Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
joliette

L'Asexualité

Question

C'était hier la journée de l'asexualité: des personnes qui n'éprouvent aucun désir sexuel et qui l'assument.

http://www.20minutes.fr/france/1144605-aiment-sexe

Et vous, qu'en pensez-vous? :???: Comment réagiriez vous face à une personne qui vous plairait, qui vous attire, et qui vous annoncerait ne pas vouloir de sexe?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

24 réponses à cette question

Recommended Posts

Mouais...

Ne pas voir de désir ou de plaisir, ok..

Mais de là à le revendiquer comme une orientation sexuelle... Ça me laisse dubitative!

Même si on peut vivre bien son couple sans sexualité, comment faire avec un partenaire qui n'a vraiment aucun désir? Comment inventer SA façon de fonctionner?

Quant à moi...je crois que je passe mon chemin!

La p´tite flamme au fond des yeux, au bout des doigts ( ou ailleurs...), ça me manquerait trop...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avoue que comme orientation sexuelle, ca laisse effectivement perplexe. Quid du conjoint(e)?? Il/ elle fait ceinture?

Autant etre trop demandeur est considéré comme un viol, autant refuser du sexe est super bien toléré par la société, pfff.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas trop quoi en penser à vrai dire...

Des personnes qui n'aiment vraiment pas ça, ou que ça laisse totalement de marbre, oui il y en a, ce n'est pas nouveau...

Et je le conçois tout à fait. Tous les goûts sont dans la nature, et l'amour platonique existe, oui...

Besoin de le revendiquer ?

Je ne sais pas, on revendique tellement de conneries aujourd'hui, ce n'est pas ça qui me gênera le plus...

Je ne sais pas vraiment ce qu'ils revendiquent de "concret" d'ailleurs, mais là n'est pas trop la question...

Comment je réagirais si j'étais face à ce genre de cas.... Difficile à dire, et le % que cela arrive est proche de 0, mais admettons.

Déjà, il serait préférable à mon avis de le savoir "avant" qu'une quelconque histoire n'aille plus loin. Que le partenaire n'apprenne pas ça au bout de quelques nuits...

Ensuite, bah... L'amour rend aveugle, et j'imagine que certains seront prêts à tenter quand même, notamment les personnes qui n'ont qu'un "petit" appétit sexuel (c'est à dire personne ici ^^), ou celles qui relèguent ça assez loin au rang de leurs principales occupations, après leur carrière notamment....

Le truc simple aussi est qu'ils se rencontrent entre eux ^^ Ca simplifiera bien des choses, lol ^^

Ou que la personne sans désir accepte que son/sa partenaire aille satisfaire ses besoins ailleurs... ^^;;

Ah, autre sujet, lol...

Mais au final je crois que j'aurais un peu de mal sur le long terme, à titre perso...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je crois que mon épouse a prit une carte d'adhèrent chez eux sans rien me dire...

c'est pas grave, j'avais encore le joker "Passer un coup de fil à une amie"... Mais chut, faut pas lui dire ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franchement, je ne sais pas du tout comment je réagirais... mal je crois....

On peut se passer de sexe dans un couple, pour diverses raisons (maladie par exemple)..... mais pendant une période... pas tout le temps...

Mais quand c'est un choix... un non désir... et permanent de surcroît, je ne pourrais pas !

Comme le dit Wasp, il vaudrait mieux que les deux soient sur la même longueur d'ondes...parce que sinon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un très bon épisode de Dr House à ce sujet. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[HS mode on : à quand une journée de l'homosexualité ? de l'hétérosexualité ? de la bisexualité ? ou même de la sexualité vécue et assumée ? parce que je trouve ça limite ridicule, une journée de l'asexualité..... HS mode off]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas trop franchement quoi en penser...

Mais en tout cas, si je ne pouvais pas toucher Dreamin', parce qu'il n'a aucun désir... Ca me rendrait folle à lier ! ^_^

J'aime trop toutes ces petites manies, qui font que notre couple existe.

Ces petites caresses, ces regards qu'on se lancent, la tension entre nous... Brrrrr j'en frissone déjà !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest léna léna

Je pense que je noublierais plus de recharger mes jouets !

