Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Ryushijou

Premier défi : Un donjon pour un Dragon et une Rose.

Recommended Posts

Premier défi que je relève et écrit... Mais qui en est l'instigatrice ?

Je ne révélerai absolument rien. A elle le choix de se nommée ou restée silencieuse...

Mais qu'est-ce que je fais là ? Pourquoi je suis ici ? Et comment j'ai pu me laisser embarquer ce bourbier ?

Moi et ma trop grande gueule... Un gage ou vérité... Comment j'ai pu me laisser embarquer là-dedans ? Mais je n'ai qu'une parole... Et me voilà dans le train pour L... (Je masquerai les noms de villes volontairement). Moi qui suis de D... çà ne fait pas long... Mais si c'est pour çà... J'aurais du me taire... Mais peut-être que ce jeu-la en vaudra la chandelle...

Je me remémore la soirée sms d'hier...

« -A toi ! Action ou vérité ?

- Action ! Je suis pas un dégonflé qui ne prend que peu d'actions...

- Tu n'es pas un dégonglé ? Tu es sûr ?

- Bien sûr ! J'ai qu'une parole ! Et tu le sais bien...

- Et bien voilà ton gage : Tu viendras à L... et on s'organisera pour une partie de plaisir...

- Une partie de plaisir ? Scrabble ? Uno ? Soduko ?

- Idiot va ! Tu vois ce que je veux dire... Tu le sais bien !

- Oui... Mais tu es en couple... Mon code l'interdit...

- Tu sais où tu peux le mettre ton code ? Mauvais joueur ! Je croyais tu n'avais qu'une parole ?

- … Tu m'as bien eu. Je te dirais quand je pourrais. On s'organisera. »

Voilà comment, ce weekend, je me retrouve dans ce train pour un jeu de piste... Je relis ton message : « Une fois à la gare, va à ton hôtel (toi qui voulait rester sur L...), je prépare le terrain et je te contact. Tu auras les infos nécessaire. »

Elle est joueuse... J'adore ! Mais je me demande pourquoi mon amour du jeu prime sur mon respect du couple... Mais c'est comme çà. Et de plus... Tu m'as piqué sur la parole unique, la seule chose à pas remettre en cause... Alors j'arrive !

Je descend à la gare. Pour une fois le service est à l'heure... C'est rare.

« L'hirondelle » mon hôtel n'est pas si loin. Je m'y rend. Je paie et monte, dépose mes affaires pour deux jours, et allume la télé. Je déteste une pièce sans ambiance. Je regarde la salle de bain, lance la douche. Je t'envoie le message : « Suis dans ma chambre d'hôtel. Je me lave, me prépare et serai à toi ». Allez savoir pourquoi... Une érection me prend. Stress ? Impatience ? Attente ? Je l'ignore... Mais elle est là.

Bon... Je coupe la douche, l'eau est chauffée. Je passe au lavabo. Faut je rase mon visage négligé, le torse et l'intimité. Cela peut paraître bête pour un homme... Mais je n'y peux rien. J'ai toujours eu horreur des poils. Il n'y a que entre les deux pectoraux que j'ai un brin de poils. Le reste, même les aisselles, sont rasés. Je n'ai pourtant rien de beau à montrer en me rasant. Juste que je préfère cela. C'est une aisance.

Il ne me faut pas longtemps pour en venir à bout. Et je passe à la douche. L'irritation pique un peu. Mais c'est normal, la peau rougie est à vif. L'eau bien chaude calme mon érection. J'ai toujours remercier cet invention qu'est la douche dans ces moments... Même si cela fait un moment... Un BON moment que je n'ai rien fait... J'espère pouvoir assurer...

Merde... Re érection... Faut je calme mes pensées. Restons sous la douche et pas dans le futur.

Je suis sorti... Je sens bon et suis présentable... Un peu de déo, un peu de parfum... Une chemise repassée et un beau pantalon... Même si les vêtements ne resteront pas longtemps... Cela ne doit rien empêcher ! La présentation et le premier regard fait tout... Je regarde mon portable. Un message...

« - Quand tu seras prêt, envoie-moi un message. Tout est prêt. »

Bon.. çà ne fait que dix minutes qu'il est envoyé. Je peux y répondre sans peur de reproches.

« - Ah ben quand même ! J'ai cru tu t'étais noyé ! »

Bon ben raté...

« - Je suis prêt. Je peux te rejoindre et suis présentable.

- Présentable ? On verra çà. Voici l'adresse. Une fois devant, envoie moi un sms. Tu as toutes les indications pour me rejoindre sans te perdre. »

Oui bon... J'ai une orientation de merde... Et ne saurais me repéré même si on me pointait un immeuble du doigt et que je dois juste traversé la route... Mais j'y suis. Dix minutes plus tard, après la ligne de bus, j'y suis. J'aurais même pu venir à pieds... Mais bon. C'est l'aventure.

Me voilà devant une boutique... Une devanture aux vêtement aguichants et féminins. J'apprécie le décors. J'envoie le message.

« - Je suis là. Devant le magasin. Une sonette à faire ?

- Tu me feras toujours rire... Entre. Va à la caisse. Et demande le donjon. Tout est réglé. Tu pourras entrer.

- Le... Le... Le quoi ?

- Ben oui.... Tu croyais pas je te recevrais chez moi... Et puis c'était à moi de tout organiser... J'allais pas te décevoir.

- Me... Me décevoir ? Euh... Là c'est pas de la déception. C'est du comment j'ai pu en arriver là.

- Avec une parole unique et un sens du jeu démesuré ! Entre et prouve-moi qui tu es ! Voilà comment tu me reconnaitras... »

Deux MMS. Des tâches de beauté et une tâche de naissance... Et je dois te retrouvé dans un gouje de sexe avec çà ? Tu plaisantes j'espère ? Qui pourrais le faire ?

Je fais les cent pas... Regarde la vitrine... Voit les tarifs et les divers explications. C'est une petite boite. Tu as fais soft malgré la chose... Bon... Tu as payé... Je suis joueur... Ca ne sera pas mon derniet mot ! Je t'aurais à mon tour... Tu n'es pas la seul à savoir des choses sur l'autre.

Mes joues s'empourpre... J'ai chaud. J'entre. Il flotte un bon parfum... Ennivrant presque... Je me dirige vers la caisse. Je bégaie un peu... La caissière sourit et comprend la situation... En effet tout était payé. Je dois juste prendre une clé de casier et entrer. Elle me propose un bandeau. Je le prend limite en lui arrachant des mains. Elle m'explique que les préservatifs sont à disposition et que la direction n'est pas responsable des problèmes rencontrer par négligence. Je compte pas en avoir ! Quitte à en mettre trois à la fois...

Je souris... La porte donne accès à un escalier... Et l'escalier à une porte. On se croirait à un mauvais film d'horreur... Mais bon... Les murs sont capitonnés et on entend rien. Je pousse la porte et arrive à des vestiaires. Plusieurs sont inoccupés. Je me dirige vers le premier. Je retire mes vêtement, les plie soigneusement et les range à clé. J'espère que le système est fiable... Je n'aime pas l'idée de laisser mes affaires ainsi... Mais pas le choix. Je n'ai plus une poche ! Plus aucun message de toi... Je suppose tu as avancé. J'avance à mon tour... Après avoir solidement attaché ma clé et bien mis mon bandeau...

Plus on avance... Plus on entends les bruits de jouissance... Je suis gêné... J'ai déjà une érection... Le simple fait de me promener sexe à l'air déclenche çà... Et les bruits autours n'arrangent rien. J'avance... Les couleurs sont douces, tamisées. Cela a du bon. J'avais pas mal d'idées fausses... Mais je suis qu'au début.

Allez savoir pourquoi... Une voix m'attire plus que les autres. Féminine, elle dépasse de volume les autres... Je tente de le faire à l'ouïe... Mais çà ne donne rien... Puis, observant mieux les alentours, je remarque des trous dans les murs. Le voyeurisme n'est pas mon fort. Je me rappel le petit plan de la caissière... C'est le coin des voyeurs. Ma foie.. ? Pourquoi ne pas tenter ? Je glisse un œil dans les oeillère...

Un couple... Bof... Rien d'excitant...

Un homme seul... Sûrement pas !

Encore un homme... Un autre... Un couple... Un autre... Non... Le programme me plait pas. C'est pire que d'être devant l'écran d'ordi ! On voit tout mais on zappe... J'aime cette sensation.

Mon œil reste vissé maintenant... Une femme... ENFIN ! Mais ce n'est pas elle... Je ne pense pas... Elle se balade juste... Elle a un beau déanché... Mais je suis pas là pour çà. Mais J'ouvre une petite porte : « Merci » et je souris. Elle est estomaqué... Ne dis rien. Je referme la porte.

