Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Miel Manara

Ma collègue

Recommended Posts

3 réunions dans la même après-midi, je vois bien que ma collègue revient éreintée dans le bureau que nous partageons.

Regard un peu vague, elle se tient les tempes, la migraine n'est pas loin.

Je me lève alors de mon bureau et vient me placer derrière elle pour lui masser les épaules. Elle est aussi étonnée que moi de ce geste et hésite à s'esquiver mais je la fais doucement mais fermement basculer sur son dossier :

« laisse-toi aller, ça te fera du bien, tu verras ! Après ce que tu viens d'endurer avec tous ces pinioufs, tu mérites bien un moment de détente et de repos ! »

Je masse ses épaules dures et contractées, sa tête est rejetée en arrière, posée contre le dossier, je devine ses yeux clos... mais que de tensions dans son dos !

Cela fait presque un an que nous partageons ce double bureau. J'apprécie énormément la compagnie de cette femme gaie, toujours souriante, souvent un mot pour rire. Je l'ai trouvée très attentionnée, intelligente, aussi, bref, d'une compagnie égale et agréable. Elle m'a parue très jolie dès le premier jour, mais j'avoue que sa tenue aujourd'hui me plait particulièrement. Elle est arrivée ce matin dans une robe noire assez sobre, mais rehaussée d'un blouson de cuir couleur miel et de bottes sous le genou assorties. Très classe, et un brin rock, ou provoc, que j'ai aimé.

Mes mains apprécient le contact du crêpe de sa robe même si je me prends à rêver de celui de sa peau... Je la sens enfin se détendre peu à peu. Je masse en douceur mais profondément ses épaules, puis remonte vers son cou. J'ai pris en main sa nuque et maintenant sa tête penchée en avant, relâchée, témoigne de son total abandon. Je remonte le long de sa nuque, vers son crâne, puis termine par un massage de son cuir chevelu qui la détend parfaitement. Un frisson la parcourt tandis qu'elle repose sa tête contre le dossier. Un sourire se dessine sur ses lèvres.

Mes mains la quittent doucement, je recule sans bruit et retourne m'asseoir.

Elle reste un moment perdue, puis braque ses yeux bleus sur moi et me remercie dans un sourire qui me fait rougir.

La journée touche à sa fin, nous n'osons trop nous parler. Elle range ses affaires et s'apprête à partir « A demain ! J'ai deux rendez-vous stressants dans la matinée... »

Je lui souris « je m'occuperai de toi à la pause déjeûner »

Je ne sais où cela va nous mener, mais je suis content/contente d'avoir eu l'audace de la masser ce soir...

Vivement demain...

_____________________________________________________________________________________________________________

Alors, content ou contente ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super récit :P

Impatient de savoir la suite ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Titelilie

Aller Miel avoue... ;)Contente biensur :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah mais moi je sais dans la peau de qui je l'ai écrit ;).. .mais en le relisant avant de le poster, je me suis rendue compte que je pouvais laisser l’ambiguïté ! :D

Bref, à vous de voir ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a une question où il faut répondre ? Je pense être clair ^^ ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un joli récit que tu nous livre là.

j'aime bien l'ambivalance de la situation.

Je dirais plutôt content, parce que je suis un garçon

mais ce serait peut être plus intéressant de suivre le développement de l'histoire avec contente.

peut-être que la conclusion de ce récit est que le narrateur/trice devient masseur à temps plein

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'hésite, les deux me plairaient bien !!!!

(Je sais, ça fait pas avancer le schmilblik....)

Je laisse le choix aux suivant (e) s ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Draouch

Pour une fois j'vais te le faire ici mon commentaire ;) J'aime ce que dégage ce petit texte et ce qu'il présage et ta façon de nous le faire sentir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un récit à ambiguïté.... Je dirais que l’ambiguïté me fera défaut ( la tendresses , la sensualité :oops: ) donc contente :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vivement demain... :good: :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rtx, si je te dis que ta réponse ne m'étonne pas ! :D

s'agitte r... les deux sont tentants, je te l'accorde :)

merci Dra ;)

Arka : haha, tu ne m'étonnes pas non plus !

