Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Canaillouxx

RER

Recommended Posts

Milieu d’après midi.

Soleil encore frais de ce début de printemps.

De temps à autre, au hasard du parcours sinueux de la ligne de RER, une flaque de lumière vient se poser sur elle.

Assise sur un strapontin, jupe courte, jambes croisées, un long manteau de fausse fourrure aux poils longs et doux qui glisse par instants sur ses cuisses laissant apercevoir la dentelle du haut de ses bas. Elle remonte alors prestement le pan du manteau pour couvrir ses jambes, c’est vrai qu’il fait encore frais pour être aussi court vêtu.

Je suis du regard cette main qui vient de rajuster le vêtement. Elle glisse le pouce sous la bretelle de son sac à main qu’elle porte à l’épaule. Le col généreux s’ouvre sur sa gorge claire et délicate. Un pull en V presque sage.

Elle semble absorbée par la lecture de son livre qu’elle tient d’une main. Sur la couverture aux couleurs feu et rouge, on aperçoit les visages d’un couple sur le point de s’embrasser.

Lit-elle vraiment ? Depuis que je l’observe par œillades intermittentes, elle n’a pas une seule fois tourné une page. Mon regard n’a pas croisé le sien. Je ne sais pas si je souhaite qu’elle voit que je l’observe. Mais en fait elle doit se sentir épiée et cela doit la mettre très mal à l’aise.

J’hésite. A me détourner. En homme galant... Lui tourner le dos. Mais j'oublie avec délice mon éducation.

Nous sommes seuls sur cette plateforme du train. Les autres voyageurs sont un peu plus éloignés, assis sur les banquettes. Indifférents au monde qui des entoure.

Elle doit se demander pourquoi je suis là, debout, appuyé près de la porte au lieu d’être assis parmi les autres.

J’hésite, mais mon regard croise alors le sien. Un début de sourire. Réciproque.

Face à face silencieux. Complicité furtive et inexplicable.

Deux stations encore... et puis elle s'évanouira dans la brume des souvenirs. Comment éviter cela ?

Si elle descend à la prochaine c'est fichu... je ne la reverrai plus.

Si c'est à la suivante, je descends aussi, alors tout est possible. A moi de jouer.

Le RER entre en gare... pourvu qu'elle ne descende pas là.

(Une suite ?...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Fan number one is here

j'attends j'attends la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une suite, oui...oui...oui!

Sans point d'interrogation! :)

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trtès très joli, une suite, stp!:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquin9362

J'adoreeeee mais je ne crois pas qu'on prenne le meme RER

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, très bien !... une certaine sensualité se dégage déjà dès ce début... J'attends la suite moi aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

Une suite ? non mais ça va pas non ...........

Plusieurs !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rame ralentie.

Elle ne bronche pas, à nouveau les yeux posés sur son livre. Elle tourne même une page.

Aïe ! Elle revient en arrière. Regarde le numéro de la page. Ferme le livre. Il disparait dans son sac au milieu du bric à brac habituel.

Elle va descendre, c’est sur.

Les freins crissent. Un autre voyageur s’approche pour descendre. La porte s’ouvre, inondant la plate forme d’un flot de soleil. Le voyageur saute sur le quai. Elle n’a pas bougé. Assise sur son strapontin elle regarde le soleil qui vient jusqu’à ses pieds. Dans la lumière dansent des grains de poussière éparses. Sur le quai des voyageurs parlent forts. Accents de banlieue. Casquettes à l’envers.

Mais à cette heure creuse, pas grand monde. Personne ne monte.

Le « tuuuuuuuut » retenti. La porte va se fermer. Elle est toujours là.

Les portes se ferment, le train repart. Nouveau face à face. Cette fois je souris ostensiblement. Engager la conversation.

Mais soudain elle plonge la main et fouille dans son sac à main. Elle tourne et retourne tout et… sort son téléphone. Il doit vibrer. Après un rapide coup d’œil à l’écran pour lire le numéro qui s’affiche, elle appuie sur un bouton et le porte à son oreille.

« Allo ! »
Elle porte sa main à son autre oreille pour étouffer les bruits du train et mieux entendre son interlocuteur.

« Dans le RER »

Elle se tourne vers moi, mais son regard est absent.

« Mais ça ne te regarde pas »

Son visage s’anime. Soupire. Agacement.

Et puis :

« Je t’ai dit non. N’insiste pas, je ne veux pas. Fiche moi la paix »

Et encore :

« Non n’insiste pas. Et ne m’appelle plus et arrête tes textos »

Elle ne parle pas fort voulant être discrète mais elle a élevé le ton et le bruit l’oblige malgré tout à se faire entendre. A l’autre bout du téléphone il s’énerve. Je ne comprends pas ce qu’il dit, mais la voix se fait plus forte.

Elle écarte le téléphone de son oreille et d’un geste vif appuie rageusement du pouce sur une touche et raccroche.

Puis me regardant : « Il est lourd ! »

Conversation engagée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette suite, et hate de connaitre la suite!:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Hé hé comment mettre en haleine ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien écrit... léger... La tension, l'apréhension... Tout... Tout est présent pour nous apporter une belle histoire. Merci à toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui...Merci pour cette suite.

Pffff...Il va falloir patienter. :wacko:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquin9362

pourvu qu'il n'y ait pas de greve!!! je déconneeeeeeee , moi je veux savoir quel RER :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, oui, la suite du feuilleton STP... La conversation s'engage et alors... j'imagine une suite... Nous verrons bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ouiiiiiiiiiiiiiii j'adore

merci je veux bien aussi une suite et comme jeanmimel plusieurs suites.....

Je suis fan aussi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

t'as raison, lourd de nous laisser là !!!!

vvvviiiiiiiiiittttttttteeeeeee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puis me regardant : « Il est lourd ! »

Je balbutie : "Pas toujours facile".

