Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
archi83

la secretaire

Question

Bonjour,

Je travaille depuis 1 an et demi dans un bureau dans lequel la secretaire n est séparee que de quelques metres de moi.

Bien que nous n'ayons pas vraiement d'affinités, elle me fait plutot envie et je passe du temps a l'observer, à la matter et plus ca va plus elle m'exite...

Que faire? je suis parfois oblige de croiser les jambes sous mon bureau pour cacher mon embarras..et d'un autre cote j'aimerais qu elle me surprenne lorsque je suis exité

Cela vous est-il deja arrive? qu'avez vous fait alors?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

16 réponses à cette question

Recommended Posts

Sujet déplacé, il n'était pas à sa place dans "Vos Expériences", qui est réservé aux expériences sous forme de confessions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

petite suite..

celle ci, brune, assez sexy a le dont de m exiter et me donne vraiement envie au point qu il m arrive de me caresser discretement sous mon bureau (sans allez jusqu au bout...sniffff)

j aimerais vraiement pouvoir en voir plus et pourquoi pas meme plus que juste regarder et admirer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une histoire a épisode donc on attends la suite ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

aujourd hui comme les jours precedent je suis impatient en arrivant au travail de decouvrire sa tenue et de savoir enfin si je vais pouvoir profiter au moins visuelement de ses formes ( poitrine assez genereuse; je n ose lui demander ni leur taille ni de me les montrer..et pourtant...) et peut etre d appercevoir un bout de lingerie (string, culotte, soutif...)

mais ce matin, pantalon noir avec un haut noir moulant (miamm pour les seins que je devine alors) et malheureusement un gilet long qui me cache ses fesses et aussi un peu sa poitrine..domage...

neanmoins je suis exite quand meme a essayer d imaginer sa poitrine...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu lui a déjà parlé ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui bien sur je lui parle souvent; nous sommes la plupart du temps que nous deux au bureau donc évidement nous nous connaissons un peu...

mais il faudrait que je reussisse a l'amener à parler sur des sujets un peu plus libérés, un peu plus emoustillant plutot que sur des sujets juste banals...

malheureusement ce matin nous ne sommes pas seuls;on verra plus tard dans la journee...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

comment fairepour reussir a ce qu'elle me devoile ses dessous? voir meme qu'elle me devoile ce qu ils cachent?

Mais elle a encore aujourd hui ce satane gilet qui lui cache les fesses...je ne peux ren voir, rien deviner de ce cote;

par contre son haut moulant sur son buste et sa poitrine me provoque un debut d exitation.......mais qu'elle l'enleve!!!!

que je puisse enfin admirer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sens notre belle Brune en attente du déclic, en fine observatrice qu'elle est de la vie en entreprise... :) Il faut dire qu'elle a une longue expérience de la relation manager / assistant(e).

Plus sérieusement : a-t-elle remarqué que tu sembles attendre quelque chose ? C'est souvent le problème : on imagine, on espère, on fantasme, et ça évolue jour après jour. Mais rien ne change pour l'autre qui, de l'extérieur, ne peut rien voir ni sentir de ce bouillonnement. Il faut donc provoquer un peu les choses, et voir si votre relation peut progresser. Et surtout en restant correct et sans risquer de ruiner votre vie professionnelle. Partant du principe qu'un compliment, un peu d'humour et de gentillesse ne font jamais de mal (au contraire), n'hésite pas à dire à haute voix que tu la trouves élégante ou que sa tenue la met en valeur. Ne sois pas trop lourd, ne la harcèle pas de commentaires, sois naturel et laisse sortir les mots qui ont enie de sortir avec le sourire. En fonction de ses réactions, tu pourras faire un peu plus osé au fur et à mesure ; peut-être est-ce elle qui fera alors des efforts de communication, donc sois attentif. En te souhaitant le déclic !

Surtout, ne t'acharne pas trop si elle ne réagis pas. Tu ne peux pas aller trop vite et forcer les choses si vous n'êtes pas sur la même longueur d'onde. Au risque de tout casser.

Et j'attends la suite avec beaucoup, beaucoup d'impatience.

Bon courage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas vraiement si elle a remarque quelque chose bien que elle me surprene en ce moment assez régulierement à la regarder..mais comment l'interprete t elle? je ne sais pas je l avoue...

Bonne idee que les commentaires et les compliments; en plus aujourd hui journee de la femme; donc une bonne raison de commencer!

Mais j avoue ne pas etre tres patient..grrrr

je vais prendre mon mal en patience et on verra bien....

