Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest olivier.deckard

Surpris au bureau

Recommended Posts

Guest olivier.deckard

N’ayant pas d’inter de prévu cet après midi et personne n’appelant pour se faire dépanner, je flâne sur quelques sites porno histoire de passer le temps agréablement. Bien évidemment, ma brindille se transforme en bâton et je ne peux m’empêcher de passer régulièrement la main dessus au travers de mon pantalon.

Absorbé par les photos de sublimes femmes nues caressant, léchant ou suçant de solides queues (pour ne citer que ça), je n’entends pas que quelqu’un arrive dans mon bureau. Elle me regarde passer d’une image à l’autre, une main sur la souris et l’autre sur la bosse de mon pantalon.

« Tu as besoin d’aide ? » lance t-elle. Je sursaute et me tourne vers elle confus d’avoir été surpris. Elle s’approche de moi avec un petit sourire et les yeux pétillants de malice. Je ne peux m’empêcher de repenser aux fois ou je suis aller la dépanner dans son bureau. J’avais des vues plongeantes dans ses grands décolletés ou même, lorsqu’elle se poussait pour me laisser la place et que ses petites jupes un peu remontées m’offraient la vision de sa petite culotte.

Je bafouille un truc quelconque alors qu’elle arrive juste devant moi. Elle regarde mon écran qui affiche la photo d’une femme faisant une fellation, puis mon entrejambe qui marque mon érection manifeste et me dit : « Tu te fais du mal. C’est tellement mieux à faire qu’à regarder. ».

Sur ses paroles, elle se penche vers moi et pose sa main sur le haut de ma cuisse puis la monte lentement jusque sur mon sexe. Je reste cloué sur mon siège à la regarder faire. Elle ouvre mon pantalon et libère ma queue qui sort comme un diable de sa boite. Elle s’agenouille et me prend délicatement le gland en bouche. Sa langue en fait le tour alors que d’une main elle caresse ma hampe. Je ne peux m’empêcher de lâcher un soupire. Elle lève les yeux pour me regarder sans pour autant lâcher mon gland. Elle affermit sa prise sur ma tige et enfonce un peu plus ma queue dans sa bouche avant de la ressortir pour me titiller le gland avec sa langue…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

La suite s'il te plait merci :oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest crys

Vite, vite la suite s'il te plait ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest tout

Elle ouvre mon pantalon et libère ma queue qui sort comme un diable de sa boite.

Ah la queue qui sort comme un diable de sa boite!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest olivier.deckard

N’ayant pas d’inter de prévu cet après midi et personne n’appelant pour se faire dépanner, je flâne sur quelques sites porno histoire de passer le temps agréablement. Bien évidemment, ma brindille se transforme en bâton et je ne peux m’empêcher de passer régulièrement la main dessus au travers de mon pantalon.

Absorbé par les photos de sublimes femmes nues caressant, léchant ou suçant de solides queues (pour ne citer que ça), je n’entends pas que quelqu’un arrive dans mon bureau. Elle me regarde passer d’une image à l’autre, une main sur la souris et l’autre sur la bosse de mon pantalon.

« Tu as besoin d’aide ? » lance t-elle. Je sursaute et me tourne vers elle confus d’avoir été surpris. Elle s’approche de moi avec un petit sourire et les yeux pétillants de malice. Je ne peux m’empêcher de repenser aux fois ou je suis aller la dépanner dans son bureau. J’avais des vues plongeantes dans ses grands décolletés ou même, lorsqu’elle se poussait pour me laisser la place et que ses petites jupes un peu remontées m’offraient la vision de sa petite culotte.

Je bafouille un truc quelconque alors qu’elle arrive juste devant moi. Elle regarde mon écran qui affiche la photo d’une femme faisant une fellation, puis mon entrejambe qui marque mon érection manifeste et me dit : « Tu te fais du mal. C’est tellement mieux à faire qu’à regarder. ».

