Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Miel Manara

Retrouvailles

Recommended Posts

Ete 1994

Ca a du bon d'être en fac, j'ai fini les cours ce 10 juin et ne reprend que mi-octobre !

J'ai rempli la voiture pour deux mois, planche sur le toit, écureuil installé à l'avant, je migre enfin sur le Bassin et quitte Paris sans regret !

7 heures de route quand tu as le permis depuis 1 mois, que t'as pas d'auto-radio et qu'il pleut à verses, c'est vraiment un truc de taré ! Mais je suis une warrior, et je rentre enfin dans Arès...

Je vais jusqu'à la jetée, pour le plaisir de voir enfin la mer, ma petite mer de Buch tant aimée, puis je prends les rues qui longent la mer et arrivent jusqu'au club.

Marée haute, ils sont tous là. Mes potes me font la fête, c'est toujours un bonheur de revenir là ! Il y a les Arésiens, les Bordelais déjà... les Toulousains seront là en août, d'autres parigots comme moi arrivent mi juillet.. on est une sacrée bande, soudée depuis des années, avec comme point de chute ce club.

Maman loue toujours la même villa derrière le club, mais pour le mois d'août seulement, d'ici là et au-delà, faut que je me démerde !

Les copains sont au courant, ils m'attendent avec un planning de squatt bien étudié !

Ce soir on fait la fête dans la villa de Mathieu, ses parents ne seront là que dans quinze jours, je peux m'installer...

Je prend mes marques au club aussi, je retrouve les monos, le chef de base, on se répartit les groupes pour la saison. Faut que je rafistole ma sécu qui a morflé cet hiver, et mon moteur a pris l'eau y'a une semaine. Du boulot en vue pour accueillir les enfants.

Mais pour l'heure c'est marée haute et ma planche n'est déjà plus sur le toit... j'ai troqué mon jean pour le shorty qui ne me quittera plus de l'été, seconde peau. Je latte ma voile, réglages rapides, on fignolera les jours suivants, harnais en place, je fais un essai à terre, ok ! Hop ! Tout sur l'épaule, je cours vers l'eau, retrouver mes potes véliplanchistes qui jouent déjà avec cette petite brise...

C'est parti ! Ca souffle bien, clapot sympa, premier petit planning de la saison en vue, dans deux minutes vous m'entendrez hurler de bonheur !

Je file droit devant,

je sens le vent dans mes cheveux, je joue avec lui à travers ma voile, je me laisse porter par sa puissance, je m'appuie dessus pour virer

Je ne sens d'abord les vagues sous mes pieds, l'eau fraîche qui vient me lécher, puis plus rien, j'ai décollé... jouissance extrême que peu comprendront

Je m'enivre de l'odeur du sel, de la vase, des algues, l'odeur de mon Bassin

Je ris avec les mouettes, je saute les corps-morts, schlack je contourne un banc de sable, zim, je m'enfile un chenal...

Je me dérouille doucement, avec un vent pareil, les potes vont vouloir aller à l'océan, et là, ça ne rigole plus ! Il ne s'agit pas de foirer la moindre figure, t'as des tonnes d'eau qui te rappellent vite où tu te trouves...

Je reviens au bord quand mes paumes me brûlent, je ne vais pas me faire des ampoules le premier jour ! Rinçage, rangeage, toujours s'occuper du matos en premier.

On rigole, on se vanne... les bordelais se foutent de mon teint de porcelaine, ils en profitent, ça ne va pas durer, moi je me fous de leurs marques de shorty déjà bien visibles, j'en profitent, je serai comme eux dans peu de temps !!

L'eau est déjà repartie, on peut squatter le sable devant le club. En tailleur face à la mer, je savoure la première Camel de ma saison, Mathieu nous sert l'apéro. On est vendredi, leur semaine aussi est finie.

"Demain on décolle à 7h et on dort à l'océan. Expédition supermarché ce soir, on prend quoi ?"

La liste des courses est vite torchée, deux courageux s'en chargent, moi faut que je vide ma voiture et que je m'installe.

J'ai peu dormi cette première nuit, trop excitée de tant de bonheur !

A 7 h je suis au club, on charge des planches sur mon toit pourvu de galerie, le reste dans la camionnette des monos, et on s'entasse, on rigole et on fiche le camp pour 48 h de bonheur entre jeunes de 16 à 22 ans qui se connaissent depuis leurs couches culotte...

