Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

rtx42

Aventure américaine

Recommended Posts

En 1996 j’ai été envoyé en formation aux Etats-Unis pour une durée de 3 semaines. Je logeais à l’hôtel et j’allais souvent diner dans un bar où les Barmaids étaient sympas et la nourriture bonne. Je mangeais souvent au comptoir où je pouvais discuter avec mes voisins. Un soir j’étais en train de finir de dépiauter des travers de porc avec ma fourchette et mon couteau, quand j’entends une voix moqueuse me dire « Well done ». Je me retourne et je vois une femme blonde, plutôt ronde avec un des dents en avant et un menton fuyant, mais avec un sourire sympathique. Elle me dit qu’ici tout le monde mange les travers de porc avec les doigts et ne s’embête pas à les dépiauter. Je lui explique que ma mère m’a toujours dit de ne jamais manger avec les doigts au restaurant, elle se marre et me dit qu’elle s’appelle Kelly. Nous discutons, je lui explique que suis Français et que je suis ici en formation. Elle trouve que je parle drôlement bien anglais et je lui dit que j’ai vécu en Angleterre. Du coup elle me dit qu’elle va me présenter June, une de ses copines qui est d’origine Anglaise et elle me dit qu’elle organise un « blind date » pour le Mardi suivant.

Le jour dit, je retrouve Kelly et sa copine June. Celle-ci a les cheveux courts bruns-roux, une jolie silhouette et des petits seins qui sont mis en valeur par un corsage un peu échancré. Je remarque qu’elle a au dessus du sein gauche un tatouage représentant une rose, mais qui bave un peu. Cela attire le regard mais ce n’est pas très joli. Elle m’explique que c’est son ex, qui lui a tatoué cela, un soir où tout les deux été bourrés et que depuis elle s’en veut de l’avoir laissé faire, car non seulement cela lui a fait mal, mais en plus cela lui rappelle « this F… bastard ». Nous sympathisons et le courant passe bien entre nous, mais après une ou deux heures les deux filles m’expliquent qu’elles doivent partir, car elles doivent relever la baby sitter qui garde leur gamin.

Au moment de partir June dépose un baiser sur mes lèvres en me disant, que ce n’est pas grave et que nous allons bientôt nous revoir et qu’elle appellera au bar. Quelque jours plus tard alors que je termine de diner, une des barmaid me passe le téléphone en me disant que quelqu’un veut me parler. C’est June. Elle me demande de la rejoindre chez Kelly et me donne l’adresse en me disant qu’il y a une Chevrolet Camaro noire garée devant. Je galère un peu pour trouver la maison, car j’avais mal compris le nom de la rue, mais aux indications que June m’avait donné au téléphone, je finis par trouver la maison. Kelly m’ouvre la porte. Elle est vêtue d’une jupe plissée grise un peu courte et d’un tee shirt blanc un peu serré. L’ensemble pourrait être sexy, mais ma première impression est « gros cul petits seins ». Je rentre et me penche pour les embrasser et leur dire bonjour, mais elles semblent surprises puis m’embrassent la bouche. J’avais oublié que la bise à la française n’existe pas aux Etats-Unis et que j’ai eu droit au « French kiss ». June me propose de l’aider à choisir la musique pendant que Kelly s’occupe de finir de nourrir les gamins.

Je suis derrière June et regarde par-dessus son épaule la liste de morceaux qu’elle me propose. Elle appuie son dos contre mon torse, je l’enlace et mes mains caressent son ventre. Je commence à embrasser son cou, elle parait apprécier et sa tête bascule en arrière pour offrir plus d’espace à mes lèvres. Mes mains remontent vers ses seins et je constate qu’elle n’a pas mis de soutien-gorge. Ses seins sont ronds et fermes et je sens leur téton se dresser à travers le tissu. Je change de position pour lui faire face et l’embrasse. Nos langues se mélangent, avancent et reculent. Je caresse son dos, puis ses fesses à travers son mini short en jean. Je continue ma progression et mes doigts s’arrêtent sur son entre-jambe et je sens son bassin qui appuie contre le mien. Je caresse du bout des doigts l’intérieur de ses cuisses et elle écarte un peu les jambes. Soudain un braillement s’élève dans la pièce d’à coté et June s’écarte de moi en me disant qu’il faut qu’elle aille s’occuper de son gamin.

Encore tout émoustillé par ce début de soirée qui s’annonce prometteur, je commence à choisir les disques que nous allons écouter. June et Kelly discutent dans la pièce d’à côté. Il semblerait qu’il y ait un problème car le ton monte. Tout d’un coup je vois June traverser la pièce avec son sac sur l’épaule et son gamin sous le bras, claquer la porte et démarrer dans un crissement de pneus. Je suis interloqué et je me demande où je suis tombé. Puis je me dis que la soirée ne va pas être tout à fait celle que j’espérais et que je vais me retrouver couilles croisées dans mon slip.

