attendre le moment propice?... ou provoquer la discussion? C'est à chacun, chacune, de voir selon sa situation.

:clap:

On est bien d'accord sur ce point :wink::roll: :clap:

Partager ce message


Lien à poster

Toujours très sages et avisés tes conseils, LdM :clap::clap::clap:

(...)

encore faut-il que les 2 partenaires y consentent !!! :clap:

Oui, et c'est souvent là le hic!! Faut-il attendre le moment propice?... ou provoquer la discussion? C'est à chacun, chacune, de voir selon sa situation.

:clap:

Partager ce message


Lien à poster
Guest decibel

Toujours très sages et avisés tes conseils, LdM :clap::wink::clap:

la tendresse, les câlins (au sens habituel du dictionnaire), le dialogue, les intérêts communs, demeurent, et souvent compensent largement le manque de contact plus intime et la perte de libido. L'important, c'est qu'il y ait au départ une compatibilité de caractères et de tempéraments. C'est une étude préalable à ne pas négliger avant de s'engager dans une relation qu'on espère voir perdurer.

Sinon, il faut être prêts à couper quand les problèmes deviennent nettement plus constants que les plaisirs ... de préférence après être passés par la thérapie de couple.

C'est vrai que la tendresse, la complicité, les câlins, le vécu sentimental sont primordiaux pour la bonne entente du couple à long terme :clap::clap: , mais un dialogue franc et sincère, voire une thérapie, peuvent aussi améliorer certains dysfonctionnements au point de vue sexuel ... encore faut-il que les 2 partenaires y consentent !!! :clap:

Partager ce message


Lien à poster

(...)

Personnellement, je me suis rendue compte d'une chose, c'est que plus nous faisons l'amour mon homme et moi, plus j'en ai envie, et inversément.

Quant la situation s'englue depuis des semaines, des mois ou même pour certains des années, il doit être très difficile de retrouver le plaisir de son corps, et le plaisir d'être avec l'autre. Le stress, la routine et les enfants, il est vrai, sont des facteurs assez importants, mais je pense qu'il y a aussi un manque de tendresse et d'intérêt pour l'autre, lorsque l'on en est arrivé là.

Difficile de vouloir le plaisir de l'autre lorsque cet autre nous manifeste une certaine indifférence. :clap:

Et pour finir, comme dit LDM, pour les cas déséspérants, qui ne tente rien n'a rien, je crois que je m'en vais envoyer un petit MP...

C'est sûrement très juste et valable en général, ce que tu dis là, angedelenfer.

Je me lève et confirme - par défaut si je puis dire.

Cela fait plus de dix ans que ma femme et moi ne faisons pratiquement plus l'amour... et n'en souffrons pas du tout. Il semble donc bien que les plaisirs de l'amour soient une question d'âge et de tempérament, et de disponibilité, mais aussi d'accoutumance. Tant que ça dure on y prend un très grand plaisir, et quand on ne l'a plus, au bout d'un certain temps on n'y pense même plus. L'envie meurt insensiblement et on devient asexuel presque sans s'en rendre compte.

C'est aussi ce que semblent confirmer les témoignages que j'ai lus sur un site traitant de psychologie, dont la psy de couple. Là où ce n'est pas naturel, c'est quand cette désaccoutumance survient très tôt dans la vie du couple.

Il n'en reste pas moins que dans l'automne et l'hiver de la vie, la tendresse, les câlins (au sens habituel du dictionnaire), le dialogue, les intérêts communs, demeurent, et souvent compensent largement le manque de contact plus intime et la perte de libido.

L'important, c'est qu'il y ait au départ une compatibilité de caractères et de tempéraments. C'est une étude préalable à ne pas négliger avant de s'engager dans une relation qu'on espère voir perdurer.

Sinon, il faut être prêts à couper quand les problèmes deviennent nettement plus constants que les plaisirs ... de préférence après être passés par la thérapie de couple.

Je ne regrette pas d'avoir coupé définitivement les liens d'avec ma première épouse même sachant que nous étions vraiment faits l'un pour l'autre. J'ai simplement fait l'erreur de jouer un moment un jeu dangereux ... juste pour voir. Bon ben j'ai vu! :clap: Nous avons quand même eu treize ans de bonheur. Ça compte et ça marque. Et puis, j'ai appris beaucoup de choses qui me sont utiles dans mes relations avec ma deuxième partenaire.