Pour aujourd hui, rien a voir; gros pull long qui masque fesses et poitrine et jean....domage pour moi!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ce matin, enfin un petit haut moulant et une petite jupe....dessous un collant je pense à moins que ce ne soit des bas, et ce serait alors tellement mieux....

je vais observer au fil de la journee et vous dirais ce que je pourrais appercevoir...

mais, sachez que deja je suis emoustille...comment faire autrement?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

me revoici pour vous parler de cette charmante secretaire....

et ce matin, un jean moulant son petit cul...j aimerais qu'elle se baisse devant moi pour vraiement en profiter et, en haut un habit moulant noir tres tres legerement transparent..enfin je peux legerement deviner sa poitrine et son soutif (il faudrait que je lui demande pourquoi ele en met toujours un...sans ce serait encore mieux evidement...!) et meme des petitses bosses au niveau des tetons...miam....

Domage que je ne sois pas la cet apres midi pour peut-etre en voir plus encore...

la suite de mon aventure voyeuriste dès que possible...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

de retour....toujours pas de progression malheureusement; néanmoins aujourd'hui plus que d autres jour elle est vraiment excitante avec ca petite jupe noire, ses collants et son chemisier décolleté noir. je vois le creux de ses seins et j'avoue avoir eu évidement une érection en prenant le café avec elle...elle n'en a rien vu (heureusement ou malheureusement?)...a priori toujours pas de bas c'est dommage car je pense que j'aurais pu voir le haut de ses cuisses alors qu'avec des collants finalement je ne vois pas... peut être pourrais-je vous en dire plus dans la journée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Finalement, tu aimes regarder... ou être regarder par les FInautes ? :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois qu'il aime raconter ce qu'il regarde....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois qu'il aime raconter ce qu'il regarde....

Oui, en effet. Je dirai même qu'il nous fait partager ses fantasmes et ses sensations en direct...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour, enfin le soleil, la chaleur et les tenues plus légères! joli décolleté! j'hésite encore a lui demander de me montrer plus.... Mais j en ai vraiment envie!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Secouss
      Notre expérience se fait avec le temps, on découvre que l'on aime les frites, que la piscine ce n'est pas notre truc, que les maths font mal à la tête, qu'internet est immense,....
       
      Et a un moment se fait le déclic, celui où l'on se sent Femme ou Homme et que notre corps devient un océan encore inexploré. Je n'avais pas plus de 15 ans quand j'ai découvert la beauté du corps d'une femme nue. Je ne vais pas vous raconter toutes les explorations, entre magazines de lingerie, découverte des BéDé pour adulte, des photos d'internet avec une connexion 512Ko,...
       
      Et un jour on rencontre sa Némésis, le sentiment ultime, la plénitude par un simple contact, une simple vue, un sous entendu.
       
      Je fouillais dans les tiroirs de ma mère (ne faites pas les innocents, qui ne l'a pas fait !) et je suis tombé sur ces 2 voiles si léger. J'ai tiré dessus et je les ai vu s'étendrent sous mes doigts. Le glissement de cette étole sur mes doigts, ma main, mon bras, ....
       
      Je venais de le découvrir, le nylon, la douceur d'une culotte en satin, le maillage d'un tissus travaillé, l'épaisseur d'une feuille de papier, le sentiment de la peau sous ma main. Au début ce seul contact suffit, il intrigue, étonne, capte l'attention et l'excitation, il devient le catalyseur d'un plaisir coupable.
       
      Cette première fois le simple toucher m'a suffit, je les ai repliés et rangés. Ensuite je suis reparti pour satisfaire mon plaisir charnel et la simple pensée m'a suffit pour jouir. La jouissance de cet âge, ou seul un petit filet incolore d'un liquide encore inconnu apparait au bout d'une verge source d'autant de complexes.
       
      Et les jours passent, à chaque fois, chaque contact de ma main sur mon sexe, chaque pensée érotique, je le retrouve. Le plaisir des yeux face a une femme qui le porte, admirer ses jambes gainées de ce tissus qui érotise n'importe quelle situation. Ce voile simple, couleur chair, que l'on trouve à la fois inutile mais indispensable.
       
      Vient enfin le moment, celui où l'on retourne le chercher, celui de l'approche furtive, le stress, le coeur qui bat la chamade, l'oreille aux aguets pour entendre un bruit de porte qui s'ouvrirait annonçant le retour des parents et la fin de cette quête chevaleresque du plaisir. S'approcher, ouvrir le tiroir en bois, calmement, doucement pour ne pas le faire grincer trop fort. Soulever les quelques culottes et enfin le voir, ce voile, cette fine maille. La prendre dans ses mains, sensation électrique, le frisson. Faire une pause dans le silence de la maison, pousser calmement le tiroir et l'emmener doucement dans sa grotte, son antre, sa chambre, son lit.
       
