Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Miel Manara

Contre l'ennui (histoire à 4 mains)

Recommended Posts

Préambule :

Il s'ennuyait et les idées noires allaient revenir, pour le divertir je lui proposai un jeu très simple, une fiction à deux voix, si cela lui plaisait. Je tiens à préciser que je me suis glissée volontairement dans la peau d'une soumise qui pourrait Lui plaire, pour ce récit, et qu'il serait malvenu de faire l'amalgame entre mon personnage et moi, l'auteure. Merci.

J'en profite pour le remercier d'avoir joué avec moi et j'espère l'avoir diverti comme souhaité.

************************************************************************************************************

Pause déjeuner en terrasse avec les voisins arrivés pour le week-end parce qu'il fait beau.

Cela fait deux heures que je m'agite de la cuisine à la terrasse pour préparer et servir le repas. Les cafés ont été vite bus, ils étaient pressés, et je viens de finir de tout ranger, enfin.

Il est allongé dans un coin de la terrasse sur une chaise longue, au soleil, il profite des premiers rayons. Je vois à son attitude qu'il s'ennuie. Il néglige le livre qui traîne pas loin, il ne semble pas avoir envie de dormir. Ses doigts pianotent sur l'accoudoir, signe d'impatience.

Je suis encore dans l'entrebâillement de la porte et le regarde de loin. J'aime le contempler ainsi. Je sens une extrême tension en lui et j'attends qu'il bondisse à chaque instant de son transat avec un air décidé. Mais non, il s'agite mais reste là. Il doit attendre sans doute que j'aie fini pour ne pas me déranger, ou bien il hésite, ou bien quelque chose le travaille.

J'aimerais lui faire plaisir, devancer son envie, tromper son ennui...

Je pourrais onduler à quatre pattes jusqu'à lui et grimper entre ses jambes, féline provocatrice comme il aime..

Je pourrais me placer derrière lui, entreprendre de masser ses épaules, avoir des caresses l'invitant à d'autres jeux...

Je pourrais aller me changer à peine et revenir me placer près de lui, en attente, avec son bras qui viendra sans hésiter encercler mes jambes, sa main remontant le long de mes cuisses et ses doigts découvrant que je suis prête à accomplir le moindre de ses désirs...

Je pourrais monter le volume de la musique du salon, baies ouvertes, et grimper sur le parapet devant lui pour lui offrir un langoureux strip-tease comme il aime...

Je pourrais...

Mais j'ai une toute autre idée...

Je rentre dans la fraîcheur de la maison, retire tous mes vêtements, enfile cette robe fleurie et vaporeuse qu'il aime me voir dès le premier rayon de soleil. Je relève mes cheveux en chignon désordonné. Je passe par la buanderie prendre une panière de linge à étendre et je sors ainsi, pieds nus, nue sous ma robe, gaie comme une pub de crème fraîche et je passe près de lui... Ma robe frôle sa main "je vais étendre du linge". Je continue sans me retourner, balançant légèrement mes hanches accompagnées par les mouvements de la robe et je m'arrête, à quelques mètres devant lui, de dos.

Je pose ma panière au sol, cambrure..

Je prends un habit à étendre, quelques pinces en bouche et je commence mon manège le long du fil.

Je sens son regard dans mon dos et je ne suis plus qu'attente...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Eva96

Début plein de promesses ! Toujours une très belle écriture Miel !!! Bravo, j'attend de lire la suite avec impatiente !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elève Miel ! Rédaction : 18/20 :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Eva96

Elève Miel ! Rédaction : 18/20 :)

T'es dur carac... C'est au minimum un 21/20 !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'es dur carac... C'est au minimum un 21/20 !!!

C'est une note d'encouragement ... à poursuivre l'histoire ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un avant-goût, qui laisse présager .... tant de choses....bien loin d'être ennuyeuses..... :)

A quand la suite.... je viens de passer en mode impatient....

Et je comprends maintenant l'histoire de linge à étendre et plus particulièrement des pinces .... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Maitresteeve

La petite effrontée. Que croit-elle que je n'ai remarqué pas son manège. ses regards en coin depuis le départ de nos voisins. Je sens son désir humide d'ici.

La faire patienter...languir...la voir s'agiter, s'agacer, chercher la faille, voilà ce que j'aime chez elle.

Tiens te revoilà. Oui cette robe, Tu sais que j'y résiste difficilement, et j'apprécie l'attention. Faire plaisir à son Maître, tu connais les règles, tu t'appliques à les respecter et malgré toutes ces mois passés ensemble, je constate que ton empressement à m'aguicher t'a une nouvelle fois fait commettre une faute. La marque de ta culotte apparaît distinctement sous le fin tissu.Oui tu as fourni l effort de ne pas mettre de soutien gorge. Tes seins lourds se dessinent facilement sous le coton. mais ton sens de la nudité est approximatif à mes yeux.

