Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Oncle Julien

Rencontre dans la cave de l'immeuble (Episode 7)

Recommended Posts

HISTOIRE EROTIQUE

NOTE :

Pour savourer pleinement la lecture de ce récit , j'invite le lecteur à découvrir les six épisodes précédents .

http://www.forum-int...uble-episode-1/

http://www.forum-int...uble-episode-2/

http://www.forum-int...uble-episode-3/

http://www.forum-int...uble-episode-4/

http://www.forum-int...uble-episode-5/

La jeune fille de la cave (Episode 7)

J'étais entrain de déguster un gratin Dauphinois que j'arrosais d'un verre d'excellent Bourgogne . En fond sonore , ce samedi , j'écoutais "Monsieur X" , l'émission de Patrick Pesnot , sur France Inter . Dehors , la pluie battait contre les vitres de la fenêtre . Je méditais sur les courses que j'avais prévu de faire à l'Hypermarché , dans l'après-midi .

Quand , soudain , mon téléphone portable se mit à délivrer le début de la "sonate au clair de lune" . Je décrochais . Cétait Lucie .

- Bonjour . Tout va bien ? On se voit demain après-midi ?

- Bonjour Lucie . Oui tout baigne ! Bien sûr qu'on peut se voir . A présent que tu sais ou j'habite , on peut se voir chez moi !

- Je voudrais la cave , une dernière fois ! tu n'as pas envie de "marquer le coup" ? Juste pour l'ultime aventure à la cave ?

- Entendu ! Je serai là pour seize heure , ça va pour toi ? Mais après , on se fait un petit restaurant !

Après nous être salués , nous coupâmes la communication .

Je commençais à avoir l'habitude d'arriver dans l'immeuble pour quinze heure et de venir passer trois quart d'heure avec ma soeur . Cela commençait d'ailleurs à être au-dessus de mes forces . Il serait grand temps que cela cesse .

J'arrivais donc à l'heure , garant ma voiture sur le parking . J'arrivais chez ma soeur avec mes deux éclairs au chocolat . Comme à chaque fois j'eu droit à des anecdotes sur sa vie professionnelle , sociale et , dans une moindre mesure , de sa vie affective . Passionnants ...

A l'heure habituelle , je prenais congé , me dirigeant vers l'ascenseur qui m'emmenait directement au premier sous-sol .

J'arrivais sans encombre , ce qui est normal puisque je ne l'avais pas emmené avec moi .

Sortant par les portes automatiques , je m'avançais dans le couloir aux murs bétonnés . Cette fois-ci , arrivé à la porte qui communiquait avec le parking souterrain , je me déboutonnais , ouvrant ma braguette et sortant mon sexe . Toutefois , prêt à toute éventualité , je restais sur mes gardes .

Derrière moi , j'entendis des pas rapides . Je tournais la tête dans la direction d'où venait le bruit , c'était Lucie . Courant vers moi , elle se blottit contre moi en me couvrant le visage de baisers fougueux . Je la serrais en la soulevant de terre . La jeune fille passa ses jambes autour de ma taille , si légère et si agile qe j'en fûs admiratif .

- On se fait une dernière cave , tu veux ? Me fit-elle avant de m'embrasser goulument .

Je me retrouvais en érection . Comme j'avais le sexe à l'air , Lucie s'en rendit compte très rapidement . Restant ainsi , accrochée à moi , elle commença à frotter son sexe contre ma turgescence .

Vêtue d'une jupe courte flottante , Lucie se frottait fortement à moi . Passant mes mains sur ses fesses , je me rendis compte qu'elle ne portait pas de culotte . Nous nous embrassions dans ce sous-sol gris et froid . Après quelques contorsions , la soulevant encore un peu plus ,je m'introduisais en elle , la laissant redescendre doucement .

La jeune fille émit un gémissement de satisfaction . Je restais sans bouger . Je l'embrassais avec fougue , fouillant sa bouche . Je la maintenais par les fesses , elle restait nouée à mon corps par ses jambes et ses bras . Cela dura un moment . Je commençais à sentir mon dos .De plus , nous pouvions nous faire suprendre à tout instant .

