Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest sylphide

Week end dans le grand nord

Recommended Posts

Guest sylphide

Voici un début d'histoire que je viens de commencer, j'espère qu'il vous plaira

Tu devais enfin venir me retrouver dans mon grand nord, là ou les plages sont sauvages et le vent polaire.

Tu étais arrivé le matin par le train de nuit. Je n’avais pas réussi à dormir, ne pensant qu’à ces retrouvailles.Enfin, 11h sonnait et j’allais pouvoir te retrouver sur le quai de la gare. Mon cœur battait à tout rompre, je n’arrivais plus à tenir en place. Les minutes s’égrainaient tellement lentement j’avais l’impression d’être prise dans une faille spatio-temporelle ou dans la 4eme dimension. Je ne savais trop pourquoi mais le temps ne passait pas. Malgré la température certes de printemps, il ne faisait pas bien chaud, une quinzaine de degrés. Ma coquetterie m’avait forcé à braver le vent froid et j’avais opter ce matin là pour une jupe orange (12ans d’Allemagne ca marque) avec de jolies talons, un pull noir comme à mon habitude et mon manteau rouge (je ne suis pas sans raison le petit chaperon rouge de mon Loup ;) )

C’est les mains tremblantes, d’énervement ou d’excitation je ne sais, que le train entrait enfin en gare. Je m’étais perchée sur l’escalier menant à la sortie pour pouvoir te distinguer plus facilement dans cette foule. Que d’hommes, de femmes dans ce train !! Je ne te vois toujours pas, je commence à paniquer. As-tu loupé ton train ? t’est il arrivé quelque chose ? Et là derrière cet homme gigantesque, je reconnais cet affreux bonnet. Tu es là. Mon cœur hurle de bonheur, je sens mes joues s’empourprer, mes mains tremblent encore plus fort. Mes jambes courent vers toi et je ne m’en rends pas compte, je suis ailleurs. Je ne te quitte plus du regard, j’en suis incapable. Ca y est tu m’as vu. Ton visage s’illumine. Tu oses un sourire toi qui ne souries que si rarement. Tu accélères ton pas pour effacer les quelques mètres qui nous séparent. Tu poses ton sac à tes pieds. Tes gestes sont confus, les miens aussi, nous ressemblons à deux ados ne sachant que faire de notre corps. Nos esprits refont surface, tu me prends dans tes bras, m’enlaces, je chavire. Timidement tu déposes un doux baiser sur ma joue, j’en fais de même et le second je le dépose sur tes lèvres.

Je suis comme ivre mais j’arrive tout de même à t’accompagner à ta chambre d’hôtel. Je t’avais trouvé un joli nid juste derrière la place principale non loin de la mairie. Le quartier est historique et les rues sont piétonnes. Le calme de ma petite ville germanique ne te change pas de chez toi. Ta chambre est simple mais confortable. Au milieu de la pièce, un grand lit double et sur le coté une petite pièce attenante qui sert de cuisine. J’avais emporté dans un moment de lucidité quelques viennoiseries que je t’avais cuisiné la veille. Nous préparons un café comme un vieux couple pendant que tu me racontes tes aventures de voyage. Pendant que tu parles, je ne peux m’empêcher de sourire et mes yeux ne quittent pas les tiens. Tu viens d’avaler la dernière goutte de ton café et l’ambiance change d’un seul coup. Tu ne dis plus rien. L’air est emprunt d’électricité, une tension venue de nulle part a fait son apparition.

Tu poses ta main sur la mienne et un frisson me remonte le long du bras, j’en ai la chaire de poule. Je ne sais pas pourquoi je suis si nerveuse ce n’est pourtant pas la 1er fois que nous nous retrouvons dans une chambre d’hôtel. Après coup, je sais ce qui avait changé ce jour là, une semaine avant tu m’avais fait une déclaration enflammée. J’avais encore du mal à y croire après tout ce qui s’était passé entre nous.

