Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
fan-de-ligotage

pour vous les filles, qui veulent venir sur vesoul pour partager le ligotage avec moi?

Question

2 réponses à cette question

Recommended Posts

La rubrique des fantasmes est réservée aux fantasmes sous forme de récits, elle n'est pas destinée a accueillir des annonces. Je ferme le sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci n'est pas un récit merci de poster au bon endroit, il a été déplacé des catégories "Vos confessions intimes" (http://www.forum-intime.com/forum/3-vos-petites-confessions-intimes/) ou "Vos récits érotiques" (http://www.forum-intime.com/forum/9-vos-recits-erotiques/) vers le forum vos pratiques sexuelles, merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par la brune
      En arrivant ici j'ai fait un blog et puis j'y ai posté de tout de rien, un peu de vous, un peu d'eux et aussi beaucoup de moi.
      Et puis au fil du temps je me rends compte que c'est un peu comme dans mon cerveau ou les piles sur mon bureau.
      Il n'y a que moi qui m'y retrouve. Du coup, je vais poster reprendre ici uniquement les liens vers mes récits.



      Des racontottes érotiques au coin du feu
    • Par Lieven
      Salut à tous (oui même toi dans l'fond).
       
       
      Je me renseigne mollement depuis quelques années, je réfléchis et je fantasme (bin oui...) pas mal sur ce sujet. Récemment je suis tombé sur un site (http://bdsm-attirances.com/index.html) dont la lecture m'a conforté dans l'idée que je me faisais de cette pratique, en terme de posture, de vigilance, de gestes, de relationnel. Cette lecture m'a permis de mettre des mots sur des impressions ou des pensées que je n'avais pas encore conscientisées.

      Un concept m'est régulièrement revenu en tête, celui de la nécessité d'une confiance parfaite dans le binôme. Ça a l'air évident, dit ainsi, pourtant quand on voit le nombre d'annonces de parfait-e-s inconnu-e-s souhaitant trouver un-e partenaire... Ce sera mon second point.


      Comme je l'expliquais en introduction, j'envisage de "passer à l'action". Mais... je n'ai aucune pratique. Or ce qui m'attire là-dedans, c'est essentiellement la domination, dans une moindre mesure le bondage et le sadisme mais en aucun cas la soumission ou le masochisme. Or (mais je me trompe peut-être), il me parait plus facile de mettre un pied dans cet univers en tant que soumis qu'en tant que dominateur, puisqu'un soumis, par définition, n'a pas à prendre d'initiatives.

      Afin de parfaire le tableau de mes envies, je suis un homme pansexuel (attiré davantage par les femmes, sans exclusivité) et pour l'instant je n'envisage une relation bdsm qu'avec une femme.


      Il y a plusieurs choses qui freinent mon passage à l'action.

      Tout d'abord la peur de ne pas parvenir à doser correctement ce que ma future soumise attendra de moi. Il me parait incongru de lui demander en permanence des feedbacks même si ce principe me parait évident dans l'absolu. Trop violent ou trop mou, et risque de déception de la soumise, pour résumer à la hache.

      Ensuite la peur de blesser physiquement. Même si le sadisme et le bondage ne sont dans ma tête que des instruments de domination, ils vont nécessairement être mobilisés. Et sans partir dans des trucs extrêmes et objectivement dangereux, il y a des gestes à propos desquels la pratique me semble indispensable pour garantir la sécurité de ma soumise. J'ajoute que ma connaissance du corps de la femme est assez limitée, en tout cas s'agissant de maitriser la dualité douleur/plaisir physiologique.

      Enfin, mais c'est peut-être du à un effet de mode du bdsm, j'ai l'impression qu'il faut se ruiner en objets divers pour pouvoir "assurer". Alors que mon idée première consistait à plutôt me diriger vers du détournement d'objets usuels.


      Second point, la notion de confiance. En inversant les rôles, je ne me vois pas me laisser attacher, humilier, fouetter et baiser par quelqu'un à qui je ne confierais pas ma vie (au sens propre). En réfléchissant deux secondes une fois repris ma place, je ne me vois pas attacher, humilier, fouetter et baiser quelqu'un à qui je ne confierais pas ma vie. Je pense tout simplement au risque pénal (et médiatique, mais ce serait deux facettes du même problème) engendré par une tordue qui reviendrait sur son consentement après coup.

      La confiance nécessite de connaitre l'autre, intimement. La confiance se gagne petit à petit, par des actes et du relationnel. Je n'envisage pas d'avoir "confiance" en quelqu'un rencontré via Internet dans le but avoué d'entretenir avec elle une relation de type bdsm.

      Je ne fréquente absolument pas le "milieu" bdsm (si tant est qu'il existe), et a priori je n'ai pas spécialement envie de le faire. D'une manière générale, tout ce qui se rapporte à ma propre sexualité relève de l'intime et je n'apprécie pas de devoir la dévoiler, encore moins à des inconnu-e-s (toujours cette notion de confiance) quand bien même je suis également un inconnu pour elles et eux.

