Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

codem

« L’hôtel de la plage »

Recommended Posts

« L’hôtel de la plage »

C'est la fin de la saison dans cette petite station balnéaire que Georges fréquente régulièrement.

Il habite à quelques kilomètres de là. Il vient souvent faire de longues balades matinales sur cette

plage et plus particulièrement à cette période de l'année ou tout redevient calme.

Beaucoup de petites boutiques de l'avenue centrale sont déjà fermées. Il reste encore quelques touristes
qui profitent des derniers rayons de soleil de ce mois de septembre.

Ce matin là, la température est très agréablement douce, ce qui rend Georges de bonne humeur pour
sa balade habituelle.

Au loin, une femme attire son attention. Il n'arrive pas à détacher ses yeux de cette silhouette.

Elle se promène seule, vêtue d’un paréo. Les vagues viennent mourir sur ses pieds nus.

Elle semble flâner.

Un vent léger balaye ses longs cheveux noirs qui lui caressent le visage.

Plus il se rapproche d’elle, plus il sent que quelque chose peut se passer.

Leurs regards se croisent. Elle le dévisage comme une invitation à engager la conversation.

Un petit sourire de sa part l’encourage à aller vers elle.

Georges fait quelques pas dans sa direction et s’arrête près d'elle et lui lance quelques banalités

en espérant une réponse de sa part pour amorcer une conversation.

Le feeling passe bien. Cette femme est très souriante, très sympathique.

Petit à petit, une vraie conversation s'installe.

Ils marchent ensembles, les pieds nus dans l’eau tout en bavardant.

Ils parlent de leur lieu de résidence, de leur situation, de leur vie familiale.

Elle est séparée depuis quelques mois de son mari et pour se changer les idées, elle a prit un mois
de vacances dans la villa qu'une amie lui a prêté.

Il s’arrête un moment et fixe son beau regard. Il la complimente pour ses beaux yeux verts.

Cette femme le trouble de plus en plus. Il sent un bien-être à cet instant sur le visage de cette femme.

Elle rayonne et il la sent heureuse. Il saisit la main de la belle inconnue, qu’il porte à ses lèvres pour

déposer un doux baiser.

Sa main est toute tremblante, dans la sienne. L'émotion surement ! Pourtant cette femme semblait assez sûre d’elle. Il ne peut s’empêcher de faire l’éloge
de sa beauté. Elle rougit et remercie Georges pour ses compliments.

Il la tire par la main vers lui. Ses lèvres cherchent les siennes. La jeune femme détourne son visage
au tout dernier moment quand ses lèvres allaient effleurer les siennes.

Elle le fixe à son tour, avec un brin de timidité, qu'elle cherche à dissimuler, mais ne faisant rien pour freiner
les approches de cet homme.

- Vous êtes bien pressé Monsieur !

Voilà déjà une heure qu’ils marchent côte à côte. Bavardant sans interruption, ils s’étaient éloignés de la plage centrale,
sans s’en rendre compte. Ils n'ont pas vu le temps passer. Il est temps de faire demi-tour.

Arrivés à la plage centrale, ils sont là immobile, sans plus dire un mot, comme si, ni l'un ni l'autre ne voulaient se séparer.

Soudain, une idée traverse l'esprit de Georges. Il lui propose de l'inviter ce soir au restaurant de

«
L’hôtel de la plage »
qui se trouve juste à côté de la villa où habite Valérie.

Elle accepte avec enthousiasme sans même hésiter une seconde comme si elle attendait cette invitation.

Le soir, comme prévu, il passe la prendre à sa villa puis se rendent au restaurant.

La serveuse les installe a une table un peu en recule des autres clients dans un coin discret de la salle et leur présente les cartes.

Pendant qu'elle prend note des commandes, Georges observe la serveuse
qu’il croque des yeux.

Valérie et Georges sont tellement heureux d’être ensembles qu’ils ne regardent plus ce qu’ils ont dans leur assiette. Ils avaient décidé de se tutoyer.

Lui, seuls les beaux yeux verts et pétillants de son invité l’attirent.

Elle même n'a pas encore gouté sa lamproie à la bordelaise qu'elle a dans son assiette.

Elle le fixe intensément dans les yeux en lui parlant, laissant sa main sous la mienne.

La serveuse passe et repasse devant leur table. Valérie lui fait remarquer gentiment qu’il mate

la jeune femme à chacun de ses passages.

Il avoue ne pas être insensible à sa beauté.
  • Je la trouve très belle, très sensuelle avec un corps superbe.

Valérie le félicite pour son bon goût
.

Il réplique:

-
Tu en es la preuve même! Ce n’est pas par hasard si tu es avec moi ce soir.

J’ai remarqué que toi aussi, tu la regarde d'une certaine manière cette belle serveuse.