Un second sourire se dessine sur ton visage, tes yeux s’illuminent un peu plus. D’un mouvement lent, tu refermes ta main sur la mienne et me dis : "viens". Un frisson me parcours, je sais ou tu m’emmènes. Nous traversons main dans la main les quelques mètres qui nous séparent de ces quatre mètres carré de matelas. Tu me murmures à l’oreille que tu as attendu pendant des mois cet instant, que je suis magnifique et que tu voudrais me regarder pendant des heures. D’un geste tendre tu m’allonges sur le lit, je n’ose plus te regarder tellement je suis troublée. Je sens ton regard parcourir mon corps et je ne peux que fixer le plafond. Je réagis comme une collégienne lors de son 1er rendez-vous. Il n’y a que toi pour me troubler ainsi. Je sens le poids de ton corps à coté du mien. Ta main n’a pas quitté la mienne, je ne voudrai pour rien au monde perdre le contact de ta peau. Tu te penches vers moi et ton souffle chaud se rapproche de mon cou. Le contact de ta bouche sur ma peau me fait frissonner. Je sais que tout mon corps t’appelle, il hurle, te réclame. Tu te tournes un peu plus sur moi et nos regards se recroisent. Mon souffle s’accélère, je ne peux plus lutter, j’ai trop envie de toi. Je me redresse et recherche la douceur de ta bouche. Nos lèvres se touchent, se chevauchent et nos langues s’entremêlent. Notre baiser dure une éternité. Lorsque nous relâchons notre étreinte, les yeux dans les yeux tu me dis : "j’ai envie de toi depuis tellement longtemps, laisses moi m’occuper de toi"

.

Nos mains se détachent. Tu passes tel un cavalier au dessus de mon corps sans me toucher. Tu t’immobilises. Je ne résiste pas et je caresse tes cuisses à travers ton jean. Tu passes tes mains sous mon pull et le remonte lentement jusqu’au dessus de ma tête. Je suis là étendue devant toi simplement vêtue d’un soutien gorge rouge et noir en dentelle. Tu souries pour la 3eme fois. Tu l’as reconnu, je te l’avais montré une semaine avant, je l’avais acheté pour toi, pour nos retrouvailles. Tu caresses mes seins au travers de la dentelle. Chaque millimètre exploré par tes doigts fait monter ma tension. Tu glisses tes pouces sur les bords des balconnets pour sentir pointer mes tétons. Je ne peux retenir un soupir. Tu descends la dentelle qui emprisonne mes seins. A peine à l’air libre que tes mains les capturent pour leur faire subir la plus douce des torture. Tu les caresses, tu joues à pincer délicatement mes tétons, tu les malaxes avec amour. Après quelques minutes de ce traitement tu te dégages de mon corps pour glisser hors du lit. C’est à genoux au bord du lit que tu me retires mes chaussures et que tes mains remontent le long des mes jambes. Je les écarte. Dans leurs courses tes mains relèvent ma jupe et tu peux ainsi découvrir avec délice l’absence d’une quelconque culotte, seul une fine toison cache encore mon intimité. Tel Jason tu pars à sa conquête de cette toison....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un début d'histoire qui demande forcément une suite.

J'ai bien aimé ta référence à Jason et la toison d'Or.

De la timidité, de la passion, un récit qui me plait bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Un petit bout de suite pour mes 4 lecteurs ;)

Tes doigts effleurent le haut de mes cuisses et parcourent mon pubis. Ton pouce remonte entre mes lèvres et d’une légère pression il s’y enfonce. Tant de caresses et d’attention ont troublé mon intimité et une vague d’humidité la dévore. Telle une invitation lancée à ta langue j’écarte un peu plus les cuisses. Ouverte devant toi, mes lèvres gonflées de plaisir, tes yeux scrutent cette grotte humide dont son unique stalactite pointe vers toi. Je passe mes jambes autours de ton dos pour t’amener plus près, je n’y tiens plus, je veux sentir la douceur de ta langue. D’un regard malicieux, tu te rapproches. Je sens ton souffle sur mon clitoris, je me cambre. Enfin la chaleur de ta langue vient délivrer mon désir emprisonné dans ce petit bout de chaire. Elle tourne, appuie mélangeant force et délicatesse. Chaque coup de langue est gratifié d’un gémissement, tu t’en amuses en accélérant le mouvement. Maintenant tu glisses 2 doigts en moi, je soupire. Je sais déjà vers quel plaisir tu veux m’emmener. Tu t’appliques à faire gonfler ce point rugueux qui m’apporte la délivrance de la jouissance. Tu appuies, frottes et ta langue qui continue son manège insatiable. Mes gémissements se sont transformés en plainte. Tout mon être se cabre, il frémit à l’unisson de tes caresses. Je sens ce flot de plaisir liquide monter en moi. Je n’en peux plus, je te supplie de ne pas t’arrêter là. A présent, ta main fait de vigoureux aller retours, tu sais que tu vas me porter à cette délivrance. Quelques secondes plus tard, dans un râle de plaisir je déverse sur ton visage le flot de ma jouissance. Une immense satisfaction illumine ton visage et tout comme moi tu sais que ce n’est que le hors d’œuvre de nos ébats. Après avoir été Jason te voilà à présent Pandore et je suis la boite que tu n’aurais jamais du ouvrir.