Sur ses paroles, elle se penche vers moi et pose sa main sur le haut de ma cuisse puis la monte lentement jusque sur mon sexe. Je reste cloué sur mon siège à la regarder faire. Elle ouvre mon pantalon et libère ma queue qui sort comme un diable de sa boite. Elle s’agenouille et me prend délicatement le gland en bouche. Sa langue en fait le tour alors que d’une main elle caresse ma hampe. Je ne peux m’empêcher de lâcher un soupire. Elle lève les yeux pour me regarder sans pour autant lâcher mon gland. Elle affermit sa prise sur ma tige et enfonce un peu plus ma queue dans sa bouche avant de la ressortir pour me titiller le gland avec sa langue…

Elle me mes au supplice ainsi pendent une bonne minute avant de reprendre mon gland en bouche pour le sucer tout en branlant ma tige d’une main et massant mes couilles de l’autre. Elle alterne savamment les petits mouvements courts avec les plus amples, le degré de pression entre sa langue et son palais, l’aspiration, la sucions et les léchouilles. De même avec ses mains, elle dose à merveille la pression avec laquelle elle sert ma queue, me branlant un instant avec énergie puis plus doucement dans de grands mouvements sans arrêter de me sucer. De temps en temps elle sort ma bite pour me regarder tout en enserrant mon gland dans ses mains pour lui appliquer de petite caresse circulaire avant de le remettre au fond de sa bouche. Je suis au ange et au bord de l’explosion.

J’ouvre la bouche pour lui dire que je vais jouir mais elle lance un doigt sur mes lèvres pour me faire taire. Elle n’a pas besoin que je lui dise car elle sent très bien à ma respiration, aux contractions de mon ventre et de ma queue que je vais arriver. Elle accélère le rythme de ses mains et de sa bouche m’aspirant avec encore plus de vigueur. Je sent monté mon jus, elle aussi et elle accueil ma délivrance au font de sa bouche. Elle continu à aspirer mon jus et à me branler me relachant qu’une fois que plus une contraction ne secoue mon bas ventre.

Elle lève son regard pétillant vers moi pour voir l’extase de mon visage. « C’est pas mieux que tes photos ? » me dit elle. Oh que oui c’est mieux, merveilleusement mieux. Je reste un instant là dans mon fauteuil, la queue sortie de mon pantalon et en demi érection après se traitement divin. Je la regarde qui me souris les yeux malicieux. Elle est encore agenouillée devant moi m’offrant une vue sur son superbe décolleté. Je me lève, lui tant la main pour l’aider à se relevé et l’attire contre moi pour l’embrasser. De sa bouche mes baisés se portent sur son cou puis remontent à son oreille ou je lui murmure « à mon tour »…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

ah oui ! à ton tour :twisted: viiiiteeee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Alors la suite s'il te plait merci :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest olivier.deckard

Elle me mes au supplice ainsi pendent une bonne minute avant de reprendre mon gland en bouche pour le sucer tout en branlant ma tige d’une main et massant mes couilles de l’autre. Elle alterne savamment les petits mouvements courts avec les plus amples, le degré de pression entre sa langue et son palais, l’aspiration, la sucions et les léchouilles. De même avec ses mains, elle dose à merveille la pression avec laquelle elle sert ma queue, me branlant un instant avec énergie puis plus doucement dans de grands mouvements sans arrêter de me sucer. De temps en temps elle sort ma bite pour me regarder tout en enserrant mon gland dans ses mains pour lui appliquer de petite caresse circulaire avant de le remettre au fond de sa bouche. Je suis au ange et au bord de l’explosion.

J’ouvre la bouche pour lui dire que je vais jouir mais elle lance un doigt sur mes lèvres pour me faire taire. Elle n’a pas besoin que je lui dise car elle sent très bien à ma respiration, aux contractions de mon ventre et de ma queue que je vais arriver. Elle accélère le rythme de ses mains et de sa bouche m’aspirant avec encore plus de vigueur. Je sent monté mon jus, elle aussi et elle accueil ma délivrance au font de sa bouche. Elle continu à aspirer mon jus et à me branler me relachant qu’une fois que plus une contraction ne secoue mon bas ventre.