Codem : euh, c'est un cyber demain qui peut faire plus de 24h, hein...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Tendre émoi

J'aime beaucoup !

Et je préfèrerai contente, pour voir l'ecriture de Miel dans un nouveau registre !

Entre femmes...

Pourvu que le cyberdemain soit plus court que les miens !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ahah Tendre , le entre femme avec Miel et très intéressant :P

Parfois il vaut mieux surprendre et parfois savoir rester soi même ( Je dis pas lequel j'ai choisi :P )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest pimpao

moi je dirai content

tres jolie Miel ......la suite vite :bien1: :bien1: :bien1:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

Pas content..... Mais ravi et impatient de connaître la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors ? Il vient quand ce demain ? :P (a)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je fais mon TE :P

non mais ayé... je sais quoi et comment vous écrire la suite... mais euh... va vraiment falloir être patient ;):lol:

mais vous ne serez pas déçus ;) (enfin j'espère !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

toujours dans une merveilleuse douceur .

une douceur et sensualité toute féminine donc contente

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton côté masculin qui remonte ? Une émotion nouvelle qui t'envahit, un désir qui brouille ta sensibilité de femme ?

Ou bien ? J'attends la suite, puisque tu tiens tant à jouer avec nous... :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon voilà, on est "demain" :bbl:

Alors il y a deux suites à ce texte... L'une de moi, l'autre pas.

Je vous invite à me dire...

- quelle suite j'ai écrite (je pense que vous reconnaitrez mon style aisément :D)

- ai-je écrit cette suite en tant qu'homme ou femme ? même question pour la première partie

- l'autre suite est donc écrit du point de vue de l'autre sexe, mais qui l'a écrite ? un complice ? une complice ? et si vous devinez qui... chapeau !!

Je vous les mets séparément.

____________________________________________________________________________________________________________________

Première version.

Ce petit bureau où la chaleur règne parfois, source de nos tourments, n'abrite que ma collègue et moi ...

Les rendez-vous sont passés , je vois bien ce regard qui me parcourt , me détaille . Elle a l'air absente mais sans l’être , juste très fatiguée peut-être .

Je me déplace alors vers elle , nonchalamment , elle m'observe avec un vide puis dit d'un coup " Enfin ! Je n'attendais que ce petit moment que tu m'avais promis hier . "

Ces mots me font sourire , elle est si douce dans sa manière de parler .. Comme si elle me mettait au défi sans vraiment me le dire mais qu'elle le désire tout autant de moi .

Ma main caresse sa main et se fait un peu plus pressante en remontant son avant bras … je sens sa peau frissonner à travers ce petit chemisier. , Elle me regarde puis ferme les yeux appréciant ce contact . Ma main caresse son coude doucement avant de remonter à l'épaule où elle se fait plus insistante ; mes doigts caressent sa peau de son épaule à la nuque .

Je me place derrière elle , elle ressent cette présence par ce souffle dû à ma respiration .. sa main passe derrière elle et caresse mon corps , elle se fait plus présente sur mes cuisses . Je masse ses épaules , elle soupire , sûrement de satisfaction.

Elle se retourne d'un mouvement léger et soyeux, mais assez rapide, qui provoque chez moi un arrêt , elle s'élance alors sur moi , ses lèvres touchent le coin des miennes. Puis s’étendent , j'échange alors un baiser si doux et qui me montre son désir de continuer .

Puis elle se retire , je lui montre que je la désire tout autant en l'embrassant à nouveau … elle m'avoue alors qu'elle n'a pas arrêté de repenser à hier et qu'elle avait envie d'aller plus loin .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deuxième version :

J'arrive au bureau en premier, comme à mon habitude, mais je me surprend à guetter son arrivée. Elle a dû aller directement à ses rendez-vous car je ne la vois pas et il est déjà 11h passées. Je reçois un coup de fil qui s'éternise et se complique. Par réflexe je me mets debout, commence à arpenter nerveusement la pièce, puis me place à la fenêtre, le regard perdu dans l'animation de la rue. Je ne l'entends pas arriver et j'ai un sursaut lorsque je la sens contre mon dos, ses mains sur mes hanches, son souffle dans mon cou. Je balbutie un peu au téléphone et profite d'un blanc de mon interlocuteur pour en prendre congé. L'heure du déjeuner approche, l'animation soudaine dans les couloirs en témoigne.

