Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Les Pâtes au poulet et crevettes (la remise 4)

Recommended Posts

Dans la cuisine, Chris et Olivia dévoraient les pâtes au poulet et crevettes de Vincent, elles étaient radieuse. Pierre semblait s’être remis après son "petit somm" et le doux réveil des deux amantes.

Rires, plaisanteries, autour de la table, le champagne faisait son effet, Chris était emparée d’un concombre alors qu’Olivia avait pris une courgette, les deux coquines, comparaient les objets et imaginaient ce qu’elles pouvaient en faire.

Elles ne tardèrent pas à s’amuser avec, s’introduisant mutuellement les érotiques légumes en leur intimité.

Pierre ne cessait de regarder Chris, il avait partagé une fois avec Olivia et Chris des jeux libertins, mais pas de cette intensité.

« Vincent vous avez de la chance avec Chris »

« Olivia est pas mal non plus Pierre »

Vincent sentait que Pierre voulait jouer avec Chris, il glissa à l’oreille de Chris, qui en l’embrassant avec fougue , se leva prit la main de Pierre, le conduisit dans le salon et le poussa dans un fauteuil.

Elle s’empara de sa bouche de la verge de Pierre qui était aux anges gémissant sous les assauts linguales de la maitresse de Vincent .

Lui-même invita Olivia sur le canapé. Les deux femmes suçaient maintenant les deux hommes. Puis les deux couples de circonstances s’allongèrent sur le sol et côte à côte firent l’amour.

Chris chevauchait Pierre avec fougue, il semblait tétanisé par le plaisir. Chris regardait son amant « légitime » pénétrer avec fougue Olivia qui hurlait maintenant sous ses coups de boutoir.

Il avait soulevait les jambes d’Olivia qui prenait appui sur ses épaules et il la labourait avec puissance.

Vincent et Chris se regardaient ils se faisaient l’amour par partenaire interposés.

Chris ne peut atteindre l’orgasme, elle sentait Pierre se ramolir, elle changea de position et essaya de réanimer sa flamme avec sa bouche. Mais rien y faisait, Pierre vexé s'éclipsa prétextant une envie pressante.

Vincent avait fait changer de position Olivia et redoublait de fougue en une levrette sauvage.

Chris se positionna contre Olivia et les deux femmes rires.

« Vas y Vincent, baise nous bourre nous »

Vincent alterna donc allant et venant en ces deux femmes totalement libérées.

Pour Chris la sensation était nouvelle ou du moins ancienne, car depuis longtemps avec son amant ils n’utilisaient plus le préservatif.

Alors qu’il allait et venait en elles, elles s’embrassaient à pleine bouche.

Ce fut un ballet sensuel, Chris et Olivia maintenant alternaient sur la verge de Vincent, le réanimant de leurs bouches dès les premiers signes de défaillance.

Mais l’excitation était grande et il déchargea rapidement, laissant en plan pour le moment les deux amantes. Mais elles avaient trouvé moyens de s’occuper. Chris s’était équipé du gode ceinture d’Olivia et s’activait comme un homme sur sa collègue. Elles étaient déchainées, sauvages, érotiques et sensuelles.

Vincent sirotant un gin ne perdaient aucune bribes de leurs ébats.

Au bout d’une heure, réalisant que Pierre n’était pas redescendu, tous trois montèrent pour découvrir Pierre dans le lit conjugal dormant comme un bébé.

Olivia était outrée:

"et je vais faire quoi moi maintenant".

Chris dit :

"Si nous allions danser".

Ils se rhabillèrent et se dirigèrent sur Caen laissant exsangue Pierre. Chris et Olivia montèrent à l’arrière de la 407 de Vincent . Dans le rétroviseur il devinait qu’elles ne parlaient pas couture, vu les soupirs et les gémissements qu’il entendait.

Ils s’éclatèrent une petite heure, en dansant, les clients semblaient outrés de voir cet homme et ces deux femmes dansant s’embrassant, se caressant.

Mais l’envie de plaisir les reprit, il était déjà tard dans la nuit. Olivia devait rentrer son mari devant rentrer dans la matinée.

Il était trois au quatre heures du matin, quand ils arrivèrent chez Olivia, un dernier verre, une dernière étreinte triangulaire , encore des jeux, encore des jouets. Vincent avait rendu les armes et il caressait les deux femmes dans un dernier 69 lesbien, il était déjà 6 heures.

Chris devait rentrer son mari aussi devait rentrer dans la journée. Ses enfants étaient en vacances.

Après un dernier baiser passionné, Vincent et Chris se séparèrent, ils étaient tristes car il devait repartir vers chez lui.

neuf heures ce samedi, Vincent n’a pas pu dormir, il envoie un sms à Chris :

« Es tu libre pour que je t’appelle ? »

« Oui mon cœur, j’ai des choses à te dire » répondit elle

« J’ai décidé de retarder mon départ, je ne partirai que Dimanche, j’aimerai t’embrasser une dernière fois »

« Je suis heureuse, mon mari ne rentre que dimanche après midi , je suis à toi pour la journée et la nuit »

« Rejoins moi au gîte, j’ai pris une chambre près du phare de Ouistréham que tu aimes tant, je t’attends mon amour »

( à suivre)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

Petit bonjour à là famille de Bernieres....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.