Kelly revient dans le salon avec son fils et me dit qu’elle est désolée pour cet éclat, mais que June avait utilisé le drap de bain qu’elle venait juste d’acheter pour éponger le chocolat et autre, que son fils avait répandu par terre. Quand elle lui avait fait remarquer que c’était dégueulasse June avait pris la mouche et s’était barrée. Puis elle ajoute que c’était pour cela que June m’avait invité ici plutôt que chez elle, car chez elle s’était sale. Histoire de changer de sujet je lui demande si elle a un mari et me dit qu’il est en prison (je n’ai jamais su pour quel motif). La tension redescend et nous discutons des difficultés des mères célibataires et puis elle me demande si je pourrai l’aider à déplacer un meuble, ce que bien entendu j’accepte. Tout d’un coup elle me demande « Are you good at sex ?». Pendant que je bafouille une réponse pitoyable du genre « I don’t know » je réalise qu’elle a envie de faire l’amour avec moi et que comme je ne faisais pas grand-chose dans cette direction elle a pris le contrôle des opérations. Le problème c’est que je n’ai pas envie de coucher avec elle et que je ne la trouve pas attirante. Pendant que la conversation continue, je gamberge et trouve tout un tas de bonnes raisons pour justifier ma position, quand soudain je réalise que ce que je suis en train de faire n’est pas très gentil. Kelly est sympa, elle est seule et elle a juste envie de tendresse et de câlins et que je suis en train d’adopter une position égoïste. Puis elle me regarde en me disant « I didn’t have sex for a long time » du coup j’essaye d’avoir l’air un peu moins con que la première fois et lui demande si elle veut que je la câline. Elle hoche la tête, je m’approche d’elle et commence à lui caresser les bras, les épaules, l’enlacer et lui embrasser doucement les lèvres. Elle se laisse faire, puis sa langue vient chercher la mienne et joue avec. Ses baisers sont très agréables et je suis en train de m’appliquer à lui rendre la pareille, quand je m’aperçois que son gamin de 16 mois est en train de nous regarder. Je trouve cela très perturbant et je lui suggère de le mettre au lit. Kelly approuve et va chercher son fils, quand je lui demande si elle peut enlever sa culotte. Je suis aussi surpris qu’elle d’avoir osé demander cela, et m’attend à prendre une claque, mais elle sourit et dit « why not » et enlève sa culotte. Elle se penche pour attraper son fils, sa jupe remonte et découvre le bas de ses fesses. Kelly semble trouver cette situation amusante et tandis que l’accompagne pour aller coucher le petit, elle ne perd pas une occasion pour se pencher ou remonter sa jupe. A chaque fois je ne vois pas grand-chose, mais je trouve très excitant de la savoir sans culotte et qu’elle me laisse entrevoir son intimité. Une fois le petit couché, elle me demande de l’aider à déplacer un meuble à l’étage. Je la suis et dans l’escalier j’ai une vue imprenable sur ses fesses. Elles sont rebondies et sont si sexy lorsqu’elles remuent, que je ne peux m’empêcher de les toucher, Kelly s’arrête un instant et repart. Le meuble en question est une petite commode que nous déplaçons tout en continuant à nous frôler. Elle monte sur un tabouret pour prendre quelque chose en haut d’un placard et je soulève sa jupe, prend ses fesses dans mes mains, je les embrasse, puis j’écarte ses fesses et passe ma langue dans sa raie. Elle a un cri de surprise, mais tend les fesses en arrière. Je continue à lécher son anus et à essayer de pousser ma langue vers sa chatte. Kelly tortille des fesses et écarte un peu les jambes pour m’aider. A force de gigoter, elle manque tomber du tabouret et je la rattrape in extremis. Nous nous retrouvons par terre, je lui demande si elle ne s’est pas fait mal. Comme tout est OK je me relève et l’aide à se relever, mais elle reste à genoux et dégrafe ma ceinture et mon pantalon. Mon pantalon et mon caleçon vont par terre et popaul qui justement avait besoin d’air après toutes ces émotions, peut respirer. Elle prend mon sexe en main et lorsqu’elle le décalotte, plein de liquide séminal tombe dans son autre main. Elle enduit toute ma queue avec et va et vient avec ses deux mains. Puis elle fait plusieurs fois le tour de mon gland avec sa langue et enfin le met dans sa bouche. Elle recommence plusieurs fois le même manège puis enfourne ma hampe dans sa bouche et je sens sa langue à aller et venir sous ma queue et remonter jusqu’à mon gland. Elle s’arrête, me masturbe un peu, puis passe sa langue sur mon méat et recommence à me sucer. Une de ses mains descend vers mes couilles, les caresse doucement puis remonte dans mon entre jambe vers mon anus qu’elle titille du bout des doigts et ensuite elle remonte vers mes testicules pour les enserrer avec douceur. Au bout de quelque minute de ce régime et vu mon excitation antérieure, je ne tiens plus et j’ai à peine le temps de dire « be careful I come » que j’éjacule dans sa bouche et sur son tee shirt. Je m’excuse, mais elle me sourit en me disant « That’s nice anyway ». Je la relève, j’essuie le sperme sur le coté de sa bouche et sur son menton puis je l’embrasse. Cela fait bizarre de retrouver le goût de mon sperme dans sa bouche, mais ce n’est pas désagréable. Je lui dis que je voudrais aussi m’occuper d’elle et elle m’entraine vers sa chambre où nous finissons de nous déshabiller.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un peu "pavé", mais trés sympa!! Une suite??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest nico91800nico91800