Je suis là, immobile devant cette fenêtre, l'esprit ailleurs, les bras ballants, le téléphone muet resté dans ma main et je savoure sa présence troublante dans mon dos. J'ai une irrésistible envie de la prendre dans mes bras et l'embrasser et me retire ne fait qu'augmenter ce désir.

« Tu ne m'avais pas promis de t'occuper de moi à la pause de midi ? » me demande-t-elle d'un air ingénu...

Je me retourne doucement, elle se recule un peu, je lui fais face. Je lui souris « Si, je t'attendais. »

Je lui apporte son manteau, l'aide à l'enfiler, lui tend son sac, me vêt et l'invite à me suivre. Ma sœur habite à quelques minutes à pied de mon lieu de travail et j'ai ses clefs et son approbation aujourd'hui. Nous sommes rapidement à destination et elle me suit dans les couloirs de l'immeuble sans poser de question. J'ouvre l'appartement, la débarrasse de ses effets et l'invite à s'installer au salon. « Je mets en route le repas et j'arrive ». Ma sœur a eu la gentillesse de me laisser un plat tout prêt à réchauffer au four. Je retourne rapidement retrouver ma collègue, installée au bord du canapé comme si elle n'osait pas trop, penchée sur la table basse à feuilleter un magazine qui traînait.

Je sens un sourire éclairer malgré moi mon visage, à la vue de cette silhouette gracieuse. J'ose soudainement me glisser entre elle et le dossier du canapé, une jambe de chaque côté collée à ses cuisses, mon bassin contre ses reins, je pose rapidement mes mains sur ses épaules et commence délicatement à la masser. La surprise passée, la gêne sans doute aussi de ma position, elle se laisse aller sous mes doigts, se rappelant sans doute le bien-être que je lui procurais hier.

Aujourd'hui elle porte un chemisier et mes mains glissent lentement de ses épaules vers l'échancrure de celui-ci puis défont ses boutons un à un avec douceur. Elle doit sentir mon souffle sur sa nuque, je l'effleure de mes lèvres. Avec une extrême lenteur et en lui prodiguant de douces caresses, je lui retire cette étoffe sans qu'elle ne manifeste de résistance.

Mon massage de ses épaules reprend, incluant ses omoplates et sa nuque dont j'admire le grain de peau et savoure la douceur sous mes doigts. Je fais glisser les bretelles de son soutien-gorge qui retombent sur ses bras et je poursuis mon massage. Mais cette barre de tissu en travers de son dos m'agace et d'une main agile de le dégrafe et libère toute la surface du dos. Elle n'hésite pas à le retirer totalement et le laisser tomber à ses pieds. Je ne vois pas ses seins, je les devine, je les espère...

La prenant par les épaules je la fais pivoter pour l'allonger sur le canapé, sur le ventre. Je fais glisser la fermeture de sa jupe et commence à la lui retirer, elle soulève légèrement son bassin pour m'aider.

Elle est là, abandonnée sur le canapé, ses fesses magnifiques mises en valeur par la dentelle de son tanga blanc, ses jambes infinies gainées de bas clairs, ses cheveux épars sur ses épaules, sa tête de côté, je vois ses yeux clos et son sourire aux lèvres. J'attrape le tube de gel de massage resté à portée de main, je m'assied sur ses cuisses et reprend mon massage pour la détendre.

Elle laisse échapper un soupir d'aise et son sourire s'élargit. J'aime la voir détendue ainsi. Je m'attarde sur ses reins, j'effleure le haut de ses fesses et je me prend à espérer que son sexe s'humidifie lentement.

Tandis que je regarde avec gourmandise son fessier frissonnant devant moi, elle se tourne vers moi, ses beaux yeux bleus me souriant autant que sa bouche puis elle continue de pivoter. Je me soulève un peu pour la laisser agir et me replace sur ses cuisses... son ventre et ses seins me faisant face et monopolisant mon regard.

