Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Miel Manara

Déferlante

Recommended Posts

[Dédicace à une amie qui appelle son marin de mari ainsi.]

J'ai un mari-marin.

Bientôt il me revient.

Un mec grand, beau, musclé,

en bel uniforme décoré.

Un homme doux, attentionné, prévenant,

d'un soutien sans faille, précieux... mais absent.

J'installe ma vie sans lui, absent de mon quotidien,

aussi chacun de ses retours doit être géré avec soin...

Sait-on encore vivre ensemble, sans s'envahir, s'agacer ?

Est-on capable de respecter nos rythmes, nos habitudes, nos jardins secrets ?

Notre chance est d'en avoir conscience, de cheminer, main dans la main...

quand son métier ne l'éloigne pas trop loin.

J'ai un mari-marin.

Il va rentrer demain.

Notre rituel se met en place,

mon impatience m'agace.

J'ai occupé mon week-end à préparer sa venue.

Son oeil brillera d'envie, dès qu'il m'aura aperçue.

Demain j'ai pris ma journée, réserver la cantine et la garderie...

car nos retrouvailles se font sans les enfants, la famille, les amis.

Nos retrouvailles nous appartiennent à tous deux,

aucune envie d'y inviter des curieux.

J'ai un mari-marin.

Je l'attends ce matin.

J'entends ses pas sur le gravier,

démarche fière mais précipitée.

Il fait voler la porte, son sac valse à travers l'entrée.

Ses yeux me cherchent, son sourire éclate dès qu'il m'a trouvée.

Il se précipite vers moi, se rue à l'abordage

de sa femme restée tout ce temps, à la maison, bien sage.

Sa bouche me dévore,

me mange et m'explore

Ses mains retracent la carte de ses désirs sans fin,

il navigue en eaux sûres et saisit mon bassin.

Collée à lui, tremblante, je m'abandonne à ses assauts,

je lui livre, vaincue, chaque parcelle de ma peau.

A ses pieds, ma robe tombe affalée,

ma poitrine le nargue, tétons dressés.

Un frisson me parcourt,

un vent doux détaille mon corps,

sa bouche est de velours,

son souffle se fait plus fort,

Il glisse sa main avide,

vers la conque qu'il convoite,

plonge dans l'eau limpide

de ma fente déjà moite.

Un sourcil en circonflexe

trahit son étonnement,

d'un sourire plein de tendresse

je reçois son contentement.

Ma peau est nue et lisse,

il la savoure glabre

et je sais qu'avec délice

il y plantera son sabre.

J'ai un mari-marin. Tempête du matin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelle superbe dédicace! :)

Balayée par les vents et l'odeur marine, tu m'as embarquée à bord de leur esquif!

Merci pour ce partage!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un poème à l'image de l'Océan, beau et redoutable.

Comme un léger vent de tendresse qui soudain se change en passion brulante, faisant lever les vagues.

Un poème que je trouve aussi fort que Le Port d'Amsterdam de Brel.

Ta plume est vraiment efficace Miel Manara. Elle ne laisse pas indemne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

Magnifique pour l'arrivée du Vendée globe....

encore une fois, au risque de me répété et de paraphraser splendide ode à l'amour, à la mer qui sépare, à l'amer, et à l'exquise saveur des retrouvailles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le retour de l'être aimé, que de belles perspectives !!!

L'absence magnifie les sens et les étreintes sont si intenses !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.