D'autres pièces sont vides. Mais si j'en crois les bruits... Je me rapproche. Bon...Faut dire, je tourne un peu en rond et c'est pas si grand qu'on peut le croire en lisant. Je vois enfin une femme. Elle est allongée sur une sorte de lit... Brune, une belle chevelure, entretenue vue de loin... Elle se caresse. Une poitrine généreuse pétrie par une main qui voyage de l'un à l'autre de ses seins... Un peu de forme... Le genre de femme que j'aime regarder... Autant nue qu'habillé dans la rue... Son bassin semble vibrer... Cette oeillère ne me permet pas de bien voir... Je change.

J'ai une meilleur vue là... Je trouve enfin le bon angle. Pas une vue directe sur l'intimité, mais juste ce qu'il faut pour voir son autre main flatté un sexe entre deux jambes grandes ouvertes et offertes. Sa voix est douce... Pas aigue ni rauque. Douce à l'oreille... Mon érection s'intensifie... Oui une femme qui s'aime, j'aime çà ! Mon coup de cœur du jour est là ! Je remarque la jambe droite... Oui la tâche de naissance est bien là ! C'est elle... Mon cœur fait un bond. En même temps que son bassin alors qu'un doigt entre délicatement en elle... Elle fait quelques aller-retour... Et semble entrer un second... Ses bruits suivent les différents mouvements... Va-t-elle... Oui elle joui ! Son bassin tremble, sa voix s'entre-coupe, ses jambes ne tiennent plus en place et sa respiration se fait longue...

Elle est sublime ainsi allongée...

Je lui laisse le temps de reprendre ses esprits... Imagine comment arrivé... Entré dans cette pièce qui serait nôtre un petit, un court moment... Je décide de faire franc jeu.

Je frappe à la porte. Elle émet un soupir. Etonné, j'attends.

« - Qui... Qui est-ce ?

- Un dragon perdu dans un donjon peu commun..

- Imbécile ! Entre...

- Merci... J'espère tu es décente...

- J'espère surtout que tu t'es plié à la règle du jeu ! »

J'entre dans la pièce... Tu as croisé les jambes. Sais-tu que je viens de te voir atteindre la beauté suprême d'une femme ? Je ne crois pas... Ou peut-être le penses-tu et cela t'excite...

« -Oh... je vois que tu es en forme... Je te fais tant d'effet que çà ? »

Je cherche de quoi elle parle et pense soudain à mon entre-jambe... Merde ! Une belle érection... Je deviens écarlate.

« - T'en fais pas... Y en a plus d'un qui s'est présenté dans le même état... J'en ai vu d'autre...

- Oui... Mais peut-être de « plus belle » que çà...

- Je ne me suis pas attardé sur leurs jouets... Je les ai chassé. Je n'ai rendez-vous qu'avec une personne... Mais j'ignorais que c'était Zorro...

- Zorro est arrivé... Mais sans chapeau et sans bottes !

- Mais le sabre bien présenté !

- Oh çà va ! Cà va se calmer...

- Mais j'espère pas !

- Tu es directe toi non ? Même si on est pas là pour discuter... J'aimerais profiter autant du sons que l'image...

- N'est-ce pas ce que tu as fait à l'instant ?

- Merdum... J'étais pourtant sage !

- Dommage... »

Tout en parlant, je m'assied à côté d'elle. On se retrouve face à face. Je détail son visage... Des yeux superbes... D'un brun noisette... Le regard profond et doux... Une invitation à plonger dedans. Je l'observe et elle aussi. On regarde nos corps pendant des discussions banales. On se raconte divers souvenir...

Sa poitrine commence à perdre l'excitation atteinte... Les tétons redeviennent un peu mou, et les muscles se décontractent. Ils ne sont pas tombant. Ils sont beaux... De petites poires... On les croquerait volontiers... Bien que je ne sois pas fan de fruits...

Allez savoir pourquoi... Une main se place dans son dos... Le caresse lentement. Ta peau est douce... Tendre... Je parirai qu'elle sent aussi bon qu'elle est douce. Je sens que tu frissonnes... De froid ? De plaisir ? Coïncidence ? Je ne te connais pas assez pour le savoir. Mais je m'étonnerai que ce soit de froid. Il fait bon ici. J'avais pas remarquer, mais l'odeur ici est bonne... Je m'attendais à sentir des odeurs de sexe et de liquide corporel... Mais non. De douces effluves... Pousse au crime je dirais.

Perdu dans mes repères futiles, je ne remarque tout d'abord pas ta main qui me caresse une jambe. La cuisse à vrai dire. Je frissonne à mon tour... Et cette érection qui ne me quitte pas... Ton regard c'est arrêté sur mon sexe. Je rougis encore... J'ignore ce que tu penses et n'ose le demander.

Tu te lèves d'un coup, sans prévenir. Te dirige vers la porte. Tu me jettes un regard où je peux voir briller une étincelle.

« - Et bien... Commençons. Je pense que j'ai moi aussi droit à un « encouragement ». Tu as pu voir... Il ne serait pas juste seul toi ai pu voir... Alors... Offre-moi un beau spectacle.

- De... Un beau spectacle ? Tu sais très bien çà risque de ne pas durer ! Vu mon état... Et de plus... Cela fait si longtemps. Alors çà risque d'être rapide...

- Ne te cherche pas d'excuse... C'est le moment... En plus... Si c'est rapide maintenant... Ca le serais moins ensuite... Alors aucunes excuses ne sera tolérées...

- Je rêve... ou tu donnes des ordres ?

- N'est-ce pas ce que je fais depuis le début ? »

Je sais pas ce qu'elle a... Mais nos divers échanges ne me laissai penser qu'elle était si... Si... Dominatrice. Ou alors c'est pour me décoincé. La porte se referme... Un petit claquement pour me faire comprendre qu'elle est bien fermée. Bon ben... C'est ce qu'on appel rester planté non ? Je tente de trouver une position pour m'asseoir... Rien de bien extravagant. J'y parviens pas. Je suis trop coincé.

Je ferme alors les yeux. Je pense à un lieu habituel. Je suis dans ma chambre... Les trous dans les murs sont ma webcam... J'ai quelques années en moins et je fais mes plans cam...

Rien de naturel... Mais rien de spécial non plus. On a tous fait de petites bêtises étant plus jeune. Ben çà... C'était les miennes. La principal on va dire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu importe qui t'a défié, mais qu'elle vienne t'obliger à poster la suite, viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu importe qui elle est !!!!

... Et c'est le premier défi !!! Ça en augure donc d'autres :D !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Titelilie

Oui peut importe de savoir qui est cette Dominatrice mais ne nous laisse pas comme ça...

J'adooooooooore!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle a bien choisit le défi ainsi que le rédacteur

la suite, tout de suite :girl_devil:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je commence alors... Mon rituel de masturbation... Je me caresse le cou... Un ou deux passages... Ma main descend... Ne s'attarde pas sur les pectauraux, va directement au ventre. Du bout des doigts je le caresse... Puis la main descend plus bas, sur mon pubis fraîchement rasé.

Je fais le tour de mes bourses... Puis remonte. Je décalote mon gland, le laisse totalement à l'air libre. Je patiente... Mes doigts glissent, vont et viennent sur ma verge. De haut en bas.

Devant moi, une femme se déhanche. Sa cam activée. Elle danse langoureusement. Mon érection s'intensifie. Signe de la prendre à pleine main. Je vais et vient lentement. Très lentement. Ecarte mes jambes de parts et d'autres de ce petit lit. Comme s'il s'agissait de ma chaise de bureau. J'adore cette sensation. Parvenir à se sentir à deux endroits à la fois... Et n'être que dans un seul... Un dédoublement de personnalité... Serais-je devenu fou ? Ou était-ce déjà le cas ? Rien que ma présence ici est le signe d'un début de folie non ?

Ma main et mon souffle accélèrent tout deux. Chacun sa mesure. Et plus l'un accélère, plus l'autre fait de même... Un cercle vicieux en boucle bouclée... Mais qui s'accélère à mesure que le temps passe... Quel temps ? Je ne suis même pas sûr d'être là depuis longtemps... Mais l'excitation est bien là. Et... Et... Et...

Jouissance... J'éjacule... Quelques jets chauds qui attérissent sur mon vente et quelques gouttes sur mon torse. J'halète, respire fort... Je suis dans les nuages, j'ai du mal à recouvrer mes esprits. Mais j'entends la porte s'ouvrir. Je tourne la tête vers elle et apperçoit une silouhette. Mais pas celle de la miss m'ayant donné rendez-vous. Une autre mais féminine aussi...