"J'espère qu'il aura compris cette fois" ajoute-telle d'un ton sec.

Et elle se lance dans des justifications absurdes et qui ne me concernent pas :

" A peine deux semaines que j'ai rencontré ce type et il veut déjà savoir ce que je fais à tout moment de la journée.

Je ne suis pas une gamine ! Je ne suis pas encore sa chose non mais ho !"

Elle me regarde et m’observe assez attentivement pour la première fois je crois.

Blouson marron, jean assorti, chemise rose... mes converses...

Je me sens scruté de la tête au pied avec une espèce d'insistance provocatrice. Bien loin de mes œillades discrètes d'il y a quelques minutes.

Qu'est ce qui l'intrigue donc pour qu'elle me dévisage ainsi ?

Mon mètre quatre vingt dix l'impressionne peut être.

"Ce n'est qu'un preuve d'attachement" lui dis je.

"D'attachement ? d'attachement à quoi ? ... n'importe quoi !"

Elle se renfrogne, et semble vraiment exaspérée.

Je sens qu'il faut que je cesse de faire preuve de solidarité masculine vis à vis de ce type si je veux garder la moindre chance vis à vis d'elle.

J'ajoute : "Un hyper possessif... pas de chance !" et encore "Allez, souriez, c'est le printemps !".

D'un coup ses épaules semble se décontracté et sa crispation née de cet appel téléphonique parait s'envoler.

Elle croit bon de maugréer "Pas trop tôt" comme si elle ne voulait pas laisser retomber sa colère.

Puis me regardant de nouveau dans les yeux elle m'adresse avec une voix redevenue apaisée :

"Et il y a quoi dans votre carton à dessin ?"

post-64778-0-75715500-1364671082_thumb.j

Blouson marron, jean assorti, chemise rose... mes converses...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui d'abord qui a t'il dans votre carton à dessin ???

Merci

De plus en plus fan.....j'attends la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi aussi, j'aimerais bien savoir ce qu'il y a dans ce carton à dessins !!! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

quel carton cette histoire !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puis me regardant de nouveau dans les yeux elle m'adresse avec une voix redevenue apaisée :

"Et il y a quoi dans votre carton à dessin ?"

...

Je réalisai alors que c'était sans doute cela qui l'intriguait.

Je sortais de chez une amie. La maman de la petite Sylvaine. Je l'avais rencontrée dans le cadre de mon travail. Elle faisait du conseil en management pour un cabinet de consultants. Nous recherchions alors quelqu'un pour intervenir auprès de nos équipes commerciales. Chaque membre du staff avait testé un des consultants en participant à une de leur prestation. J'avais été désigné pour son cabinet.

Dans ce cadre, à un moment il nous était demandé d'évoquer nos passes temps, nos hobbys... Entre mon gout des mots, celui du dessin, mes jeux sur le net (moins avouables en ces circonstances...)., j'avais finalement opté pour parler du dessin.

A la pause de la petite équipe du stage elle m'avait abordé pour en savoir plus. Alors j'avais montré sur mon téléphone portable quelques photos des portraits que je réalise... et même quelques uns des nus que j'avais récemment dessinés.

"J'aimerais bien avoir un portrait de ma fille" m'avait elle dit.

"Faites moi passer une photo"

"Oh vous pouvez faire ça d'après photo ?"

"Oui bien sur. Plusieurs c'est mieux. Et si je connais et j'ai vu la personne c'est encore mieux"

"Je vous ferai passer une ou deux photos alors".

A la fin de la journée, nous avions tous échangé nos adresses mail et coordonnées. Elle m'avait dit "Alors c'est Ok pour le portrait de ma fille ? Je vous envoie des photos".

Trois semaines plus tard je n'avais aucune nouvelle. Il faut dire que nous n'avions pas retenu ses services, choisissant l'offre d'un cabinet concurrent. M'en voulait elle ? Mais elle m'avait plu. Sa personnalité n'était pas en cause. Nous recherchions une animation plus axée sur des aspects opérationnels que sur le comportement managérial, et son intervention ne correspondait pas exactement à notre besoin.

Au moment de classer définitivement son dossier et d'y agrafer sa carte de visite, j'ai pris le temps d'enregistrer ses coordonnées dans mon téléphone.

Le soir j'ai pris l'initiative.

Je lui avais envoyé un message depuis mon adresse de messagerie professionnelle :

"Bonjour,

Vous le savez, nous n'avons pas retenu le Cabinet "XXX Consult management" pour notre projet.

Mais cela ne retire rien à ma proposition de faire le portrait de votre fille.

Il ne tient qu'à vous de m'adresser une ou plusieurs photos et je ferai cela avec plaisir.

Le résultat n'est jamais garanti. Parfois, j'accroche bien avec le modèle, et parfois c'est plus difficile.

Je vous donne mon adresse de messagerie plus personnelle, mieux appropriée en cette circonstance.

Bien cordialement.

F."

Une demi heure plus tard je recevais un message sur ma messagerie personnelle.

"Bonsoir,

Merci beaucoup de votre proposition.

C'est vrai que j'aimerai avoir un portrait de Sylvaine. Vous semblez si doué.

Mais j'aurais aimé voir quelques uns de vos dessins "en vrai". Peut être un de ces jours où j'aurais à intervenir chez un client dans votre quartier, nous pourrions déjeuner rapidement ensemble ? Je viens souvent du côté de l'Opéra.

Je regarde mon planning plus en détail demain et vous propose une date.

Nathalie."

Emmener mes dessins au travail ne me paraissait pas nécessairement un très bonne idée, et surtout ne me semblait pas pratique. Pourtant je choisis de ne pas répondre et de laisser voir venir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.