Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest marc888

Là bas dans les bois

Recommended Posts

Guest marc888

Voici mon premier récit, la première confession que je vous offre.

A l'age de 22 ans, ma première année à l'école supérieure se terminant, notre classe se rejoignit dans un parc public, pour boire un coup en plein air.

Depuis le début de l'année j'avais toujours gardé en moi un secret .... cette fille qui me plaisait tant....Caroline

Mais d'une manière vraiment étrange, je n'étais pas amoureux d'elle, je savais seulement que je la désirais plus que tout.

La petite réunion se passait vraiment bien, les gens buvaient, rigolaient, parlaient des vacances, ...mais je dois le confesser, tout cela me semblait interminable.

Cette fille, Caroline était là également. Je n'ai compris que bien plus tard, qu'elle m'observait depuis le début en secret... Cherchant à se rapprocher de moi petit à petit, s'asseyant près de moi, jetant ses cheveux vers l'arrière, ses cheveux châtains et épais, légèrement ondulés.

Nous avons discuté comme les autres mais plus en flirtant, je crois. Avec du recul, je pense que les gens ont du comprendre ce qui se passait entre nous. Le temps passa plus vite et nous sommes restés seuls à discuter.

Je contemplait sa beauté pendant un moment, sa peau de nacre, ses yeux en amande, ses petites tâches de rousseurs, l'air ailleurs,

elle me regarda et me dit "quoi?" en souriant.

Sans réfléchir, je lui avoua que j'aimais la regarder, qu'elle était "spéciale"

Elle me répondit alors: "je sais bien que tu aimes me regarder, tu as passé l'année à m'observer".

Je souris malgré mes rougeurs devenus apparentes et le temps que je relève les yeux elle m'embrassait gentiment puis fougueusement ...

je passais enfin mes bras sur tout son corps, j'avais enfin sa langue et ses lèvres sur moi, son parfum, j'étais... enfin...avec elle.

Je lui ai demandé si c'était réel... elle me répondit par l'affirmative.

On s'est promené plus loin après nous être calmé, le soleil tapait sur ma peau, l'odeur des arbres et des fleurs et surtout son odeur à elle me rendait complètement fou.

Nous somme parti au fond du parc, à la limite du bois et même au delà .

J'ai pétris sa petite poitrine tout en léchant la base de son cou jusqu’au bout de son menton, l'embrassant dans le cou et la mordillant tendrement.

Ses mains se déplacèrent jusqu’à ma ceinture et je l'enlevait à sa place, vu sa difficulté. Elle tenait mon sexe dur et chaud entre ses petites mains. et je décidais de lui enlever le haut puis le soutif.

Ni une ni deux, nous étions au sol sur l'herbe, nus.

J'avais placé mes vêtements de sorte à lui faire un petit oreiller et on s'est caressé pendant de longues minutes lentement .

Après avoir massé, embrassé et léché le bout de ses seins, je m'attaquais à son ventre la mordant à ses petites poignées, puis directement à son entre jambe.

Je revois encore son regard et ses petits gémissements quand j'embrassais son sexe avidement, glissant ma langue dans sa fleur,... j'ai du la brouter pendant au moins 15 minutes, 15 longues minutes ou ces mains me griffaient tantôt le dos puis le cuir chevelu, elle plaquait sa main sur son visage comme pour étouffer ses cris.

Elle mouillait abondamment , au début, j'en avais seulement sur les lèvres, puis sur mes joues, même mon nez, son clitoris semblait plus ... dilaté il me semble...

Elle avait l'air vraiment, dans les vapes, enivrée par la soif et le plaisir du sexe.

Tout comme moi d'ailleurs...

Je me suis relevé après un moment pour l'embrasser à nouveau et elle me demanda si je voulais une fellation, je lui répondis que non, que je la voulais "elle" secrètement, je voyais à son visage que cela la dégoutait, son visage redevenant un peu sérieux.

"Viens vite" me dit elle.

Pars chance, j'avais toujours avec moi ce foutu sac et dans l'une de ses poches, des préservatifs.

J'en enfilais un et je puis alors la pénétrer lentement, elle sur le dos, serrant des brins d'herbe.

D'abord à petit coup lentement avec le gland, puis plus profond encore avec la moitié du pénis, puis a fond et bien profond.

Je massais et stimulais son clitoris en même temps pour lui donner le maximum de plaisir, son sexe se remis à mouiller abondamment.

J'en avais maintenant au dessus du sexe et même sur les testicules

Tout en sentant la brise sur mon dos trempé de sueur, je suçais le bout de ses seins; elle gémit de plaisir.

Je relevais ensuite son bassin et ses jambes pour que ma verge pénètre au plus profond d elle, je voyais à son visage que le plaisir était décuplé, les rougeurs et ses yeux se retournaient un peu vers l'arrière.

Étant pris de fatigue elle décidait de se mettre sur moi, je plaçais mais mains sous ses genoux pour qu elle n'aie pas mal.

J'avais ses cheveux et ses yeux sur moi, sa petite poitrine entre me mains, tantôt sur ses fesses, tantôt dans ses cheveux.

Elle me mordit les lèvres, lorsque j’effleurai son anus avec mes doigts.

Pensant que cela la dérangeait, je retirais ma main, mais elle la reprit aussitôt et la remis en me disant "va y doucement"

Avec délicatesse, j'y insérais un doigt, très lentement tout l'embrassant avec la langue.

Je la prenais maintenant par derrière en pétrissant de mes mains ses seins. Le claquement de ses fesses sur mon bas ventre me rendait dingue, je pouvais voir toute la scène encore une fois, elle remit ma main à l'entrée interdite.

J'y rentrais maintenant 2 doigts, la mouille mélangée au lubrifiant du préservatif y étant peut être pour quelque chose ...

Elle gémit de plus en plus, me griffant la jambe droite et me regardant d'un air plaintif et heureuse.

Elle souriait de plaisir.

Nous avons terminé dans la position initiale, elle sur le dos. Elle me demanda d’arrêter, car elle en avait eu asse, ayant eu un orgasme.

Pour être à égalité, elle me masturba sans préservatif et j'ai pu jouir dans l'herbe la moitié de ma liqueur étant sur sa main.

Nous nous somme regardés dans les yeux, couchés dans l'herbe pendant 1h. Il a fallu nous rhabiller et remettre nos vêtements éparpillés un peu partout.

Puis le moment de retourner chez nous arriva.

J'avais le parfum des fleurs, des arbres, de la terre, et de caroline.

C'est dingue le genre de chose qui peut arriver en une journée?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien pour une première confession !

On ne peut te souhaiter que de continuer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Tendre émoi

Un très joli moment...

L'amour en extérieur a vraiment une incomparable saveur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu vois, tu as le virus de l'écriture qui te prend, légèreté, sensualité, bucolique.

Continue, une belle route s'offre à toi........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Titelilie

Superbe confession... Je pense qu'il ne faut pas que tu t'arrêtes ;)

Un trés doux moment à te lire...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbe, romantique presque, et surtout suintant d'érotisme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

très belle confession extérieur, les moments ont plus de saveurs

Ce sera un plaisir de te lire de nouveau

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très jolis débuts, et joliment raconté

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquinou333

Magnifique confession et tres romantique on s'y croirez vraiment sympa!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.