« - Merci... Joli spectacle... J'espère que je pourrais te rendre la pareil... »

Je fais un signe de main, penaud et mou. Faut dire que depuis le temps que je m'étais même pas masturber, l'adrénaline à du mal à redescendre... Je sens qu'on s'installe à côté de moi. On pose quelque chose sur mon ventre. Je bouge ma main et sens du papier à usage unique. J'ouvre un œil et te vois.

« - Tu devrais enlever çà. Au bout d'un moment çà sèche et colle affreusement.

- Oh... Je sais bien. Mais j'avoue avoir du mal à redescendre là...

- Je le vois bien ! Cinq minutes que tu es inerte. C'est pour çà que je suis entré. J'ai cru tu as fais un malaise.

- Oh... C'en est pas loin. Cela faisait un moment...

- J'ai cru comprendre... Vu la quantité. Mais bon... J'ai pas été la seule à aimé le spectacle...

- J'ai vu oui. Mais c'était un juste retour. Je l'ai vu avant toi. Même si, elle, ne faisait rien. Je n'aurai pas cru qu'elle viendrait jeter un œil.

- Oh... Elle n'a pas fait que çà. Le spectacle l'a bien... Emoustiller. Et moi aussi.

- Tu veux dire que tu as recommencer ? En me regardant ?

- Allons... Allons... Je sais me tenir. Mais je dois dire que tu fais de beaux bruits. Cela à du l'achever...

- Et toi en grande guerrière du sexe, tu as résisté, c'est çà ?

- Dis donc... Ne juge pas trop hâtivement. Nettoie-moi çà. Et on continue le tour du propriétaire... »

Je m'éxecutai. Frottant activement les flaques de sperm présent sur mon corps. Puis me relevai. J'avisai un évier et allai en profiter pour rincer les quelques endroits collant. Une fois que je fus propre, je me dirigeai vers la porte où elle m'attendait. Je la laissais sortir en premier... Profitant de ce court répis pour regarder l'envers... Que je n'avais pas eu le temps de bien voir encore...

Une chute de rein superbe... Un dos que l'on carresserais jusqu'à la crampe... Des fesses... Que beaucoup de femmes envierais je pense... Même si elle s'accusait d'un surpoids... Je trouvai qu'elle le portai admirablement. Allez savoir pourquoi... Une femme un peu ronde, avec des formes.. Me fais encore plus d'effet qu'une planche à pain et si elle s'assume par dessus le marché... Rien de mieux !

Je suis obligé d'arrêter ma contemplation... Elle s'est retournée et m'observe. Je rougis. Un demi sourire gêné sur le visage. Elle sourit... Bon ou mauvais signe ? Je ne sais pas.

On avance... Une nouvelle porte. On va donc aller au prochain étage. Je me rappel le plan... La salle de projection et les lits XXL. C'est un petit donjon... Mais il est douillet et sympathique.

Nous arrivons à l'étage. Rien de bien voyant... Cette fois, pas de trous dans les murs. Pas à première vue... Mais il faut dire que j'ai envie de regarder autre chose... Ses fesses tanguent... Est-ce fait exprès ? Une habitude ? Ou inconscient ?

Elle pousse une porte. Bingo... Le sexima. Le sons n'est pas fort. Il est presque tamisé on pourrait dire. Mais les images diffusées sont sans équivoque.

« - Où est le pop-corn et le coca ?

- En haut, tu te sens d'aller le chercher dans cette tenue ?

- Pas vraiment non... C'est déjà rare je me ballade comme çà en temps normal...

- Et là çà fait plus de ving minutes que tu es déjà nu comme un ver.

- Pas faux... mais on se demande à cause de qui...

- Dois-je te le rappeler ? »

Je fais signe que non de la tête. Je ne suis pas très avenant. On entre plus dans la salle. Un femme se fait prendre en sandwich par un noir et un caucasien. Le truc digne d'un Marc Dorcel. Je ne serai même pas étonné que s'en soit un. On s'installe. Je me permet un regard autour de moi... Une seule personne est présente. Une femme à première vue. Mais rien de sûr. Elle est tout en bas... Face à l'écran, inerte. S'est-elle endormie ? Ou profite-t-elle du spectacle en silence ? Bref, je m'assied à mon tour. Et je regarde le film. Les scène de trio, avec deux hommes, ne m'enchantent pas beaucoup... J'ai plus l'impression que la femme est réduit à l'état de jouet et d'amusement. Bref... J'observe un peu mieux la salle.

Les siège sont confortables, et propres ! Un détail peut-être stupide. Mais qui à son importance pour moi. J'imagine... Car qui aimerait s'asseoir dans un fauteuil collant et suintant les liquides corporels ? Pas moi... Les murs sont simples et sans décorations... Pas de gros baffles voyants, ce qui doit expliquer pourquoi le sons n'est pas si fort. J'apprécie. Alors que je continue mon tour d'horizon, un détail me frappe... Enfin... Me caresse. Son pied.

Fait exprès ? Je l'ignore. J'attends. Le pied revient à la charge. Il monte jusqu'à ma cuisse et redescend. Du bout des orteils. Je frissonne. J'avais déjà entendu l'expression « faire du pied » mais c'était la première fois que j'en faisai l'expérience...

C'était pas désagréable ! Je tourne mon regard vers elle. Et la regarde. Elle a les yeux fixés sur l'écran. Je l'observe. Sa poitrine un peu tendue pourrait montrer qu'elle est excitée. Je tente de posé une main sur sa jambe proche de moi. Pas de réaction... Je remue doucement les doigts... Carresse cette peau si douce...

J'en frémis. Je n'avais pas remarquer cette douceur avant. Pourtant j'avais déjà pu la toucher. Comment avais-je pu passer à côté de çà ? Faut croire que ma masturbation à ouvert mes sens. Je continue alors. Monte et descend le long de cette jambe. De plus en plus loin et haut. Je me permet même de passer d'une jambe à l'autre. Elle a reposé son pied. Je regarde son visage. Elle a les yeux fermés. Je vois sa poitrine aller et venir au rythme de mes caresses. J'adore ce spectacle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Kalinda

Mmmm cette situation est des plus excitante, vivement la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

mmm ça monte, ça monte, la suite promet ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca fait peu de commentaires tout çà là... Cà dors ici ? :P

La suite....

Je continue mes longues caresses. Traînant exprès. Oh oui... Cette douce torture de sentir le long de sa peau le bout d'un doigt ou d'un ongle aller et venir... Torture car c'est si doux et à la fois si agaçant... Tortueux à la fois... Mais la plupart des personnes n'y résistent pas... Même si par moment...

Ah ben voilà... C'est la réaction que j'attendais. Un soubresaut. Sa jambe a bougée toute seule. Réaction naturelle de son cnscient... Si je continue encore un peu... Quelques dizaines de secondes, voir quelques minutes... Selon son endurance... Je ne peux m'empêcher... Je rallonge encore mes caresses... De sa rotule vers son triangle d'or, glissant sur la seconde jambe... Puis revenant ensuite à l'intérieur de la cuisse... Je reviens sur la première jambe...

Je la regarde toujours... Je continue à l'observer. J'adore voir une femme se laisser aller à ces délices. Tenter d'imaginer ce qu'elle a en tête... Le désire... L'envie de stopper cela et de réclamer plus... Ou encore profiter de cette ôde au corps de l'autre... J'image mille choses... Mais j'étais loin d'imaginer cela...

Sa main aggripe la mienne à un retour... Passant sur le côté de ta cuisse, à l'intérieur... Même si ce n'est pas la main, mais le poignet qu'elle attrape, je suis coincé. Dans cette position j'ai du mal à bouger. Mais elle bouge à ma place... Elle ramène ma main à l'intérieur même de ses cuisses... Lentement, elle la pose sur le haut de cette petite montagne d'alpage déboisée et désherbée... Une chose que j'adore chez une femme... De plus c'est frais... Cela date d'il y a peu... Je pense ne pas être le seul à avoir profiter pour me préparer... Ma foi... Ce serait dommage de ne pas rendre homage n'est-ce pas ? Mes doigts remuent lentement...

Allant et venant sur cette peau douce... Bougeant lentement pour parcourir ce petit mont de chaire... Je le parcours de long en large et de bas en haut. N'épargnant aucune zone de peau offerte à mes doigts... Ils glissent dessus comme sur une patinoire... Sensation de douceur et de sécurité... Car j'imaginais mal enfiler des combinaison à chaque doigts pour une telle exploration. Mais ici, pas besoin...

Je touche à quelques reprises la divine cicatrice... Ne faisant qu'effleurer le bout... Mais déjà son bassin remue et me fait comprendre que déjà il veut plus.