Tu as réveillé mon appétit et ce premier orgasme ne me suffit pas bien au contraire. Quel plaisir d’être multi-orgasmique même si je sais que peu de partenaire savent se montrer à la hauteur, heureusement toi tu n’en fais pas partie. Toutes mes appréhensions ont disparu, il ne reste de moi qu’une succube affamée. Je t’attire sur le lit et tu es désormais la proie et moi le chasseur. Je te prends entre mes cuisses et te maintient fermement. Mes yeux brillent et mes doigts égrainent les boutons de ta chemise. Je découvre ta poitrine presque imberbe et si douce. Je te dévore de baisers. Mes mains descendent jusqu’aux boutons de ton jean. Je les fais voler en éclat. J’écarte les pants de ton pantalon pour dévoiler l’objet de mon désir……

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jason, Pandore,Succube, décidément j'aime tes références.

Bah les autres sont timides, "ils" viendront quand ton récit sera définitivement fini.

Courte cette suite quand meme!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Merci, c'est gentil.

Je sais la suite est un peu courte mais j'avais hate de la poster :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Kalinda

Une écriture fluide, légère, délicate et tendre. Mmm que c'est plaisant, merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une histoire qui me plait !!

Et ton écriture est très agréable à lire. Continues !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Histoire simple et tendre, racontée avec naturel, une belle écriture qui coule toute seule. Tout cela me plaît bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Merci à tous pour vos commentaires.

Voici un petit rajout pour que finalement la seconde partie ne soit pas si courte :)

Ha ce boxer blanc, combien de fois je l’avais vu mais toujours si loin de moi, si impalpable. Cette fois que je vais pouvoir m’en donner à cœur joie. C’est à mon tour de te regarder avec malice et envie. J’effleure cette forme turgescente. Je savoure les contours de ton sexe, de cette « petite chose ». Ma main le caresse au travers du bout de coton qui m’en sépare. Je te fais te relever pour abaisser ce jean qui entrave mon approche. Il ne reste que quelques millimètres pour savourer le contact de ta peau si délicate. Je me retiens encore quelques secondes de ne pas arracher ton boxer. Je passe mes doigts sous l’élastique, le tend et libère cette tour de Babel. Il est là fièrement dressé, n’attendant que mon bon vouloir. Maintenant il faut que je choisisse de quelle manière je vais le dévorer.