Doucement , je me mis à marcher , portant Lucie . Je lui dis : < C'est moi qui vais te faire visiter la cave ! > < Tu veux bien devenir mon guide ? > me fit-elle , ravie . < Il faut simplement que tu m'indiques quelle porte sera ouverte pour pouvoir nous cacher derrière ! > lui demandais-je . < Prends la première à gauche , devant l'ascenseur . > me répondit-elle .

Portant toujours la jeune fille , nouée à moi , je fermais la porte derrière nous . Là , une fois dans ce petit local que je commençais à connaître , péniblement éclairé par un petit soupirail , je couchais Lucie sur des feuilles de cartons qu'elle avait disposé sur le caisson de métal . Prévoyante et coquine .

Couchée sur le dos , chacun de ses pieds , chaussés de chaussures à légers talons , posés sur chacune de mes épaules , Lucie gémissait en bougeant de façon régulière . Je la tenais par les mollets , imprimant à mon bassin un mouvement au rythme de celui de la jeune fille .

La tête renversée en arrière , les mains passées sous sa nuque , Lucie était entrain de se livrer au plaisir . Je l'accompagnais avec délice . Elle gémissait , lâchant quelques fois de profonds soupirs . Parfois , elle ouvrait les yeux pour me regarder , me fixant de ses yeux noisettes avec un air sérieux , comme concentrée sur mes agissements . Puis , en gémissant , Lucie refermait les yeux pour apprécier l'instant .

Je m'appliquais avec soin , maintenant un rythme constant . Parfois , je cessais toute activité , restant immobile . Lucie continuait de bouger , ouvrant les yeux pour m'observer à nouveau . Après avoir mouillé mon pouce , je le posais sur son petit bouton . Doucement , je bougeais mon doigt , essayant d'épouser le mouvement du bassin de la jeune fille . Cela eut pour effet de décupler encore les sensations qu'elle éprouvait .

Nous étions là , depuis une bonne demi-heure , à faire l'amour avec un profond et immense plaisir . Parfois , nous cessions tout mouvement pour écouter certains bruits qui nous parvenaient du dehors . Cette situation nous excitait fortement . Lucie , prenant appui sur ses coudes , approchant son visage , me fit : < C'est super bon d'être avec toi ! > Je restais sans bouger et lui fis :< Oui , pour moi aussi , dommage que plus de vingt cinq ans nous séparent ! > < N'y pense pas et prends les choses comme elles viennent . Moi , je n'y pense pas ! > me fit-elle .

Je me penchais vers elle et l'embrassais amoureusement . La douceur de sa langue contre la mienne était comme un acte sexuel supplémentaire . Nous nous remîmes à nous "bercer" d'un rythme régulier . Je ne pouvais plus m'empêcher de gémir , c'était trop bon . En appui sur ses bras , Lucie se mit à avoir des spasmes . J'éjaculais comme jamais . Nous gémissions de concert dans un bonheur indiscible .

Nous restions ainsi un long moment , haletants , nous faisant des bises , nous caressant . Nos respirations étaient en harmonie . Je m'allongeais à côté d'elle pour la serrer contre moi . < Tu crois qu'on s'aime ? > me demanda t-elle , candide . < A mon tour de te dire de ne pas y penser et de prendre les choses comme elles viennent ! > lui fis-je en la prenant par la nuque pour serrer ma joue contre la sienne .

Une nouvelle demi-heure devait passer ainsi , à nous prodiguer de l'affection et de la tendresse . Nous redressant , nous réajustant , je proposais à Lucie de passer chez moi , prendre une douche avant le restaurant . Et cest là , qu'une fois de plus , je constatais l'esprit d'organisation des filles . Lucie avait un sac de sport contenant des vêtements de change , posé là , dans un coin ...

Chez moi , nous prenions une douche ensemble et nous fîmes l'amour une nouvelle fois , sous l'eau . Pour aller au restaurant , Lucie était vêtue d'un jean's , d'un sweat sur lequel elle avait pasé une veste légère en toile étanche .

Malgré la pluie battante , qui sévissait dehors , nous passions une nouvelle soirée très agréable , assis devant un civet de lièvre aux coquilletes .

