Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

joliette

Le Noel Coquin de Mariveau

Recommended Posts

Ce sont les piaillement aigus des gamins de l'immeuble, leurs galopades de lapins qui éveillèrent Mariveau à l'aube du matin de Noel.

Il se mit à pester. Alors qu'il aurait pu sommeiller tard, le voilà tiré de ses songes aux aurores. Il pensa un moment tenter de se rendormir, tête sous l'oreiller, mais une envie pressante se mit à le tenailler. En soupirant il se leva, nu comme un ver, et se rendit aux toilettes, se soulagea avec bonheur, chopa une brioche abandonnée sur la table, au côté d'une fiasque vide de la Vodka dont il avait arrosé son réveillon solitaire, la veille.

Il regagnait son lit avec son butin sucré, avec l'intention avouée de le déguster bien au chaud au fond de son lit quand un léger bruit l'interpella. Cela venait de la pénombre du living. Il écouta, l'oreille tendue. Puis curieux il alluma.

Surpris, il découvrit 2 femmes enlacées devant le sapin qu 'il s'était installé dans un angle de la pièce, et les bruits venaient de leur caresses

Devant leur intrusion, elles se dénouèrent et se redressèrent. Pour protéger leurs yeux de la lumière elle les couvrirent de leur bras, ce qui fit saillir leur poitrine. Lorsque leurs yeux s'accoutumèrent à la lueur crue du lustre, elles le virent enfin, matant sans gêne leur nudité, ne songeant aucunement à masquer la sienne.

-Qui êtes vous donc et que faites vous ici chez moi toutes les deux? interrogea-t-il posément.

La blonde le dévisagea avec un rien d'insolence, la brunette, plus timide, se cachait à demi derrière le dos de son amie.

-Je m'appelle Joliette et voici Fangy. Nous avons été envoyée par Luce, la mère Noel, en cadeau de Noel spécial pour toi.

Mariveau médita un instant l'information, et se dit que ce jour de Noel, finalement, ne s'avèrerait pas aussi morne qu'il ne le craignait.

-Vous remercierez Mme Noel de sa gentille attention. Plutôt, je serai très heureux de présenter mes hommages à une si charmante personne! fit il avec un grand sourire.

Les filles ne répondirent rien. Mariveau leur tendit la main pour les aider à se lever. Elles posèrent chacune leur menotte dans sa grande patte, puis leur passant un bras autour de la taille, il les entraina vers sa chambre.

Placidement, il se recoucha, s'appuya contre les oreillers, très à l'aise. Son vit témoignait à sa façon de son contentement, frémissant, vibrant.

Les filles s'étaient agenouillées au pied du lit, de chaque côté de ses jambes. La blonde posait sur lui un regard réservé et impassible, la petite brune, nerveuse, les joues rosées, regardait fascinée, se déployer le cobra d'amour.

Mariveau se redressa sur les genoux, attira la blonde contre lui. Le petit corps s'abandonna sans crainte contre lui. Il chercha les lèvres, les dégusta, les mangea avec délice. Rassassié, il l'écarta, tendit la main vers la brunette.

-Toi aussi, viens m'embrasser... Fangy?!

Elle le regarda d'un air effaré: une biche face à un ogre. Sa copine la pris sans façon mais fermement par la nuque, l'attirant vers eux. La brunette bascula en avant, et Mariveau s'empara de ses lèvres. Elle ne tenta point de l'éviter, mais le corps frèle se raidit. La blonde posa une main apaisante sur elle et Fangy se détendit légérement, tandis que deux mains différentes se mirent à courir sur son corps: douceur des seins, du ventre, de l'interieur des cuisses, chair plus ferme des jambes et des bras...

Sans s'etre concertés, Joliette et Mariveau évitaient la zone du sexe, qui pourtant, sous l'excitation des caresses, s'ouvrait, appellant désespéremment les caresses, et un nectar luisant se mit à sourdre du coquillage délaissé, comme pour protester d'etre négligé.

La blonde se dit que Fangy était à point pour la suite. Ce dut etre aussi l'impression de Mariveau, puisqu'il abandonna le téton qu'il s'était mis à rouler entre la pulpe de deux doigts, faisant ruer Fangy, et vint poser sa bouche sur le coquillage offert, l'aspira, faisant feuler la brunette.

Sa copine la baillonna d'un tendre baiser, étouffant ses gémissements. Mariveau la dévorait goulument, la maintenant cuisses écartées: fauve dévorant sa proie, voracement.