D’une main je l’empoigne fermement même si je peine à en faire le tour. Tu me regardes un sourire en coin et dans un souffle tu me dis : « tu sais que je suis ton jouet, fais ce que tu veux ». Je me penche donc, entrouvre les lèvres et y glisse l’extrémité de ton gland. Ma langue s’y enroule et titille ton frein. Je sens un frémissement, tu relèves les reins pour tenter de t’enfoncer plus loin. Je libère ma proie et après quelques allers retours le long de ta hampe je recommence ce doux supplice. Ton gland est déjà humide, de mon index j’en fais le tour et frotte tendrement son extrémité puis le glisse dans ma bouche. Que j’aime ton gout si particulier. J’écarte un peu plus tes cuisses pour venir cajoler ces charmants abricots. Je les soupèse, les caresse, les malaxe. Ma langue accompagne maintenant mes mains et ensemble elles remontent lentement. J’encercle ton gland entre mon pouce et mon index et de mon second pouce je titille de nouveau ton frein. Je vois pointer une goutte de plaisir et ne résiste pas à venir m’en délecter. Ce traitement met tes sens en ébullition et me donne autant de plaisir que lorsque j’avais ta langue entre mes cuisses. Je reprends ton sexe entre mes lèvres mais cette fois l’envie est plus forte que moi je ne résiste pas à le prendre le plus loin possible. Je m’en étouffe presque mais s’en tellement est jouissif. Ta respiration s’est accélérée d’un coup, ton buste s’est redressé. En remontant la tête, je plonge mes yeux dans les tiens et je peux y lire un immense plaisir. Il ne m’en faut pas plus pour entamer mes va et vient entrecouper de gorge profonde. Je suce, lèche, avale, branle, je veux te conduire au bord de la jouissance. T’y voila presque, tes mains s’agrippent à ma tête. Je remonte lentement, te lâche. Tu me supplies de continuer, tu veux jouir dans ma bouche mais j’en ai décidé autrement…..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah non tu arrêtes au meilleur moment.

Quel supplice et surtout quelle belle histoire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

C'est bien de savoir s'arreter lorsque c'est bon ;)

Ne t'inquiete pas Alaundo, je travaille sur la suite et j'essaierai de ne pas m'arreter trop tot ...ou pas hihi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en tout cas, c'est bon de te lire :air_kiss:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

C'est gentil mon Izno chéri :momotte:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On se demande bien ce que tu lui as réservé comme surprise.

Une éciture, vraiment agréable à lire, en tout cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Une petite suite, pas trop courte j'espère

Te voilà sans défense devant moi, quel conquête ! Tu es au bord de la jouissance et je n’en suis qu’au début. Je me relève et lentement je m’effeuille. Me voilà nue tel la naissance de Vénus devant tes yeux plein d’envie. Je te rejoins dans le lit, m’allonge à tes cotés. Tu ne résistes pas et te jettes sur mes seins comme un nourrisson affamé. Tu mordilles mes tétons, les prends à pleine bouche. Tu veux te glisser sur moi mais je te repousse, je n’en ai pas encore fini avec mon petit jeu. Je reprends fermement ton sexe entre mes mains. Je lui prodigue quelques va et vient puis ma main tombe beaucoup plus bas entre tes cuisses. Je sais que tu adores l’intrusion d’un doigt ou deux dans ton anus. Je sais que tu ne tiendras que très peu de temps si je m’y attarde mais je veux te donner le maximum de plaisir. Très lentement je masse, tourne, appuie légèrement sur ton anus. Tu as fermé les yeux et seul tes gémissements troubles la ronde de mon doigt. Je t’embrasse à pleine bouche pendant que par surprise j’inserts mon doigt. Tu sursautes, te cabres et j’entame de lents mouvements. Ma bouche se reporte sur ton sexe. Ma croupe est à ta disposition. Tu caresses mon derrière pendant que je te suce avec fougue et que mon doigt s’agite. A chaque fois qu’il entre un peu plus je sens ta main m’agripper fermement la fesse, je jubile. J’accélère mon mouvement et sans crier gars se sont deux doigts qui te pénètrent. Tu râles de plaisir, tu me préviens que tu ne vas plus pouvoir tenir. Je ralentis et te lâche de nouveau. J’aime lire la frustration dans tes yeux et surtout cette pointe de colère. Je t’embrasse et te murmure à l’oreille que ce n’est que le début et que je n’en ai pas encore fini avec toi.