Elle lève son regard pétillant vers moi pour voir l’extase de mon visage. « C’est pas mieux que tes photos ? » me dit elle. Oh que oui c’est mieux, merveilleusement mieux. Je reste un instant là dans mon fauteuil, la queue sortie de mon pantalon et en demi érection après se traitement divin. Je la regarde qui me souris les yeux malicieux. Elle est encore agenouillée devant moi m’offrant une vue sur son superbe décolleté. Je me lève, lui tant la main pour l’aider à se relevé et l’attire contre moi pour l’embrasser. De sa bouche mes baisés se portent sur son cou puis remontent à son oreille ou je lui murmure « à mon tour »…

Je reprend sa bouche dans un long baisé ou nos langues s’emmêlent. Je profite de se baiser pour passer mes mains sur ses seins, puis les descendre sur ses hanches pour relever doucement sa jupe tout en la faisant reculer d’un pas de manière à se qu’elle se retrouve sur le bord de mon bureau. Je caresse ses cuisses, continuant de l’embrasser en accompagnant son corps pour qu’elle s’allonge sur le bureau, les jambes dans le vide. Je quitte sa bouche pour embrasser son cou puis ses seins au travers de son chemisier, son ventre, et enfin arriver sur la peau de satin de ses cuisses. Je pause de léger baisés sur l’une puis l’autre en partant du haut et en descendant jusqu’au genoux puis en remontant sur l’intérieur de la cuisse pour finir à la frontière de sa petite culotte de dentelle.

Je lui enlève délicatement se fragile rempart en l’accompagnant toujours de baisés. Merveilleuse surprise. Alors que je remonte une cuisse avec le bout de ma langue pour arriver jusqu’à son trésor maintenant découvert, je trouve de jolies lèvres humides de désir et lisses. Seul une petite toison courte et taillé en triangle se trouve sur son mont de venus et semble m’invité à découvrir son entre secret.

Je passe lentement le bout de ma langue sur une lèvre, puis sur l’autre partant du bas pour remonter jusqu’à son petit bourgeon. Je recommence une fois puis encore une autre avant d’enfin passer le bout de ma langue sur se bouton de rose gorgé de désir. Je l’entent soufflé à se contact. Je repasse le bout de ma langue dessus avant de poser mes lèvres autour et de l’aspirer doucement. Son souffle se transforme en soupir d’aise et ses mains viennent chercher ma tête. J’attrape ses fesses à pleines mains et écrase mon nez sur son mont en léchant son petit clito de façon plus appuyé. Ses mains s’affolent dans mes cheveux, ma langue s’introduit dans son vagin puis revient s’occuper de ses lèvres et de sa perle de plaisir. Elle gémit et me tant son basin pour accueil mes caresses. Ma langue s’occupant sans relâche de son petit bouton, j’introduit doucement un doigt dans son vagin puis le ressort pour caresser le bort de ses lèvres mêlant de temps en temps mon doigt et ma langue sur son clito. Je la sent vibré sous mes caresses et je continu de plus belle, la léchant, l’aspirant, la titillant.

La langue collée à son clito, je lance une main sur un de ses seins et le caresse fermement au travers de son chemisier. Mon autre main s’active sur sa petite chatte à l’unisson avec ma langue. Je la sent qui se crispe, je continu avec plus de fougue passant ma langue tout autour de se petit bouton et dessus. Brusquement ses cuisses se referment sur ma tête, une de ses mains agrippe mes cheveux alors qu’elle se mort l’autre pour ne pas gémir trop fort. La jouissance parcours son corps qui se cabre avant de se relâcher d’un coup. Sa main agrippé à mes cheveux se relâche et me les caresse rejoint par l’autre.

Je relâche son trésor intime pour embrasser ses cuisses puis me redressé doucement en passant par ses seins, son cou et sa bouche.

Nous nous regardons un instant les yeux brillant. Elle, allongé le dos sur le bureau, la jupe remonté et les cuisses encore ouverte. Dans mes caresses les deux premiers bouton de son chemisier se sont ouvert laissant voir ses superbes seins prisonniers dans un soutient gorge en dentelle. Moi, debout devant elle, la queue encore sortie du pantalon et ayant retrouvé une vigueur nouvelle. On se souri. Je m’avance et l’aide à se redresser pour qu’elle soit assise sur le bureau. On s’embrasse et je lui dit « j’ai envies de toi, de te prendre là maintenant »…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Décidément tous les deux vous formez une sacrée bande de petits coquins ! :twisted::tomate:

La suite, vite !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest playboylillois

HUMMM... la suite !! :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

HUMMM... la suite !! :twisted:

Tu peus aller te présenter :tomate: ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest olivier.deckard