Sympa ton histoire. Une suite?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mince je n'avais pas fait gaffe à la mise en forme. C'est vrai que ce n'est pas très lisible. Je n'ai pas trouvé comment modifier un texte publié, mais je pense que cela n'est pas possible.

Oui il y a une suite mais je n'ai pas finin de l'écrire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors hop hop hop, au boulot!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon comme je n'arrive pas à modifier le texte original

Le voici dans un format plus aéré ;-)

En 1996 j’ai été envoyé en formation aux Etats-Unis pour une durée de 3 semaines. Je logeais à l’hôtel et j’allais souvent diner dans un bar où les Barmaids étaient sympas et la nourriture bonne. Je mangeais souvent au comptoir où je pouvais discuter avec mes voisins.

Un soir j’étais en train de finir de dépiauter des travers de porc avec ma fourchette et mon couteau, quand j’entends une voix moqueuse me dire « Well done ».

Je me retourne et je vois une femme blonde, plutôt ronde avec des dents en avant et un menton fuyant, mais avec un sourire sympathique. Elle me dit qu’ici tout le monde mange les travers de porc avec les doigts et ne s’embête pas à les dépiauter.

Je lui explique que ma mère m’a toujours dit de ne jamais manger avec les doigts au restaurant, elle se marre et me dit qu’elle s’appelle Kelly.

Nous discutons, je lui explique que suis Français et que je suis ici en formation.

Elle trouve que je parle drôlement bien anglais et je lui dit que j’ai vécu en Angleterre.

Du coup elle me dit qu’elle va me présenter June, une de ses copines qui est d’origine Anglaise et organise un « blind date » pour le Mardi suivant.

Le jour dit, je retrouve Kelly et sa copine June. Celle-ci a les cheveux courts bruns-roux, une jolie silhouette et des petits seins qui sont mis en valeur par un corsage un peu échancré.

Je remarque qu’elle a au dessus du sein gauche un tatouage représentant une rose, mais qui bave un peu. Cela attire le regard mais ce n’est pas très joli.

Elle m’explique que c’est son ex, qui lui a tatoué cela, un soir où tout les deux été bourrés et que depuis elle s’en veut de l’avoir laissé faire, car non seulement cela lui a fait mal, mais en plus cela lui rappelle « this F… bastard ».

Nous sympathisons et le courant passe bien entre nous, mais après une heure ou deux les deux filles m’expliquent qu’elles doivent partir, car elles doivent relever la baby sitter qui garde leur gamin.

Au moment de partir June dépose un baiser sur mes lèvres en me disant, que ce n’est pas grave et que nous allons bientôt nous revoir et qu’elle appellera au bar.

Quelque jours plus tard alors que je termine de diner, une des barmaid me passe le téléphone en me disant que quelqu’un veut me parler. C’est June. Elle me demande de la rejoindre chez Kelly et me donne l’adresse en me disant qu’il y a une Chevrolet Camaro noire garée devant.

Je galère un peu pour trouver la maison, car j’avais mal compris le nom de la rue, mais grâce aux indications que June m’avait donné au téléphone, je finis par trouver la maison.

Kelly m’ouvre la porte. Elle est vêtue d’une jupe plissée grise un peu courte et d’un tee shirt blanc un peu serré.

L’ensemble pourrait être sexy, mais ma première impression est « gros cul, petits seins ».

Je rentre et me penche pour les embrasser et leur dire bonjour, mais elles semblent surprises puis m’embrassent sur la bouche. J’avais oublié que la bise à la française n’existe pas aux Etats-Unis et que j’ai eu droit au « French kiss ».

June me propose de l’aider à choisir la musique pendant que Kelly s’occupe de finir de nourrir les gamins.

Je suis derrière June et regarde par-dessus son épaule la liste de morceaux qu’elle me propose.

Elle appuie son dos contre mon torse, je l’enlace et mes mains caressent son ventre. Je commence à embrasser son cou, elle parait apprécier et sa tête bascule en arrière pour offrir plus d’espace à mes lèvres.

