Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest XratonX

Isa, tu me veux ou pas...?

Recommended Posts

Guest XratonX

Salut à tous !

Je voudrais vous faire partager une histoire qui m’est arrivé l'été dernier. Sur le coup, le contexte de cette petite aventure m’ayant laissé une mauvaise marque, je n'ai pas eu envie d'en parler, mais aujourd'hui, je dois reconnaître que ce fut un sacré bon moment qui mérite d’être partagé.

Voilà l'histoire : J'avais fait connaissance via un forum d'une charmante jeune fille qui s'appelait Isa' ! Après maintes conversations sur le net, on finit par se rencontrer lors d'une IRL (rencontre en vrai) sur Lyon, et le courant passait plutôt bien entre nous, si bien que j'ai fini par m'attacher. Mais comme d'ordinaire, au moment de passer le cap, quelques temps plus tard, la belle Isa' préféra qu'on reste de bon amis sans rien de plus. Faut avouer que ça ne m'a pas fait très plaisir, on garda cependant de bon contact amicaux, réussissant même à nous revoir dès le mois suivant. Ne pouvant retenir mes élans, elle me remit plusieurs fois à ma place, refusant catégoriquement toute liaison autre qu'amicale.

Cependant, elle m'invita à venir passer un Week End chez elle, précisant bien que c'était un Week End amicale et rien de plus. J'accepte l'invitation, bien que toujours frustré de son refus et du coté amical. Je me présente donc chez elle le vendredi soir, accueilli par sa famille et je passe une excellente soirée en sa compagnie. Tout se corse au moment d'aller se coucher. Sa maison étant petite, nous n'eûmes d'autre choix que de faire chambre commune elle et moi. Et là, chose suspecte, un seul lit deux places, sa mezzanine étant encombré d'un bazar d'objet divers.

- Ça te dérange qu'on dorme ensemble ?

Je n’allais pas dire non. Chacun se met en pyjama et on se couche. Moi, bien entendu, j'avais le cœur qui battait à tout rompre et je sentais déjà mon sexe se durcir. Mais, fidèle à la condition posée, qui était de passer un week end amical, je restai de mon côté sans bouger, essayant d'oublier son corps contre mon dos. Le nuit fut longue…

Le lendemain fut une journée magnifique, et rien de notable ne se passa. Mais on rentra tard le soir (vers minuit), et le bazar de la mezzanine ne fut pas dégagé entre temps. Fatigué, on se recoucha ensemble... sauf que cette fois, elle se coucha vêtu d'une culotte et d'un T-shirt. Gêné, je me couchai à mon tour, et me tourna sur le côté en lui tournant le dos comme la veille. Mais je senti cette fois-là qu'elle se serait plus contre moi que la veille. Quand je fini par me tourner pour voir ce qu'elle faisait, elle vint illico se coucher sur mon épaule, me forçant à passer mon bras autour d'elle. Je me mis à bander comme un fou, le cœur battant à tout rompre, mais hurlant dans mon esprit "Promesse ! Week end amical ! Promesse ! Week end amical" ! Je sais, ça peut paraître stupide, mais bon...

Je restai donc ainsi pendant une bonne dizaine de minutes, Isa dormant contre moi. Mais quand je sentis sa main se poser sur ma cuisse, je ne pus m'empêcher de lui passer ma main sur le bas du dos. Lorsqu'en réponse, elle remonta sa main le long de ma cuisse pour s'arrêter à quelque centimètre de l'imposante bosse qui déformait mon boxer, je compris qu'elle ne dormait pas vraiment. Une petite voix sifflant toujours « promesse.. », je descendis discrètement ma main sur ses fesses, et eu pour réponse sa main sur mon entre-jambe. Le message était passé : ce qui restait de la promesse disparu et je fis entrer ma deuxième main dans la pour lui caresser la poitrine qui pointait sous son T-shirt. Il faut dire que j'étais au bord de l'explosion.

La suite se passa très vite. Alors que ses jambes s’ouvrait légèrement j’en profitais pour glissai ma main sur sa culotte, caressant le tissu et devinant sous mes doigts la forme de son sexe. Sa main toujours posé sur mon boxer, elle ne réagissait pas. Mais mon action subite ne semblait pas la déranger. J’accentuais mes caresses sur sa culotte, tentant de déclencher chez elle une réaction. Mais à part le fait qu’elle se collait un peu plus à moi, elle ne bougea pas, gardant sa main sur la bosse que formait mon sexe. Déterminé, je remontai ma main sur son ventre et la glissa sous son vêtement, pour aller câliner sa chatte directement. J’accompagnai mon geste d’un baiser dans le cou. Cette fois, elle ne put se retenir. Elle commença à frotter la bosse de mon boxer avec envie avant de plonger sa main dedans pour attraper mon sexe tendu, le sortir et commencer à le masturber.

Je ne pouvais plus m’arrêter. Je la doigtais avec avidité tandis qu’elle me branlait avec vigueur. Tout était oublié : la condition, ses refus, mon calme… tout était perdu, aspiré par mon envie de ce corps chaud collé contre moi. Lorsque je lui enleva sa culotte et que je me colla contre elle pour lui faire l’amour, elle eut un mouvement de recul et resserra un peu ses jambes. Mais lorsque je lui embrassa le cou, faisant frotter mon sexe sur elle, elle se laissa définitivement aller, et je lui fis l’amour. Ce moment que j’attendais depuis tant de temps était enfin arrivé ! Je ne faisais qu’un avec elle, nous bougions ensemble, accordant nos mouvement dans le va et viens de mon sexe en elle. Elle finit par jouir, étouffant un gémissement au fond de sa gorge pour ne pas se faire entendre de sa famille qui dormait à côté. L’entendre gémir de plaisir me fit monter jusqu'à l’orgasme et je jouis en elle, soufflant avec force pour retenir moi aussi un cri trop bruyant.

Après quoi, je me retirai, et me coucha à côté d’elle où nous nous endormîmes côte à côte. Le lendemain, elle se leva avant moi, apparemment gêné, remis sa culotte qui était tombé du lit pendant la nuit et disparu dans la salle de bain. Je l’accompagnai plus tard à la pharmacie pour prendre une pilule du lendemain… vus que nous n’avions pas pris de précautions la veille.

Mais le clou de l’histoire, c’est qu’elle continua de refuser toute relation avec moi, souhaitant entretenir une relation amicale, malgré ce qui venait de se passer. Et j’appris quelques mois après qu’elle fit ce petit sketch à plusieurs autres gars, refusant tout contact pour finalement coucher avec eux pour les envoyer baladé ensuite. Je ne parle plus à Isa depuis. Mais cette nuit reste tout de même profondément gravé dans ma mémoire !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui dommage que cela n'a pas eu de suite. Enfin ça restera toujours un bon souvenir agréable!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.