Je suis excitée comme une puce de t’avoir mis dans un tel état. Le haut de mes cuisses en est trempé. Tu glisses ta main entre mes cuisses et joues de cette humidité. Tu m’embrasses à pleine bouche, nous jouons de nos langues. Je me souviens que tu m’avais dit qu’un de tes plus grands fantasmes serait d’être inondé de ma jouissance. Pour ce week-end, je veux t’offrir tout les plaisirs possibles. Je te prends par la main et t’entraine sous la douche. Tu ne comprends pas pourquoi. Tu veux finir ce que nous avons si bien commencé. Je te demande de t’allonger dans la baignoire et de te laisser encore un peu faire. Le froid de l’émail te fait frissonner, tu ronchonnes un peu mais tu m’obéis. Je t’enjambe et garde une jambe sur le carrelage de salle de bain. C’est un peu acrobatique mais je sais que je ne tomberai pas. Tu me demandes : « nous allons prendre une douche ? », « non juste toi, mon amour ». Ton visage s’illumine et tu me souris pour la 4eme fois. Tu approches ta bouche de ma chatte, passes ta langue entre mes lèvres gonflées d’excitation. Mon clitoris pointe comme jamais. Je te laisse quelques minutes me lécher avec passion puis je remplace ta langue par mes doigts. J’inserts mon index et mon majeur en moi. C’est doux, brulant et trempée. Ma main prend le contrôle, elle s’agite frénétiquement. Tu en profites pour me pincer les tétons. Mon orgasme est proche. Le bruit si caractéristique de l’approche du torrent qui va me submerger résonne dans la salle de bain. Je ne contrôle plus ma main, elle est comme possédée. Je me tends et dans un cri je déverse sur ton visage le flot de mon plaisir. Je ne peux plus m’arrêter. Je jouis plusieurs fois à la suite sur toi. Tu es trempé et heureux. Tu profites de ce moment de faiblesse pour m’installer contre le mur. Cette fois c’est toi qui a le contrôle. Tu m’appuies fermement et me tiens par la nuque. Je me cambre. Tu me pénètres sans ménagement. Je gémis. Tu me pilonnes comme un fou, que c’est bon. Tu me tiens par les hanches pour te donner plus d’ampleur. Je coule de nouveau dans un cri. Tu me retournes avec force et me demande de te prendre encore dans en bouche. Je m’exécute avec joie. Je prends ton sexe au plus loin de ma gorge. Tu m’attrapes par les cheveux, tout tes muscles se contractent. Ma bouche se remplit de ta jouissance dans un silence absolu. Je t’avale avec délice et nous échangeons un long baiser avant que tu n’ouvres l’eau de la douche …..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est délicieux, merveilleusement sensuel.

Cela me rappelle aussi de délicieux souvenirs.

J'ai lu les 4 passages d'un trait et ton écriture est agréable à lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Tendre émoi

Quelque fois il est bon d'avoir du retard !

On découvre d'un coup tout le texte, sans attendre, et quelle saveur il à celui là.!

Comme toujours, j'aime ta plume Sylphide...

Bravo et...

Encore !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je n'avais pas vu ce petit bijou !!

quel plaisir de te lire

je vais m'abonner à tes récits, pour être sûr de n'en rater aucun :pardon:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Un tout petit morceau pour l'apéro et la suite pour le 4h si vous etes sage ;)

L’eau coule sur nos deux corps. L’eau chaude me donne des frissons. Les mains pleines de savon, tu décides de profiter de l’occasion pour me caresser encore et toujours. Lentement tes mains glissent de mes épaules à mes seins, tu en fais le tour avec un plaisir que tu n’arrives pas à dissimuler. Elles continuent leurs descentes sur ma taille puis mes hanches. Tu me plaques contre toi pour pouvoir continuer ton exploration sur mes fesses. Comme tu aimes leurs rondeurs, leurs courbes pleines. Tu aimerais être Sisyphe pour tout les jours avoir à les parcourir. Tu les caresses longuement, les agrippes et tu en profites pour y glisser tes doigts. J’aime le contacte de ta peau si douce, tes muscles se bandant contre mes seins à chaque mouvement de tes bras. Je frémis sous l’invasion de tes doigts curieux. Ils jouent à titiller mon anus et ils ne sont pas loin de gagner. Mon excitation a du mal à redescendre et toutes ces attentions ne font pas baisser le thermomètre de mon désir. Je me cambre pour t’inviter à aller plus loin, j’ai encore envie de toi. Lorsque ton doigt se faufile en moi, je sens ton sexe durcir contre le mien. Je soupire et te murmure : » continues, prends moi encore ». Tu me souries pour la 5eme fois. De nouveau tu me plaques contre le mur. Tu t’agenouilles devant mes fesses, les écartes et entames un merveilleux ballet de doigts et de langue. Je ne suis que soupire et gémissements, je tremble sous cette si douce torture…..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Voilà le 4h ;)