Plus sérieusement, je découvre qu'une telle journée existe.

Si je rencontrerai un tel homme je suis capable de penser qu'avec du temps, de l'amour, de la persévérance, de la douceur j'arriverais à lui faire apprécier au moins un minimum.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quoi dire, que,penser...sais pas trop moi...c'est peut-être qu'une grosse partie de mon cerveau est logé sous mon nombril;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que les réponses à ce topic finalement vont dans le sens de ce que revendique ceux à l'origine d'une telle manifestation.

Comment réagiriez vous si une personne qui vous plaît était asexuelle? ou homosexuelle? ou d'une orientation qui n'est en tous cas pas la vôtre?

Il semble effectivement, au final, que ces questions posent ce même problème de ne pas appréhender cette différence, de ne pas la comprendre véritablement parce qu'on ne la vit pas. De la considérer comme une inaptitude ou une défaillance au lieu de la reconnaître comme une alternative qui n'est simplement pas la nôtre. L'homosexualité ou la bisexualité sont revenus de cette perception, mais force est de constater la cohérence de la démarche des asexuels face aux réactions que leur différence provoque.

L'information à ce sujet, comme celle qui a été secourable dans l'histoire à propos de l'homosexualité, préviendrait à terme nombre de drames je crois. En permettant aux asexuels de se reconnaitre et de s'identifier eux mêmes déjà et d'ensuite peut être 'éviter les échecs courus d'avance de couples promis à une incompatibilité persistante. Culpabilité, torture de l'estime de soi, tensions, douleur conduisant parfois à une vraie détresse... des conséquences immémoriales, quotidiennes... inévitables quand la différence, et l'identité ne sont pas reconnues.

Donc à mon sens, l'asexualité stricte gagne a utiliser toutes les vitrines possibles pour être reconnue, aussi absurdes puissent-elles paraître. L'essence de l'absurdité a mes yeux étant surtout de ne pas se plier à l'évidence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'on se rend plus vite compte qu'une personne est homo qu'asexuelle.

Déjà, une personne homo va dire les choses de fait dés la rencontre (enfin je suppose), alors qu'une personne asexuelle n'a pas forcémeent le cran, ou les mots

, de dire que le sexe ne l'interresse pas, et la personne en face peut interpreter de 1000 façon la situation.

Une chose me choque beaucoup: dans le couple, le méchant est toujours celui qui éprouve du désir. Hors celui qui dit "non" me donne souvent l'impression de parfois abuser de sa position, avec en plus l'aval de la société!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On s'en rend plus vite compte parce que c'est une réalité largement plus connue, et par la société et par les homos eux mêmes qui s'identifient aujourd'hui dès l'adolescence. Et encore il arrive que ça ne soit pas le cas.

Combien d'asexuels ne savent pas que leur absence de libido est partagée par d'autres, revendiquée comme une identité et qu'il ne s'agit pas d'une défaillance individuelle?

Je ne répondrais pas au sujet de ton propos sur les préjugés qui condamnent celui qui ressent du désir au sein d'un couple divergent. C'est le préjugé inverse que je condamne.

Remplacer un préjugé par un autre ne m'a jamais intéresser. C'est l'information et le discernement que j'encourage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas sur qu'on se sache "asexuel" des le départ.

C'est peut être à l'épreuve du temps qu'on s'en rend compte.

Parce que nécessairement un assexuel n'aura pas eu 15000 expériences avant de se mettre en couple !

Et la relation au sexe se construit au fur et à mesure qu'on se découvre, qu'on découvre son corps...

Ça peut se faire à deux (c'est mieux...), ça peut se faire seul...

Mais je suppose qu'on ne se lève pas un matin, en se regardant dans la glace et se disant : je suis assexuel. On le vit simplement, et se rend compte de son décalage avec les autres...

C'est pas forcément une tare ! Chacun doit pouvoir vivre sereinement tel qu'il est !