Je reprend sa bouche dans un long baisé ou nos langues s’emmêlent. Je profite de se baiser pour passer mes mains sur ses seins, puis les descendre sur ses hanches pour relever doucement sa jupe tout en la faisant reculer d’un pas de manière à se qu’elle se retrouve sur le bord de mon bureau. Je caresse ses cuisses, continuant de l’embrasser en accompagnant son corps pour qu’elle s’allonge sur le bureau, les jambes dans le vide. Je quitte sa bouche pour embrasser son cou puis ses seins au travers de son chemisier, son ventre, et enfin arriver sur la peau de satin de ses cuisses. Je pause de léger baisés sur l’une puis l’autre en partant du haut et en descendant jusqu’au genoux puis en remontant sur l’intérieur de la cuisse pour finir à la frontière de sa petite culotte de dentelle.

Je lui enlève délicatement se fragile rempart en l’accompagnant toujours de baisés. Merveilleuse surprise. Alors que je remonte une cuisse avec le bout de ma langue pour arriver jusqu’à son trésor maintenant découvert, je trouve de jolies lèvres humides de désir et lisses. Seul une petite toison courte et taillé en triangle se trouve sur son mont de venus et semble m’invité à découvrir son entre secret.

Je passe lentement le bout de ma langue sur une lèvre, puis sur l’autre partant du bas pour remonter jusqu’à son petit bourgeon. Je recommence une fois puis encore une autre avant d’enfin passer le bout de ma langue sur se bouton de rose gorgé de désir. Je l’entent soufflé à se contact. Je repasse le bout de ma langue dessus avant de poser mes lèvres autour et de l’aspirer doucement. Son souffle se transforme en soupir d’aise et ses mains viennent chercher ma tête. J’attrape ses fesses à pleines mains et écrase mon nez sur son mont en léchant son petit clito de façon plus appuyé. Ses mains s’affolent dans mes cheveux, ma langue s’introduit dans son vagin puis revient s’occuper de ses lèvres et de sa perle de plaisir. Elle gémit et me tant son basin pour accueil mes caresses. Ma langue s’occupant sans relâche de son petit bouton, j’introduit doucement un doigt dans son vagin puis le ressort pour caresser le bort de ses lèvres mêlant de temps en temps mon doigt et ma langue sur son clito. Je la sent vibré sous mes caresses et je continu de plus belle, la léchant, l’aspirant, la titillant.

La langue collée à son clito, je lance une main sur un de ses seins et le caresse fermement au travers de son chemisier. Mon autre main s’active sur sa petite chatte à l’unisson avec ma langue. Je la sent qui se crispe, je continu avec plus de fougue passant ma langue tout autour de se petit bouton et dessus. Brusquement ses cuisses se referment sur ma tête, une de ses mains agrippe mes cheveux alors qu’elle se mort l’autre pour ne pas gémir trop fort. La jouissance parcours son corps qui se cabre avant de se relâcher d’un coup. Sa main agrippé à mes cheveux se relâche et me les caresse rejoint par l’autre.

Je relâche son trésor intime pour embrasser ses cuisses puis me redressé doucement en passant par ses seins, son cou et sa bouche.

Nous nous regardons un instant les yeux brillant. Elle, allongé le dos sur le bureau, la jupe remonté et les cuisses encore ouverte. Dans mes caresses les deux premiers bouton de son chemisier se sont ouvert laissant voir ses superbes seins prisonniers dans un soutient gorge en dentelle. Moi, debout devant elle, la queue encore sortie du pantalon et ayant retrouvé une vigueur nouvelle. On se souri. Je m’avance et l’aide à se redresser pour qu’elle soit assise sur le bureau. On s’embrasse et je lui dit « j’ai envies de toi, de te prendre là maintenant »…

Je l’attire à moi et la descend du bureau. Je l’embrasse avec fougue sur la bouche pendant que mes mains attrape ses seins. Je les sors de son soutien-gorge, les caresses, les soupèse. Je passe mon pouce sur ses tétons dressé puis les faits rouler sous la paume de mes mains. Elle répond avec passion à mon baisé tout en attrapant fermement ma queue d’une main jouant de son pouce sur mon gland.