Mon corps s’offre à toi tout entier. Ta langue s’active entre mes fesses et trois doigts pénètrent ma chatte. Je suis trempée et l’eau qui coule sur nous n’y est pour rien. Tu coupes brutalement l’eau et m’entraines de nouveau dans la chambre après tout rien ne vaut le confort. Tu me jettes sur le lit. Je m’offre à toi à quatre pattes impatiente que tu poursuives ce que tu avais si bien commencé sous la douche. J’attends et tu fais durer le plaisir, tu ne te jettes pas sur mes fesses comme je l’attendais. Tu t’es assis dans un fauteuil face au lit. Le sexe entre les mains, tu commences à te branler doucement. Je te regarde un peu perplexe et te demande ce que tu veux, comme simple réponse tu jettes sur le lit mon sac. J’ai compris, je fouille à l’intérieur et en sort ton double. Tu connais aussi bien que moi ce compagnon de notre séparation. Je l’avais choisi pour ses proportions si proche des tiennes et digne de la grande gourmande que je suis.

Je m’installe face à toi cuisses écartées et le glisse sans ménagement dans ma chatte trempée. Mes gestes sont sur, je sais jusqu’où et avec quelle force je peux l’enfoncer. Ton double entre et sort à un rythme soutenu .Je creuse mon ventre pour qu’il puisse rentrer encore plus loin. Mon bassin s’agite mais je sens qu’il me manque quelque chose. Mon derrière réclame lui aussi son dû. Je passe donc ton double de ma chatte à mon derrière. J’ai des difficultés, tout ca glisse trop. Tu te lèves du fauteuil et vient me porter une main secourable. Tu remontes mes fesses vers le plafond et tu enfonces avec précaution mon jouet. Il rentre centimètre par centimètre, c’est un délice. Tu attends un peu que je sois bien habitué avant de débuter de longs mouvements. Tu me pilonnes et je vois ton sexe tendu comme un arc, j’ai tellement envie de le prendre en bouche mais tu en as décidé autrement. Tes gestes sont plus rapides, je sens ton excitation monter d’un cran. Tu laisses le jouet en place et me demande de me remettre à quatre pattes, je m’exécute. Tu te mets face à moi et enfonces ton sexe dans ma bouche. Je manque presque d’air mais que c’est bon. Je sens ma cyprine couler sur mes cuisses. Tu prends ma bouche comme tu aurais pris ma chatte, tu me tiens par les cheveux, je suis ta chose. Tu me tires la tête en arrière pour me faire lâcher prise et te replaces derrière moi.

Tu retires mon jouet et le remplace pour mon plus grand plaisir. Je sens ta chaleur me remplir, je ne résiste pas à m’agiter. Tu me claques les fesses, ca m’excite encore plus. Une fois bien au fond de moi, tu entames de furieux va et viens. Tu vas me faire jouir à me traiter de la sorte et tu le sais, plus rien ne pourrait t’arrêter. Tu me pilonnes, j’halète, je cris, c’est un pur bonheur. Tout mon corps tremble, je suis au bord de la jouissance. Tu me pilonnes plus fort. Je ne tiens plus et hurle mon plaisir. Ce cri t’emmène à la jouissance à ton tour. Tu te déverses au fond de moi.

Il est déjà 16h, le temps à passer vite mais la journée n’est pas finie …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que ce 4h est délicieux et me rapelle de bon souvenir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La journée n'est pas finie et ce n'est que le premier jour de ce week-end !!! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Tendre émoi

Mmmh....

Quel récit Sylphide !

Et dire que le week end ne fait que commencer !

Toujours un peu plus fan de tes récits...

Ne t'arrête surtout pas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sylphide

Merci beaucoup pour vos com :air_kiss:

Effectivement ce n'est que le 1er jour du week end ;) Je vais essayé de faire une suite rapidement, promis

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.