      Enfin nu avec cet objet, le glisser sur son corps, jouer avec l'élastique, le tout d'une seule main bien entendu. Découvrir le contraste du plastique des bas autofixants sans comprendre encore à quoi sert cette bande. Faire glisser ces bas sur son torse, ses bras, s'approcher ... et enfin le toucher, du bout d'un bas ou d'un collant, sentir la divine caresse du nylon sur son sexe encore jeune et incontrôlé... Sentir la jouissance monter, les vagues se répandrent dans son corps, les coups de boutoir du plaisir qui descend inexorablement vers cette zone bouillante. Et enfin l'instant de magie, le corps se contracte, le cerveau libère des doses incroyables d'hormones, de phéromones, les membres frissonnent, le sexe palpite... 
       
      Quelques secondes hors du temps, du monde, des problèmes de la jeunesse, du risque de se faire attraper,.... Laisser son corps revenir à lui calmement. Sentir chaque parcelle de ce corps si bizarre et pourtant, à cet instant, si parfait. Se redresser et faire le chemin inverse doucement pour ranger cet honteux objet de plaisir.
       
      Voulez-vous la suite de cette découverte ?
    • Par openmind-male
      Bonjour à tous,
       
      je suis thomas, j ai 26 ans. Etant tout nouveau sur ce site je ne sais comment m'y prendre...
      Voila , Je suis en couple depuis 2 ans, avec une femme magnifique que j aime très fort. sexuelement epanouis, j'ai un fantasme depuis quelques temps....
       
      J'aimerais rencontrer ici une inconnue avec qui j'aimerais avoir une relation intime via la webcam.
       
      Jaimerais vivre cette expérience nouvelle de me dévoiler à une inconnue, qu'elle se dévoile à moi, qu'on se découvre pour la première fois dans notre intimité et que l'on puisse vivre une expérience excitante dans laquelle nous partagerions un moment de plaisir d'habitude secret et solitaire mais cette fois si à deux... deux personne qui ne se connaissent ni d'adam ni d'eve et qui ne se reverront jamais, mais qui auront en commun ce souvenir si intime et si personnel.
       
      L'envie de vivre ce moment et de réaliser ce fantasme m'a conduit jusqu'ici pour peu être trouver cette inconnue partageant ce désir...
       
      Voilà, je me suis dévoilé....je vous souhaite a tous une belle vie et de réaliser tout vos fantasmes car nous n'avons qu'une seule vie....
       
      à la prochaine fois peu etre...
    • Par la brune
      En arrivant ici j'ai fait un blog et puis j'y ai posté de tout de rien, un peu de vous, un peu d'eux et aussi beaucoup de moi.
      Et puis au fil du temps je me rends compte que c'est un peu comme dans mon cerveau ou les piles sur mon bureau.
      Il n'y a que moi qui m'y retrouve. Du coup, je vais poster reprendre ici uniquement les liens vers mes récits.



      Des racontottes érotiques au coin du feu
    • Par dédale
      Cette fois il est bien là le bel automne !

      L'automne et son temps gris, froid, ce froid humide qui nous pénètre, nous frigorifie, nous glace les membres. Mais surtout ses couleurs, les bois magnifiques, des couleurs vives, merveilleuse tranchant avec la grisaille du ciel plombé, couvert.

      Nous somme là, tous les deux, main dans la main sur le chemin contournant la basilique Sainte Madeleine, le point de vue qui s'offre à nous depuis le promontoire de Vezelay est magnifique et le mélange de ses couleurs chatoyantes illumine les collines dont la douceurs des courbes n'est pas sans me rappeler les tiennes, je m'approche un peu plus de toi, tu poses ta tête sur mon épaules. Si tu ne portais pas cette grosse écharpe, je pourrais poser mes lèvres dans ton cou, je sais que tu en raffole. Au loin, les vallons d'Avallon et le Morvan s'étend autour de nous, ensemble, nous admirons cette nature qui s'endort peu à peu, se préparant à hiberner.

      Nos pas s'accordent sur le chemin gravillonneux, nos chaussures poussent, écrasent dans un bruit sourd les feuilles qui jonchent le sol. Je suis bien.

      Avec toi.

      La pluie vient perturber ce jolie tableau, cette pluie douce, froide, à la fois caressante mais si glaçante. Rejoindre la moto, repartir, nous mettre à l'abris de cette drache.


      Dehors, la pluie continue de tomber, poussé par le vent, les gouttes viennent claquer au carreau de la baie vitrée. La terrasse surplombant le lac est gorgée d'eau alors qu'à l’intérieur la bûche remise dans la cheminée commence à y ranimer le feu qui irradie peu à peu de sa chaleur dans la pièce.