Partager ce message


Lien à poster
Guest RQT
joliette, désolé mais, il va vraiment falloir que tu fasses un effort sur ta façon d'écrire parce là, c'est preque illisible alors que ça a l'air interessant

Partager ce message


Lien à poster

ps:une emission de tv traitait ce matin des conjoints qui nont; pas de desir;couples a une certaine frilosite physique,cela serait en rapport avec la thyroide;traiter cette hypo ou hyper thyroidie ranime un certain interet pour la sexualite. :clap: bon,c est pas la recette du bonheur,mais capeut servir!!! :clap:

Partager ce message


Lien à poster

on parle beaucoup de communication dans le couple;hors souvent le conjoint fais la sourde oreille;j ai fais remarquer un jour a mon mari que je souhaitais plus de couple,et moins de parent;plus de moment a 2,comme du cine et du joqqing;reponse:tu as raison!moi.tu viens avec moi en foret?non,j ai des trucs a faire!bref,je me suis dit que j en trouverais bien un qui veuille faire l homme de compagnie;trouve l oiseau rare sur un chat telephonique;sms;RV;bisous,flirts;je ne voulais pas de sexe avant que la situation soit plus claire;un jour ,sms interceptes,querelles, menace avec une barre de fer;je m enfuis le lendemain sur mon velo,avec mon bebe,nuit en foyer,pas d argent,plus de portable ni de papiers,confisques par l outrages;je recupere le portable de mon fils,et par le biais d une cousine,renoue avec mon mari;les choses se sont arrangees depuis,plus de dialogue,de presence,mais pas tellement plus de sexe mal heureusement;situation assez commune malheureusement

Partager ce message


Lien à poster

Je vais tenter de répondre au fure et à mesure alors

(...)

ben walla, je reprend ma conclusion

Problème = Discussion immédiate

Faut pas attendre d'en arriver là, surtout pas, je termine pas mon poste ne m'en voulez pas...

Oui, c'est triste d'en arriver là après la naissance de deux enfants. Et effectivement, comme je m'en doutais, l'astrologie aurait pu vous aider à anticiper vos problèmes de couple. Avec une étude réalisée par un astrologue expérimenté avant votre mariage, vous auriez vu que vous étiez assez mal assortis: toi, cancer ascendant lion - gros besoins d'amour et de tendresse; lui, capricorne asc. balance - déjà un carré entre son soleil et son ascendant, signe d'un homme introverti et pas toujours très bien dans sa peau, et en effet pantouflard.

Cela fait beaucoup d'aspects défavorables entre vos deux thèmes, des "carrés", plus une opposition majeure entre vos soleils respectifs. Vos chances d'entente et de bonheur à long terme étaient plutôt minces. Je ne suis qu'astrologue amateur mais même moi je peux voir les problèmes que vous alliez rencontrer un jour.

C'est, à mon avis, bien dommage que tant de Français s'intéressent si peu à l'astrologie et à d'autres arts ou sciences de la connaissance de soi et de l'autre.

nénette, je t'envoie des liens par MP.

Partager ce message


Lien à poster

Tout a fait daccord avec ange de l'enfer sur la fréquence des rapports!!! :lal::doh::cry:

Nenette 10, quel dommage d'en arriver là! :x :wink::roll:

Si tout les deux y mettez de la bonne volontée, je suis sur que des solutions existent! Pour avoir vécu la même situation, ( expliquée ici même ) tout peut changer radicalement, le problème est de trouver la clef! :roll::lal:

Pendant deux ans, ma femme me refusait le moindre calin, bisous, je ne parle même pas de sexe ou elle me repoussait violemment, j'étais désespéré. Un homme de notre entourage la draguait depuis plus d'un an. Je l'avais déjà mis en garde à ce sujet à plusieurs reprises :lal::clap: , elle prétendais qu'il n'y avait aucun risque. :clap: Pourtant, cet homme, que je connais, a honteusement profité de mes absences professionelles pour devenir le confident de madame tout en s'évertuant à noicir mon tableau bien sur :clap::clap::???: .

Ils on finit par devenir amant, même si elle l'a toujour nié, trop d'éléments me le démontrent.

Une profonde remise en question personnelle m'a permis, avec l'aide des témoignages de CI, à sortir du trou dans lequel j'étais tombé. Une longue discution avec ma femme a eu lieu cet été, j'ai du trouver les mots justes car depuis tout va de mieux en mieux, nous faisons souvent l'amour plusieurs fois par jour, longuement et y trouvont beaucoup de plaisir. Notre sexualité n'avait plus étée aussi épanouie depuis bien longtemps. :x :x :clap: Nos rapports de couple vont de ce fait aussi beaucoup mieux. Je ne suis pas complètement sur qu'elle ne me cache pas encore certaines choses, mais bon, nous avons retrouvé un chemin commun et c'est déjà bien!

Pour ce qui est des enfants, c'est vrai que c'est souvent une source de problème dans un couple, même quant il n'est que dans le ventre de la maman, c'est trés perturbant pour un homme, je l'ai été aussi. Pourtant, c'est pas pour ça qu'on est pas ravit d'en avoir...

Bon courage pour la suite, avec ou sans ton homme

Partager ce message


Lien à poster

Je vais tenter de répondre au fure et à mesure alors

oui je suis jeune et oui "au début de mon cycle sexuel le plus puissant, celui qui devrait mener au zénith de la sexualité épanouie" et pas devenir maman pantouffles, j'ai jamais été comme ça toujours aimé la sexualité, les jeux sensuels.