Joliette voulu alors sa part de caresses. Elle vint s'assoir sur le visage de son amie, lui offrit sa grotte juteuse. La suppliciée accepta le festin de bonne grâce, et Joliette bientôt se mit à gémir bryamment à son tour, ce qui attira l'attention de Mariveau qui leva la tête et stoppa sa dégustation.

Il se redressa, et pour mieux se rapprocher de ce dos et de ce popotin rond qui s'offraient à lui, il choisit pragmatiquement d'enfourner son pain dans le four brûlant que la brunette lui présentait. Son cri de bonheur fut, heureusement, baillonné par le coquillage de sa blonde amie, en route pour le nirvana. Les paumes de Mariveau, se posant sur ses seins, accélèrent à point le processus: Les filles jouirent à l'unisson, pour le plus grand plaisir et la vanité de l'étalon, qui du faire un effort surhumain pour ne point laisser céder les digues de son côté. Mais il entendait bien profiter pareillement de ses 2 compagnes de jeu, et levant les yeux au plafond, s'abima dans le souvenir de sa récente déclaration d'impôt: petite ruse qui le refroidit ce qu'il fallait.

Tandis que Fangy planait, inerte, un sourire béat aux lèvres, Mariveau arracha la blonde cavalière à sa monture, la renversa sur le dos, et plongea aussitôt en son entre ruisselant, la pourfendant de coups de sabres vengeurs qui firent trembler lit et monture sous ses assauts puissants. Elle se mit bientôt à trembler sous lui, l'encourageant de mots crus et de gémissements montant crescendo, au rythme de sa jouissance.

Lorqu'enfin elle se mit à jouir violemment sous lui, il s'autorisa à rendre enfin les armes. Et d'avoir été si longtemps contenu, son plaisir en fu d'autant plus intense. Il s'abattit sur elle, épuisé, finit par s endormir entre elles, chaos de corps entremelés et brûlant...

A son réveil, il était seul, recouvert de sa couverture. Il se leva, erra dans l'appartement silencieux et sombre. Nulle trace de filles.

Seul demeurait pour lui prouver qu'il n'avait point révé, abandonné devant le sapin, et portant encore des traces de parfum féminin, un petit bonnet de lutin rouge et blanc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai beaucoup aimé ta transcription de son rêve..... :good:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai beaucoup aimé ta transcription de son rêve..... :good:

Merci ma tite Brune!

:bisou: :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

euhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai dit une bêtise peut être lol

la transcription de vos rêves alors :D

en tout cas ...superbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais je manque de vocabulaire, mais je vous ferez grâce de tout l'alphabet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais je manque de vocabulaire, mais je vous ferez grâce de tout l'alphabet

L'émotion sans doute ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce genre de délire fait toujours plaisir à lire :D Bravo Joliette !

Ca pour du délire, c'est un beau délire!Merci, ma tite Lady! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'émotion sans doute ...

Et puis on ne parle pas la bouche pleine! :D

Je sais, je sais, je suis insupportable!

:arrow:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La mère Noël gâte Mariveaux et a de biens jolis lutins.

Cela me laisse rêveur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais euhhhhhhhh !!! On m'a pas demandé mon avis à moaaaaaaaaa !!!! :shok:

:aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquin9362

Mais euhhhhhhhh !!! On m'a pas demandé mon avis à moaaaaaaaaa !!!! :shok:

:aime2:

Ni à moi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :shok: :shok: :shok:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ni à moi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :shok: :shok: :shok:

Le bureau des récriminations: Mme Luce, mère Noel de son état, pays des sapins et des bretzels! :D

:arrow:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ni à moi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :shok: :shok: :shok:

Tu me veux sous ton sapin le jour de Noel? :D T'es sur? :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais euhhhhhhhh !!! On m'a pas demandé mon avis à moaaaaaaaaa !!!! :shok:

Oui mais c'est plutôt flatteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui mais c'est plutôt flatteur

Mais j'ai pas dit que j'aurais dit non... Seulement chuis une fille, donc c'est normal que je râle !!! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquin9362

Mais j'ai pas dit que j'aurais dit non... Seulement chuis une fille, donc c'est normal que je râle !!! :D

Et je suppose que ce sont des râles de plaisirs :D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien beau récit, et rêve par la même occasion...si cela nous arrivait réellement, je crois que ce serait peut être le plus beau cadeau de Noel que pourrait avoir un mec!

Surtout si c'est Joliette et Fangy ! :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Ab !!! :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest coquin9362

Bien beau récit, et rêve par la même occasion...si cela nous arrivait réellement, je crois que ce serait peut être le plus beau cadeau de Noel que pourrait avoir un mec!

Surtout si c'est Joliette et Fangy ! :P

on se calme lààààààààààà!!! :rofl:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.