- Mâte un peu le regard de certaines personnes . Elles doivent penser que tu es un vieux cochon qui se tape une petite jeune ! C'est absolument divin ! Me fit Lucie espiègle .

- Et elles ont parfaitement raisons ! Fis-je avant que nous éclations de rire ...

post-68849-0-05623500-1349616978.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest nico91800nico91800

Toujours aussi passionnant. Toujours aussi fan. Lol. J'aime....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est toujours aussi bien.

Aura t-on des nouvelles de sa copine Gaëlle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une plume toujours aussi agréable à lire et excitante à souhait ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Doucerêverie
      -Ahhhhh

      Un gémissement lui échappa. Elle ne se rendit compte du fait qu'elle avait gémi que lorsqu’elle entendit ce son presque venu d’ailleurs… Doux, délicat… C’était comme si sa bouche avait voulu exprimer à sa manière ce qu’elle-même n’aurait pu expliquer, commenter…

      A cet instant précis tout ce qu’elle aurait pu dire c’était qu’elle se sentait bien… Toute bien… Un tel bien être… Une sorte de paix…

      -Chéri… S’il te plaît… Reste encore un moment comme ça… Ne bouge pas… Me délecte… , dit-elle en l’enveloppant d’un regard à la fois empli de paix et de joie mais où s’ajoutait aussi une petite once de crainte… Car elle voulait le garder… Là. En elle… Prisonnier de la chaleur et de l’humidité de son intimité… C’était tellement bon de le sentir comme ça en elle… Elle aurait voulu que cela dure une éternité… Cela faisait un moment qu’il n’avait pas été en elle et le manque s’était fait de plus en plus grand, l’envie était devenue de plus en plus irrépressible et intense…

      Elle se tortilla doucement, tourna légèrement la tête pour embrasser son avant bras… Il avait une main enfouie dans ses petites boucles, lui caressait les cheveux, l’apaisait et de l’autre main il maintenait fermement sa hanche en place… Mmmmh… Elle était toute heureuse… Profitait de cet instant pour laisser diffuser en elle cette sorte de plénitude que l’on peut ressentir lorsqu’on arrive à enfin avoir quelque chose que l’on a beaucoup et longtemps désiré…

      Il la regardait, ne la quittait pas des yeux, guettait le moindre de ses gestes et la moindre de ses réactions… Elle lui sourit se contorsionna presque pour venir déposer un doux baiser sur ses lèvres et lui fit oui de la tête… Oui, elle était prête… Oui, il pouvait bouger en elle… Oui, il pouvait maintenant la prendre comme il voulait… Et oui elle était à lui, rien qu’à lui toute à lui…

      -Ahhhh

      C’était irrépressible… Le sentir en elle comme ça l’excitait au plus haut point, la rendait toute chose, toute bien, toute touchée, toute émue, toute fière… Il s’était presque totalement retiré. Une petite moue prit vite la place de son sourire. Ow… Il suffisait qu’elle dise oui pour que l’instant d’après cherche à se retirer d’elle… Grr… Non…