J’enfoui mon visage entre ses seins, les embrasses, attrape ses tétons entre mes lèvres, entre mes dents. Je les lèche, remonte dans son cou et sur sa bouche. Sa main toujours accrochée à ma queue, elle descend à son tour, embrassant mon cou, mes pecs à travers ma chemise pour enfin attraper ma queue de son autre main avant de la reprendre en bouche.

Je la remonte à moi pour l’embrasser et la tourne pour la pencher sur le bureau. Elle se laisse allé et je devine ses seins écrasé sur le bureau aux beaux arrondies qu’ils forment de chaque coté de son buste. Dans cette position elle m’offre avec indécence son joli cul. Je passe mes mains sur les arrondies de ses seins, sur sa taille puis sur ses fesses. Je passe ma queue dans le sillon de ses fesses me branlant légèrement contre elle pour bien lui faire sentir mon désir. Puis, pointant l’entré de sa chatte encore toute mouillé du plaisir qu’elle viens de prendre avec le bout de mon gland, je m’agrippe à ses hanche et m’enfonce d’un coup jusqu’au couille en elle. Elle gémit sous l’intrusion de mon membre qui la plaque plus avant contre le bureau. Je gémis aussi de sentir ma queue se faire happer par son sexe chaud et humide.

Je commence à aller et venir en elle doucement. Je regarde ma queue lentement disparaître puis réapparaître luisante de sa mouille. J’agrippe ses hanches et accélère mes mouvements. Je sens sa chatte toute chaude contre mon gland. Je fais de grand mouvement ample sortant presque entièrement ma queue puis me renfoncer profondément en elle. Elle gémit à chaque coup de butoirs, mes couilles venant fouetter son petit bouton. J’accélère encore, le bureau tremblant à chacun de mes coups. Elle gémit. J’attrape ses cheveux d’une main et une de ses épaules de l’autre. Elle me dit qu’elle aime, demande que je la prenne plus fort. Je la reprend par la taille et donne plus de force à chacun de mes coups. Elle pousse un cris puis se mort les lèvres pour étouffé le son. Je continu d’aller et venir en elle avec force, me délectant de la chaleur de sa chatte sur ma queue. J’ai l’impression que mon gland va exploser à chacun de mes coups. Se sens son corps vibré, ses jambes tremblées, son dos s’arc-bouter et son vagin se contracter sur ma queue. Elle joui littéralement accroché au bureau et le corps secoué de spasmes. Les contractions de son vagin sur ma queue entraînent mon explosion que je retenais avec difficulté depuis un petit instant. Je fais encore quelques mouvements de va et viens poussant ma queue aussi loin que possible avant de me relâche et de poser sur elle, embrassant son dos et caressant le coté de ses seins toujours écrasé sur le bureau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow!

Je vais chercher du travail dans un bureau...

Merci pour cet écrit passionnant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

ils sont chauds les alsaciens! :tomate:

tiens, ce week-end, je vais à Europapark et le dimanche: marche gourmande en Alsace...euh, je précise, ça n'a rien de sexuel, c'est dans les vignes....Epicurienne... :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest olivier.deckard

dimanche: marche gourmande en Alsace...euh, je précise, ça n'a rien de sexuel, c'est dans les vignes....Epicurienne... :tomate:

Mais ne pourrais-ce pas le devenir ? :twisted:

En ce moment il ne fait pas très beau en Alsace, on se croirait en novembre. On est bien mieux à s’amusé sous une couette (pas forcement dessous d’ailleurs) que fouetté par le vent et la pluie au milieu d’une vigne toute gadoueuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Mais ne pourrais-ce pas le devenir ? :-D

En ce moment il ne fait pas très beau en Alsace, on se croirait en novembre. On est bien mieux à s’amusé sous une couette (pas forcement dessous d’ailleurs) que fouetté par le vent et la pluie au milieu d’une vigne toute gadoueuse.

oh que si, ça pourrait le devenir! si celui que j'aime pouvait m'accompagner, ça le deviendrait, c'est sûr! même au milieu des vignes, même dans la gadoue! même pas peur! je croquerais bien un grain de raisin entre ses lèvres! :twisted: et je sais qu'il ne manquerait pas d'en faire autant...

s'il fait aussi moche en Alsace qu'en Lorraine, :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.