Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

alben

hypnose d'un cul

Recommended Posts

Je ne vois qu'elle ou plutot , et j'ai honte de l'avouer, je ne vois que ses fesses.. Elle est là, au milieu des autres, planté sur ses deux jambes que surplombe ce cul. Il semble illuminé, comme s'il était fait d'un diamant trop brillant, et tout ce qui l'entoure se trouble de son reflet, je ne vois plus que lui. Tout s'efface dans la pièce à part cette lumière, c'en est presque genant. Comme si quelqu'un au beau milieu de la foule se baladait avec une bombe puissante à la vue de tout le monde, une ogive nucléaire, un objet trop dangereux, tout en se comportant comme si de rien n'était. Car personne, à part moi, ne semble y preter gare, elle est là, à siroter sa vodka pomme et à discuter du beau temps en exhibant ses fesses à peine mal cachées par un pantalon de toile blanche, moulant sans insister mais avec élégance l'arme fatalement ronde avec qui elle semble vivre en toute harmonie.

Je scotche comme on dit, embrumé par l'alcool du même nom, je scotche littéralement ce cul, je ne vois plus rien d'autre, et je connais cette fille, encore mal il est vrai, mais je l'ai deja vu, invitée elle aussi en ces lieux à d'autres fêtes, je lui ai même parlé, mais sans doute trop de face, sans doute trop dans les yeux pour me rendre compte du crime, de la menace instable qu'elle trimballe nonchalante juste dessous ses hanches. J'avais déja dû me dire qu'elle avait un beau cul, comme on peut se le dire, comme ça, sans y penser, comme on dit de quelqu'un qu'il est beau, qu'il est sage ou bien de toute chose dont on sent l'esthétique sans y mettre de sens, sans y voir le subtil.

Mais comment font-ils tous pour faire comme s'ils n'avaient rien vu, comment font-ils pour ne pas arreter net cette fête et se consacrer comme moi à la contemplation de cette rondeur folle, comment ne pas rentrer dans la béatitude à la vue de ce cul dont la présence hurle au monde sa beauté. Peu importe après tout si je suis seul sur terre à méditer ainsi, le temps s'écoule vite lorsqu'on est en extase.

Et je pense qu'elle a finit par sentir enfin que quelqu'un avait vu. Car on ne peut pas longtemps balader tel charme sans savoir l'effet qu'il produit sur les autres. Et je n'ai pas tout de suite vu qu'elle me regardait, mes yeux ne quittant pas la douce proéminence, elle était de profil si bien qu'elle pouvait voir que je matai son cul tout en me regardant. Je ne sais pas combien de temps cette scène à duré, je sais juste qu'elle a profité, digne, de cet instant étrange, où l'on se fait flatter par le regard de l'autre. Son désir en est né. Plus je laissai mes pensées dériver sur ses courbes, plus madame le sentait et s'en enorgeuillait, et comme je ne la fixai que dans sa partie basse, je ne soupçonnai pas qu'elle se cambrait exprès pour mieux voir dans mes yeux grandir mon désir et lui fournir de quoi construire en elle sa flamme.

Elle s'est même tournée, puis a changé de coté, je ne remarquai pas au début de cette danse que la belle paradait, oh, non pas pour me plaire, mais pour mieux lire en moi son envie grandissante. Elle s'est mise à danser au sens premier du mot, au milieu des danseurs, en toute discrétion, mais je ne pouvais croire autrement la chose, que cette danse n'était là que pour mieux mettre en scène la divine partie de l'arrière de son corps. Rien d'exceptionnellement crue dans les pas de cette fille, rien de trop provoquant, mais elle semblait manier avec dextérité l'art de le faire bouger, ni trop et ni trop peu, pour le faire rouler de gauche puis de droite, comme pour lui offrir toujours plus de place dans l'espace qui pour moi et de plus en plus fort, s'effaçait autour d'elle.