Je suis mi-amusé, mi-irrité. Amusé car je sais que ce n'est pas intentionnel de ta part. Irrité car tu ne contrôles toujours pas tes émotions. Ce mélange provoque en moi un début d'érection. je me délecte à l'avance de ta punition, et les possibilités sont multiples au milieu de ce jardin.

Tu trémousses à nouveau tes fesses. tu te cambres, les bras levés le plus haut possible pour suspendre ton linge et ainsi faire remonter le bas de ta robe. Je vois apparaître tes fesses rebondies recouvertes d'une culotte blanche de dentelle. Plus d'un homme serait ravi du spectacle. Mais voilà je ne suis pas de ceux là. Moi je te veux disponible, accessible à tout moment. ton auto-satisfaction sera de courte durée mais tu ne le sais pas encore.

Je me lève.

Tu feints de ne pas m'entendre. tu te baisses à nouveau. tu prends ton temps, te disant certainement que je pourrais profiter de cet instant. trop facile . trop tôt. tu te relèves. Je me glisses derrière toi, tel un loup à l'affût, je pose mes main sur tes hanches, ma bouche vient susurrer à ton oreille

"Tu n'aurais pas oublié quelque chose par hasard?"

tu hésites, tu cherches, un frisson parcoure ton corps. Tu me connais si bien, tu sais à cet instant à ces mots que tu as commise une faute, mais laquelle.

"Oui cherche ma belle, vas y cherche...mais il va t'en coûter....cher....très cher....." je te vois déglutir, ton sourire s'efface de ton visage, mais je sais également que ton entre-cuisse n'est pas insensible à ces mots...

Je penche ma main droite dans la panière à linge. tu me regardes interdite. de mon autre main, je m'agrippe à l'élastique de ta culotte. je le lâche, le bruit sec claque sur ta peau. Je lis à ton regard que tu viens de comprendre. oui cette maudite culotte, elle t'allait pourtant si bien. Je me relève, je suspends alors devant ton nez la paire de bas que je viens d'extraire du linge. " Dis-moi ce que je dois en faire désormais.....j'attends"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je rentre dans la fraîcheur de la maison, retire tous mes vêtements

je m'agrippe à l'élastique de ta culotte

Heu ??? Y a contradiction là non?

Hi hi suis "chieuse " je sais .

Miel j'aime toujours te lire :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

J'ai l'impression d'etre quelque part dans ce jardin...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben oui miss, mais c´est la faute de Steeve, il sait pas lire.. Gnufgnufgnuf...

Bon je mettrai la suite demain soir, si vous êtes sages... Un petit peu chaque jour, ok ?

PS à mon complice : merci :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une histoire de domination avec beaucoup de sensualité en perspective.. vivment la suite ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hummm !!!

Et je ne pourrai probablement pas la lire demain.... grand risque de coupure internet....et pour les quelques jours d'après aussi ... :cry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je jouerai bien le voisin cuieux voir un peu voyeur....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Maitresteeve

miel petit rappel. En sm qd y a faute c est tjrs celle de la soumise....;-).

Je vais rajouter des pinces pour la peine...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

miel petit rappel. En sm qd y a faute c est tjrs celle de la soumise.... ;-).

Je vais rajouter des pinces pour la peine...

m'en fous, c'est elle qui morfle, moi je suis pas votre soumise, et toc !

(miel qui joue avec le feu)

bon, puisque vous êtes sages, tous, je poste la suite... on sait jamais si sagitte'r peut encore lire ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh non ! C'est pas vrai ! Je voulais partager un moment complice avec mon Maître, le sortir de son ennui, lui faire plaisir et ... j'ai tout faux, tout faux, tout faux ! Comment ai-je fait pour oublier de retirer cette culotte !

Je n'ai pas tout de suite compris ma faute, mais lorsqu'il a fait claquer l'élastique sur ma hanche j'ai cru que je m'évanouissais. De honte, de colère contre moi, de déception, de... je sais pas, je me sens nulle, nulle, nulle !

Et ce n'est pas la première fois que j'oublie. A la dernière en date, il a voulu marquer le coup, c'est le cas de le dire, et c'est à coup de badine qu'il m'a retiré ma culotte, la mettant en lambeau à force de frapper, la teintant irrémédiablement du sang qui suintait des zébrures qu'il infligeait à mes fesses. J'ai eu du mal à m'asseoir durant une semaine. Comment ai-je pu oublier une telle leçon ?

