Aller au contenu
tendreettimide

Elle est venue cette nuit !

Messages recommandés

Elle est venue cette nuit. C’était si réel, si étonnamment palpable que je croyais ne plus être moi. Comme sorti d’un cauchemar qui aurait duré toute ma vie d’adulte.

Tous mes sens étaient en éveil et pourtant je me voyais dormir. Là. Allongé sur mon lit. Une main posée sereinement sur mon sexe, comme l’enveloppant d’une douce et bienveillante caresse. Seul mon gland, curieux qu’il est, se frayait un passage entre mon pouce et mon index pour admirer ce que j’avais du mal à croire.

Elle était là, dans ma chambre, se dirigeant à pas feutrés vers moi. Son visage était tellement beau, tellement doux, que j’en étais pétrifié. Je me croyais mort ! J’en oubliais que j’étais là, en suspension à prés d’un mètre du sol, observateur de cet ange qui venait me rejoindre. Là dans mon lit !!

Plus elle se rapprochait de moi, plus elle devenait réelle et plus je sentais mon cœur battre à tout rompre et monter en moi l’envie irrésistible de me crier « HERVÉ !!! RÉVEILLES TOI ! ». Mais rien ne pouvait sortir de ma gorge tant j’étais terrifié par ce qu’il m’arrivait ! Moi qui suis scientifique, je ne comprenais plus rien ! Toutes rationalités avaient disparues ! J’étais à la fois sur mon lit en train de dormir et dans les airs en train de flotter le plus naturellement du monde. Bien réveillé. En train de contempler l’improbable venue de cette femme, cet ange, pour qui le mot AMOUR a été inventé !

J’ouvrais la bouche, mais RIEN ! Pas un son. Je me disais de me calmer, de respirer. Oui c’est ça respire ! Profondément. Doucement. J’étais tellement absorbé par la révision de mes cours de sophrologie que je ne vis pas que CELLE qui était venue cette nuit, CELLE qui était là, …en bas, …. avait profité de mon désarroi pour me rejoindre, là, … en haut et m’offrir un long, merveilleux et interminable baiser langoureux !! Lorsqu’elle se détacha de moi, je n’étais plus qu’une émotion, une vibration, une émanation de la VIE. Elle me lança un dernier regard plein de bonté et retourna prés de moi, là … en bas !

Je ne ressentais plus aucune peur, plus aucun sentiment d’incompréhension. J’étais en face d’un ange qui ne souffre d’aucune justification, d’aucune explication ! Elle était là. C’est tout !

De ma position, je pouvais la voir se rapprocher de moi, jusqu’à s’asseoir prés de moi sur mon lit. Découvrant ses formes de Déesse au travers de ce simple voile qui la recouvrait d’une fraicheur vive que seule une cascade tropicale pourrait défier.

Après avoir lentement parcouru tout mon corps du revers de sa main, faisant ériger à son passage chaque pore de ma peau frissonnante, elle se pencha vers mon visage pour y déposer un doux baiser.

- « Je t’attendais », lui dis-je dans un souffle

- « Chuuutttt …. ! je sais »

Je la vis se déposer comme un pétale sur mon torse. Redonnant vie à la vie.

Pris d’une vive émotion, je lâchais mon sexe pour l’enlacer et l’accueillir dans mon lit. Libérant son voile, elle se blottit tout contre moi et je pu sentir la douceur et la chaleur de ses merveilleuses fesses se placer au sommet de mes jambes au sommet de mon bonheur naissant.

Plein d’appréhensions multiples, je senti mon érection franchir tous les interdits, rompre tous les carcans que mon passé avait forgé et embrasser d’une larme semencielle la moiteur de ton sexe offert à notre amour.

Désireux de couvrir ton corps de mes baisers, je souffrais déjà de cette prochaine séparation.

Mes lèvres si effroyablement attirées par ta nuque, si douce, si chaude ne purent se retenir et y déposèrent, sur la pointe des pieds, de doux et tendres baisers que mon souffle avait précédemment enveloppés d’une reconnaissante moiteur.

Tu étais belle, allongée sur le ventre, frissonnant à chaque rencontre d’un nouveau baiser que, lentement, amoureusement, je déposais sur la peau de ton dos, sur la peau de tes fesses, sur la peau de tes jambes, au creux de tes pieds qui, maintenant, enveloppaient mon visage.