Je n'ose pas la caresser mais elle saisit mes mains et les pose sur ses seins, on ne peut lire d'invitation plus claire. Nos regards ne se quittent plus et je sens poindre ses tétons dans mes mains tandis que j'effleure ces deux superbes monts de chair, doux et chauds.

J'hésite, mais son regard m'invite à oser porter mes lèvres jusqu'à un sein, plus passer de l'un à l'autre. Ma langue s'enroule autour de ses tétons, mes lèvres les pincent, la bouche les aspirent, les mains les caressent, ma langue les lèchent... puis descend par petits points le long de son ventre, s'attarde sur son nombril et descend encore... dépose de doux baisers sur son pubis à la lisière de son tanga...

Je récupère mes mains en caressant ses flancs et poursuis pour faire glisser ce tanga sur ses cuisses. Elle soulève son bassin pour m'aider et accepter sans un mot ce que je fais. Ma bouche reprend ses doux baisers sur son pubis découvert et descend doucement jusqu'à son sexe offert.

Je remonte mes mains sur ses seins, attrapant ses tétons entre mes doigts, tandis que ma langue s'insère entre ses lèvres et part à la recherche de son bouton d'amour.

Son sexe est doux et chaud, très humide et son bourgeon est déjà dur, frétillant sous ma langue taquine. Je l'entends soupirer, je suis son bassin qui se lève à la recherche de mon contact, je sens ses mains se poser sur les miennes et m'enserrer dans une invitation muette à poursuivre...

Ma langue glisse le long de sa fente puis remonte jouer avec son bouton. Son sexe s'ouvre peu à peu et je le vois luire de plaisir. J'enfonce enfin ma langue dans son antre offerte et je l'entends pousser un petit cri de plaisir. Mes mains sont sur ses hanches, je la tiens fermement et ma bouche avide se repaît de son sexe. Elle gémit à présent et ondule du bassin. Sa main se pose sur ma tête, ses doigts s'enfoncent dans mes cheveux et son geste se fait pesant... Je la mange goulûment, je m'enivre de son doux parfum.

Caressant la fine toison de son pubis, ma main gauche se fraye un chemin entre ses cuisses et je viens faire coulisser sans peine trois de mes longs doigts dans son sexe. Je lui arrache ainsi un second cri et sa respiration s'accélère. Mes mouvements aussi. Ma langue s'agite sur son bouton, mes doigts vont et viennent en elle, caressant les doux monts de son antre secrète... Son bassin se tend, son ventre se contracte, elle crie son plaisir, elle me supplie de continuer puis dans un dernier cri, un dernier soubresaut, je la vois se tendre dans un orgasme superbe. Son sexe coule de plaisir, dont je me régale aussitôt, ses jambes s'agitent, son corps frissonne. Je la laisse doucement retomber, je ralentis mes caresses, pose une main sur son sexe encore chaud et remonte embrasser ce ventre... ces seins... et découvrir ses lèvres entrouvertes.

Ses bras m'enlacent, ses jambes m'enserrent, sa bouche dévore la mienne et nous échangeons un long baiser passionné et fougueux.

Le four sonne, je me dégage subitement, la laissant un peu interdite. Je m'enfuis vers la cuisine pour présenter notre frugal repas. Elle reste un moment sur le canapé, pensive puis se redresse, me rejoint, nue et féline, se colle à moi, m'enlace...

« et toi ? »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La première partie est celle d'un homme, la seconde est écrite par toi et le personnage est une femme :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest jeanmimel

à chaud aprés 1ere lecture (rapide vu mon emploi du temps) :

1er texte de toi, homme ou femme ? je ne sais pas encore car il y peu d'éléments..

2e texte donc pas de toi, en même temps je n'y ai pas retrouvé instantanément ta plume (en plus, je les ai lu dans le desordre sur mon phone...) et il s'agit là d'un homme....

Bon, maintenant que j'ai lu le post de sindrali, je doute (comme à mon habitude) donc relecture prévu dés que possible (pas avant lundi j'en ai peur, et encore...)

Bises

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.