C'est vrai que dans notre société, ou nous devrions tous être dans une norme, il est toujours profitable de rappeler nos différences et de nous accepter les uns les autres ainsi, après tout, c'est ce qui fait la richesse des rencontres et de l'homme en général (et la femme aussi bien sur, ne vous méprenez pas...).

Moi, ça me fait poser une autre question (totalement désintéressée...), comment fait on pour se convertir ???

Et ne plus éprouver de souffrance face au manque de desir de lautre... Mais je me dis que la vie serait plus simple...

J'ai pas trouvé pour ma part...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma 1ére réaction fut de me dire un truc du genre " N'importe quoi et purée les pauvres si ils savaient ce qu'ils manquent !"

Puis j'ai lu les différentes réactions et surtout celle de NG et j'ai vu qu'on mécomprennez autant les asexuels que les homos (fut un temps ) les bis , les trans , les pratiquants du BDSM ,etc , même réaction de rejet ,de moquerie face à la différence qu'on ne comprends pas et qui nous fait peur souvent .

Alors comme je prône la tolérance et l'ouverture d'esprit même si j'ai du mal à comprendre je me "dois" d'accepter que des personnes sont totalement désinteressées du sexe et qu'elles aient le droit de le revendiquer et de s'affirmer comme tel.

De plus en effet comme le dit NG ,je cite :

L'information à ce sujet, comme celle qui a été secourable dans l'histoire à propos de l'homosexualité, préviendrait à terme nombre de drames je crois. En permettant aux asexuels de se reconnaitre et de s'identifier eux mêmes déjà et d'ensuite peut être 'éviter les échecs courus d'avance de couples promis à une incompatibilité persistante. Culpabilité, torture de l'estime de soi, tensions, douleur conduisant parfois à une vraie détresse... des conséquences immémoriales, quotidiennes... inévitables quand la différence, et l'identité ne sont pas reconnues.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avoue ne pas comprendre ce type de personne et de plus si c'est une femme et qu'elle est jolie.

Je serais aussi tenter de lui dire tout le bonheur, le plaisir qu'elle loupe de la vie!

Je n'arrive pas à concevoir ce type de personne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne pense pas avoir de préjugés, ni de rejet, ni me moquer.

Oui, sans doute certaines personnes souffrent de cette situation. Une finaute en parlait, l'autre jour. En fait elle n en souffrait pas elle-même, mais de la pression des gars, de la société.

Par contre, j'éprouve de l'agacement parce que le sexe dans le couple se joue à deux. Alors que celui qui n' a pas de désir peut sortir mille prétextes pour se défiler. C'est déséquilibré!

C'est bien de mettre en lumière l'asexualité. Mais on oublie aussi que la sexualité se joue à deux. On peut ne pas avoir de désir mais un asexuel peut aussi éprouver des sentiments. L'autre, il fait comment? Ceinture? Régime? Il a de quoi manger, le temps d'etre lié, puis plus rien? Il sait dans quoi il s'embarque, seulement? Sans parler de l'envie d'enfants!

Le sexe n'est qu'un aspect du couple. Voyons ce couple comme un corps, et le sexe comme un bras. On coupe ce bras: ce corps/couple survivra, c est sur. Mais sera-t-il heureux?

D'autant qu'on peut rester avec une personne pour diverses raisons, confort, habitude..... Coucher est un détail de la relation, mais un détail important, quand même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors tu ne fais pas ta vie avec un asexuel, parce que ça aboutira inévitablement a une incompatibilité, de la même manière que faire sa vie avec un homo quand on est hétéro c'est foncer droit dans un mur.

C'est ca la reconnaissance de l'identité sexuelle. La souffrance de la négation de soi`même n'est pas unilatérale, elle est évidemment partagée lorsqu'il y a divergence au sein d'un couple. Mais alors définitivement, malgré toute l'amertume du monde, pas de bonnet d'âne dans cette histoire, en cas d'asexualité ignorée... découverte après coup, c'est la faute à l'ignorance. Un point c'est tout.