A peine sur le parking l'odeur de l'océan me prend aux tripes, je cours sur les caillebotis malgré tout le matos que je trimballe et à peine en haut de la dune, alors que je le vois enfin, je hurle notre traditionnel "THALATTA" ! Oh bordel que c'est bon d'être là !!

On dévale dans le sable comme des tarés, on sème nos affaires tout du long, on s'en fout ! On se dessape en courant et on se jète, nus, dans l'océan... ACHA ! Toujours aussi froid !

Une vague, deux vagues, on est roulés, malaxés, essorés, plus sablés que mouillés, mais heureux ! On constate que ça tire bien, je tente un peu de bodysurf pour tester, yes... on va profiter des derniers rayons du soleil !

Retour sur la plage, rhabillage en tenue, sortie des planches de surf, avec le soir le vent est tombé et zou, c'est reparti ! On n'est que 3 à surfer, les autres ont sorti leurs biscottes, on ne se moque pas, ils nous éclatent en voile, on les éclate en planche, chacun son truc.

On passe facile les premiers rouleaux, on rame un peu et on s'attaque à la deuxième barre. Les vagues sont hautes, dures, elles tirent loin mais si tu te loupes c'est machine à laver assurée ! Ca brasse !

Il commence à faire sombre, on se fait signe de rentrer, les autres ont déjà fait le feu, sorti le dîner... et l'apéro !

A cette heure et là où on est, la plage est à nous, pour la nuit et même pour le WE.

On voit au loin les parties surveillées qui seront noires de monde au soleil levé, c'est bon d'être du coin !

J'ai viré le shorty, enfilé un pull direct sur le maillot mouillé et je m'allonge près du feu, directement sur le sable un peu frais. Je regarde le soleil se coucher, j'attends le ciel étoilé sans pollution urbaine, je sirote mon verre tranquille et je me sens rudement bien.

Thomas vient s'allonger près de moi "alors ? Ça fait du bien ?"

"oh tu peux pas imaginer ! Toi t'en profites toute l'année..."

"Oui mais je ne m'en lasse pas ! Ca s'est bien passé ton année, toi ?"

"ouais, nickel, j'ai tout eu, et toi ?"

"ça va, plus qu'un an"

"Veinard. Tu fais les 24h cette année ?"

"ouais, je voulais te demander si on ne se les faisait pas avec le bateau de mon père tous les deux"

"si tu veux, mais et ton frère ?"

"il sait pas si il peut, on peut se mettre à trois"

"ce serait même mieux... s'ils prévoient du vent, tu vas encore me foutre au rappel non stop et je te serai d'aucune aide"

"on verra bien, il sera soulagé de savoir qu'au pire j'ai quelqu'un quand même"

Dernier rayon, il n'est pas vert... on s'enfonce dans la nuit, seul le feu nous éclaire.

Instinctivement mes mains et mes pieds jouent avec le sable, je ne pense plus à rien, je profite.

Thomas me prend soudain la main, ses doigts se mêlent aux miens. Je regarde le ciel et sourit.

On avait fini par s'embrasser à la fin de l'été dernier, peut-être deux jours avant que je parte. Chacun avait eu de nombreuses conquêtes dans l'été, on s'était soutenus dans les moments difficiles, on s'était arrangé des coups mutuellement, on s'était couverts auprès des parents, bref, on avait été une année de plus les vieux potes d'enfance qui se sont connus au club Mickey... je m'en souviens encore.

La fin de l'été nous avait laissés un peu désœuvrés, j'étais la dernière à repartir, lui habitait ici. Un soir on s'était embrassés sur la plage, puis, aussi gênés l'un que l'autre, on était rentrés chacun de son côté et l'année scolaire nous avait engloutis.

J'avais fait l'autruche pendant un an, ne pas y penser tellement je ne savais pas quoi en penser...

Et là, il me tenait la main, sans un mot.

Partage d'un moment fort où je sais qu'il me comprend ? Petit signe pour me dire qu'il voudrait reprendre là où on avait laissé notre histoire ? Je ne sais toujours pas quoi penser.

Alors je ne pense pas, je ferme les yeux, je m'incruste dans le sable, je laisse la nuit et l'océan m'envahir et je pousse un soupir d'aise.