      Tu te tiens là, nue sous cette couverture en polaire, tentant de réchauffer ton corps glacé par l'averse que nous n'avons pu éviter. Je te rejoins, me colle à toi, ensemble nous nous réchauffons, nos corps s’appellent, nos peaux ne se cherchent pas, elle se soudent l'une à l'autre. Nos bouches se mélangent, nos langues s'emmêlent et à même le sol, sur ce tapis rugueux, je m'allonge, tu viens sur moi, tête bêche à l'appel d'un désir fou, d'une irrésistible envie.

      Tu colles ton sexe sur ma bouche, je n'ai pas besoin d'une invitation, tu prends le mien dans la tienne, nos langues jouent, nous faisons monter le plaisir de l'autre, jouant de nos lèvres, de nos doigts jusqu'à ce que le l'orgasme coule, jaillisse. Je m'en abreuve, tu t'en délectes !

      Avallon


      Nous avalons chacun le nectar offert, fruit de nos jeux, de nos corps qui jouirent ensemble

      Le feu crépite, sa chaleur se répand, sa couleur envahie la pièce d'un ton orangé. dehors, il fait si sombre mais ton corps est lumineux, sublime. Encore à l'appel de l'amour.

      Je me redresse, me tourne, t'embrasse, t'enlace. Ta peau, merveille de douceur, de tendresse. Tes seins si rond, moelleux, sensibles. Si réceptifs à ma bouche, ma langue.

      Le vent souffle, redouble.

      Le tic-tac de l'horloge résonne, elle sonne, quelle heure ? pfff, on en a cure !

      Mon sexe revient, revit. Je sens le tien qui m'appelle aussi alors je me colle à toi, m'allonge sur toi. Le vent souffle entre les branches des arbres, moi, je glisse en toi, au rythme de leur danse saccadée. Peu à peu tes soupirs envahissent la pièce, tes gémissements se répandent dans la maison.

      Tes cris inondent les lieux

      Plus rien. Plus rien n'existe ! Le vent qui gronde entre les arbres, sur les volets, la pluie qui claque sur les vitres, nos corps qui claquent au gré de mes va et vient, le son de ta jouissance qui monte.

      Je te prends, te possède, là, sur le sol, sur cette table où nous déjeunons, contre ce mur.

      Je ne me contrôle pas, tu me laisses m'abandonner à toi, me laisse me fourvoyer dans tous tes orifices, la tempêtes à beau gronder, les éléments se déchaîner dehors, rien ne compte, rien n'existe si ce n'est tes cris, mes assauts, leur furie et soudain !

      Soudain nous grondons ensemble, dans un long râle commun nos corps se délectent du simple bonheur d'être là, ensemble, réunis tous les deux.

      Moi, en Toi

      Toi, contre Moi

      Ta peau, ton corps.

      Abandon total ...






    • Par Mein Teil
      Noirs instincts



      Ils se sont mêlés aux autres, dans une enveloppe charnelle

      Ils sont dos à dos, n'ont rien en commun

      Leurs bouts des doigts se cherchent, se trouvent

      Un voile rouge masque la lune

      L'assemblée est fascinée par le spectacle

      Ils profitent de l'instant

      Un baiser ardent, une étreinte

      Une anomalie, une aberration

      L'étreinte se poursuivra parmi les hommes

      Cachée derrière les peaux de bêtes et les tissus rouges

      Langues de velours, crocs luisants

      Cette énergie folle qui en jaillira

      J'absorberai tout je m'en nourrirais, je me baignerai dedans

      Et quand viendra l'instant je la propagerai

      Sois le témoin de cette douce folie

      Ebroue toi des moeurs inculquées

      Affranchis toi de tes limites

      Mes petites fleurs à moi sont des lanières de cuir

      Mes mots doux sont des grondements sourds

      Mes caresses laissent des traces de griffes

      Pas de vaine promesse, pas de mièverie

      Engouffres toi dans l'instant

      Vibre

      Déchire

      Renaît

      Sois prophète de tes propres envies

      Fais les voyager là où les autres n'osent pas s'aventurer

      Traverse les rideaux lumineux, les voiles sombres

      N'ai pas peur de qui tu es

      Et quand tu en auras terminé avec les murs de la décence

      Quand ton corps encore chaud tremblera et réclamera à nouveau

      Quand les hommes ne sauront plus te contrôler

      Quand les coccinelles forniqueront à ta seule vue

      Alors tu t'éleveras et tu prendras ta place parmi les Dieux qui t'ont crée.





×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.