Serais-tu attirée par la beauté féminine, toi aussi ?

Sans réponse, il comprend par un petit sourire qu’elle aussi, est troublée par cette jeune serveuse.

La conversation tourne maintenant autour du sexe. Il lui pose quelques questions sur ses préférences,
ses relations amoureuses, ses fantasmes …

Elle lui avoue être un peu voyeuse, qu'elle aimerait regarder un couple faire l'amour mais être aussi inviter
à leurs ébats.

Elle est toute rouge de raconter ses fantasmes, ses envies. Il la rassure en lui disant qu’il apprécie ce

qu’elle vient de lui dévoiler.

Il lui avoue connaître la serveuse depuis longtemps mais sans plus de détail.

-
Nous habitons le même village, à quelques mètres l’un de l’autre.

L’heure tourne, le restaurant se vide. Ils sont les derniers clients.

La serveuse a remarqué les œillades de Georges et semble ne pas rester insensible.

Valérie lui dit :

- J’ai une idée qui me trotte dans la tête.

Elle me propose son idée:

- Et si tu l'invitais à prendre un verre avec nous après son boulot ? Accepterai-t-elle la chose ?

Après avoir réglé l'addition, Il va voir Marie, la serveuse pour l'inviter à prendre un dernier verre

ensembles chez Valérie.

- Marie est d'accord pour venir avec nous. Elle termine son service dans un quart heure.

Georges observe Valérie, qui a l'air ravie de cette décision. Elle confirme qu'elle est impatiente

de le voir faire l'amour avec la belle Marie mais, elle ajoute qu'elle voudrait aussi participer à leurs ébats.

Il la rassure qu’il ne l’oubliera pas. Elle rougit, faisant sa timide, avec son air coquin qui lui va si bien.

Georges sent que leur soirée s'annonce bien. Il est tout excité de penser à ses deux jolies femmes

Rien que pour lui. Quel bonheur!

Marie vient de quitter son service. En sortant tous les trois, Ils saluent le barman qui les regarde

avec un petit air malicieux.

Ils rentrent dans la luxueuse villa qu’occupe Valérie. Elle les installe dans le salon, décoré avec goût. Valérie s’excuse, elle doit s’absenter un instant et lâche la phrase suivante avec un petit sourire coquin :

- Et surtout voyez sage tous les deux !

Quand Valérie revient avec une bouteille de Champagne et des flûtes sur un plateau, elle surprend Georges enlaçant amoureusement Marie sur le canapé.

Georges, comme pour se justifier, explique à Valérie :

- Marie et moi c’est une longue histoire d’amour. On s’est quitté puis retrouvé plusieurs fois !

Valérie est indifférente à ses explications :

- Je me suis doutée qu’il y avait quelque chose entre vous, à la façon que vous aviez de vous regarder

tous les deux au restaurant.

Georges continue à caresser Marie. Sa main glisse sur sa belle chevelure blonde.

Elle se faufile maintenant dans son chemisier. Il l’embrasse avec passion.

« Ses deux là sont encore amoureux l’un de l’autre », pense Valérie.

Ils semblent avoir oublié la présence de la vacancière.

Valérie fait sauter le bouchon de Champagne. Elle pousse un cri de surprise, le Champagne vient de gicler et de tremper son chemisier, ce qui laisse deviner ses beaux seins par transparence.

Marie, de sa petite voix douce murmure :

- Hummm !!! Vous avez de beaux seins, Madame !

Valérie reprend Marie :

- Appelle-moi Valérie et tutoie-moi, Marie.

Georges se lève, remplit les flûtes de Champagne et tire par la main Valérie, qui était assise dans un fauteuil,
pour qu’elle vienne s’installer sur le canapé en leurs compagnies.

Georges déboutonne le chemisier tout mouillé de Valérie et commence à lécher ses seins.

- Très bon tes seins au Champagne !

Tu devrais venir gouter Marie !

Marie hésitait. Georges lui lance :

- Valérie m’a avoué que tu la troublais !

Il prend la main de Marie et la pose sur le sein humide de Valérie, pour le caresser ensemble..

– Goûte Marie comme c’est bon.

Marie se penche sur la poitrine de Valérie et commence à lécher les pointes déjà bien rigides.

Valérie jette sa tête en arrière pour mieux offrir sa poitrine. Bien vite leurs bouches se cherchent.

Les voila toutes les deux, se roulant en position de 69. Leurs corps s’entremêlent.

Georges devient spectateur.

Il se met à l’aise gardant juste son minuscule slip. Les deux femmes remarquent bien vite, que

Georges est bien excité, devant le spectacle qu’elles offrent.

Marie, la première se précipite, baissant son slip. Valérie l’aide à finir de le mettre nu.