      Quand à embarquer une amie ou connaissance dans cette aventure... Déjà que j'imagine mal coucher avec une amie. Non que l'idée me déplaise, mais je pense qu'ami-e c'est une relation qui exclut toute sexualité. En tout état de cause je ne saurais même pas comment m'y prendre pour aborder sereinement le sujet du bdsm. Déjà que peu de mes ami-e-s me pensent bisexuel (car je n'ai jamais annoncé "au fait, je suis pansexuel", c'est venu lorsque j'ai pu signifier mon attirance pour un homme sans que ce ne soit pris comme une blague ou une tentative de déstabilisation).
       
       
       
      Merci d'avoir lu jusqu'au bout (si ce n'est pas le cas, t'as perdu tu recommences !).
    • Par Oncle Julien
      Madame.

      Vous connaissez actuellement des problèmes de siphons ?

      Dans un premier temps, je vous propose, (après contact et description du problème), d'établir un devis gratuit.

      Dans un second temps, je me déplace à votre domicile pour une intervention gratuite.

      Quel que soit votre souci de tuyauterie, je vous garantie, madame, un travail sérieux, soigné et propre.

      Que ce soit soit dans votre cuisine, dans votre salle de bain, dans vos toilettes ou encore dans votre buanderie, je débouche le siphon.

      Vous aurez rapidement la joie de retrouver un écoulement parfait et un fonctionnement normal.

      J'ai, dans ma boîte à outils, le matériel le plus performant et le plus efficace.

      Il est bien entendu que j'offre un service régulier avec tous les contrôles inhérents aux bons fonctionnements de vos installations.

      je détecte les fuites avec le doigt et je prends immédiatement les mesures nécessaires.

      Je conseille toujours, préventivement, un contrôle préalable afin d'anticiper tout éventuel problème.

      Chère madame, vous pouvez donc me contacter dès à présent pour prendre rendez-vous.

      N'hésitez pas, c'est GRATUIT...

      ;)
    • Par Juliequifantasme
      Un texte fort différent de ceux de mon blog, que je vous soumets ici... Sourire.

      __________________

      Elle se tenait là, à genoux, devant lui, tremblante, anxieuse et en même temps toute contente, excitée. A peine était-elle entrée dans son appartement et avait-il refermé la porte derrière elle qu'il lui avait donné pour ordre d'ôter tout ce qu'elle portait à l'exception de ses sous vêtements. Elle s'était exécutée presque sans sourciller. Elle était fière de cela, contente d'être arrivée cette fois-ci à mieux contrôler sa réaction et à mieux masquer les sentiments qui en venaient à l'assaillir alors qu'elle était là, devant sa porte close, à sa merci...

      Elle s'était retrouvée en sous-vêtements donc. Ils étaient noirs, classiques. Il lui avait donné pour instruction de les mettre et elle les avait mis. Ils sentaient bon la lessive et étaient tous doux lorsqu'elle les avait mis avec soin cet après-midi pour se préparer mais là elle craignait que sa petite culotte ne soit trop humide de par ces sécrétions dont lui seul était respondable.

      Il l'avait regardée de haut en bas puis de bas en haut. Elle se sentit comme fouillée, inspectée... Elle en était toute frémissante et tremblante. Après cela, il lui avait de nouveau adressé la parole pour cette fois lui dire :

      " A genoux, soumise."

      Et c'est ainsi qu'elle s'était retrouvée à genoux face à lui qui se tenait encore debout, imposant. Elle se sentait toute petite, humiliée de s'être si vite mise à hauteur de ses pieds.. Il avait tendu sa main vers elle alors qu'elle se tenait devant lui, près de lui, à ses pieds... Elle avait senti son coeur s'affoler, avait eu le temps de redouter et de craindre ce geste qu'il allait avoir envers elle en même temps qu'elle s'était sentie folle de joie qu'il daigne la toucher elle... La soumise.

      Il avait glissé sa main vers sa nuque et avait laissé doucement courir ses doigts avant de lui dire :

      "Détache ma ceinture, soumise."

      Elle avait alors levé la tête vers la ceinture, ce qui eu pour effet de faire devenir encore plus présente et pesante cette main sur sa nuque... Elle avait obéi. Avait pris dans une main la boucle de la ceinture tandis que par l'autre, elle avait commencé à l'ouvrir... Son coeur battait encore plus vite... Allait-il d'ores et déjà la corriger? Qu'avait-elle pu faire de mal pour être punie...? Avait-il juste envie de lui faire peur?

      Elle avait fini d'ouvrir la ceinture malgré ses mains tremblantes et se disait que peut-être il était passé à autre chose que la ceinture mais c'est là qu'il lui dit :

      "Retire la, roule la et donne la moi, soumise."