Alors oui, au début, il y a un peu plus de 5 ans, l'extase, le pied de vrai lapins, à chaque instant, que ça en tête pour lui pour moi. Mais j'ai su il y a peu de temps par son frère, que Môsieur n'était pas du tout de ce tempérament avant, lui était plutot "dejà" pantoufflard, donc je suppose que déjà il "jouait" son rôle, on avait les même envies, quand on en discutait, comme tous au début, tout beau tout rose, à tous les points de vue. Je crois qu'il a u ce qu'il voulait.

Oui je correspondais à son "idéal"(j'aime pas ce terme) son "image" peut-être, mais bon, la grande brune, yeux verts, "allure sportive", bien dans ses pompes, et lui me plaisait aussi.

"Ça m'étonnerait qu'on puisse tomber amoureux un jour comme cela, "par hasard". ", ben c'est pourtant comme ça qu'on a commencé, peut-être là le soucis, on s'est rencontré à un mariage, et on s'est tout de suite plu. Les jeux, l'humour, sa "force" fin voilà pour moi, si bien...

Et tellement d'envies l'un avec l'autre, l'un pour l'autre.

"Moi, ce qui me surprend le plus, c'est de voir le nombre de couples qui ont des problèmes sexuels après la naissance du premier ou du deuxième enfant, le désintérêt soit de l'homme soit de la femme à l'égard du sexe. À quoi cela peut-il tenir? Dans le cas de l'épouse-mère on peut soupçonner un changement hormonal radical... mais dans le cas de l'époux??

Est-ce que les frustrations et les périodes d'abstinence forcée que connaissent sûrement les maris durant la grossesse de leur femme, ont une plus profonde incidence sur leur psyché et leur sexualité qu'on ne l'imagine? N'est-ce pas là un autre secteur à explorer avec votre partenaire, nanou et nénette ? "

puis oui un titi, pour moi, mes envies n'était pas qu'alimentaires, les hormones surement, mais pour lui là les envies on commencées à baisser,

j'étais frustrée, je comprennais pas (il a fini par me dire pourquoi beaucoup plus tard, lors de ma deuxième grossesse). Après bébé, le vide sidéral, là me demande presque comment on a eu la crevette... enfin...

Déjà, à ce moment, la discussion devenait difficile, et avec la puce, rien a changé, ni empiré, ni arrangé, mais je me disais que nous aurions le temps de voir, le temps... foutue connerie, je suis aussi fautive que lui même plus, je m'en rendais compte et j'ai laissé coulé

(Pouquoi ces envies on commencées à baisser : mon corps était un "sanctuaire", il voulait pas faire de mal à bébé...)

Et puis maintenant trop tard, plus envie, terminé, je me suis lassée de lui, lassée de son manque d'attention, de son absence on ne se voyait qu'entre 2 portes, quand on se voyait...

[confession = ON]

ça y est enfin la grande discussion vient d'avoir lieu, on vient de tout éplucher, tout 5 ans de "problèmes" mis à plat. On vient de tout se dire, nos attentes, nos envies, nos soucis, tout ce qui nous faisait souffrir... Enfin il était temps, non ?

Ben rien, plus rien, tout est clair, on a fait la liste de nos affaires, de ce que chacun va garder avec lui, la rupture est ferme et définitive.

Tardive cette discussion, mais au moins, c'est fait...

"Rupture" en direct sur CI ...

Au moins, on se quitte bon Amis !!!

[confession =OFF]

ben walla, je reprend ma conclusion

Problème = Discussion immédiate

Faut pas attendre d'en arriver là, surtout pas, je termine pas mon poste ne m'en voulez pas...

Partager ce message


Lien à poster

LDM, comme d'habitude, tu décris assez bien les symptomes et les pistes pour tenter d'améliorer les choses.

Personnellement, je me suis rendue compte d'une chose, c'est que plus nous faisons l'amour mon homme et moi, plus j'en ai envie, et inversément.

Quant la situation s'englue depuis des semaines, des mois ou même pour certains des années, il doit être très difficile de retrouver le plaisir de son corps, et le plaisir d'être avec l'autre. Le stress, la routine et les enfants, il est vrai, sont des facteurs assez importants, mais je pense qu'il y a aussi un manque de tendresse et d'intérêt pour l'autre, lorsque l'on en est arrivé là.

Difficile de vouloir le plaisir de l'autre lorsque cet autre nous manifeste une certaine indifférence. :clap:

Et pour finir, comme dit LDM, pour les cas déséspérants, qui ne tente rien n'a rien, je crois que je m'en vais envoyer un petit MP...

Partager ce message


Lien à poster

... Je termine ma discussion dans ce nouveau message, le délai d'édition venant juste d'expirer.

---

Je disais:

"Dans le cas de l'épouse-mère on peut soupçonner un changement hormonal radical... mais dans le cas de l'époux??"

