Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest LadyRose

Pshhhhhhit... (les plumes de Lady et Mariveau s'entremêlent)

Recommended Posts

Guest LadyRose

Bientôt deux semaines que dure cette canicule. Par chance les falaises du bord de mer offrent une légère brise salvatrice. Le temps est pesant, le soleil indiscret enveloppe de sa chaleur chaque centimètre carré de terre, d’eau, de peau…

La piscine, en partie couverte par la tonnelle de la terrasse, laisse la possibilité de se rafraichir à l’ombre, tout en gardant la vue sur la mer.

Vêtue d’une tunique de coton blanche, elle se prélasse à l’ombre, lovée dans un hamac. Elle sirote nonchalamment son cocktail de fruits, les yeux mis clos, fatiguée par la chaleur écrasante. La piscine n’est qu’à quelques mètres mais l’effort lui paraît insurmontable, et son cocon bien trop confortable…

Les fenêtres donnant sur la piscine sont grand-ouvertes. Un courant d’air entraine les rideaux blancs dans un léger ballet aérien.

Malgré la brise, la proximité de la mer rend l’air moite. De petites perles de sueur coulent sur sa peau halée, attirant à elle le tissu blanc de la tunique. Alanguie elle s’est endormie dans le hamac.

Enfin il a terminé cette mâtiné de travail ! La chaleur derrière la verrière des bureaux devenait insoutenable. Maintenant qu’il est sur le trajet du retour, il n’a qu’une idée en tête, une bière bien fraîche, et un saut dans la piscine ! Heureusement la villa n’est pas loin. Et puis il y a cette femme qui l’attend, cette belle naïade qu’il a épousé il y a peu… Ahhh… Un sacré caractère dans un corps délicieux…

Il franchit le pas de la porte et se dirige immédiatement vers la chambre pour y quitter jean et chemise et se mettre à l’aide. Ce short noir fera l’affaire. De toute manière, il ne le gardera peut être même pas pour se baigner. Il sort de la chambre, direction la cuisine où il attrape une bière dans le frigo puis sort sur la terrasse. Il pose sa bière à l’ombre et part se rafraîchir sous la douche avant de se baigner. Il n’aime pas se jeter directement dans l’eau froide quand il fait si chaud. C’est le corps ruisselant d’eau qu’il plonge dans la piscine.

De son côté la demoiselle dort toujours. Il ne l’a pas vue, il l’a remarqué seulement quelques minutes plus tard en sortant de la piscine pour boire sa bière. Ce corps… tout doré de soleil, couvert de cette tunique humide qui laisse transparaître ses courbes, les bourgeons saillants de ses seins… le creux de ses hanches… Peut-être pourrait-il tendrement la réveiller prétextant un rafraichissement ?…. Non, il sait.

Il rentre prendre une canette de P*rrier dans le frigo, puis s’en retourne aussitôt près de sa belle. Il dépose sa canette sur le sol. Il admire le spectacle de ce corps presque offert… Il se penche au dessus de sa peau dorée. Ses lèvres s’en approchent, sans jamais la toucher… Il s’enivre de son odeur salée. Un à un, très lentement, il défait chacun des boutons de la tunique, inutile barrière au plaisir. L’un après l’autre, il découvre ses monts et merveilles sous l’œil approbateur du Soleil. Sa gorge parée d’un bijou d’argent, ses seins délicats dardés, brunis par l’été, son ventre plat, tel un vallon annonçant la naissance d’un ruisseau… Enfin… Ce mont dont la fine toison orne les pentes. Il soupire, l’envie de s’abreuver dans le lit du ruisseau le tiraille. Mais il a décidé de la tirer du sommeil d’une autre manière…

Il ramasse la canette encore gelée, l’approche très lentement du visage de sa nymphe, et tout en l’ouvrant, il susurre chaudement dans le creux de son oreille son oreille… Pshhhhhhhit…

Ses dents le saisissent du lobe de son oreille, le sucent, le mordillent, descendant lentement le long de son cou. La belle sort peu à peu de son sommeil, comprenant qu’il est l’heure pour elle de s’abandonner entre ses mains. Un sourire ravageur aux lèvres, son regard plongé dans ses yeux de biche, il penche sa canette, et laisse couler le liquide glacé sur sa peau brûlante…

Pshhhhhit... Quel agréable son... Le liquide glacé se répand entre ses deux fruits, deux poires offertes aux rayons d'un soleil malicieux, faisant frissonner la belle encore endormie, les pointes dardées semblent vouloir atteindre l'astre chaleureux. Le liquide aux gouttelettes pétillantes, coule maintenant sur son ventre plat qui se creuse, formant une légère coupe . Il y vient déposer ses lèvres pour s'abreuver tel le Cerf sans l'onde d'un ruisseau. La biche se cambre. Un souffle, un soupir , un gémissement gourmand, approbateur s'échappent d’entre les fines lèvres rosées de la belle nymphe. Elle se laisse aller, ses deux amants sont là, le soleil et son homme. Ils sont les provocateurs de sa langueur, de sa docilité, de la permission tacite qu'elle donne, paupières et lèvres entrouvertes comme pour mieux exacerber le désir de ses amants .

