Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mariveau

Cours de pâtisserie coquine(quatre mains de Mariveau et Mumutine)

Recommended Posts

Dans la nouvelle serie :"Mariveau s'amuse avec ses Muses"

Sur une idée, et des illustrations de Mumutine et un texte de Mariveau

Murielle aime la vie.

A quarante ans Murielle est une femme d’une beauté avérée, sensuelle, voluptueuse. Elle a des seins lourds aux aréoles légèrement rosées et aux pointes d’un rose subtilement ombré. Sa chute de reins est une invitation aux voyages, ses fesses sont une ode à la beauté à faire pâlir les déesses de l’Olympe.

Murielle aime les plaisirs,

Elle aime autant les plaisirs de la bouche, les plaisirs de l’amour. Depuis quelques moi elle entretient une relation érotique avec un homme rencontré sur le net. Elle aime ses mots, ses attentions, leurs rires, leurs échanges.

Elle a eu des amant, elle aime son mari , mas son envie de plaisir est trop fort et l’emporte dans le maelström de ses envies

Murielle est gourmande

Elle aime la cuisine, et plus particulièrement la pâtisserie. Lui aussi est gourmand, épicurien à l’extrême, il aime les plaisirs de la chair et de la chair. Elle le sait volage, papillon mais elle n’en a cure, elle l’aime pour ce qu’il est avec elle.

Murielle est espiègle et téméraire

Profitant du départ de son mari pour quelques jours, elle se trouve seule. Elle ose , elle sait qu’une amie, une confidente lui a proposé son appartement à Bâle pour s’isoler de temps en temps. Elle se lance, son amie a compris, elle est sa complice de toujours.

Murielle ose

Ce soir sur le net, il est là. Elle se lance, elle lui propose, il n’attend que çà.

« Je serai là demain »

Elle est troublée, excitée, inquiète, mais décidée. Elle prépare ses affaires, une petite valise, dedans sa plus belle lingerie, ses jouets préférés. Fermant son petit pavillon, elle prend son Picasso et prend l’autoroute direction Bâle. Lui il atterrira demain matin, elle l’attendra avec une surprise.

Murielle l’attend

Comme convenu, il a prit un taxi. Le véhicule s’arrête auprès d’un petit immeuble. Elle l’a entendu, elle frissonne. Il sonne

Murielle est mutine

« Entre je t’attends »

Il entre.

« Je suis dans la cuisine, je te prépare un kouglof »

« Hummmm, j’en salive »

Il l’a découvre simplement vêtue, d’un ensemble en dentelle noir, shorty et soutien gorge mettant en valeur sa divine poitrine.

01810.jpg

Elle reste là sans se retourner, pétrissant la pâte les mains plein de farine.

Il s’approche, elle sent son parfum, son souffle dans sa nuque.

Elle rêvait de cet instant, elle devine ses lèvres à quelques millimètres de sa peau.

« Bonjour Murielle, tu es magnifique »

Murielle se laisse aller mais garde le contrôle

Elle frisonne, elle sent la douceur des ses mains chaudes, glissant de ses épaules, le long de son corps, s’attardant au creux de ses reins, de ses hanches.

Elle tremble, elle sent la chaleur dans son ventre l’envahir.

Elle sent ses mains habiles dégrafer son soutien gorge, libérant ses seins sublimes.

Elle sent son désir masculin contre elle, elle en joue.

Elle se retourne tentant de dissimuler sa belle poitrine.

Ses mains pleines de farine laissent de délicates empreintes, qui ravissent son amant.

02810.jpg

Il la plaque contre la table, et l’embrasse avec passion, leurs lèvres se soudent, s’entrouvrent, leurs langues se mêlent, se font l’amour.

Elle arrache la chemise de son amant, elle veut sentir son torse contre ses seins aux pointes dardées couverts de farine.

Elle prend appui de ses mains sur la table, les mains de l’homme les rejoignent.