Georges bande fermement. Joli spectacle ! Marie, la plus gourmande, se met à genoux devant le beau mâle.

Valérie vient vite la rejoindre. Toutes les deux jouant avec son sexe. Rivalisant dans leurs jeux de séduction, chacune d'elles voulant montrer le meilleur d'elle même.

Georges râle de plaisir sous les coups de langues des deux femmes.

Son sexe passant de bouche en bouche. Elles sont déchainées. Elles veulent le rendre fou !

Mais Georges en a vu d’autres, il sait se contrôler.

Valérie supplie :

- Georges, je veux te voir faire l’amour à Marie. Maintenant, tout de suite…

Il allonge Marie sur le canapé et devant Valérie, installé à nouveau dans son fauteuil, les regarde, faisant
l’amour avec passion.

Valérie, une jambe repliée sur l’assise du fauteuil, se caresse en matant le couple enlacé.

Elle gémit. Ce qu’elle voit l’existe terriblement.

Au moment où ils prennent leur plaisir, Valérie pousse un long cri de jouissance.

Après un court moment de silence, Valérie se lève et vient les embrasser comme pour leurs dire merci.

Epuisés, ils restent tranquillement allongés tous les trois sur le canapé.

Le jour pointe le bout de son nez. L’heure des séparations est arrivée. Après d’interminables bisous,

Marie arrive enfin à se détacher d’eux. Elle quitte la pièce en espérant les revoir bien vite.

Le regret de les quitter se lit sur son visage.

Elle se retourne vers Valérie et lui dit avec un petit sourire :

- Amuse-toi bien !

A peine la porte refermée, Valérie se lance dans les bras de Georges pour venir chercher un baiser.

Elle lui dit :

-
Enfin seule avec toi, j'attendais ce moment avec impatience !

11050310.jpg

G.A 21 janvier 2008

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Codem d'occuper mes longues journées de façon si agréable !!!

Bisous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La classe Mister Codem, la Classe,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Codem d'occuper mes longues journées de façon si agréable !!!

Bisous.

Content de te tenir compagnie Fangy

La classe Mister Codem, la Classe,

Je suis loin d'avoir la tienne de classe Vincent mais c'est gentil de m'encourager

Merci a vous deux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau récit que cet "Hotel de la Plage".

Un érotisme à couper le souffle, si finement écrit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau récit que cet "Hotel de la Plage".

Un érotisme à couper le souffle, si finement écrit.

Merci Snaga c'est sympa !!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest bencale

merci codem pour ton récit. Il est juste, et bien écrit. tu as une bonne plume.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très joli récit!:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Keyra

J'adore Codem :) Très beau récit, bien raconté :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Que c'est bon de te lire Codem

Un récit sensuel, érotique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci codem pour ton récit. Il est juste, et bien écrit. tu as une bonne plume

j'en suis flatté merci Bencale !

.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que c'est bon de te lire Codem

Un récit sensuel, érotique...

J'aime quand je fais plaisir merci Luce

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Lonelylisa

Rhooo ce Georges !! Quel coquin !

Bravo Codem, texte très envoutant, comme à l'accoutumé !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rhooo ce Georges !! Quel coquin !

Bravo Codem, texte très envoutant, comme à l'accoutumé !

Ce sacré Georges oui un vrai coquin je trouve aussi mais n'est-il pas un homme qui aime trop les femmes ? ;-)

Merci Lisa :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Lonelylisa

Les femmes méritent d'être aimées... un homme ne les aime jamais assez...

(là, si je lance pas une polémique... !!) lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les femmes méritent d'être aimées... un homme ne les aime jamais assez...

(là, si je lance pas une polémique... !!) lol

Je ferais l'agréable effort de les aimer plus qu'elles le souhaitent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est tout en ton honneur Codem !! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est tout en ton honneur Codem !! ;)

Quand une femme mérite d'être aimé il ne faut pas se gêner

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Kalinda

Mmmm merci Codem et dire que j'avais raté un si beau texte!

Je ferais l'agréable effort de les aimer plus qu'elles le souhaitent

C'est beau un tel don de soin. :-) :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Kalinda

Il faut lire (maudit téléphone) :

C'est beau un tel don de soi :-

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut lire (maudit téléphone) :

C'est beau un tel don de soi :-

J'avais rectifié

Merci Kalinda pour ton commentaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci bien coquinette content de t'avoir fait passer un bon moment avec mon récit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est troublant ce récit, je m'imagine seule dans une agréable villa...Invitée le soir au restaurant... Et puis...

Merci Codem

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est troublant ce récit, je m'imagine seule dans une agréable villa...Invitée le soir au restaurant... Et puis...

Merci Codem

Tu sais que tu pourrais très bien ressembler à cette vacancière!

Merci pour ton commentaire malicieuse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.