Je suis soudain distrait... Le film projeté continue... Et la scène à changer. Trop absorber par la contemplation de cette femme sublime...

Le film a changer de scène. Cette fois, deux jeunes femmes sont en train de s'embrasser... Mais pas que... Déjà dénudées, l'une d'elle est couchée, jambes grands écartée, mais dans ses cheveux et bouche ouverte à grands cris, la seconde, à genou entre ses jambes, toute langue dehors, gâte les lèvres et le sexe de sa compagne...

Je suis absorbé, hypnotisé par ce spectacle... Je n'ai jamais pu résister à une telle scène ! Deux lesbiennes aux rapports saphiques... Dieux... Rien de mieux pour redonner vigueur et figure humaine à mon bas-ventre... Et c'est pas peu dire... Me voilà avec une nouvelle érection béton.

Bien que toujours dans le film, je continue les caresses. Mais elles sont distraites... Automatiques. L'a-t-elle remarqué ? C'est pas impossible... En tout cas, maintenant, c'est sa main que j'ai sur une cuisse à moi.

Elle va et vient. Je la sens. Mais je ne fais rien. Je la laisse vagabonder sur mon corps. J'ignore pourquoi cette transe. Mais cette scène projeter sur un écran plan grand que l'écran de mon ordi me laisse pantois. Mais pas sans réactions. C'est comme avoir un rétro-projecteur dans sa chambre... Mais en mieux ! Et en plus, regarder ce film projeter avec sa nana... Putain faut j'arrête là ! Je suis dans ce cas-là ! Faut je me réveille là !

Revenant à moi... Je profite encore plus de ces caresses... Mon sexe est de nouveau tendu... Près à l'assaut... Mais l'assaut de quoi ? Je l'ignore. Et je ne demande rien. J'attends. Même si ma main continue à caresser son mont de Vénus... Tandis que ses doigts commencent à caresser ma verge tendue. Le bout de ses ongles... Puis ses doigts... Passant du bout de ceux-ci à la phalange entière autour de ma verge dressée au ciel... En hommage à ces deux femmes se donnant le plaisir mutuel.

Voilà qu'elle empoigne mon sexe plus franchement... Le poing fermé et montant et descendant sur ma verge... Ma respiration accélère à cette sensation que je n'avais plus ressenti depuis un moment... Et je suis de plus en plus excité... Cette scène m'exalte... Il faut que je me concentre sur autre chose... Je décide de le faire sur les caresses que je mène sur son intimité...

Je descend mes doigts le long de sa cicatrice... M'y amusant un peu... Allant et venant... Descendant et remontant. Alternant les rythme... Aléatoirement. Ne jouant que sur les lèvres de son sexe. Sans y entrer plus avant. Restant toujours au dehors. Ne faisant que flatter son intimité. L'irrité elle, enfin... L'agacé plutôt... Je vois qu'elle se mord une lèvre... Craquera-t-elle ? Je ne connais pas ses limites... Ce n'est pas drôle...

Son poing fermé sur ma verge tremble... Malgré qu'il monte et descend, je peux sentir des trésaillements et des tremblements irréguliers... Sont-ce mes caresses qui la trouble ? Je ne sais pas... Mais en tout cas... J'ai l'impression que çà lui fait de l'effet... Malgré que mon doigt ne s'est pas enfoncer plus avant dans son intimité, j'ai l'impression qu'une légère humidité se dégage.

Même si, autour de nous, l'ambiance est rythmé par les bruits des petites chattes à l'écran... Aide aux instincts... Je m'intéresse à un tout autre spectacle... Celui de ce visage torturé délicieusement... De cette poitrine redevenue ferme par les carasses et supplices subbient... Cette poitrine qui monte et descend à mesure que mes caresses font de même le long de sa précieuseté... Mais une envie me taraude... Je ne sais comment cela serais pris de sa part... Mais pourquoi pas ? Le four est allumé... Reste qu'à battre les œufs...

J'ai pris un peu de temps avant d'oser... Mais je cherchais le moyen de le faire sans paraître trop effronter... Une fois trouver, je profitai des quelques coups de piston qu'elle donne sur ma verge et je commence alors mon petit plan...

Mais quel est ce plan ? Qui est cette femme qui à fait faire une telle chose à un innocent dragon ? Va-t-elle se dévoilé...

Tant de question....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ryu, j´aime vraiment bcp ta façon d´écrire et ton histoire, j´attends impatiemment chaque suite, même si je dis rien ;)

Merci, bravo, continue... :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je continuai mes caresses sur son intimité... Puis mimant une remise en position, j'en profitai pour bouger plus en avant... Et un doigt entre alors dans les grandes lèvres... Humides, chaudes, glissantes de cyprine... Un endroit où mon doigt aurait voulu rester... Et il y est bien resté.

Vu ta tête qui bascule en arrière, le petit bruit rauque qui s'est échappé de ta gorge et le soubresaut de ton bassin... J'en déduis que toi aussi tu aimerais cela...

Qu'à cela ne tienne... Il y reste alors... Et commence à remuer... Allant et venant dans cette grotte humide... Parcourant les petites lèvres gonflées de plaisir et de désirs... Mais une chose attire mon attention... Une toute petite chose... Mais qui effectue le même effet à chaque fois... Le sursaut de ton bassin...

Un petit soubresaut... A peine visible... Mais qui était si excitant malgré sa discrétion...

Le doigt avançait de plus en plus rapidement... Montant et descendant, allant et venant... Mais il avait plutôt tendance à rester au même endroit... Jouant avec ce petit bouton...

Mais je n'étais pas le seul à jouer... Sa main toujours sur mon sexe perché, allait et venait aussi. Jouant sur mon gland qu'elle décalotait pour le caresser de son pouce avant de continuer sa masturbation. De temps en temps, elle lâchait mon sexe et caressait les testicules. J'ignorai pourquoi... Enfin, elle est pas censé savoir que c'était un endroit insensible pour moi... Mais si cela l'amusait... Du moment qu'elle en faisait pas une omelette, je m'en fichais.

M'en fichais car j'arrivais à faire remuer un joli fessier d'un seul doigt... Je m'en amusais. C'était ridicule d'y penser ainsi. Mais cela m'amusait vraiment oui. Je la faisai remuer sur un seul doigt... C'était pas un pouvoir inné, mais c'était une situation cocasse. Et j'adorais çà.

Mon doigt avait relâché le clitoris de cette demoiselle... Et s'amusait à l'entrée de sa grotte humide... Explorant l'entrée... Touchant, entourant cette entrée... Allant et venant... Mais tel un explorateur devant une caverne aux merveilles... Il n'allait pas rester planté devant !

Bien décidé à planter son drapeau, et après avoir tâter le terrain devant la grotte... Il se glisse par l'entrée... Tout doucement... Avançant à tâton pour ne pas se cogner aux parois trop glissantes... Il avance très lentement... Remuant pour se faire un peu d'espace dans cette grotte si chaude...

La première partie enfin dedans... Il ressort... Et entre plus franchement. Un peu plus loin... Ressort... En entre à nouveau... Toujours plus loin... Allant et venant... Jusqu'à ce que la phalange entière soit en elle. Il ne bouge plus alors...

Je l'observe. Sa respiration est haletante, hésitante... Elle est toujours là, la tête rejetée en arrière, sa poitrine montante et descendante, mais c'est un spectacle qu'on ne peut pas ne pas aimer !

Je ne peux me détacher de ce spectacle... Et ce couple lesbien qui me donne le tempo de la masturbation... Même si elles, c'est un double gode qui rythme l'ébat.

Faut avouer que même si c'est stimulant... Je préfère de loin le spectacle qui se passe devant moi... Je jette encore un regard alentour... Toujours cette même personne présente, même si je ne m'attarde pas, il me semble qu'elle profite du film aussi... Au moins, il est clair de sa préférence.

Mais je ne vois toujours personne d'autres... Tant mieux... Mais j'avoue que le cinéma me semble plutôt étroit là... Et que...

Qu'est-ce qui me prend ? Pourquoi je me suis retiré d'elle et l'ai prise par la main pour sortir de ce cinéma ? Qu'est-ce qui me prend ? Qu'est-ce que je cherche ? Une porte ? Pourquoi je la pousse ? Un lit... Pourquoi j'entraîne Lili dans ce lit ? Je l'y allonge... Mais pourquoi elle n'oppose pas de résistance ? Je deviens fou... Mais je la désire... Ou est-ce l'excitation ? Je m'en fiche ! Je fonce...