      -Ahhhhhhh

      Il revint en elle fermement presque durement… Elle sentit ses pieds se tordre et pointer immédiatement en réaction à cet assaut… Elle avait l’impression que tout son corps était tendu, avide, en attente de lui… Il vint déposer un doux baiser sur son front et commença à faire des vas et viens amples qui lui arrachaient chaque fois un son… Mmmh… Elle savait qu'il aimait lui faire ça... Faire sortir de sa bouche de doux sons... Il alternait les vas et viens entre lents, puissants et rapides, forts et elle se tortillait, ondulait, se laissait aller à suivre ce rythme qu'il lui imposait et à gémir, ronronner, haleter pour lui... Une douce mélodie lui avait-il une fois dit...
    • Guest sonny08
      Par Guest sonny08
      Tu es là, lascivement allongée sur ce lit. Entre ombre et lumière ton corps m’apparaît comme la sensualité même.
      Tu me regardes, tu me défies.. Tu m'attends.
      Alors je m'approche, je glisse sur ta peau pour venir poser un baiser dans ton cou.. puis à la naissance de tes lèvres.. Avant de t'embrasser langoureusement.
      Tu mets tes mains dans mes cheveux et délicatement me fais glisser sur le haut de tes seins, puis ton ventre, puis tu laisses ma bouche en tête a tête avec ta jolie dentelle, masquant a peine le joli sexe que tu m'offres.
      Je fais glisser le tissu et te regarde dans les yeux.. Je croise un regard plein de défi, de désir et d'envie.
      Mes lèvres parcourent tes cuisses puis viennent embrasser ton aine. La pointe de ma langue ondule langoureusement jusqu'à la naissance de ton sexe.
      Je te regarde quelques secondes et mordille ma lèvre. Je vais te dévorer, tu le sais.
      Ma langue remonte lentement sur la longueur de ton sexe, avant de couvrir ton clitoris d'un baiser langoureux.
      La pointe de ma langue glisse sur ton petit bouton de plaisir, elle ondule, dessine de petits cercles de 'l’extérieur vers l’intérieur. Puis, le coiffe d'un rapide baiser.
      Ma langue descend pour lécher ton sexe de haut en bas, de bas en haut, j'ondule sur tes petites lèvres puis mes caresses linguales se font plus appuyées, plus entreprenantes..
      J'avance doucement vers l’intérieur et ma langue fouette tes petites lèvres. Elle s'ouvrent timidement et ma langue te pénètre.
      Je te dévore encore quelques instants, puis mes lèvres se referment sur ton clitoris, pendant que mon majeur viens se glisser en toi. Ton gémissement timide et ton regard provocateur m'indiquent que c'est la bonne voie.
      Mon doigt disparaît en toi. Je replie la dernière phalange et masse doucement tes parois, en revenant en arriéré, puis en avançant. Tes soupirs me guident vers l'endroit de ton plaisir.
      Mon index entre à son tour dans ton sexe de plus en plus épanoui. Ton excitation facilite son entrée et il vient rejoindre mon majeur pour titiller les endroits les plus sensibles, leurs gestes sont coordonnées. Tantôt collés, tantôt opposés, ils sont les instruments de ton plaisir.
      Ma langue se concentre toujours sur ton clitoris, elle le fouette, elle ondule, elle dessine de petits cercles..Mon souffle chaud et humide glisse sur lui.
      Mes yeux fixent les tiens, je cherche ton plaisir... En en prenant beaucoup.
      Mes caresses sont précises et passionnées. J'aime voir cette émotion si intense au fond de tes yeux.Tes mains se crispent sur mes cheveux. Tu n'as jamais été aussi belle.
      Tu prends mes épaules et accompagne mon visage jusqu'au tien. Nous nous embrassons, ton regard est intense. Je te sens bouillante, mais inassouvie.
      Nos regards sont l'un dans l'autre, ta peau contre ma peau, tes seins contre mon torse. Mon sexe collé au tien durcit.. J'ai envie d’être en toi, j'ai envie d’être à toi..
      Tu mets tes mains sur mes fesses et dans un soupir nous fusionnons.
      Mon sexe franchit les portes de ton paradis.
      Mes mains sont folles de ton corps, je caresse tes hanches, ton ventre et tes seins.. Ma bouche se perd sur ton joli téton et je l'embrasse fougueusement a chaque fois que tu te cambres. Ma langue s'enroule enfin autour de lui et je le suce avec gourmandise..
      Nos mouvements sont liés, nos corps sont collés l'un a l'autre, dans une danse de plaisir. Jusque là esclave de mon désir, me voilà maître de mon plaisir. Et en quête du tien.
      Nous faisons l'amour comme des fous, mes pénétrations s’accélèrent, elles sont plus longues, plus puissantes, plus précises au fur et a mesure de nos échanges de regards, de tes soupirs de plaisir.
      Nous continuons jusqu'au plaisir ultime, jusqu'à la jouissance finale. Je sens mon désir monter, je sent ton plaisir arriver à son summum. Nous nous laissons aller a un dernier gémissement, à un dernier geste, au plaisir.. Tes pupilles se dilatent et ton regard se perd, envahi de plaisir. Nous restons quelques instants suspendus par le plaisir, ailleurs, au 7eme ciel. Notre plaisir commun comme nirvana. Enlacés nos corps s'effondrent sur le lit. Et dans un sourire, nous nous embrassons.
       