Est-ce que les frustrations et les périodes d'abstinence forcée que connaissent sûrement les maris durant la grossesse de leur femme, ont une plus profonde incidence sur leur psyché et leur sexualité qu'on ne l'imagine? N'est-ce pas là un autre secteur à explorer avec votre partenaire, nanou et nénette ?

En définitive, la sexualité masculine est tout aussi délicate, complexe et imprévisible que celle des femmes.

Deux conseils: pendant un dialogue, demandez à votre homme "Te souviens-tu pourquoi tu m'as épousée?" Cela pourrait ouvrir des horizons, mettre sur la piste.

Si le dialogue n'est pas possible, peut-être que l'astrologie pourrait donner des indices utiles. Nénette, nanou, pouvez-vous m'envoyer par MP les date, heure précise et lieu de naissance de vous-même et de votre conjoint? Même si vous ne croyez pas à l'astrologie, quand on est acculé à une situation désespérée, ne faut-il pas tout tenter pour essayer de comprendre?

Partager ce message


Lien à poster

Je trouve ce sujet très "perturbant", je m'explique, comme beaucoup iCI, la situation de mon couple est plus que désespérante. Enfin plus maintenant !

(...)

J'ai trop attendu, le train-train c'est installé, et les amis/amants se sont séparés...

Problème = Discussion immédiate

Nénette, ton histoire est d'autant plus navrante que tu es encore si jeune et pour ainsi dire au début de ton cycle sexuel le plus puissant, celui qui devrait mener au zénith de la sexualité épanouie. Dans ton cas, il me semble que même le stade de la discussion est passé ... À MOINS QUE cette discussion ne cherche essentiellement à découvrir les ressorts secrets de ton mari ... ceux qui sont enfouis dans son subconscient: autrement dit ses rêves d'adolescent.

C'est ce que ma propre histoire m'a révélée: l'importance des rêves, conscients et inconscients remontant à la puberté.

Par exemple, ce que j'ai compris éventuellement en revenant sur mes souvenirs, c'est que ma première femme avait rêvé d'épouser un homme très riche, ce qu'elle a failli réussir à faire... sauf que, sa famille à lui avait décidé qu'elle n'était "pas socialement assez bonne" pour leur fils et l'avait incité à rompre ses fiançailles, ce qui a sûrement laissé chez elle une profonde cicatrice. Lorsque, bien plus tard, elle a découvert son futur amant sur son lieu de travail - une banque internationale -, ses rêves se sont réactivés et, vu son âge, 41 ans, elle a dû se dire que c'était sa dernière chance de les concrétiser. C'est pourquoi la Raison n'avait plus aucune prise sur elle.

Bien entendu, ta situation est très différente, nénette, mais je pense que bien des problèmes de sexualité remontent à une période antérieure au mariage. C'est cette période-là qu'il serait bon de sonder en profondeur quand il est encore temps d'avoir un vrai dialogue entre les conjoints. La séparation ne résoud rien, elle ne fait que retarder l'inévitable quand le dialogue a échoué ou n'est pas/plus possible. Et le droit des familles (en tout cas le droit canadien) ne fait qu'empirer les choses, puisqu'il décrète que les conjoints ne doivent se rendre aucun "service personnel" pendant l'année de séparation s'ils décident de rester sous le même toit; ce qui n'est pas pour favoriser le dialogue!

Avez-vous des amis communs de confiance et de bon conseil à qui vous confier indépendamment l'un de l'autre? Évidemment, les hommes ont généralement beaucoup de mal à discuter de leurs problèmes intimes avec leurs amis, mais c'est peut-être quand même une voie à suivre, si possible.

Il s'agirait pour eux - ou pour toi si c'est encore faisable - de le faire parler de "la femme idéale" qu'il avait espéré trouver avant de te rencontrer. Sûrement qu'il avait une image en tête, même si ce n'était qu'inconsciemment. Ça m'étonnerait qu'on puisse tomber amoureux un jour comme cela, "par hasard". Correspondais-tu à son "image" lors de sa demande en mariage - et en quoi? Et lui corresponds-tu toujours, ou sa vision à lui a-t-elle changée?

Moi, ce qui me surprend le plus, c'est de voir le nombre de couples qui ont des problèmes sexuels après la naissance du premier ou du deuxième enfant, le désintérêt soit de l'homme soit de la femme à l'égard du sexe. À quoi cela peut-il tenir? Dans le cas de l'épouse-mère on peut soupçonner un changement hormonal radical... mais dans le cas de l'époux??

.

Partager ce message


Lien à poster

Je trouve ce sujet très "perturbant", je m'explique, comme beaucoup iCI, la situation de mon couple est plus que désespérante. Enfin plus maintenant !