Le lit n'est pas somptueux, quelques draps, un matelas assez gros, moelleux et des baldaquins... La déco de la « chambre » est sommaire, blanc tirant sur le gris, sans décors inutiles, juste quelques bougies sur une table, quelques... «jouets » (menottes, godes, petit martinet...) avec ce qui semble être des lingettes de nettoyage. Je ne peux m'empêcher d'admirer la propreté qui est maître mot dans ce donjon... Cela aura eu le mérite de me faire changer de vision sur ces endroits...

Je me reconcentre... La demoiselle m'attends... Elle me lance un regard comme jamais j'en ai connu... Je m'assied sur le bord du lit... Ma fougue est passée... J'ignore pourquoi... Alors que j'étais si sûr je ne parvenais plus...

Ma main se pose sur sa poitrine. Elle est toujours allongée. Son regard sur moi, sa main sur ma jambe. J'ai toujours mon érection de fer suite à cette petite séance... Mais je me concentre sur elle... Je peux la voir convenablement sous la lumière tamisée de cette chambrette. Je caresse sa poitrine qui monte et descend au rythme de sa respiration. Qui elle est rythmé soit par mes caresses, soit par son excitation... Voir les deux... Ce qui donne un drôle de mélange...

Je commence alors à bouger les doigts, puis la main. Alternant une prise en main à des toucher du bout des doigts... J'aime jouer comme çà avec les sensations...

Ma main descend, allant droit vers son intimité. Sans plus de cérémonie, le doigt reprend sa place en elle. Et va et vient... Je peux observer son visage qui bouge, ses yeux qui se ferme, et sa bouche qui se tord pour ne pas laisser échapper les gémissements...

J'adore le spectacle d'une femme qui se retient... Mais je continue... Je me lève et change de place. Je me pose juste devant elle... A ces pieds... La vue plongeante que j'ai me plaît au plus haut point... Je peux presque la... « Contrôler ». Cette petite sensation de domination n'est pas déplaisante... D'autant qu'elle se laisse faire la mignonne... C'est pas déplaisant... Je me demande...

Je me penche lentement... Sachant qu'elle regarde... Et n'attends que çà peut être ?

Je me penche encore plus. Je la domine entièrement. Toujours un doigt en elle... Mais là, je goûte à sa peau... Douce autant par le toucher que le goût... J'adore... Pas salée ni sucrée... Mais un goût propre à elle... Que du bonheur... Voilà qui ne fait que me plaire encore d'avantage...

Je ne suis qu'a son cou... Allez savoir pourquoi... Je n'ai pas encore oser l'embrasser... Mais je ne fais pas attention à çà. Je descend... Du côté de son cou je passe à la gorge... Descend lentement du bout de la langue... Elle s'arrête sur le décoleté... Au dessus de sa poitrine...

Mes lèvres embrasse cette peau douce et délicieuse... Lentement et doucement, par petits à-coups. A chaque baisé, coup de langue sur la peau, je sens un petit frisson qui la prend... Et j'ai beau m'amuser un doigt en elle, rien n'y fait... J'ignore ce qui fait le plus d'effet...

Mais je ne relâche rien... Je descend... J'atteris sur sa poitrine... Je peux alors convenablement apprécier l'excitation qui la prend... Sentir ses seins durcient par l'excitation... Et ses tétons pointés, érigés à la gloire de l'excitation qui la prennait depuis un moment... Je m'amuse à les contourner de ma langue... Passant autour... Dessus... A côté... Tout aléatoirement, sans réflexion... N'obéissant qu'à cette envie de m'amuser... A cette pulsion sexuelle... Je découvre une chose incroyable... J'adore cela. Même si je suis un prêcheur... Pour une fois, n'obéir qu'à l'instinct, l'envie, le besoin... Rien de meilleur...

Je change alors un peu... Je pose mes lèvres sur sa poitrine... Suçotant ses tétons... Puis laisse à nouveau place à ma langue... Léchant la poitrine de haut en bas, bas en haut et tournant tout autour... Quel plaisir de sentir ainsi sa poitrine se soulever et descendre dans la respiration ou même le soupir de contentement... Je quitte au bout de quelques minutes sa poitrine et descend... Je laisse ma langue se défouler... Je suis entre les deux seins... Dans ce creux tendre et doux... Je descend alors... Lentement vers le nombril...

Ma langue contourne celui-ci et mes lèvres embrasse doucement cette partie. Peu de femmes y sont sensibles... Mais cela vaut toujours le coup d'essayer... Je me rend compte que mon doigt faisant toujours les va et vient est seul... Je glisse alors un compagnon en elle... Deux doigts en elle maintenant...

:oops: ... aurais-je cité un bout du pseudo de cette demoiselle ? ... Suis-je bête...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

doux, sucré, voluptueux... cela monte crescendo, superbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi j'adore, j'espère que la suite va pas venir trop vite en fait qu'on ai le temps de savourer et d'en faire de doux rêves ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel magnifique défi que tu es entrain de bien relever. Mais en effet je vois que tu as nommé une certain Lili comme ta dominatrice. Tiens mais qui est ce donc cette Lili???? :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arf toujours pas de suite. Aimes tu donc me faire souffrir à ce point?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolé, mais la charmante demoiselle est bien trop occupée et ne me donne pas le feu vert pour déposer la suite. Je suppose qu'elle lit bien d'autres choses ;)

Et puis écrire avec une main immobilisée, pas évident.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joie ! Elle m'a répondu... Perdu dans ses affaires... Elle a prit un petit moment de répis, de plaisir (j'espère ?) pour lire ! Et enfin me donner le droit de vous postez cette suite tant attendue !

Bonne lecture... petits voyeurs...

____________________________________________________________________________________________________________________

Pas trop à l'étroit... Ni à l'aise... Juste assez pour se sentir tranquille en elle... Les allés et venues se faisant rapidement maintenant... Mais j'avoue que maintenant que ma bouche est proche de ce triangle d'amour... Une autre envie me tiens... Je sors mes doigts, dans un petit bruit d'humidité et les amène à ma bouche... Allez savoir... Je relève la tête alors que ma langue les lèche... Doucement... Lentement... Sensuellement mais avec envie...

Je lèche chaque goutte de sa plus grande intimité... Une vraie douceur... Qui démontre une bonne hygiène... J'adore... Je continue... En goutte chaque larmes qui couvrent mes doigts... Et je replonge mes doigts pleins de salive en elle...

J'ai soif maintenant... Mais pas envie d'eau ou d'alcool... Je veux son plaisir, son désir... Je veux son jus d'amour... J'ai soif d'elle...

Je n'attends plus... Ma langue descend en hâte, mes lèvres embrasse son triangle d'or, et descend encore plus vite.

La voilà au bord de la naissance de sa cicatrice divine... Elle lèche doucement les lèvres tandis que les doigts continuent leurs vas et vients... La langue, elle, commence un nouveau jeu... Taquinant le haut de cette cicatrice et cherchant l'intérieur des lèvres... Jouant à son tour avec le petit bouton d'amour... Et lèchant petit à petit le jus de son amour... Il n'y a rien à dire de plus... Je gouttais à pleine langue et bouche à sa cyprine... Et j'aimais cela...

Cueillir le fruit défendu était si délicieux... Si exquis... Si... Si... excitant !

Je retirai mes doigts... Je les remplaçais par ma langue... Buvant à la source de cette rivière.

Je n'ai jamais été doué de la langue... Plutôt maladroit et malhabile... Mais les mains dans mes cheveux et les gémissements qui s'échappe maintenant de sa gorge me montre qu'elle apprécie le traitement...

Ma langue sur sa grotte, les deux doigts qui stimulent son clitoris et ma main sur sa poitrine... Je sens et j'ai son bassin qui remue sans cesse devant moi et sous mes assauts...

Elle a toujours une main dans mes cheveux, ses gémissements augmentent et deviennent de plus en plus forts...

Sans prévenir, son bassin se soulève et un gémissement plus fort que les autres s'échappe de sa magnifique gorge... J'ignore si c'est un orgasme... Mais les quelques cheveux qu'elle m'a arraché m'ont stoppé dans mon élan. Je suis là, penaud et je la regarde. Le visage rougit, la respiration haletante et hésitante. Je l'observe, me posant des questions. Je lui laisse le temps de reprendre connaissance et respiration.

« - Et bien ? Que t'arrive-t-il

- Oh... Rien, rien.

- C'est cela oui... Mes cheveux dans tes mains me disent le contraire.

- C'est pas comme si j'avais arraché la perruque. Y a que quelques cheveux.

- Oui mais j'y tiens moi...

- Tu veux peut-être je me fasse pardonnée ?

- Oh ben... Y a une idée à creuser !

