Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

moon

La visite médicale

Recommended Posts

Lors de notre seconde année d'études supérieures, toute la classe a été convoquée pour la visite médicale. Nous étions un peu surpris car ayant tous +/- 20 ans, on ne s'attendait plus à devoir y aller. On nous a expliqué que c'était obligatoire afin de pouvoir effectuer nos stages en entreprises. Inutile de dire que ça ne nous emballait pas mais quand faut y aller, faut y aller.

La veille de cette visite médicale, j'avais choisi de dormir chez ma petit amie V. qui était dans la même classe que moi. Le soir, j'entrepris de me coller à elle et commençai à lui donner des petits bisous dans le cou, à lui caresser les seins. Mais elle était distante, tendue, je sentais que quelque chose n'allait pas. Elle m'a repoussé gentiment et m'a dit de ne rien attendre d'elle ce soir. Je lui ai bien entendu demandé des explications, si j'étais responsable de sa "mauvaise humeur".

Sa réponse fusa : "tu n'es pas responsable, mais la visite médicale de demain me stresse. Je n'aime pas les médecins et me retrouver en petite tenue devant eux ne me plaît pas, j'ai horreur d'être examinée sous toutes les coutures".

J'ai tenté de la rassurer, de dédramatiser : "Tu sais, je pense que ce n'est qu'un contrôle de routine, juste voir si on est apte au travail." Je sentais qu'elle n'était qu'à moitié rassurée mais elle s'endormit finalement d'un sommeil agité.

Le matin, c'est avec des pieds de plomb que nous nous rendîmes au centre médical. Le bâtiment était vieux, vétuste, pas très avenant à vrai dire. Cela ne faisait qu'augmenter l'angoisse. On nous mit dans un local pour patienter. L'infirmière arriva assez rapidement. C'était bien le genre de femme qui ne s'en laissait pas compter : la cinquantaine, petite, ronde, l'allure sévère, le timbre de voix autoritaire. Bref, valait mieux filer droit. "Bon, je vois qu'il n'y a que 2 garçons dans la classe, vous passerez donc les premiers. Allez-vous mettre dans une cabine et déshabillez-vous, vous pouvez garder le slip. Et n'oublier (n'oubliez) pas d'uriner dans le petit pot, je viendrai vous chercher. Ensuite, ce sera au tour des filles et par ordre alphabétique svp. Mêmes consignes que pour les garçons".

Même pas eu le temps de dire ouf qu'elle nous poussait vers la cabine. Me voilà déshabillé et en train de faire pipi dans le petit pot que déjà elle frappe à la porte. "Le médecin vous attend !"

Je sors de la cabine et me dirige vers le cabinet médical. Là, deuxième choc, pièce exigüe avec des engins médicaux qui datent du Moyen-Age ... . Je pense à V. qui me suit dans la cabine car elle est une des premières de la liste alphabétique, elle doit être stressée.

Le médecin me pose les questions d'usage, il doit également avoir dans la cinquantaine avec des airs de cochon, un regard lubrique, je le verrais plutôt jouer dans un film porno. Enfin, rien de particulier, il complète mon dossier médical avec les réponses que je lui fournis.

Il a l'air expéditif, tant mieux. Après avoir écouté mon coeur, il me baisse soudainement le slip, attrape mon sexe et le décallote. Ensuite, il malaxe mes testicules à m'en faire mal, franchement désagréable et ça m'a surpris. Je ne m'attendais pas à un examen si poussé et en suis assez choqué. Enfin, ça a été vite à défaut d'être agréable. Je regagne la cabine au plus vite pour me rhabiller.

Alors, commence l'attente pour V. J'espère que l'examen sera aussi rapide pour elle.

Elle est dans la cabine et se dévêt lentement. Ensuite, vient le moment du pipi dans le petit pot, elle s'exécute mais plus de papier pour s'essuyer. Elle reste un temps assez long accroupie au-dessus du petit pot et se secoue pour faire tomber la dernière goutte. Comme pour moi, l'infirmière vient frapper à la porte, V. se relève prestement en remontant son slip et là quelques gouttes s'échappent de sa vessie et viennent souiller le fond de sa culotte. Cela la gêne énormément mais pas le choix, elle doit se présenter chez le doc.

En arrivant dans le couloir, l'infirmière l'apostrophe et lui ordonne d'également retirer son soutien-gorge, qu'elle avait donné une consigne claire, l'examen se passe en slip !

Là, la gêne s'empare encore plus de ma petite amie. Elle ne sait plus où mettre ses mains, ou devant ses seins ou devant sa petite culotte humide d'urine.