J'en pouvais plus, raz le bol de cet homme qui ne voulais plus rien entendre des plaisirs de la vie, combien de fois j'ai eu droit à "Non, pas ce soir, j'ai mal à la tête !", "J'ai la migraine" ou "suis trop fatigué !", et pour tout même ce simple câlin vous voyez celui qui peut se faire juste en 2 secondes le soir quand on rentre du boulot, l'embrassade, la simple accolade, ben rien!

j'ai 28 ans, 2 enfants, me suis inscrite sur CI le soir du premier anniversaire de ma fille, vous trouvez ça normal ! moi pas.

Ok, j'aurais pu comprendre qu'il n'ai plus envie de moi, vi 2 grossesses rapprochées pas pris trop de temps de m'occuper de moi, enfin plus autant qu'avant, mais j'avais toujours du temps pour lui, toujours autant envie de monamoureux (vi en un seul mot, son surnom), monomme (aussi).

Bref, à chaque fois que je tentais un rapprochement, il s'écartait, ne voulait pas ou n'avait pas envie. Ben moi si, et toujours autant, j'ai toujours envie d'être une femme, et de prendre du plaisir, pas forcément sexuel, juste du contact, juste, un bisou (pas trop gourmande), juste un par jour, ben non pas un bisou depuis plus de... je saurais même plus vous dire, juste que le dernier il l'a fait à contre coeur, c'est là que j'ai pris ma décision...

Alors quand

Dans ce topic, on a parlé de "communication" comme solution éventuelle aux problèmes (principalement sexuels) de couple. On entend par là "dialogue", or un dialogue ça se fait à deux. Lorsque l'autre n'entend pas, la communication ne mène à rien; ce n'est pas une solution viable.

J'avais beau essayer de parler avec lui tout ce qu'il me répondais et encore son corps répondait pour lui, c'était son haussement d'épaules, et de tourner les talons.

Et mon envie grandissait de jours de jours, j'avais l'impression d'être une "bête" assoiffée de sexe, plus je manquais de contact physique, plus il me fallait "compenser", j'étais frustrée, j'ai bien tenté de rallumer la flamme (Je vous en ai parlé !!!)

Bah ! Nenette, c'est pô une bonne allumette! ma momotte!

Et quand je me suis rendue compte que je prenais plus de plaisir sur msn que pendant nos ébats, là ça m'a fait bizarre, là j'ai vraiment compris que c'était fini... J'ai pris mon temps pesé le pour et le contre, imaginer ce qui allait se passer pour les enfants, pour moi si je restais, ou si je partais...

Me suis fait une raison, plus envie de lutter de tenter de sauver un couple (si s'en était encore un), plus envie de faire bonne figure devant les amis, les parents.

J'ai donc tenté de lui expliquer ce que je ressentais et toujours rien, aucune réaction

Quand je lui ai annoncé depuis près d'un mois, que je partais, qu'il ne nous aurait plus avec lui, que pour mon bien, pour mes envies il fallait mieux que je parte. Il ne m'a toujours rien répondu. Il a commencé à comprendre seulement hier que je ne blaguais pas.

Et rien ne change, nous ne sommes plus que co-locataires. Je n'attend rien de cette séparation pour moi l'histoire est belle et bien terminée.

Alors oui au dialogue, mais non à la résignation, faut dire de suite ce qui ne va pas, ne pas espérer que ça change tout seul, que l'autre se rende compte de ce qui se passe. Je ferai plus cette erreur, J'ai trop attendu, le train-train c'est installé, et les amis/amants se sont séparés...

Problème = Discussion immédiate

Partager ce message


Lien à poster

LDM, je t'admire. Tu as toujours les mots qu'il faut :clap:

Merci, mon ami. Mais ce n'est vraiment pas évident pour moi. :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Guest RQT

Cela fait je ne sais combien de temps que j'essaie de trouver le bon topic, et surtout les mots, pour décrire ce qui s'est passé de mon côté dans mes deux couples (non, Yxes, je ne parle pas de bigamie, mais de deux couples successifs). J'ai effacé tour à tour la dizaine de messages que j'avais composés et dont je n'étais pas satisfait.

Pour (re)commencer, je dirais que je me reconnais assez bien dans la "confession" de RQT du 22 octobre, car moi aussi j'ai mis fin à ma première relation de longue durée (de presque 15 ans) et je ne le regrette pas car c'était certainement la seule solution possible dans les circonstances.

Dans ce topic, on a parlé de "communication" comme solution éventuelle aux problèmes (principalement sexuels) de couple. On entend par là "dialogue", or un dialogue ça se fait à deux. Lorsque l'autre n'entend pas, la communication ne mène à rien; ce n'est pas une solution viable. Ça a été le cas dans mon premier couple.

(je vais faire comme RQT: mode confession "ON":)

Après 13 ans d'une vie de couple sans problème (et basé surtout sur l'amour commun ... des chats :clap: ), un jour nous avons été invités chez une belle amie célibataire de ma femme... et la boisson aidant, je me suis mis à faire des caresses de plus en plus osées à cette amie, devant ma femme, et ai passé une partie de la nuit avec elle après le départ de ma femme qui avait bien vu où ces caresses, bien acceptées, allaient mener.