01410.jpg

Ils se redressent, il la serre contre lui, ses mains se plaquant sur les divins hémisphères fessiers de sa maitresses.

Il les pétrit avec sensualité et puissance comme le boulanger pétrit son pain.

Elle le repousse.

« Si tu veux savourer mon travail, laisse moi finir ma recette »

Ses yeux pétillent, brillent, et se retourne offrant ses fesses .Il sourit, sur le shorty il devine ses empreintes, elle le sait elle en joue.

03510.jpg

« Va te mettre à l’aise, nous avons encore beaucoup à faire pour parfaire ta connaissance de la pâtisserie »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien Mariveau, tu te lances dans la pâtisserie maintenant ?

Superbe cours de pâtisserie coquine donné par Mumutine !!!

Belle idée que ce roman-photo !!

Et le kouglof ? Il était bon au moins ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ch est vachement bon le Kouglof, pardon je parlais autant avec la bouche pleine que mes mains , j ai rectifié sur le blog mais je peux pas sur le topic

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On dit que de toutes les disciplines de la cuisine, la pâtisserie est la plus technique. Je vois hélas, Mariveau, que tu te laisses distraire par la cuisinière ; Mumutine, tu n'es pas raisonnable ! Mais je reconnais que la coquine est à croquer... :)

Bravo à tous les deux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kougloff coquin la recette

Temps de préparation : 120 minutes

Temps de cuisson : 50 minutes

Ingrédients (pour 1 moule) : - 500 g de farine

- 75 g de sucre

- 10 g de sel

- 150 g de beurre ramolli

- 2 oeufs

- 20 cl de lait tiède (attention ! pas chaud, sinon l'action de la levure ne se fera pas)

- 25 g de levure de bière (fraîche)

- 75 g de raisins secs

- 40 g d'amandes entières

- du sucre glace

Préparation de la recette :

Tremper les raisins dans de l'eau tiède pour les faire gonfler.

Mélanger la levure à 10 cl de lait et un peu de farine pour en faire une pâte à laisser reposer jusqu'à doublement de son volume.

Mélanger la farine restante, le sel, le sucre, les oeufs et les 10cl de lait restants. Pétrir pendant 15 mn pour bien aérer la pâte.

Ajouter le beurre ramolli et bien mélanger.

Ajouter ensuite le levain, puis pétrir quelques minutes jusqu'à ce que la pâte se détache des bords du récipient.

Couvrir d'un linge et laisser reposer pendant 1h dans un endroit tempéré (près d'un radiateur par exemple).

Faire reprendre à la pâte son volume initial en la tapotant.

Ajouter les raisins et mélanger.

Bien beurrer le moule à kougelhopf jusque dans les cannelures. Déposer une amande dans chaque cannelure. Y mettre la pâte et laisser reposer jusqu'à ce qu'elle arrive au bord du moule.

Cuire 50 minutes à thermostat 7 (200-210°C). Si la pâte se colore de trop, couvrir d'un papier sulfurisé.

Démouler sur une grille et saupoudrer généreusement de sucre glace.

Conseil vin :

un Gewurztraminer ou un Crémant d'Alsace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que c'est coquinement dit, que c'est coquinement illustré...Avec une Mumutine toujours aussi jolie!

Quel agréable moment je viens de passer à vous lire et à vous regarder...

En bonne gourmande...J'en redemanderai bien encore! :)

Merci à vous deux!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vraiment sublime

Bravo à toux les deux.

je dégusterai bien un petit morceau de kougloff.

Les photos pour montrer la préparation sont magnifiques, merci Mumutine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est amusant, ce récit photo.

Mumutine est fort séduisante et a un apprenti patissier désireux de faire de son mieux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

vous nous avez roulé dans la farine sur ce coup là....

bravo à vous deux et merci pour les illustrations

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique, et le texte, et les photos! Bravo à vous! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.