Je restais un instant comme cela, essayant de contenir ce grondement qui montait en moi, ce cœur qui frappait de plus en plus fort l’intérieur de mon torse, l’intérieur de ma tête, l’intérieur de mon sexe, pour qu’on le laisse sortir, pour qu’on le laisse lui aussi s’abandonner, se jeter à tes pieds ! Mais je n’en pouvais plus !

Jamais je n’avais vu mon sexe hérissé à ce point. Jamais, je ne m’étais senti si proche de l’animal. Je ne pensais plus, je salivais. Je ne respirais plus, je haletais. J’étais traqué et ficelé par tes odeurs de femme. Je me débattais, je me tordais pour m’arracher à toi. Pour m’enfoncer en toi. Pour me défaire de moi.

Tu te retournas dans un sursaut, offrant à mon regard la beauté de tes seins que tu dressas vers moi en te cambrant comme se cabre un pur-sang. D’un geste tu attrapas mon visage par le menton pour faire croiser nos yeux comme l’on croise les fers. D’une botte tu volas à ma bouche un pressant baiser fait de souffre et d’amour tout en laissant glisser ta main sur ma peau, ta main sur mon torse, mon sexe dans ta main. Je ne respirais plus. Je ne voulais rien perdre de ce ressenti. Je m’attendais au pire. Je m’attendais au meilleur.

Je n’en pouvais plus ! Je vivais chaque situation, chaque baiser, chaque caresse simultanément d’en haut et d’en bas. En tant que spectateur et en tant qu’amant. Toutes les sensations étaient décuplées par le cumul des sens que m’offrait ce dédoublement.

Nous avons roulé ensemble dans une danse effrénée. Cherchant désespérément à ce que chaque parcelle de peau soit touchée, soit caressée, soit goutée, soit léchée. Nous n’étions qu’un. Emboités moi contre l’hôte, l’ange contre moi.

Et cette érection qui ne m’abandonnait pas !

Et cette érection que je ne connaissais pas !

Était-elle bien réelle ?

Elle vit mon interrogation. Du moins je le crois. Car, comme pour y répondre, elle glissa vers mon sexe, écartant largement mes jambes pour pouvoir pleinement admirer mon sexe qui semblait étinceler d’une énergie nouvelle.

J’ai à peine eu le temps d’apercevoir son regard espiègle et gourmand avant qu’elle n’engouffre complètement ma queue gonflée dans sa bouche éclaboussée de salive.

Très vite, ses deux mains vers à la rencontre de mes couilles qu’elle malaxa à la fois fermement et tendrement. Comme si elle voulait imprégner sa mémoire de chaque particularité de la peau de mes bourses mais également de chaque particularité de mes testicules prisonnières, à sa merci.

Je la vis monter et descendre sur mon sexe avec envie, avec plaisir, avec cette réelle intention de m’apporter le plus beau des plaisirs, le plus fort des orgasmes qui ne tarda pas à arriver dans des spasmes qui me traversèrent de la tête aux pieds. Me coupant par instant la respiration qu’il me fallait du temps à retrouver !

Elle resta là auprès de mon sexe, à le caresser, à le câliner alors qu’il retournait secousse après secousse en position de repos, guettant la moindre petite goutte supplémentaire de sperme qu’elle prenait soin de happer comme le ferait un chat.

Puis, allongée contre moi et après un long et merveilleux baiser langoureux accompagner de douces caresses posées sur mon sexe, elle s’en est allée comme elle était venue.

Le lendemain matin, je me suis éveillé. J’étais là. Allongé sur mon lit. Une main posée sereinement sur mon sexe, comme l’enveloppant d’une douce et bienveillante caresse. Seul mon gland, curieux qu’il est, se frayait un passage entre mon pouce et mon index pour se souvenir de ce que j’avais du mal à croire.

T&T

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

C'est sublime de romantisme :P et d'un érotisme sensuel sans vulgarité :P:pardon::P

En train de contempler l’improbable venue de cette femme, cet ange, pour qui le mot AMOUR a été inventé ! ... magnifique :P:P:P:P:P:wink:

Continue à nous faire fantasmer !!! :P :doh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité alexiane_

Whaouuuu ... :pardon::wink:

je suis fan, j'adore ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.