Moins d'une semaine plus tard, elle m'a rendu la pareille ... enfin, en bien pire ... et pendant bien plus longtemps. J'entends qu'elle était devenue la maîtresse d'un collègue de bureau, un homme marié dont l'épouse venait de lui donner leur premier enfant, et elle avait découvert avec lui une sexualité qu'elle n'avait jamais connue ni manifestée avec moi. Elle avait été aussi franche avec moi en cette occasion que je l'avais été avec elle, et j'étais au courant de leur liaison et n'y trouvais rien à redire (à vrai dire, cette situation m'amusait car elle me confirmait que je n'étais pas du tout d'un naturel jaloux).

Nous étions alors tous les deux dans la quarantaine et personnellement j'avais toujours eu les idées larges. Mais je ne m'attendais pas du tout à ce qu'elle devienne du jour au lendemain le genre d'amante comme celle décrite dans le film "L'empire des sens" (comparaison d'autant plus appropriée qu'elle aussi elle était Japonaise). Ce que je veux dire c'est que la sexualité avait pris soudainement un tel ascendant sur elle qu'il était devenu impossible de la raisonner, même sachant que je la divorcerais si elle ne cessait pas de voir son amant pendant ne serait-ce qu'un mois. C'est le soir où elle refusa que je lui caresse même les cheveux alors que nous venions de nous coucher, que je compris qu'il n'y avait plus aucun espoir pour notre couple. Elle était devenue réellement "follement amoureuse" de son amant. Comment lui il gérait la situation, avec une épouse, une maîtresse certainement gourmande, un bébé, et une carrière à assurer dans la banque internationale, cela aussi ça dépassait mon entendement.

Bref, je raconte tous ces détails pour que vous compreniez bien la situation. Il s'agissait d'une femme qui, pendant treize ans, s'était apparemment satisfaite d'une vie sexuelle sans éclat (je l'avoue, car moi aussi j'avais donné la priorité à ma carrière et je n'avais jamais eu une libido très exigeante), et soudainement elle était devenue une autre femme, qui ne pensait plus qu'à "ça". Quel as, quand même, cet homme! Je ne pouvais qu'admirer son talent. Ou était-ce simplement que le moment était arrivé pour elle de découvrir et profiter au maximum des plaisirs du corps? Y a-t-il un âge, tant chez certaines femmes que chez certains hommes, où la sexualité devient un tsunami irrésistible?

Pour moi ça a été plutôt l'inverse; ma libido n'a jamais été puissante et aujourd'hui (j'ai 70 ans) elle est tellement inexistante que je n'éprouve même pas le besoin de me masturber même en lisant les histoires les plus torrides. C'est dire que même mon imagination ne fonctionne plus non plus. Et mon deuxième couple, qui dure depuis déjà plus de vingt ans, est en panne de sexualité, des deux côtés, depuis plus de dix ans, et n'est par conséquent fondé que sur les sentiments et les intérêts communs. C'est à croire que nous sommes tous les deux des asexuels qui se sont forcés parfois à faire l'amour.

Tout cela pour dire qu'il est assurément impossible de généraliser quoi que ce soit s'agissant de la vie de couple. Il y a trop de variables d'un cas à l'autre. Mais il y a sûrement quand même un dénominateur commun chez nous tous: les cycles hormonaux.

*Vous voyez pourquoi j'ai effacé tant de fois mes messages: je n'ai jamais pu décrire ni expliquer mon histoire succinctement, ni en détacher les composantes.*

:clap:

LDM, je t'admire. Tu as toujours les mots qu'il faut :clap:

Partager ce message


Lien à poster

Cela fait je ne sais combien de temps que j'essaie de trouver le bon topic, et surtout les mots, pour décrire ce qui s'est passé de mon côté dans mes deux couples (non, Yxes, je ne parle pas de bigamie, mais de deux couples successifs). J'ai effacé tour à tour la dizaine de messages que j'avais composés et dont je n'étais pas satisfait.

Pour (re)commencer, je dirais que je me reconnais assez bien dans la "confession" de RQT du 22 octobre, car moi aussi j'ai mis fin à ma première relation de longue durée (de presque 15 ans) et je ne le regrette pas car c'était certainement la seule solution possible dans les circonstances.

Dans ce topic, on a parlé de "communication" comme solution éventuelle aux problèmes (principalement sexuels) de couple. On entend par là "dialogue", or un dialogue ça se fait à deux. Lorsque l'autre n'entend pas, la communication ne mène à rien; ce n'est pas une solution viable. Ça a été le cas dans mon premier couple.