Elle tend le cou, renverse la tête.

Elle était une plante au soleil, elle sentait la sève en elle frémir dans les ruisseaux de son corps. Avec lui, son homme, elle devient animal, lorsque ses mains puissantes s'emparent de son corps , la germination se précipite jusqu'à la mue, elle voyage entre deux dimensions du temps, une course accélérée, la métamorphose en être de chair, n'est elle pas sa biche. Par le prodige du plaisir, elle se sent revenir aux enfances de sa sensualité, elle se laisse prendre les seins, gonflés, haletants que soulève la gratitude de la caresse et son envie toujours renouvelée.

Elle le laisse prospecter, vagabonder, glisser ses phalanges avides, pétrir, étirer, griffer à peine, l'envahir et la déserter. Il sait organiser la fête, orchestrer l'émoi, il sait susciter l'attente, la décevoir pour l'attiser encore, il a des gestes doux et précis, et les patiences d'un autre temps. Ses mains sont fraîches, elles passent, repassent, se surpassent, se déplacent, dansent sur son corps tel le sabbat de sorcières, un ballet de séduction non point désintéressé, mais si envoûtant.

Elle, faible, asservie désormais, muette obstinément, elle prie, elle hurle silencieusement pour qu'il achève ce qu'il a commencé, pour qu'il hâte son triomphe et octroie le joyau du plaisir dont le soleil, boute-en-train magnifique, avait préparé l'écrin. Les mains descendent, elle s'ouvre, elle sent la fraicheur du liquide coulant de son pubis entre ses lèvres intimes. Elle se trouve follement indécente offrant son intimité encore fermée à la chaleurs des rayons d'Hélios, qui éminemment, va céder, va s'ouvrir au fond d'elle une lézarde bienheureuse où le soleil et l'air vont couler comme les eaux mêlées de deux sources complémentaires.

Son cœur se mettra à battre encore plus fort. Les paupières mis closes, elle se verra offerte, sa faille, élargie, éblouie de ce soleil qui ruisselle au fond, qui entre dans le corps, qui la fouille sans la combler.Lui, il l'offre à cet amant avec l'humilité d'un vassal qui connaît son rang et les règles d'une bienséance chevaleresque. Quand le seigneur céleste aura régné suffisamment sur le trouble et le désir de leur maitresse commune, il jugera le moment venu de prendre la place.

L’astre se retire la laissant désemparée, mais elle entend à nouveau ce petit bruit si particulier

Pshhhhhhit...

A suivre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand deux belles plumes s'entremêlent ça fait PSHHHHHIT !!!!.... :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Per.... c est fou bravo à tous les deux on reconnaît bien la le modus operandi de lady

Grrr nous laisser sur notre fin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Merci à vous deux :-)

La Brune, il faut bien, plus le plaisir dure, plus il est intense :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Troublant, ce texte! J'aime tes mots, Lady

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très joli début, on s'y laisse prendre et on se transporte au bord de cette piscine avec vous.

Vivement la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Félicitations, j'attends la suite avec impatience :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Délicieux début...J'ai hâte de découvrir la suite ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pshhhhhhit... c'est fou ....... c 'est le bruit que font mes neurones qui préparent la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Une petite précision, cette première partie a d'ores et déjà été écrite à deux ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Lonelylisa

Juste wahouu ! Quels talents !!

Je suis pshiiitttée :-P

Vivement la suite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Brrrr frissons lala moi il me fait ça je le tue :) nan méo

c'est agaçant mais j'adore justement cette certaine frustration .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma plume se joignant à celle de Lady, je vous remercie aussi mais avec une telle inspiratrice, Une Muse, il était si facile de laisser entrainer mes mots par les siens au point qu'ils s'emmêlent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Rooooh :oops: Merci, c'est vraiment adorable :bisou: :bisou:

C'est un réel plaisir que celui d'etre suivie de tes mots Mariveau :-)

(surtout quand on sait ce que ca donne irl :lal: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelles belles plumes!!! voici la raison pour laquelle il ne faut point pleurer de déshabiller un peu quelques oiseaux ! :clap: :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Pipou24

Mais c'est la pub pour Gini !!! :) J'adore !!! Bravo à vous deux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Superbe début à l'alternance fraîche et torride , bravo à vous deux :clap: :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.