J'ai peur, je tremble. Demain je suis témoin au mariage de mon amie d'enfance, je ne peux pas me permettre d'avoir les fesses en charpie...

Et ces bas qu'il agite devant moi... Ce sont les derniers intacts que j'ai, il le sait, et j'en ai besoin demain. S'il s'en sert comme à son habitude, je suis bonne pour me lever à l'aube pour aller jusqu'au seul supermarché ouvert demain...

Je suis comme une andouille, debout devant lui, interdite et j'ai les larmes qui montent aux yeux. Je dois pourtant les retenir coûte que coûte, il pourrait penser que je tente de lui inspirer de la pitié et ça le mettrait en colère. Si je pouvais disparaître sous terre je le ferais...

Tout mon corps tremble et je suis incapable d'articuler un mot, mais je lui tend mes mains, poignets joints.

Il les saisit, me fait tourner tout en les rassemblant à nouveau, derrière mon dos. Un premier bas lui sert à maintenir mes poignets ensemble. Avec le second il m'enserre le cou, puis il relie dans mon dos les deux longueurs restantes et mes bras se tordent, mains relevées... Le bas ne m'étrangle pas si je maintiens mes mains hautes, mais je sens l'appui sur ma glotte à chaque respiration, à chaque déglutition.

Il me tourne à nouveau face à lui.

Je sais pourquoi il affectionne tant cette robe, d'un geste facile il peut sortir mes seins devant et les exposer impudiquement à sa vue, ses caresses. Il met un genou à terre et je prend peur, c'est si rare qu'il se place plus bas que moi, je n'aime pas ça. J'aime qu'il me domine... mais ? il lèche mes seins, soigneusement, sauf les aréoles que j'ai pourtant larges et foncées. Il a attrapé chaque téton dans la pince de ses doigts et les tord violemment. Il a une poigne terrible, je me mord les lèvres. Toujours il lèche mes seins, puis se redresse. "On est là pour étendre le linge mouillé, non ?" Son regard brille et son sourire en coin me faire craindre le pire...

La corde de nylon tendue est bien au-dessus de ma tête, il y pose une pince à cheval et la descend, grande ouverte, vers mes seins. Je faisais bien de craindre le pire et je comprend pourquoi il a laissé les tétons secs. Clac, la pince se referme sur le téton et ne glisse pas. Clac la deuxième. Et il lâche prudemment. La corde à linge veut reprendre sa place, à presque 2m du sol et entraîne mes seins avec elle. Je me retrouve rapidement sur la pointe des pieds pour tenter de limiter la douleur de cet étirement, et je me place juste sous le fil... mais non, les pinces résistent, la corde se tend et mes seins pincés sont tiraillés vers le haut. Il sait parfaitement dans quel état je dois être avec les seins malmenés ainsi.

Je sais bien que ma punition n'a même pas commencée, je repense à la badine et je me met à trembler de la tête au pied, réfrénant avec peine les larmes qui me montent aux yeux. Je les ferme dans l'espoir qu'il ne perçoive pas mon état, je voudrais tellement lui être agréable, qu'il ne doute pas de mon obéissance... ô non ! Pourquoi ai-je donc oublié cette culotte ! Et quelle punition va-t-il me trouver ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Incroyable, je peux encore lire !!!! :)

Ben, cette suite... cette histoire de pinces.... j'aime pas trop....

Je voudrais pas qu'on me fasse ça, alors non !!!!

A voir comment ça va évoluer....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as vraiment oublié d'enlever cette petite culotte ? Tu l'as gardée en effet croyant être nue... ou peut-être qu'inconsciemment... il en était autrement!...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Maitresteeve

"Tu sais je crois que l on va bien s'amuser tous les deux. Ta dernière punition bien que virulente ne semble avoir eu aucun effet sur toi. A moins que tu ne cherches à me provoquer. je pourrais te corriger encore plus sévèrement mais je sais que tu es de mariage ce week-end, il serait dommage que tu ne puisses pas t’asseoir"

Ton regard à cet instant est suppliant. mélange de remerciement et d'inquiétude. tu sais que mes faveurs ne sont jamais gratuites. Je glisse ma main entre tes cuisses, je m'attarde dans ta toison, je tire sur les poils, je descends plus bas. je reste sage et viens délicatement effleurer ton clitoris. Tu es trempée comme à ton habitude. le résultat est immédiat, tu te cambres à la recherche de mes doigts. Cela a pour effet de tirer sur tes seins, tu bascules alors la tête en avant, léger cri sortant de ta bouche, le bas qui maintient des mains enroulé autour de ton cou te rappelle à l'ordre.