       
      Je sais que ce récit manque peut être un peu de mise en scène, d'intro ou de conclusion, mais j’espère qu'il vous a plu.
      N’hésitez pas à me laisser vos commentaires... 
      Et merci de la lecture !
    • Par Secouss
      Notre expérience se fait avec le temps, on découvre que l'on aime les frites, que la piscine ce n'est pas notre truc, que les maths font mal à la tête, qu'internet est immense,....
       
      Et a un moment se fait le déclic, celui où l'on se sent Femme ou Homme et que notre corps devient un océan encore inexploré. Je n'avais pas plus de 15 ans quand j'ai découvert la beauté du corps d'une femme nue. Je ne vais pas vous raconter toutes les explorations, entre magazines de lingerie, découverte des BéDé pour adulte, des photos d'internet avec une connexion 512Ko,...
       
      Et un jour on rencontre sa Némésis, le sentiment ultime, la plénitude par un simple contact, une simple vue, un sous entendu.
       
      Je fouillais dans les tiroirs de ma mère (ne faites pas les innocents, qui ne l'a pas fait !) et je suis tombé sur ces 2 voiles si léger. J'ai tiré dessus et je les ai vu s'étendrent sous mes doigts. Le glissement de cette étole sur mes doigts, ma main, mon bras, ....
       
      Je venais de le découvrir, le nylon, la douceur d'une culotte en satin, le maillage d'un tissus travaillé, l'épaisseur d'une feuille de papier, le sentiment de la peau sous ma main. Au début ce seul contact suffit, il intrigue, étonne, capte l'attention et l'excitation, il devient le catalyseur d'un plaisir coupable.
       
      Cette première fois le simple toucher m'a suffit, je les ai repliés et rangés. Ensuite je suis reparti pour satisfaire mon plaisir charnel et la simple pensée m'a suffit pour jouir. La jouissance de cet âge, ou seul un petit filet incolore d'un liquide encore inconnu apparait au bout d'une verge source d'autant de complexes.
       
      Et les jours passent, à chaque fois, chaque contact de ma main sur mon sexe, chaque pensée érotique, je le retrouve. Le plaisir des yeux face a une femme qui le porte, admirer ses jambes gainées de ce tissus qui érotise n'importe quelle situation. Ce voile simple, couleur chair, que l'on trouve à la fois inutile mais indispensable.
       
      Vient enfin le moment, celui où l'on retourne le chercher, celui de l'approche furtive, le stress, le coeur qui bat la chamade, l'oreille aux aguets pour entendre un bruit de porte qui s'ouvrirait annonçant le retour des parents et la fin de cette quête chevaleresque du plaisir. S'approcher, ouvrir le tiroir en bois, calmement, doucement pour ne pas le faire grincer trop fort. Soulever les quelques culottes et enfin le voir, ce voile, cette fine maille. La prendre dans ses mains, sensation électrique, le frisson. Faire une pause dans le silence de la maison, pousser calmement le tiroir et l'emmener doucement dans sa grotte, son antre, sa chambre, son lit.
       
      Enfin nu avec cet objet, le glisser sur son corps, jouer avec l'élastique, le tout d'une seule main bien entendu. Découvrir le contraste du plastique des bas autofixants sans comprendre encore à quoi sert cette bande. Faire glisser ces bas sur son torse, ses bras, s'approcher ... et enfin le toucher, du bout d'un bas ou d'un collant, sentir la divine caresse du nylon sur son sexe encore jeune et incontrôlé... Sentir la jouissance monter, les vagues se répandrent dans son corps, les coups de boutoir du plaisir qui descend inexorablement vers cette zone bouillante. Et enfin l'instant de magie, le corps se contracte, le cerveau libère des doses incroyables d'hormones, de phéromones, les membres frissonnent, le sexe palpite... 
       
      Quelques secondes hors du temps, du monde, des problèmes de la jeunesse, du risque de se faire attraper,.... Laisser son corps revenir à lui calmement. Sentir chaque parcelle de ce corps si bizarre et pourtant, à cet instant, si parfait. Se redresser et faire le chemin inverse doucement pour ranger cet honteux objet de plaisir.
       
      Voulez-vous la suite de cette découverte ?
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.