Enfin, elle arrive dans la pièce où se trouve le médecin. Elle en fait rapidement le tour des yeux et est à-demi rassurée quand elle s'aperçoit qu'il n'y a pas d'étriers à la table d'auscultation. Elle a horreur de cette position dégradante et ouverte à tous les regards.

Elle s'assied face au médecin qui ouvre un dossier à son nom. Elle tente tant bien que mal de cacher ses petits seins aux yeux inquisiteurs du doc reluqueur. Alors s'en suit une série de questions d'abord traditionnelles ensuite intimes voire très intimes comme la date de ses premières règles, la date de ses dernières règles, la fréquence de rapports sexuels. La gêne la gagne à nouveau, parler de son intimité à un inconnu, de ses règles, de sa vie sexuelle, ... ça la bloque et la met très mal à l'aise.

Une fois cet interrogatoire terminé, il lui demande de marcher devant lui et l'infirmière. Cette fois, ce sont 2 paires d'yeux inquisiteurs qui la mattent. Elle doit se pencher en avant, s'accroupir cuisses écartées plusieurs fois de suite. Les deux voyeurs se rincent l'oeil de ces positions limite obscènes.

Ma copine a chaud, elle transpire. Dans cette pièce exigüe l'odeur de sa transpiration est perfectible, sa bouche est sèche.

A un moment donné, il lui demande de se coucher avec les bras le long du corps sur la table d'examen.

Là, le doc et l'infirmière se mettent de chaque côté de la table et entreprennent de lui palper les seins. Elle proteste, ils lui répondent qu'elle n'est plus une enfant, que c'est une "vraie" visite médicale donnant l'accès au monde du travail. Pendant un temps qui lui semble très long, ils lui palpent, triturent, malaxent les seins. L'examen est désagréable mais V. a toujours eu les seins très réceptifs. Ses tétons pointent et ça ne manque pas d'amuser les deux pervers. Ils constatent tous deux que malgré sa poitrine d'adolescente, les seins réagissent bien.

"Et maintenant voyons si elle est aussi blonde que le sont ses cheveux".

Ce faisant, les mains du médecin descendent vers l'élastique du slip en coton blanc de V. Elle empêche le docteur d'aller plus loin : pas question de lui montrer son intimité !

Du coup, l'infirmière lui attrape les mains et l'empêche de résister. Quelle poigne cette infirmière pas moyen de se libérer de son étreinte. Prestement, le médecin lui abaisse le slip jusqu'aux chevilles.

Là, c'en est trop, des larmes commencent à couler sur son visage d'être ainsi nue à la merci des deux représentants du corps médical. "Regardez-moi ça quelle toison abondante et aussi blonde que ses cheveux dit-il à l'infirmière. Il n'y a pas beaucoup d'entretien de son sexe, ça favorise les infections. Ce sera à noter dans son dossier médical.

Puis, se voulant rassurant, le doc lui dit qu'il ne peut pas lui faire d'examen gynécologique car il n'est pas équipé. Pour contre, il doit quand même regarder son sexe afin de détecter une anomalie "extérieure".

D'une poigne de fer, il replie les jambes de V.et écarte ses cuisses. Maintenant, c'est son clitoris et ses lèvres qui sont bien "visibles", elle peut sentir le souffle des praticiens sur son sexe.

De ses gros doigts boudinés, il lui écarte les grandes lèvres et en profite pour décalloter le clitoris et le presser entre ses doigts. La pression est telle qu'elle ne peut réprimer un cri de douleur. Paradoxalement, elle sent sa chate mouiller de plus en plus malgré cette situation extrêmement désagréable.

Le médecin relâche la pression et lui remonte son slip. A ce moment, perlent encore quelques gouttes d'urine se mélangeant à sa chate baveuse, ce que ne manque pas de repérer nos deux compères.

Enfin, l'examen est terminé. Elle se rhabille au plus vite encore toute tremblante et la culotte trempée. Lorsqu'elle revient dans le local, les autres filles s'empressent de lui demander comment ça se passe. Elle peut juste leur répondre qu'elles devront dévoiler toute leur intimité. Des cris de protestation s'élèvent mais les filles ont compris que vu l'état de V., ses paroles sont vraies.

Quelques jours après cette visite, elle reçoit dans la boîte aux lettres les résultats de la visite médicale : négatifs. Motifs : patiente particulièrement émotive, tension trop élevée, dos à surveiller, fuites urinaires incontrôlées, pilosité trop abondante - risque d'infections. Merci de prendre contact avec le centre médical pour un nouvel examen le ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne pouvais espérer plus beau cadeau de fin d'année de ta part !!! ;)

J'attends la suite, avec impatience !! (bah je t'avais prévenu, hein !!! lol)

Bisous. :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.