      Oh mais il allait lui donner des coups avec cette fichue ceinture! Elle s'affolait ! Elle n'aimait pas être punie et faisait tout pour ne pas contrarirer son Maitre et ne pas l'être... Elle finit de la retirer. Fit glisser ses doigts sur son long et se dit que malgré tout, la ceinture était fort belle. Elle la roula avec soin dans sa main alors qu'elle sentait son estomac se nouer et ses lèvres devenir sèches... Et la lui tendit.

      Il la prit. La regarda et la déroula pour bien vite l'approcher d'elle. Pendant un bien court laps de temps, elle s'était attendue à ce qu'un coup finisse par s'abattre sur elle , avait même fermé les yeux pour essayer de se contrôler et de ne pas crier à la morsure du cuir sur sa peau mais elle avait bien vite senti cette ceinture venir se placer autour de son cou et elle en fut si contente! Si soulagée ! Qu'elle en eut envie de lui baiser les pieds pour le remercier...

      Il resserra la ceinture autour de son cou, faisant de telle sorte qu'elle puisse constamment sentir cette sorte de collier improvisé autour de son cou, peser sur sa nuque. Ce n'était pas par manque de moyens ou parce qu'il n'avait pas un vrai collier mais son Maître avait décidé de mettre autour de son cou quelque chose qui était à lui, de lui... Et ça la touchait comme s'il avait fait preuve de tendresse envers elle...

      Elle avait ouvert les yeux, contemplait de nouveau ses chaussures et il avait pris dans sa main le bout de la ceinture. Il l'avait laissé un petit moment s'acclimater, réaliser. Et là... Sans crier gare... Il avait tiré d'un coup sec sur la ceinture, la faisant presque se sentir étouffer et là elle réalisa ce que la ceinture pouvait avoir de différent par rapport à un collier...

      "Suis-moi.", avait-il dit en tirant sur ce qui était en même temps son collier et sa laisse...

      A suivre.
    • Par Emma Tied
      Un matin, j’avais pour ordre d’arriver chez lui les cheveux attachés. Dans l’ascenseur j’hésite, puis je décide de désobéir. Devant la porte mon cœur s’emballe, je sonne. Je sais que je vais être punie. Il m’ouvre et me prend dans ses bras puis remarque que mes cheveux sont détachés. Je fais mine d’avoir oublié. Ses baisers sont de plus en plus sauvages. Il me déshabille et caresse mon corps avec envie. Il me demande ensuite d’attacher ma crinière et de ne pas bouger, il part dans sa chambre chercher un accessoire. J’attends sagement à la porte, je sais qu’il va me punir.
       
      En revenant, il m’attache un collier en cuir autour du cou, il fait pendre la laisse en maillons de fer si froids. L’objet qu’il tient dans sa main est en fait un petit vibro, assez fin mais avec des vibrations intenses. Il vérifie l’humidité de ma petite chatte (avec toute cette situation, j’étais déjà trempée…) et l’enfonce doucement mais sûrement. Puis il le met en marche : puissance maximale. Malgré mes petits gémissements, il m’interdit d’y toucher. Je me tortille. Il remonte ma petite culotte pour que je n’y ai pas accès. Il me fait avancer debout mais j’ai beaucoup de mal à marcher, les vibrations me déconcentrent. A l’entrée du salon, stop. Il me demande de me mettre à genoux puis à quatre pattes. Il tire sur la laisse, il me fait marcher comme une petite soumise. Dans cette position les vibrations sont encore plus fortes, chaque pas me fait mouiller de plus en plus fort. En chemin, il me met quelques coups de cravache sur le postérieur, je sais à quel point il aime voir ma chair bouger. Je réalise le temps d'une seconde que me faire presque ramper à ses pieds et voir mes petites fesses remuer de gauche à droite doit le rendre totalement fou.
       
      Nous arrivons enfin dans sa chambre, après de longues minutes. Mes genoux sont un peu douloureux, mon vagin se contracte très légèrement, je suis tellement excitée. Il s’assoit sur le bord de son lit et me demande de le sucer. Je le prends tout entier dans ma bouche chaude, je veux lui donner le plus de plaisir possible. Pendant ce temps, il réussit à attraper des pinces-tétons et les pose sur le bout de mes seins. Trop sensible à ce moment, je les enlève quelques secondes plus tard. Il décide de me torturer un peu, il appuie sur le vibro à travers ma culotte pour me pénétrer plus profondément. Je gémis avec sa queue en bouche. Il me fait monter sur le lit et se met debout, toujours en me tenant par la laisse. Il pose mes mains sur ses cuisses et je continue la délicieuse gâterie. Ma bouche fait des va-et-vient, mes lèvres se serrent autour de cette masse épaisse, ma langue caresse tout ce qui est sur son passage. Je sens sa belle queue de plus en plus dure, il se retire, se caresse quelques secondes et me demande d’ouvrir la bouche. Je réceptionne son gland terriblement chaud et avale son sperme. Petite satisfaction personnelle, je me félicite d’avoir su lui donner autant de plaisir en si peu de temps uniquement avec mes lèvres et ma langue. Il me délivre du collier, du vibro et je me détache les cheveux, la séance câlins peut commencer.  
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.