Dans mon esprit instable elle était ma déesse, dansant nue sous mon nez, couvrant deja mon torse des rayons de lumière qui sortaient de ses hanches, et je sentai l'odeur et surtout la texture du velour délicat de la peau de ce cul, faire frémir l'air brulant tout autour de mon corps, mes mains en frémissaient, je ne voulais qu'une chose, le toucher à l'instant et passer toute ma vie à trop le caresser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle finit par s'asseoir dans le canapé gris, tout contre moi, si bien qu'un instant je regrette qu'elle me cache la céleste partie qui hypnotise mon âme. Elle ne dit rien, elle me regarde, dans les yeux, puis sur le nez, puis le front, elle détail mon visage, et s'y regarde être belle. Je la fixe dans les yeux mais elle sait que je ne vois en elle que le bulbe merveilleux sur lequel elle s'assoit. Elle ne s'en offusque pas, elle sait que si l'on peut par moment et tres légitimement trouver tres détestable d'être réduit ainsi à une partie de soit, et à l'état d'objet, l'on peut tout aussi croire que par l'objet c'est l'âme qui se voit, c'est tout le corps qui transpire, c'est l'être qui s'exprime...

Elle ne dit rien la dessus, elle sait. Je ne dis rien non plus, au risque justement de la réduire vraiment et seulement à ses fesses, car c'est elle et elle entière que je désir par là. On se regarde longtemps, elle semble réfléchir et de façon pratique à comment poursuivre ça, sans briser trop bêtement et bien trop rapidement le charme délicat dont elle sait l'origine. Il est encore trop tôt pour quitter cette fête sans se faire remarquer, nous devrons patienter. Mais il lui semble nécessaire de marquer la promesse et elle s'écarte de dos sachant que je suivrais, incapable à présent de me séparer plus de la vue de la croupe.

Tout au fond du couloir il y a la salle d'eau, elle y rentre, je la suis, elle ferme le verrou et me plaque contre la porte. Elle m'embrasse à pleine bouche mais sans violence aucune. Sa langue me penetre et tourne sur la mienne, elle goute à mon désir et semble toute chaude d'avoir su provoquer chez moi pareil ardeur. On peut le dire ainsi, c'est son cul qui l'excite, elle l'aime et le désir et ne se sert de moi que pour s'en ébahir... quand on veut jouir de soit on a besoin de l'autre et c'est dans cette chimie que l'amour prend sa source, il faut juste accepter d'être pour l'autre ce pont.

Elle atteste ma théorie en empoignant mes mains qu'elle fait glisser elle même alors que je n'osais pas, sur le temple sublime de son charme enivrant. J'ai les main sur son cul et ne n'ose pas bouger. Je touche ce qu'il y a quelques temps je vénérais encore, si bien que c'est elle qui entreprend la chose et commence à faire onduler en silence et tout en m'embrassant, son cul dedans mes paumes. Je ne tarde pas à rejoindre le mouvement et pour ne rien perdre de cette sensation, tout en lenteur je glisse la rondeur sous mes doigts.

Elle aime et en profite, notre baiser dure encore, et le pantalon blanc s'entrebaille au sommet, j'y risque une descente, et ma main touche la peau. Explosion réciproque par ce simple contact, j'ai l'impression étrange que chacun brûle l'autre, mes doigts descendent encore dans l'embrasure des fesses, sa peau est du cristal et se tend sous mes mains, elle se cambre et nous restons ainsi, bouche à bouche main au cul, à profiter ensemble de l'instant infini. Et son bassin se frotte contre mon entre jambe dur, et je ne sais pas si, ce qu'elle cherche par là, n'est pas plutot ainsi de mieux offrir son cul à mes simples caresses. Je passerai ma vie à le faire ,je l'ai dit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je lui caresse le cul et la belle adore ça... elle ouvre son pantalon et fait glisser le haut pour que mes deux mains passant sous la culotte, puissent profiter chacune d'un coté du fessier, l'écartant le serrant au rythme de nos bouches qui ne se quittent plus. Elle ouvre ma braguette, fait descendre mon jean, et sortant la hampe de sa gaine de slip, la colle contre son pubis repoussant sa culotte dans l'aine; ses levres entourent ma verge et se frottent en contact direct, enflammant les caresses qui durent sur son cul.