Oui cette position est très inconfortable. le moindre de tes mouvements agit sur tes seins ou sur le lien. Tu te résignes. Tu acceptes de ne pas bouger de maintenir la position la plus confortable qui soit, sur la pointe des pieds c'est là où tu souffres le moins. Je sais d'avance que tu ne pourras tenir éternellement comme ça. Mes doigts s'accélèrent sur tes lèvres intimes. Tu te mets à transpirer, tu trembles à moitié. Je jubile de plaisir. Mon autre main s'insinue entre tes fesses, je ne perd pas mon temps, je sais ce que je cherche, oui là cette partie étroite de ton corps. Je titille ton anus puis d'un coup sec j'y entre mon index, de mon autre index je pénètre tout aussi violemment ton vagin. Ton bassin par vers l'avant pour éviter la première intromission, resserre le bas autour de ton cou. la seconde caresse te fais pencher vers l'arrière, tu serres les dents au moment où tes seins s'étirent

" Ne résiste pas , je veux t'entendre couiner. je veux que les voisins sachent qu'elle chienne tu es". Une larme coule le long de ta joue, une larme plus d'humiliation que de te souffrance, le jus qui glisse entre mes doigts m'indique que ton plaisir est bien présent.

" Sais tu ce qu'est un attrape mouche" Tu me regardes totalement désorientée. qu'ai je donc encore pu inventer. " Je reviens attends moi et sois sage" Je te laisse pantelante, et me dirige vers la cuisine. Je prends tout mon temps Je me présente à nouveau à toi, le sourire radieux.

" Regarde ce que je t ai apporté. Dans cette main un pot de miel. Dans cette autre main une tapette à mouche. Voilà ce que je te propose. Je vais étaler du miel sur les différentes parties de ton corps...je dis bien toutes les parties de ton corps sans restriction aucune. Je pense que tu vas faire un bon attrape mouches. A chaque fois que l'une de ces bestioles viendra se poser sur toi, j'utiliserai cet instrument, communément appelé tapette pour tuer les intrus qui viendraient t'importuner. Mais je suis pas un ingrat. Chaque coup de tapette, sera suivi d'une caresse intime à l'endroit où j'ai frappé, pour stimuler ton plaisir bien sur. tu vas maintenant écarter tes cuisses. et ne me regarde pas comme ça, j'ai l'impression d'être un monstre....."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne me regarde pas comme ca, j'ai l'impression d'être un monstre

Ah bon? Je ne vous vraiment pas pourquoi....^^'

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Maitresteeve

Moi non plus, si doux si attentionné, tout frêle....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi non plus, si doux si attentionné, tout frêle....

J'aimerais bien qu'elle te résiste... Mais j'ai peur qu'elle ai mal!^^'

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Maitresteeve

Au pire Miel aura mal au bout des....doigts...à taper la suite sur son clavier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J´ai beau avoir les yeux verts, quand je lui lance un regard noir il est bien noir. Oui tu es un monstre, mais moi j´aime être ta proie, et je suis presque en colère contre moi-même d´aimer cela.

Bien sûr je ne dis rien de tout cela. Je baisse le regard, résignée et j´attends. Je ne vois pas comment ce pauvre pot de miel pourrait suffire à recouvrir tout mon corps et je ricane intérieurement en pensant aux seules parties de mon corps qui l´intéresse vraiment... D´ailleurs il parle de caresses intimes... Je vois pas ce que pourrait être une caresse intime sur une omoplate...

Mais je n´ai pas le temps de réfléchir plus, je sens ses mains chaudes et douces sur mes épaules. Me serai-je trompée ? Il fait descendre ma robe et s´applique à étaler une fine couche de miel à mon cou, sur mes épaules, le haut de mon dos, de ma poitrine... Ses caresses sont très sensuelles et me font frissonner.

Il s´occupe de mes bras tandis que je sens le miel couler sur et entre mes seins, dans mon dos vers mes reins. Il sáttarde sur mon deuxième bras lorsque j´entends vrombir autour de moi. Je ne retiens pas un tremblement de crainte car les insectes sont nombreux et je n´entends pas que des mouches...

Je me crispe de peur en penchant instinctivement la tête, au mépris de mes bras. J´ai l´impression de sentir des insectes se poser partout, je crois que je panique.