(je vais faire comme RQT: mode confession = "ON":)

Après 13 ans d'une vie de couple sans problème (et basé surtout sur l'amour commun ... des chats :clap: ), un jour nous avons été invités chez une belle amie célibataire de ma femme... et la boisson aidant, je me suis mis à faire des caresses de plus en plus osées à cette amie, devant ma femme, et ai passé une partie de la nuit avec elle après le départ de ma femme qui avait bien vu où ces caresses, bien acceptées, allaient mener.

Moins d'une semaine plus tard, elle m'a rendu la pareille ... enfin, en bien pire ... et pendant bien plus longtemps. J'entends qu'elle était devenue la maîtresse d'un collègue de bureau, un homme marié dont l'épouse venait de lui donner leur premier enfant, et elle avait découvert avec lui une sexualité qu'elle n'avait jamais connue ni manifestée avec moi. Elle avait été aussi franche avec moi en cette occasion que je l'avais été avec elle, et j'étais au courant de leur liaison et n'y trouvais rien à redire (à vrai dire, cette situation m'amusait car elle me confirmait que je n'étais pas du tout d'un naturel jaloux).

Nous étions alors tous les deux dans la quarantaine et personnellement j'avais toujours eu les idées larges. Mais je ne m'attendais pas du tout à ce qu'elle devienne du jour au lendemain le genre d'amante comme celle décrite dans le film "L'empire des sens" (comparaison d'autant plus appropriée qu'elle aussi elle était Japonaise). Ce que je veux dire c'est que la sexualité avait pris soudainement un tel ascendant sur elle qu'il était devenu impossible de la raisonner, même sachant que je la divorcerais si elle ne cessait pas de voir son amant pendant ne serait-ce qu'un mois. C'est le soir où elle refusa que je lui caresse même les cheveux alors que nous venions de nous coucher, que je compris qu'il n'y avait plus aucun espoir pour notre couple. Elle était devenue réellement "follement amoureuse" de son amant. Comment lui il gérait la situation, avec une épouse, une maîtresse certainement gourmande, un bébé, et une carrière à assurer dans la banque internationale, cela aussi ça dépassait mon entendement.

Bref, je raconte tous ces détails pour que vous compreniez bien la situation. Il s'agissait d'une femme qui, pendant treize ans, s'était apparemment satisfaite d'une vie sexuelle sans éclat (je l'avoue, car moi aussi j'avais donné la priorité à ma carrière et je n'avais jamais eu une libido très exigeante), et soudainement elle était devenue une autre femme, qui ne pensait plus qu'à "ça". Quel as, quand même, cet homme! Je ne pouvais qu'admirer son talent. Ou était-ce simplement que le moment était venu pour elle de découvrir et de profiter au maximum des plaisirs du corps? Y a-t-il un âge, tant chez certaines femmes que chez certains hommes, où la sexualité devient un tsunami irrésistible?

Pour moi ça a été plutôt l'inverse; ma libido n'a jamais été puissante et aujourd'hui (j'ai 70 ans) elle est tellement inexistante que je n'éprouve même pas le besoin de me masturber même en lisant les histoires les plus torrides. C'est dire que même mon imagination n'a plus d'effet sur mon corps et mes sens. Et mon deuxième couple, qui dure depuis déjà plus de vingt ans, est en panne de sexualité, des deux côtés, depuis plus de dix ans, et n'est par conséquent fondé que sur les sentiments et les intérêts communs. C'est à croire que nous sommes tous les deux des asexuels qui se sont forcés parfois à faire l'amour.

Tout cela pour dire qu'il est assurément impossible de généraliser quoi que ce soit s'agissant de la vie de couple. Il y a trop de variables d'un cas à l'autre. Mais il y a sûrement quand même un dénominateur commun chez nous tous: les cycles hormonaux.

*Vous voyez pourquoi j'ai effacé tant de fois mes messages: je n'ai jamais pu décrire ni expliquer mon histoire succinctement, ni en détacher les composantes.*

:clap:

.

Partager ce message


Lien à poster

On ne peut pas être bigame, notre culture donc nos principes, nos valeurs, nous l'interdisent... c'est là où le bât blesse... à moins de changer de religion ou tout simplement de nation... bon! pour nous les femmes, je me renseigne, pour voir où nous aurions le droit d'avoir plusieurs hommes à nos pieds.

tadaaaam

pour une fois, je peux affirmer sans détour que l'Homme n'est pas, et de loin, un blaireau... et vous savez pourquoi?

Je suis certaine que non!!!

alors, je vais vous expliquer...

l'HOMME, au sens large du terme, N'EST PAS MONOGAME et ne le sera jamais, mettez-vous bien ça dans le crâne. Ce sont nos us et coutumes, notre religion, notre morale, notre sens du devoir... qui nous dictent nos actes...

quant-au blaireau, ben lui, il est MONOGAME

ah oui! si vous pensez que j'ai fait un HS, vous avez sûrement raison... Mais bon! je réagis aux propos de tous ceux qui cherchent une réponse et qui n'en trouvent pas... elle est sûrement là!