Plus je pétris ses boules, plus la fille se cambre et frotte avec ardeur son sexe sur le mien, ses mains entourent mon cou, elle m'embrasse tendrement, échappant quelques cries quand le bassin s'extase. Je ne sais pas non plus si le plaisir provient du glissement de nos sexes l'un contre l'autre lovés, ou de mes mains ardentes qui flattent pareilles fesses, elle non plus je le crois, elle mord ma lèvre parfois, je gémit moi aussi, notre surexcitation s'accroche au même endroit, nous adorons sa croupe...

L'un comme l'autre on le sait, et on ne veut rien d'autre, surtout ne pas quitter ce baiser lancinant, on sait où cela mène, et on ira ensemble au bout de la prière pratiqué sur sa lune. Elle frémit et la peau de son derrière sublime frissonne de plus bel, Le temps s'est arreté, tant le plaisir monte, ce petit entrevue, préliminaire de rien, prend une tournure magique et ne nous laissera qu'après le soulagement.

Madame jouit des fesses, non pas de l'intérieur comme parfois elles le peuvent, mais bien de son enveloppe qui brille sous mes mains. Elle gémit d'un seul coup, tortillant, et plaquant son petit bouton d'or qui scintille sur mon sexe tout juste au bon endroit, pour qu'en jouissant, gonflé, il déclenche l'épanchement du liquide brulant entre nos ventres serrés. Et son divin pétard qui tremble comme une feuille, est dur comme du bois, raisonnant de plaisir...

Nous restons plantés là encore un long moment, abasourdis sans doute que pareil pulsion nous ait porté si loin...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai bien fait de garder mes like ;)

merci alben c'est juste... magique...

pffff ! j'ai chaud tout à coup.....

c'est vraiment beau, poétique et prenant, c'est...

j'en reste sans voix, vraiment

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

J'adore Alben, ton récit est une merveille d'érotisme

Bravo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adore quand un écrit me surprend, qu'il sort des sentiers battus.

C'est tellement érotique, sensuel, poétique ce que tu as écrit...

Bravo et merci pour cette lecture :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Argggg tu as toujours su me laisser sans voix après tes écrits........ magnifique comme d'habitude

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trop fort, très original et très bien écrit!

Pffff, j'ai chaud d'un coup et je suis jalouse de cette femme au cul de déesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai commencé a lire et j'ai pas pu décrocher

trés beau,très érotique,très sensuel !!

merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Whaou ! Abasourdi, je suis abasourdi. érotique, sensuel, subtil, poétique, presque romantique.... les mots me manquent, la langue parlée n'est pas assez riche pour décrire cette impression sublime. Bravo, et continue à nous servir des récits comme celui là ! Et merci ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest bencale

merci alben, un récit comme on les aime, "longue vie au cul"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

un récit qui laisse rêveur, merci :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Tu oses poser la question ....

Bien sur qu'on veut la suite, NON MAIS

Avec un petit bisou :air_kiss:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci....

voudriez vous la suite?

ou bien pas...

euh comment ca ???? ou bien pas...

NON Mais bien sur on veut la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très joli en effet... Je ne peux que rejoindre l'avis général... Ce qui est rare.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest egan

Magique comme d'hab. je découvre à mon retour de Pologne et je trouve ça très tantrique quelque part ta façon d'écrire de décrire de sublimer ces lunes

Les miennes se sont dandinées a toutes les progressions de cette fresques mouvante si sensuellement peinte en courbes coloré, interactives en sensations transmissent :aime2: .

Et bien Alben :???: ton élan aurait-il manqué de fondement pour aborder la suite? :P

Je suis ravi de ton passage toute en voluptueuses allégories :aime2::clap: :clap: :clap: continues! :youpie:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest angeline

très beau récit, merci beaucoup...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Passionant ton histoire ou les envies se sont déchainés ensemble chez vous deux!

Et est ce que vous êtes restés en contact par après??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau récit ... j'aime la façon dont tu écris, merci à toi ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.