- Mais c'est déjà tout creuser ! »

Avant de comprendre quoique ce soit, me voilà sur le dos. J'ignore si c'était sa force ou la surprise... Mais elle avait (re)pris le dessus. Et bien qu'elle me chevauchait et me souriait pleinement, je ne pouvais m'empêcher de me demander ce qu'elle me réservait... Et cela m'excitait encore plus !

L'imagination très fertile, rien ne pouvait m'empêcher... Cela filait à vitesse grand V.

Elle se releva, je restai tranquille. Docilité de soumis ou simplement curiosité ? Allez savoir... Mais j'aimais cela. Que ce soit l'un ou l'autre.

Elle traversa la pièce, je restai à observer le plafond. Puis...

« - Tend les bras en arrière... »

C'est quoi ce plan... ?

Obéissant, bien trop curieux et docile, je tend mes bras en arrière. Ainsi positionner, je fais la longueur du lit entier. Mes pieds sont au bord du lit, et mes mains dépassent de peu la tête de lit. Bien qu'il était au milieu de la pièce... Rien ne pouvait permettre de voir l'entierté de celle-ci, mais on pouvait voir derrière sans se dévisser le cou... Un petit mirroir... Enfin petit... Il faisait la longueur du lit et était posé au dessus des pieds.

Merveille... On guettait tout. Et c'est ainsi que je voyais cette belle Lili me menotter. Il aurait été inutile de le voir vu qu'on le sent et l'entend... Mais voir cela en réel... Que d'excitation en supplément... J'adorais cela...

« - Je vois que tu as trouvé ce petit jouet...

- Toi tu en as trouver deux autres... Toujours rêver de menotter un homme au lit ?

- Non. Juste ma folie du jour. En plus de venir ici et de me laisser faire jouir par un inconnu.

- Oh je vois... Une vengeance alors ?

- Une vengeance ? Tu es bête exprès ou de naissance ? Non... Juste un renvoi d'ascenceur...

- Tu sais très bien qu'aucune femme n'est arrivé à me faire jouir comme çà... L'excitation est trop forte... Et j'ai du mal à me laisser aller alors...

- Oh ne t'en fais pas ! Je suis bien au courant de tout çà... Tu m'en as assez parler... »

Etait-ce cassant ? Coupant ? Ou simplement pour m'éviter une répétition... Je ne saurais. Mais je sais qu'il valait mieux arrêter çà... Ce que je fis à l'instant même. Je quittai pas le mirroir des yeux. Je la regardais me regarder. J'aurais jurer voir sa langue passer sur ses lèvres... Je sentais ses doigts dans mes cheveux, et un frisson d'extase me pris des cheveux aux pieds... Jusqu'au bout des bouts des ongles... Le genre de frisson qui vous prend même au creux des reins, qui va vous prendres les nerfs de votre sexe déjà tendu, mettant le feu à tout le système !

Mon cerveau se retourne... Fuck ! J'ai perdu la boule, la boussole... Tout. Même la raison. Tout cela ira aux ordures... Je vais prendre mon pied et basta... Rien d'autre ne comptera dans la prochaine heure... Seulement le plaisir charnel et le désir. C'est décidé... Ce soir je baise !

Ouais... Non... Je ferais l'amour. Restons humain et calme tout même...

Elle se déplace, bouge lentement. Sa main toujours sur mon corps. De mes cheveux passe à mon visage... Je l'embrasse une fois à porter de bouche... Je frissonne à chaque centimètre de peau que ces doigts touchent...

Les voilà à ma gorge... sur mon épaule... Elle descend... Encore... Mon torse... Mon ventre...Je ne peux m'empêcher de sourire et d'imaginer le plaisir qu'aurait Miss33 à voir mon nombril... Je suis pas avec le 33 mais le 23... Certes, on ne parle pas de région... Mais de pseudo... J'ignore même son nom ! Je ne peux que prononcer son pseudo... Mais il est déjà bien de savoir cela. Elle s'est pareil.

La main continue sa descente coquine... Mon pubis... Rasé de près. Pas un poil qui dépasse. Tout au carré. Je peux la voir regarder mon érection de fer avec une lueur dans le regard... Autant une femme prenant du plaisir est sublime à voir... Autant la femme envieuse de sexe, cette lueur dans les yeux, se retenant pour ne pas bondir sur le sexe dressé... Est impossible à décrire...

Les doigts frôlent ma verge... Mais continue de descendre vers mes boules... Encore une fois, c'est le seul endroit sans effets... Puis la main continue et caresse ma jambe... ma cuisse... Mon pied... Et la voilà face à moi. Trimphante. Fière... Féline et coquine...

Son regard planté droit dans le mien... Elle se penche... Grimpe à genoux sur le lit... Avance telle une lionne, un petit chatte sauvage qui veut jouer avec la queue de la souris dépassant de son trou... Elle embrasse mes jambes... Mes cuisses... Petit à petit... Remontant très lentement... Revenant vers ma verge...

Sa langue sort enfin de sa bouche... Prenant ma verge à la base et remontant... Tranquillement... Sans se presser... Très lentement... Une divine torture !

Mon bassin remue tout seul. Soubresaut, remuage... Le coup de langue le fait réagir sans que je contrôle...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adore et merci à notre inconnue d'avoir permis une suite des plus excitantes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une petite suite ? Elles sont espacées non ? Hihihi....

La langue va et vient sur mon gland qu'elle vient de décaloter. Jouant sur le frein... Elle sait y faire... J'ignore d'où cela lui vient... Mais c'est bon ! Si bon...

Ses lèvres le touche doucement... Je tréssaute à nouveau... Bonheur... Plaisir... Tant de mots, ressentis... Je déborde d'excitation... Je tente de poser une main dans ses cheveux...

« - Une chance que je t'ai menotté... »

Elle me regarde... J'avais perdu de vue son regard... Elle me regarde en même temps qu'elle me lèche et embrasse le sexe... Je n'avais jamais connu çà. Et en plus ces regards... De braises ! De vrais incendies couverts... Mon dieu...

Que faire face à ce regard les poignets entrâvés ? Je l'ignore ! Mais que c'est bon ! On m'avait raconter le plaisir de voir la femme effectuer la fellation comme çà... Mais l'éprouvé, le ressentir c'est encore mieux !

Je ne peux rien faire, à part trembler des pieds à la tête à chaque coups de langue, de lèvres... Et voilà que maintenant elle la prend en bouche... Allant et venant. Ne tentant pas une gorge profonde, mais prenant assez de chaire en bouche pour excité de la langue ou de la succion... Un sublime mélange de douceur, d'envie et de maîtrise...

Elle jouait de sa langue, ses lèvres, et bien des autres choses avec son regard... Je ne sais pas ce que je dois faire... Profiter, râler, déguster, attendre... Mon bassin saute tout seul... J'ai peur d'enfoncer mon sexe trop loin dans sa gorge et que çà soit désagréable pour elle... Mais je ne peux rien contrôler... Rien... Et elle semble aimer en jouer... Espiègle jusqu'au bout... J'adore !

Chaque coup de langue... De lèvres... Mon sexe durci encore de plus en plus... Je pourrais briser un parpaing (bon... je me vente un peu) tellement mon sexe est dur... Mais là... Je commence à avoir mal... Je dois lui dire... Ou lui faire comprendre... Mais comment faire pour ne pas froisser une telle envie ? Alors qu'elle le fait de si bon cœur... Je ne peux pas... Mordons sur notre chique encore quelques instants...

Le temps passe... J'ai de plus en plus mal. Je ne peux pas... Plus attendre... Il faut je trouve un moyen...

« - Dis... Ce n'est pas que çà m'ennuie... Mais... Pourquoi je suis le seul à pouvoir en profiter ?

-Et bien... J'en ai profiter avant... Et là, c'est ton tour...

-Je ne savais pas qu'on jouait à tour de rôle... Ce genre de choses se font à deux et profitent à tout deux non ?

-Pas faux... Tu proposes quoi ?

-Et bien... Libère-moi... Tu le sauras...

-Tu diras pas çà pour que j'arrête ? Tu voudrais pas me faire stopper ?

-Euh... Pas faux. Mais je suis sincère au même titre que ce que je t'ai dis.

-Je sais... Je sais... Mais tu mériterais une punition pour avoir menti comme çà...

-Une... Une punition ? »

Elle ne dit rien. Retourna vers la petite table... Je l'entend fouillé, déplacé des objets sur la table... Que cherche-t-elle ? Bien sûr cela ne prend pas beaucoup de temps, mais attaché, sans possibilité de bouger... On pourrait penser que des dizaines de minutes s'écoulent... Perdu dans mes pensées, je n'entend pas qu'elle se rapproche à nouveau. Qu'elle se glisse à côté du lit.

Je ne la remarque que peu de temps après... Mais que fait-elle ?