Il est là, immobile près de moi à m´observer. Je hasarde un oeil vers lui, il sourit, amusé. Je me raisonne, s´il sourit, rien de grave. Je respire à fonds pour me calmer et ouvre à nouveau les yeux pour voir une grosse mouche posée sur le haut de mon sein droit. Elle boit le nectar qui me revouvre et englue ses pattes, mais ses ailes sont intactes. Je lui souffle dessus un peu violemment et elle s´envole tandis

que CLAC! Je me prend u coup de tapette sur la bouche. J´en pousse un cri alors qu´il me sermonne d´une voix assez colère. Je sens une autre larme rouler sur ma joue, de douleur, de peur, de honte et de déception. Je n´aime pas le décevoir. Je lui présente humblement mes excuses tandis qu´une autre mouche tourne autour de mon cou. J´en vois une autre vers mon épaule gauche, puis une autre en approche.

CLAC Première victime au milieu de mon dos. Le miel atteint le haut de mes fesses et je sens une goutte glisser dans me raie culièr. CLAC CLAC Deux victimes de plus sur mon épaule droite. Il s´approche et retire les cadavres du bout de ses doigts puis tandis que sa main caresse en petits cercles mon dos à l´endroit rougi par l´impact, je le vois approcher son visage de mon épaule et c´est à petits coups de langue, les yeux rivés aux miens, qu´il calme mon épaule.

Le voir ainsi se délecter de mon corps me fait plus d´effet que toutes les caresses intimes imaginables. J´aime être à l´origine de son envie et son plaisir.

Je ferme les yeux un instant pour savourer mais déjà il s´éloigne, laissant le champ libre aux insectes.

Il remet une couche de miel sur mes reins, le laissant fondre au soleil pour couvrir mon fessier.

Il empoigne mes seins et les serre, il a une poigne terrible et cela m´arrache un cri à nouveau.

Les pinces se détachent d´un coup, ce qui fait atrocement mal, mais point de répit, il malaxe sans ménagement mes seins, pince et tire mes tétons tandis que ma respiration accélère malgré moi.

J´ai pu reposer mes pieds à plat, ce qui détend un peu mes jambes, mais il tient fermement le bout de mes seins et m´entraine plus loin dans le jardin. Je titube un peu et la douleur vive dans mes seins me fait monter les larmes aux yeux. Il m´emmène dans un coin du jardin, près de la haie du voisin, sous un grand hêtre dont une grosse branche horizontale a accueilli des balançoires fut un temps. Il détache mes poignets de mon cou, les reprend devant moi et, jetant une corde par dessus la branche, me suspend par les poignets, bras tendus au-dessus de ma tête, les pieds effleurant le sol.

Mes cheveux se collent de miel à mes bras, je me retrouve pendue comme un papier-mouches en plein soleil, je vois la route en contrebas et je suppose que l´on peut donc me voir... Je sais aussi que les voisins sont assez proches pour m´entendre. Je déteste qu´il m´exhibe ainsi, j´ai si honte. Et pourtant je sens que mon bas ventre me contredis, je dois bien admettre que cela m´excite autant que ça me gêne !!

Le voilà qui reprend le pot de miel. "Ah mais, déjà quelques hôtes à achever" Il reprend la tapette et m´assène sans ménagement des coups sur les flancs, sous les bras, mon dos et une fesse. J´essaie d´éviter les coups mais je tourne sans pouvoir lui échapper. Il retire les insectes et complète son tartinage, de mes bras aux genoux, sexe compris. Et mes caresses ?

Non, je ne lui dirai rien, évidemment, mais zut quoi...

Il retourne chercher je ne sais quoi dans la maison.

Le miel dégouline, j´ai chaud, je ne compte plus les mouches qui viennent de se poser sur moi, petites ou grosses, moucherons, fourmis volantes et autres saloperies ailées. J´ai vu une punaise verte sur ma cuisse.

Tout à coup mes jambes me chatouillent et je distingue des colonnes de grosses fourmis noires qui grimpent le long de mes mollets pour atteindre le miel. Je me met à trépigner des pieds et m´agiter en tous sens pour m´en débarrasser. Je sais qu´elles mordent, elles me font peur. Je m´épuise à me débattre, je transpire et halète.

Alors qu´il me semble avoir gagné un répit, il n´est toujours pas revenu, et il me semble être abandonnée depuis une éternité.

Je ferme les yeux pour me calmer et reprendre un peu mon souffle mais un vrombissement sifflant me sort de ma torpeur, et j´ouvre les yeux face à une guèpe.

Peur qu´elle entre en moi par une narine, peur qu´elle me pique... Je me retrouve en panique totale et je hurle "Maaaaaaaîîîîîîîtttrreeeeeee" complètement paniquée...

A vous, mon cher monstre :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh punaise (encore un insecte répugnant) ... !!!!

Et pour un monstre, c'est un sale monstre !!!!

Te laisser à l'abandon, à la merci de ces sales bestioles....

Pouah !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.