Amour pas amour, une sexualité se fait à deux, quand sexualité il doit y avoir. On peut en vouloir au sort, à la vie, au choix qu'on a pu faire et au choix qu'on a pas fait, mais on ne pas en vouloir à un chien de ne pas être un chat. Il ne pourra pas changer même par amour. Et la vraie reconnaissance de la différence de l'autre, de son identité tels que les homosexuels ont pu revendiquer depuis des lustres, c'est d'admettre qu'il ne doit pas changer. Qu'il a le droit d'être pleinement lui et qu'il peut l'être sans concession avec d'autres qui partagent cette identité. Lier l'absence de sexualité chez les asexuels à de la mauvaise volonté c'est ne pas comprendre ce qu'est l'asexualité. Peut être finalement qu'il en faudrait deux par an, des journées dédiées à cette question qui si souvent mélange abusivement tous les débats.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait!

Donc on peut distinguer deux catégories: l'asexuel malheureux de sa situation, et celui qui vit bien comme ça.

Mais est-ce-qu'en quand on débute une relation, ou s'engage en couple on dit tout? Au risque de perdre l'autre, alors qu'il nous plait?

Je ne pense pas que beaucoup de gens osent dire ouvertement "le sexe ce n'est pas du tout mon truc", ou "je suis asexuel et j'en suis fier".

Face à une autre personne asexuelle, ca va, mais face à une personne lambda? On la fait fuir! :unknw:

Et sans doute le compromis est de masquer la situation réelle, par des périphrases, sous peine de rester sur la touche..

Il y a aussi le fait que quand on est amoureux, les premiers temps, on accorde pas toujours d'attention à ce genre de détails, aux défauts de l'autre. Ils deviennent important quand l"'état de grace" s'efface

.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et après la réalité revient et les gars dorment avec la queue sur l'oreiller!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait!

Donc on peut distinguer deux catégories: l'asexuel malheureux de sa situation, et celui qui vit bien comme ça.

Mais est-ce-qu'en quand on débute une relation, ou s'engage en couple on dit tout? Au risque de perdre l'autre, alors qu'il nous plait?

Je ne pense pas que beaucoup de gens osent dire ouvertement "le sexe ce n'est pas du tout mon truc", ou "je suis asexuel et j'en suis fier".

Face à une autre personne asexuelle, ca va, mais face à une personne lambda? On la fait fuir! :unknw:

Et sans doute le compromis est de masquer la situation réelle, par des périphrases, sous peine de rester sur la touche..

Il y a aussi le fait que quand on est amoureux, les premiers temps, on accorde pas toujours d'attention à ce genre de détails, aux défauts de l'autre. Ils deviennent important quand l"'état de grace" s'efface

.

D'où le fait que si les asexuels pouvaient s'identifier et s'assumer comme tel sans avoir peur et/ou honte du jugement , ils leur seraient alors plus facile de se mettre en couple avec un autre asexuel et alors tout irait bien car comme je le dis souvent ne pas "aimer" le sexe n'est pas un "problème" l'aimer trop n'en est pas un non plus , là ou le problème se pose c'est quand dans un couple l'un aime alors que l'autre pas/peu .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est oublier que le sentiment n'est pas forcément lié au désir sexuel! On peut aimer une personne sans l'associer à la sexualité, c est ce que semble ressentir les asexuels. Sans doute une personne asexuelle privilégiera le sentiment quitte a ignorer l'aspect sexuel, à le tenir pour négligeable, voir à se sacrifier sans plaisir.

L'asexualité n'a rien de honteux, mais ça doit sacrément compliquer la vie et les relations avec les autres! :shok:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui quand j'ai écris "tout irait bien" je parlais d'un point de vue intime , il n'y aurait pas de frustration ni pour l'un ni pour l'autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Quoi dire, que,penser...sais pas trop moi...c'est peut-être qu'une grosse partie de mon cerveau est logé sous mon nombril;-)

Nombriiiiiiiiiiiiiilllllllll !!!!

Pour répondre à la question . Mon grand amour fut chaste entre lui et moi . Mais au bout d'un an je l'ai trompé . Car me faire caresser et abandonnée ....au bout d'un moment pas simple du tout .

Ce sujet me fait penser à celui des "excuses pour éviter un câlin" (je ne sais pas pourquoi )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.