02gy8.gif

Ca faisait un moment que je n'avais pas lu cette plûme acérée qu'est la tienne :twisted:

D'autant plus que pour changer...tu dis quelque chose de sensé ;)

ciao bella ;)

Partager ce message


Lien à poster

Pour avoir vécu la situation des deux cotés:

1- Se remettre en question, essayer d'être objectif avec soi même (Là, dans la lecture des topics de CI, on arrive facilement, quant on en prend le temps, a retrouver ses propres travers ) Analyser calmement la situation et ne pas voir que les problèmes d'un seul côté

2- LE dialogue, le vrai, sans faux semblant en reconnaissant ses tors et en proposant des nouvelles direction à prendre pour chacun

3- Se ménager du temps libre sans les enfants ET sans travail hors du quotidien de temps à autres.

Pour ma part, depuis quelques mois maintenant que j'ai appliqué ces quelques préceptes simples, ça va vraiment beaucoup mieux et même de mieux en mieux, je suis régulièrement surpris par ma femme ( pourvu que ça dure ! )

:twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Durz

La vie est injuste... Je suggère qu'on échange de compagne/compagnon comme ça on sera 4 satisfaits :oops:.

Trève de plaisanterie. Souvent les désacords sexuels peuvent trouver leur origine dans des problèmes de couple plus larges. Là je conseillerais éventuellement la thérapie de couple...

Je dis ça en étant très concerné, étant à la fois thérapeute familial (et donc de couple) et ayant des problèmes de couple (donc de sexe).

:aime: Et oui c'est parfois les cordonniers les moins bien chaussés... (enfin on ne devient pas thérapeute par hasard).

Pour ma femme et moi notre problème c'est que depuis que je suis père de notre deuxième enfant je ne suis plus que ça à ses yeux. Et elle n'aime plus son mari/amant (par contre elle adore le père de ses enfants :oops: )

Mais je ne vous dit pas la frustration car je l'aime toujours comme un fou (et la désire tout autant donc...) Pfff pô facile tous les jours...

Partager ce message


Lien à poster

:oops: :aime:

y'en a qui arrivent à suivre, c'est bien! et d'autres qui ne lisent qu'une ligne sur deux!!! c'est navrant, mais rigolo...

(ouiiiiiiiiii! je sais... la suite en mp! :oops: )

02gy8.gif

Partager ce message


Lien à poster
Guest RQT

Geronimo, je crois que tu n'as pas bien compris le sens du message d'yxes.

Elle ne dit pas que tous les hommes sont polygames, elle dit que dans la nature c'est le cas et que c'est nos principes, religions, etc qui font qu'on est fidèle, monogame. Il faut donc y comprendre que même si c'est dans la nature à l'origine de l'homme, ce n'est pas une raison pour ne pas respecter sa ou son partenaire et être infidèle.

Je pense qu'on s'éloigne du sujet initial alors la suite sur la fidélité sur un autre topic ou en MP :oops:

Merci

Partager ce message


Lien à poster

:oops: Dire que l'homme n'est pas un monogame est une contre-vérité et une simplification comme dire que la vie est toute blanche ou toute noire. Certains hommes sont monogames et d'autres ne le sont pas. Tu ne peux pas généraliser (peut-être parles-tu de ton cas?). La diversité humaine est telle qu'un tel propos est plus une manipulation qu'une réalité. Je me sens monogame et n'ai jamais eu envie d'être polygame. Aimer une femme tout en trouvant beaucoup d'autres femmes belles et attirantes, voilà ma façon de voir (et de celle de beaucoup d'autres hommes). Je connais par contre certains hommes qui ne peuvent s'empêcher d'aller coucher ou séduire les autres femmes. C'est leur envie, leur droit et peut-être leur souffrance. Mais, tu ne peux lancer une telle affirmation ! :oops:

Partager ce message


Lien à poster

Le mieux serait de pouvoir être "bigame" !!!

On ne peut pas être bigame, notre culture donc nos principes, nos valeurs, nous l'interdisent... c'est là où le bât blesse... à moins de changer de religion ou tout simplement de nation... bon! pour nous les femmes, je me renseigne, pour voir où nous aurions le droit d'avoir plusieurs hommes à nos pieds.

tadaaaam

pour une fois, je peux affirmer sans détour que l'Homme n'est pas, et de loin, un blaireau... et vous savez pourquoi?

Je suis certaine que non!!!

alors, je vais vous expliquer...

l'HOMME, au sens large du terme, N'EST PAS MONOGAME et ne le sera jamais, mettez-vous bien ça dans le crâne. Ce sont nos us et coutumes, notre religion, notre morale, notre sens du devoir... qui nous dictent nos actes...

quant-au blaireau, ben lui, il est MONOGAME

ah oui! si vous pensez que j'ai fait un HS, vous avez sûrement raison... Mais bon! je réagis aux propos de tous ceux qui cherchent une réponse et qui n'en trouvent pas... elle est sûrement là!

02gy8.gif

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.