Assise sur le bord du lit, jambes ouvertes... Elle se caresse... Fera-t-elle encore durer le plaisir et la torture si longtemps ? On ne se rend jamais compte combien une femme à des charmes et sait en jouer... Et il paraît qu'elles non plus et ne le découvrent que tard dans la vie... Enfin... Tard... Plutôt quand elles sont détendues et savent qu'elles peuvent se laisser aller... Serait-ce le cas là ? Est-elle vraiment à l'aise avec moi ? Je l'ignore... mais le spectacle vaut le coup d'oeil... Et très largement...

Ses mains caresses chaque parcelles de sa peau... Cou... Poitrine... Descendent à son ventre... Caresse le pubis... Et commence à jouer de la harpe sur les cordes de son intimité... Et ce ne sont pas les seules cordes qui vibrent...

Commencent à sortir de sa gorge de grandes respirations... Mais par instant sa voix transperce la respiration... De petits moment aiguës... Qui me font frissonner...

Mais ai-je dit ses mains ? En fait une seule... La seconda, elle, cache quelque chose... Je tente bien sûr de bouger le corps et la tête pour apercevoir ce que c'est, mais attaché c'est pas évident ! Je voudrais bien que ces fiches menottes puissent s'ouvrirent ! D'habitude il y a de petits crochets sur le côté pour ouvrir en douce... Mais là non ! Ce sont des menottes de flic ou quoi ?!

Concentré sur les menottes, je ne remarque pas dans un premier temps que la main refermée s'était détendu et affichait un petit jouet... En vrai, c'est un « BRRRRR » méchanique qui m'a sorti de ma concentration... Voilà que l'on passe de la harpe aux doigts au violon avec archet... L'archet représenté par un petit vibromasseur... Qu'elle frotte en premier lieu sur sa cicatrice divine... Tout le long... Faisant vibrer les cordes de l'envie et du désire... De long et en large...

La musique de sa voix change aussi... Plus rythmé, rapide... Plus aiguë encore qu'avant... Elle avance encore et encore... Je peux voir sa respiration haletante aller et venir encore et encore...

Elle rentre son archet en elle à présent... Un nouveau fantasme se déroule devant moi... Que lui arrive-til à cette merveilleuse Lili ? Malgré mes 23 ans, je ne peux qu'être subjuger par ces beautés se déroulant face à moi... Elle m'avait promis une nuit de surprises... Mais à ce point là...

Voilà qu'une femme en face de moi se masturbe avec l'aide d'un petit jouet... Et je suis là, le sexe dressé au ciel, et je suis retenu par une fichue paire de menottes ! Je veux être libéré !!

Je remue fortement, mes yeux rivés sur elle. Y a pas à dire... Je la désire, je la veux ! Elle me rend dingue. Son regard sur moi, l'étincelle dans ses yeux, elle veut me tuer d'envies !!

Libère-moi par les dieux !

«- Les dieux ? Tu es polythésite ? »

Merde... J'ai pensé à voix haute ?

« - Non non... Pas du tout.

-Alors... Tu veux... Je te libère... ? Sans... Que tu profites... Du spectacle ?

-J'ai assez profiter... Je veux devenir acteur ! Par pitié... libère moi enfin ! »

Me voilà réduis à mendier ! Je dois vraiment défaillir ! En plus... Elle me parle lors qu'elle est occupée avec son jouet en elle ! Mais je m'en fiche ! Je veux remplacer son jouet !

Je ne suis plus qu'une bête... Un animal en rute... Je découvre pour la première fois cette instinct animal qui me tenaille. J'ignorais que cela puisse exister... Une telle envie en moi... Un tel besoin...

Je me dégoûte autant que je suis excité...

Elle continue devant moi... Je n'en peux plus. Je la désire... Elle est là devant moi... Dans la lumière diffuse de la pièce... Je n'en puis plus... C'est un spectacle trop fort pour moi... Je ne jouirai pas à cette vue, mais mon érection se fait de plus en plus intense, si tant est que c'est possible... Mais il est temps ! Il faut qu'elle me libère !

Elle s'arrête. Elle est rouge... De honte ou d'excitation ? Je ne saurai pas... Mais en regardant son entrejambe... Je peux apercevoir son liquide faire briller cet endroit de convoitises... Elle laisse retomber son jouet. Je n'ai même pas voir de quel type, couleur, et longueur il était... Elle se glisse sur moi... Embrasse mon corps de tout le long... Glisse... Glisse... Glisse encore.. embrasse mon sexe tendu au ciel, le glisse entre ses seins... Ecarte, volontairement ou non ses jambes... Glissant son sexe trempé le long de ma jambe jusqu'à le collé à mon sexe... Sa bouche arrie à mon cou... L'embrasse, le lèche et le mordille aléatoirement. Voilà qu'elle remue le bassin contre mon sexe... Puis ses lèvres en même temps que son bassin bouge, remonte sur ma gorge et approche de mes lèvres... Elle m'embrasse longuement... Je n'aurais jamais cru cela possible... Mais je l'embrasse aussi... Elle qui est en couple... Je me prépare à lui faire l'amour et je l'embrasse... Mais aux diables ! Je savais dans quoi je me lançais au moment où j'ai décider de passer les portes...

Ses mains glissent sur mon corps... Remontent à mes bras... Et libère enfin mes mains qui sans attendre vont, l'une dans son dos... L'autre sur une de ses hanches la plaquant contre moi dans une étreinte sensuelle et chaude....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cher toutes et tous... Vous l'attendiez un peu... Voir beaucoup ? (On peut rêver xD) Mais voici la fin ^^.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

D'un coup, un seul, voilà qu'elle me tire les cheveux. Doucement certes, mais assez pour me montrer qu'elle est ferme et ne cèdera pas plus longtemps... Je souris, je n'ai pas dis mon dernier mot... Je lui souris, dans les yeux, et lui fais signe que j'ai compris. Je me lève, et vais prêt de la table... Quelques petits bruits me font savoir qu'elle garde le terrain propice pour une bonne pénétration et les gémissements qui vont grandissant prouve qu'elle est aussi impatiente que moi.

 

Je trouve enfin ce que je veux sur cette maudite table. Je m'en saisi et retourne au lit... Je la regarde... Elle s'arrête et me dit :

 

  • Tu vas rester à me regarder ? Ou tu vas te décider enfin ? Ou alors... Tu vas fuir la queue entre les jambes et fuir en manquant à ta parole ?

  • C'est mal me connaître... Mais tends les mains vers l'arrière s'il te plait...

  • Quoi ? Tu vas m'attacher ? Tu veux rire là ? Tu vas me copier ? Tu me déçois...

  • Laisse-moi donc faire à mon idée... Je pourrai peut-être te surprendre...

 

Il fit la moue... La main toujours agitant son intimité, elle s'arrête, sourie et tend les mains derrière sa tête.. Je m'en saisi sans attendre. Je les passe et parviens à les attacher avec la paire de menotte qui me tenait prisonnier il y a quelques instants... Mais maintenant, c'est elle... Et je m'amuse !

Passant ma verge le long de ses doigts... Doucement et tendrement... Je lui fait toucher chaque doigt petit à petit... et la pose dans le creu de sa main. Mais avant qu'elle puisse la refermer, s'emparer de ma verge, je me retire... Et me plante face à elle.

 

  • C'est tout ? Ce fut court et pas très suprenant... A peine un peu taquin...

  • Tu crois vraiment que c'est fini ? Je commence à peine...

 

Tout en souriant, en lui répondant, je me baissai et ramassai ce petit jouet qui était entré et sorti en elle. Alors qu'elle pensait que j'allais m'amuser avec çà et elle... Et bien non... Même si je suis remonté le long de sa cuisse, passé le vibro sur ses belles lèvres... et bien je remontai encore...

Repassant à nouveau sur le Mont divin, puis sur son ventre et le tour de son nombril... J'arrive enfin à sa poitrine. Je place alors le vibro entre ses deux seins... Et me penche pour attacher le tout avec une corde que j'avais dissimulée... Je fit un ou deux tour et, doucement, je serrai. Quand ce fut assez serrer, je remis le vibro en route...

 

  • Alors ? Ca t'étonne un peu ?

  • O... Ou... Oui ! Mais çà te viens d'où ?

  • Je sais pas... Une lubricité... Un truc un peu pervers... Tu l'as dis non ? Faut je me lâche ?

  • Mais... A ce point ? Comment ?

 

Tout en discutant, je refis le tour. Lui écartai les jambes... Et me plaçait entre. Je pris ma verge en main... Je voyais son regard qui me disait « Enfin ! Pas trop tôt ! ». Mais non... je ne faisais pas çà pour entrer en elle. Je me collais à elle... Ma verge bien dans la main. Je décalotais un peu... Et m'approchai de son trou... Recueilli quelques gouttes de son nectar sur le gland rougeâtre...

