Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

kawax

Révélation estudiantine, la suite

Recommended Posts

J’étais à l’époque en couple avec ma copine « estudiantine »

Malgré quelques éclairs, notre sexualité était assez « terne » à mon goût… Même si j’ai su bien après pourquoi elle était aussi « coincée »…

Pour ma part, j’étais TRES ouvert sur la question… et j’espérais l’entraîner dans la « débauche ».

Un soir, je la « tannais » afin qu’elle me parle de ses fantasmes, après quelques négociations excitantes (mais qui n’ont débouché sur rienL), elle m’avoue

- « J’aimerais avec les yeux bandés, sans savoir ce qui va m’arriver… »

J’ai essayé de « passer à l’action, mais sans succès, même si cela n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd…

A cette époque, nous passions quasi toutes nos soirées ensemble, cette soirée là était prévue chez moi.

Mon petit studio se transformait en lit ! (par manque de place).

Elle devait travailler un peu puis me rejoindre chez moi…

J’avais installé donc les matelas par terre, pressé de réaliser ce fantasme !

Après avoir sonné à l’interphone, elle sonne à ma porte. Au lieu de lui ouvrir, je sors

- « Tiens, mets ça ! » en lui tendant un foulard…

- « dis donc, tu réagis tout de suite ! mais qui dis que j’en ai envie aujourd’hui ? »

- « Allez, s’il te plait, ça va te plaire … »

Dans mon « envie », j’avais imaginé qu’elle se déshabille au moins un peu avant de rentrer, mais la proximité des voisins fait que…

Elle entre, je la prends dans mes bras et l’embrasse…

Je la déshabille tout de suite, lentement, en étant très « calin », en essayant d’être encore plus doux que d’habitude…

Je lui susurre

- « allonge-toi »

Elle s’exécute…

Malgré l’envie, j’essaye que ce « trip » ne dérive pas en soumission pour elle (pour ce qui m’ont déjà lu, c’est cette fille qui était plutôt dominante)

Je suis alors encore habillé. Elle est nue devant moi.

J’ai eu beaucoup de femmes avant pendant et après elle, mais, physiquement, c’était une perle !

Petite, pas grosse et pas maigre non plus, des belles hanches pas trop larges, des fesses à damner un saint, des seins gros mais qui ne tombent pas (chose rare !), un sexe délicatement poilu…

Je la laisse un peu mariner, mais je n’y tiens plus…

Mes doigts caressent l’intégralité de son corps, démarrant aux pieds, jusqu’aux oreilles, en tachant (surtout) de ne pas trop s’attarder sur les « points sensibles »…

L’excitation la gagne, je l’entends gémir, elle respire plus fort…

Mes mains deviennent plus précises, plus fortes…

Je lui caresse à présent l’intérieur des cuisses, en remontant légèrement sur sa fente…

Je me déshabille à mon tour rapidement.

Je m’allonge, bien décidé à goûter ce corps merveilleux et offert…

Mes mains empoignent ses pieds (limite zone érogène chez elle), je la caresse, je remonte le long de ses mollets… N’y tenant plus, je me mets à lécher ses pieds, on ne l’a jamais fait, mais ses râles me disent de continuer…

Le fait de prendre son gros orteil en bouche m’excite beaucoup également…

Je m’occupe alternativement des deux pieds puis écarte ses jambes…

Je vois bien sa petite fente perlé, je sais qu’elle est aux anges… mais je n’ai pas envie de la faire jouir avec mes doigts alors je la contourne et me concentre à présent sur ses seins, si gros si beaux mais malheureusement parfois un peu douloureux…

Je lèche ses tétons, je mordille doucement…

Elle halète et n’y tient plus, je sens par ses mouvements de jambes contre mon torse qu’elle n’attend qu’une chose…

Je descends longuement sur son ventre, son nombril…

J’avoue que j’adore la faire languir (c’est bien elle qui m’avait fait languir avec sa jupe la dernière fois ;))

Elle n’en peut plus et écarte les jambes de manière quasi pornographique…

Ma langue est à présent à l’intérieur de ses cuisses eet remonte douououououcement…

Elle referme ses cuisses machinalement, pour m’amener en face de sa fente déjà luisante…

Je l’exécute… je lèche d’abord tendrement ses lèvres trempées, je découvre du bout de la langue son clitoris que je happe littéralement…

Ses coups de bassin me font penser qu’elle aime, mais ne me désarçonne pas…

Je n’en peux plus moi-même, ramenant discrètement mon sexe à hauteur de sa bouche en espérant… (elle ne me suçait que très rarement à l’époque)

Mais elle garde le trip, elle ne se sert pas de ses mains !!! ni de sa bouche !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Belle histoire, bien racontée, bravo ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Une suite peut etre? j'ai hate de lire la fin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je la sens chaude, elle coule sur ma langue et j’adore ça… je pense même un moment qu’elle a joui…

N’y tenant plus, je la retourne tendrement, l’amenant d’abord sur le coté (tout en continuant mon « travail ») puis franchement sur le ventre…

Délaissant son clito, ma langue pénètre son sexe bien trop large

Malgré des petits va et vient, ma langue ne produit semble t-il que peu d’effet !!!