Appeler par d'autres pour les aider à je ne sais quoi, il se lève et j'en profite pour rejoindre les amies avec qui je n'ai pas pu encore échanger vraiment.

Le week-end ne sera qu'une succession de baignades éreintantes, de surf quand le vent tombe, de funboard quand le vent le permet. Antoine cassera son mât d'ailleurs. Et de bouffe et boissons autour du feu de camp, de siestes et nuits courtes dans le sable... de quelques pétards qui tournèrent aussi, bref, heureusement que les parents ne sont pas là !

Deux semaines avant l'ouverture au public du club, avec tout ce qu'il faut réparer et préparer, on n'arrête pas du soir au matin. On profite un peu du Bassin, certains soirs de l'Océan, mais le temps file vite.

Le teint de porcelaine est un lointain souvenir, j'ai rattrapé les Bordelais, mes pieds se sont habitués au sable et graviers, je vis tout l'été sans chaussure.

Il me faut maintenant changer de lieu pour dormir, Thomas et Fred m'aident à déménager chez un voisin qui me prête une chambrette pour juillet.

Je suis à 30m du club de voile, c'est minuscule mais ça devient vite notre QG à tous !

Je termine de nettoyer un moteur, mains dans le cambouis, lorsque Thomas me propose de sortir les planches pour la fin de la marée haute. Je le rejoins rapidement sur l'eau, heureuse d'aller me mesurer un peu aux éléments. Je teste quelques sauts et cabrioles qu'il m'a apprises, je me vautre en beauté plus d'une fois, le vent est un peu faiblard.

Assise sur ma planche, les pieds dans l'eau, je me laisse un peu dériver, la voile faisant ancre flottante et je le regarde essayer de profiter des petites vagues laissées par un bateau qui vient de passer. Il finit par me rejoindre "Fatiguée ?"

"De me casser la gueule, oui, y'a pas assez de vent pour que je passe ce putain d'air jibe !"

"c'est clair... allez, suis-moi"

Assez de vent pour se faire sortir de l'eau, c'est déjà ça, on repart, on file sur l'eau à toute allure... On passe la jetée, le port ostréicole et Thomas m'entraîne dans le Canal des étangs, on s'enfonce dans le dédale des prés salés qu'il connaît comme sa poche. Moi je le connais bien à pied, en vélo, mais mal en venant de l'eau...

On zigzague un peu entre les touffes d'herbe puis il affale d'un coup. Je découvre, cachés des roseaux, un banc de sable blanc immaculé, rare dans cette vasière. Je laisse tomber ma voile sur la sienne et le rejoint. Il est assis, et tape dans le sable pour que je me pose près de lui.

Je crains de deviner ce qu'il a derrière la tête. J'ai peur de me faire de fausses idées, c'est pas trop son genre, quand même, le petit coin romantique...

"Viens, on va louper le coucher de soleil sinon"

C'est vrai qu'on l'aperçoit se coucher sur la pinède qui nous sépare de Claouey. Je m’assois en tailleur, à mon habitude et je savoure ces lumières rouges qui éclairent étrangement le bassin.

Thomas pivote sur ses fesses, passe une jambe de chaque côté de moi et vient se coller à mon dos. Il m'enlace et pose sa tête sur mon épaule.

"On n'est pas bien, là ?"

Non je ne rêve pas... c'est bien lui, c'est bien moi et oui, on est sacrément bien, là.

"Je viens là presque tous les vendredis soirs en descendant du car, avant de retourner chez les parents. C'est chaque fois différent et toujours magnifique."

"Je sais, c'est MA balade du soir tous les étés"

"Je sais, je t'ai plus d'une fois accompagnée"

"mais je n'avais jamais abordé les prés salés depuis l'eau; A part une fois en canoë à la brune"

"C'est pour ça que j'attendais la bonne marée pour te montrer. On rentrera à pied, par contre, tu ne m'en veux pas ?"

J'éclate de rires ! Lui en vouloir !

Je me tourne vers lui, passe mes bras autour de son cou et l'embrasse.

Ca fait 9 mois que j'attends qu'on reprenne là où on en était... 9 mois qu'on a laissé ce baiser en suspens.

Il est intense, il es vorace, il a le goût de notre attente exacerbée ... Ce baiser est le plus fou et le plus excitant que je n'ai jamais échangé.