Je le remontais et me plaquait contre son clitoris... Et commençais à me masturber... Ce faisant, je parvenais à faire glisser, de façon aléatoire sur son clitoris, les doigts, le plat de ma main, ou aussi mon gland. Même si par moment je faisais glisser volontairement le gland contre puis tout autour de ce bouton dur... Je m'amusais... Elle aussi mais c'était sans compter aussi pour les sursauts-volontaire ou non-de son bassin, qui ont bien failli me faire entrer en elle... Mais elle ne gagnerait pas. Je ne rentrerais pas encore en elle. Je veux la voir bouillir d'envie et d'excitation.

 

  • C'est quoi... Cette idée là ?

  • Ben... Je m'amuse... Je t'étonne et je pratique des envies... Je me lâche !

  • Tu crois je vais tenir longtemps comme çà ? Viens en moi enfin ! Fini les préliminaires. Je veux de l'action !

  • Tu es bien exigeante... (dans un sourire)

  • Et toi tu parles trop !

 

Je n'en croyais pas mes yeux et mes oreilles... Elle m'excitait tellement et cela tout en étant si autoritaire et si exigeante... J'adorais être le dominé, même si parfois je changeait de rôle... Et là clairement il fallait que je sois le dominé et devais donné ce qu'elle demandait.

Je m'allongeais... Le sexe planté contre son petit trou humide et en voulant la détaché de ses menottes je la pénétrais. Elle émit un « Ahan » dont je ne saurais dire la teneur... Envie, soulagement, ou bien d'autres ? Je n'en ai pas la moindre idée... Mais il eu son effet...

Après avoir retiré ses menottes, je saisi ses reins et je la pillonais, littéralement. A chaque aller et retour, mes boules cognaient contre ses jolies fesses dans un claquement aussi sec qu'excitant. Je ne me contrôlais plus... C'était un missionaire des plus classique, la position à la con, bon pour les puceaux ou les débutants... J'en était un de débutant, mais j'étais hors de contrôle. Elle aussi d'ailleurs...

Je sentais ses ongles dans mon dos, par moment ses caresses sur mes flancs étaient aussi griffants que doux... J'en ressortirai avec plus d'un souvenir... J'adorais l'idée.

 

Je me dégageais soudain... Je lui fis prendre une autre position. Une jambe entre les miennes, elle sur son côté, une jambe repliée sur le côté, je revins en elle. Cette position avait deux avantages... Elle pouvait, selon qu'elle écarte ou ressere les cuisses, serrer ou desserer l'emprise sur mon sexe. Rendre si étroit ou si large... Elle comprit ce jeu... Et en profita. Apparement elle voulait garder la main sur le jeu. Et je laissai faire avec délice... Et envie. Et allez savoir pourquoi... Ma main mit une fessée sur cette fesse qui se tendait à moi... Dans un réflexe conduit uniquement par l'envie et l'impulsivité, la main fit un aller-retour sur cette fesse. Elle sursauta, failli me faire ressotir, mais je ne fis qu'être au bord, et quand elle retomba sur le matelas, je fu de nouveau en elle. Plus vite et plus fort. Nous émîmes un gémissement en simultanée... C'était tellement bon...

Il n'y avait plus dans la pièce, que le concert de nos respirations, des gémissements et des « oh oui », « c'est bon », « continue, plus vite, plus fort »... D'habitude je suis assez locace, mais là je manquais de mots et de patience pour parler.

 

Je n'avais toujours pas libéré sa poitrine. Mais je la gardais à l'oeil. Visiblement le vibro attaché glissait et menaçait par moment de se libéré... Mais il finissait toujours par replonger. On aurait dit une souris qui pointait son museau hors de son trou et replongeait quand elle sentait qu'on l'observait. Cette vision de la chose me faisait sourire. Arrivé à penser à ces choses pendant ce plaisir charnel, quasi bestial un peu... C'était cocasse. Mais cela ne changeait rien. J'étais toujours à fond sur le moment. Et j'en voulais encore et encore...

 

La situation changea encore. Je fus rejeter, elle se dégageait. Avant que j'ai pu dire ouf, elle me mit sur le dos et grimpa sur moi. A cheval encore une fois. Avant que je pus dire ou faire quelque chose, elle me tourna le dos, et s'empala sur ma verge dressée. Ses fesses montaient et descendaient. Elle jouait... Je vis qu'elle retira le lien qui enserrait sa poitrine... Puis d'un coup, je senti quelque chose vibrer... J'étais en elle et elle posait le vibro en extérieur. Et malgré çà je sentais que çà vibrait. Et j'aimais çà... Et elle aussi visiblement. Elle s'excitait à la fois par l'intérieur et l'extérieur.

Rejetant la tête en arrière, elle se mordait la lèvre inférieur. Puis d'un coup, elle ouvrit la bouche, laissant échapper un bruit léger cri... Avait-elle joui ? Ou pris son pied vraiment ? Elle retomba, en avant. Se pliant presque en deux... C'était à nouveau à moi de prendre le dessus. Saisissant ses fesses je commençais à monter et descendre mon bassin. Chaque coup en elle lui arrachait une respiration forte... J'aurais pu dire des gémissements... Mais ce n'en était pas... Ils étaient bien différents de ce genre de choses. Je pouvais le sentir.

 

Elle se laissait faire. Les genoux mous, mais elle encaissait, se laissait faire... De dominante, elle était devenue un petit chaton qui demandait son lait... Et il montait... Je sentais que cela me montait dans le creux des reins...

 

  • Je... je vais venir...

  • Oh non ! Pas maintenant !

 

Elle se dégagea... Rapidement. Peut-être trop. Elle ne parvint à se rattraper que de justesse sur le matelas. Elle se retourna. Me faisait face. J'étais toujours sous elle, mais elle me redominait. Une lueur de feu brillait dans son regard. Elle voulait voir mon visage... Me voir prendre mon pied en même temps qu'elle me sentirai... Je n'en croyais pas mes yeux. Elle était aussi perverse que moi... Cela suffisait.

Je voulais reprendre mon va et vient... Mais je ne put. Elle le fit pour moi.

Ses mains allant sur son ventre et ses seins... Elle montait lentement... Centimètre par centimètre, remontant sur ma verge... Et une fois au bord du sortir, elle descendait d'un coup sec et fort... Elle le fit un temps qui parut long sur les remontés... Et court sur les descentes... Je ne put compter... Y en a-t-il eu 10 ? 20 ? ou 100 aller retour ? Je ne sais pas ! Mais je sais qu'au moment de jouir, je la plaquais, les deux mains sur ses hanches, je l'attirai, en même temps que je donnai un gros coup de rein en avant. Alors que je fus ancré en elle, que je fus profondément en elle, ma sève monta. Resta quelques instant en moi, avant de jaillir, m'arrachant un « mmmmmmmh oui ! » de bonheur et de contentement.

 

J'avais les yeux fermés. Mais les oreilles ouvertes, et elle aussi prenait son pied... Elle refit une respiration prodonde et longue, mêlée à sa voix, à un gémissement étoufé... Et elle s'écroula sur moi. A nouveau, nous nous embrassions. Un baisé volé. Entre deux. Car fatigué de l'effort et du plaisir qu'on avait à la fois offert et épprouvé l'un à l'autre et l'un de l'autre...

Elle resta sur moi. Un long moment. L'odeur de sa peau venait à mes narines. Mélange de sueur et de ce parfum qu'une femme ayant eu le plaisir de la chaire se dégageait d'elle. J'aimais cette odeur. Et la sienne était douce...

 

Elle se retira de moi, se coucha à côté. Par réflexe ? Par envie ? Par instinct ? Elle se blotti contre moi. Un bras sous ta tête, l'autre autour de son ventre. Sur nos flancs, l'un contre l'autre. Mon sexe, mi-mou, au creux de ses fesses, qu'elle cambrait pour me sentir encore contre elle.

 

Je ne saurai dire combien de temps nous restâmes comme çà... Mais c'était un moment lointain. Où nous étions éloignés de tout. De ces « nous » que nous avions laissés dans les vestiaires... J'adorais.

 

  • Merci... Fit-je.

  • Abruti... Dis pas çà dans un moment pareil... On dirait tu remercie une femme que tu viens de payer...

  • Euh... Que dois-je dire alors ?

  • Ne dis rien... Apprends à te taire et ne pas compliqué les bons moments...

  • D'accord...

 

Je me sentais bête... Honteux... Mais je savais que j'avais grandis par cette expérience... Merci Lili...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.