N’écoutant que mon excitation et mon envie, ma langue a commencé à remonter doucement vers la raie des fesses (ni elle ni moi n’avions pratiqué la « feuille de rose »). Au 1er coup de langue sur son anus, ses fesses se referment…

Est-ce la surprise de cette nouvelle caresse ou un refus ?

Je reprends mon exploration, elle semble se détendre et me cède le passage !

Je repars de plus belle dans cette caresse qui m’aurait sans doute dégouté en d’autres circonstances !

Ma langue dure pénètre son intimité inviolée… mes va et vient dans cet orifice plus étroit font de l’effet cette fois !

Elle s’ouvre complètement et de plus en plus m’offre son anus, elle cambre le dos, dans une position de plus en plus indécente…

Après un temps donné (que j’étais incapable de déterminer), j’arrête ce délice et m’allonge à coté d’elle « tête bèche »

Malheureusement, mes envies de 69 sont restées sans suite !

Sans avoir joui, j’avais cette impression de fatigue tant la situation m’avait excité.

Elle qui avait toujours repoussé mes caresses dirigées vers l’anus s’était donné dans l’intimité la plus profonde…

Je pénètre son sexe de deux doigts directement… elle est TRES ouverte !

Espérant mettre à profit son excitation, je me hasarde à à caresser, cette fois avec mon doigt, cet anus si tentant.

Elle ne dit mot

Je caresse

Elle aime

Je pénètre

Elle gémit

J’hésite

Ce cul si affolant est vierge, mais tellement accueillant

Je coulisse mon index maintenant très facilement

Je décide de joindre mon majeur à mon index

Ça bloque un peu à l’entrée, mais je réussis bien vite à les faire coulisser tous les deux

Je sens, je sais qu’elle aime

Qu’elle a oublié tout ces blocages classiques sur le coté « sale et interdit »

Au fur et à mesure et à ma grande surprise, je réussis à enfoncer mes 4doigts dans son anus.

Même si j’ai du mal à enfoncer ce volume, plus à cause de la largeur de ma main qu’à cause d’une quelconque douleur, je coulisse tranquillement

Je suis surexcité

Pour moi, la sodomie était un espèce de fantasme irréalisable il y a de ça quelques minutes !

Je me redresse et me positionne derrière elle

Elle n’aime pas la levrette, mais là, je crois qu’elle ne peut rien refuser !

Excité comme je suis, je sens bien que mes performances en termes de durée seront très limitées !!!!

Je sors et je coulisse mon sexe à l’entrée de son anus

- « je peux… »

- « Ouiii »

Son « oui » se finit par un soupir

Je m’introduis doucement et, à ma grande surprise sans aucun mal !

Je m’arrête à « mi-chemin »

Elle ne semble pas douloureuse

J’avoue que cette sensation est géniale mais plus par le coté « abandon totale de ma partenaire que par l’étroitesse du lieu ! je suis presque déçu de rentrer si facilement !!!

Je m’introduis quasi intégralement puis commence des va et vient très lents…

Ma main gauche sur son clitoris accompagne cette nouvelle sensation…

Je sens que je vais jouir TRES vite

J’accélère, lâche son clito pour mieux diriger cette levrette, mais elle reprend bien vite ma main pour la remettre !!!

Je jouis bien vite et mon sexe ressort doucement de son anus…

J’enlève son bandeau et la prend dans mes bras, je lui dis doucement

- « merci »

- « tu as aimé »

- « oui et toi ? »

Son excitation était désespérément retombée

- « Non pas trop »

Quelques instants se passent puis elle me dit

-« tu as… ??? »

- « Oh oui ! »

Sur ce elle est partie s’isoler un moment dans la salle de bain.

Je sais qu’elle a eu un sentiment de honte, que je ne comprend pas.

Elle a eu la « douleur » bien après, pendant plusieurs jours, et n’a donc jamais voulu recommencer, ne laissant son anus que pour mes doigts ou un toy L

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.