Nos mains partent à l'assaut de nos corps, comme si nous les découvrions pour la première fois.

Nos bouches goutent le sel de chacun de nos grains de peau... Nous sommes nus, enlacés, sur ce bout de terre volé à la mer, au milieu des roseaux, enveloppés par la nuit naissante...

Jamais je n'avais été aimée avec autant de tendresse et de force à la fois, c'est tout mon Bassin qui pénètre mon corps et me fais vibrer dans la brise du soir.

Nous jouissons à l'unisson, reprenons nos caresses et baisers, repartons pour une nouvelle chevauchée... Nous nous aimons à tâtons dans le noir encore longtemps, avec une soif inextinguible d'un de l'autre.

Nous restons longtemps enlacés, immobiles, écoutant les bruits de la nuit, pouffant en pensant aux autres qui doivent nous chercher.. quels sales gosses...

Nous finissons par nous rhabiller à la lueur de la lune, hisser notre matos sur le dos, et repartir à pied en suivant le lit sablonneux de la rivière jusqu'à la plage que nous longeons jusqu'au club...

"Mais vous étiez où ?"

"On a voulu profiter du coucher de soleil jusqu'au bout"

"Ah ça, c'est sûr !"

(J'ai changé les prénoms... sait-on jamais !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette plongée dans mon Pays de Buch, bien des souvenirs de mon adolescence 10 ans plus tôt remontent en mémoire. Merci Miel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime beaucoup cette petite balade dépaysante! Merci de nous faire partager ce souvenir, Miel!:)

Un peu maigre le pique-nique des héros! Que des biscottes?!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Titelilie

J'ai senti les vagues, j'ai goûté à l'eau froide de l'océan, j'ai pris des coups de soleil...

Mon Dieu que c'est bon!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Natoleza

Ca me donne envie d'aller à l'eau tout ca!! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu fais les photos pour illustrer, nat ? :P

merci mariveau, on va dire 1984 pour toi alors ;)

merci joliette (c'était des morey, je sais pas si tu connais, on appelait ça des biscottes ;) )

lilie : oh que oui c'est bon !

bisous geal ;) on se retrouve sous la tente :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Natoleza

Lol Miel je te dirais ca en fevrier ce sera ma prochaine session normalement! Et accessoirement Morey c'est une marque (Je sais j'ai commencé la glisse avec) :P le terme étant Bodyboard :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Natoleza

Je peux venir sous la tente aussi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

yes c'est vrai... mais comme j'en ai jamais fait :P... j'ai fait que du bodysurf, tout court ;) et du surf ah et aussi les trucs en bois que tu jettes sur le sable quand y'a une pellicule d'eau, là ? ça s'appelait comment déjà ?

allez, viens sous la tente avec moi et geal, on a plein de souvenirs à te raconter toutes les deux :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Natoleza

Coooool !! :D je vous enseignerais le skim et le surf comme ca :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest geal

je sais deja faire du skimboard :P mais bon vu que miel t accepte sous la tente je t accepte aussi :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ah ben j'allais pas laissé mon Nat tout seul dehors ;)...

On lui fait un résumé en image de nos étés, Geal ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest geal

oui tu as raison i, faut pas le laisser dehors

sa marche :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Natoleza

Ça va être très intéressant je suis sur! ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Ca fait toujours bizarre de lire des noms de villes que l'on connait , on s'imprégne plus facilement des lieux . Le reste ? T'as réussis à me mener :P .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Eva96

Très beau récit ! J'ai adoré ! Plein d'image, des embruns, et que de tendresse !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu me plonges dans une belle région que j'aime bien et où tu viens de bousculer des souvenirs ...

Tu es douée pour écrire et raconter on n'en doute plus !

Je ne pense pas qu'il y ait que moi que tu régales mais bien tous les Finautes qui te lisent! :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

simplement génial, tes mots debordent de joie de vivre, quel belle energie, quel hymne a la vie...

merci pour cet«extrait» que dit je ce concentré d' été en plein hiver

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Miel

Tu nous fais si bien ressentir ton bien être a ton retour au bassin .....

Comme si tu faisais l'amour avec le vent,l'eau,la nature

C'est superbe !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà qui donne envie de se perdre de vue et de se retrouver !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.