Mes mains remontent vers ses seins et je constate qu’elle n’a pas mis de soutien-gorge. Ses seins sont ronds et fermes et je sens leur téton se dresser à travers le tissu.

Je change de position pour lui faire face et l’embrasse.

Nos langues se mélangent, avancent et reculent.

Je caresse son dos, puis ses fesses à travers son mini short en jean.

Je continue ma progression et mes doigts s’arrêtent sur son entre-jambe et je sens son bassin qui appuie contre le mien.

Je caresse du bout des doigts l’intérieur de ses cuisses et elle écarte un peu les jambes.

Soudain un braillement s’élève dans la pièce d’à coté et June s’écarte de moi en me disant qu’il faut qu’elle aille s’occuper de son gamin.

Encore tout émoustillé par ce début de soirée qui s’annonce prometteur, je commence à choisir les disques que nous allons écouter.

June et Kelly discutent dans la pièce d’à côté. Il semblerait qu’il y ait un problème car le ton monte.

Tout d’un coup je vois June traverser la pièce avec son sac sur l’épaule et son gamin sous le bras, claquer la porte et démarrer dans un crissement de pneus.

Je suis interloqué et je me demande où je suis tombé.

Puis je me dis que la soirée ne va pas être tout à fait celle que j’espérais et que je vais me retrouver couilles croisées dans mon slip.

Kelly revient dans le salon avec son fils et me dit qu’elle est désolée pour cet éclat, mais que June avait utilisé le drap de bain qu’elle venait juste d’acheter pour éponger le chocolat et autre, que son fils avait répandu par terre.

Quand elle lui avait fait remarquer que c’était dégueulasse June avait pris la mouche et s’était barrée.

Puis elle ajoute que c’était pour cela que June m’avait invité ici plutôt que chez elle, car chez elle s’était sale.

Histoire de changer de sujet je lui demande si elle a un mari et elle me dit qu’il est en prison (je n’ai jamais su pour quel motif).

La tension redescend et nous discutons des difficultés des mères célibataires et puis elle me demande si je pourrai l’aider à déplacer un meuble, ce que bien entendu j’accepte.

Tout d’un coup elle me demande « Are you good at sex ?».

Pendant que je bafouille une réponse pitoyable du genre « I don’t know » je réalise qu’elle a envie de faire l’amour avec moi et que comme je ne faisais pas grand-chose dans cette direction elle a pris le contrôle des opérations.

Le problème c’est que je n’ai pas envie de coucher avec elle et que je ne la trouve pas attirante.

Pendant que la conversation continue, je gamberge et trouve tout un tas de bonnes raisons pour justifier ma position.

Au bout d'un moment je réalise que ce que je suis en train de faire n’est pas très gentil.

Kelly est sympa, elle est seule et elle a juste envie de tendresse et de câlins et que je suis en train d’adopter une position égoïste.

Un peu plus tard, elle me regarde en me disant « I didn’t have sex for a long time » du coup j’essaye d’avoir l’air un peu moins con que la première fois et lui demande si elle veut que je la câline.

Elle hoche la tête, je m’approche d’elle et commence à lui caresser les bras, les épaules, l’enlacer et lui embrasser doucement les lèvres.

Elle se laisse faire, puis sa langue vient chercher la mienne et joue avec.

Ses baisers sont très agréables et je suis en train de m’appliquer à lui rendre la pareille, quand je m’aperçois que son gamin de 16 mois est en train de nous regarder.

Je trouve cela très perturbant et je lui suggère de le mettre au lit.

Kelly approuve et va chercher son fils, quand tout d’un coup je lui demande si elle peut enlever sa culotte.

Je suis aussi surpris qu’elle d’avoir osé demander cela, et m’attend à prendre une claque, mais elle sourit et dit « why not » et enlève sa culotte.

Elle se penche pour attraper son fils, sa jupe remonte et découvre le bas de ses fesses.

Kelly semble trouver cette situation amusante et tandis que l’accompagne pour aller coucher le petit, elle ne perd pas une occasion pour se pencher ou remonter sa jupe.

A chaque fois je ne vois pas grand-chose, mais je trouve très excitant de la savoir sans culotte et qu’elle me laisse entrevoir son intimité.

Une fois le petit couché, elle me demande de l’aider à déplacer un meuble à l’étage.

Je la suis et dans l’escalier j’ai une vue imprenable sur ses fesses.

Elles sont rebondies et sont si sexy lorsqu’elles remuent, que je ne peux m’empêcher de les toucher, Kelly s’arrête un instant et repart.

Le meuble en question est une petite commode que nous déplaçons tout en continuant à nous frôler.

Puis elle monte sur un tabouret pour prendre quelque chose en haut d’un placard et je soulève sa jupe et prend ses fesses dans mes mains,

je les embrasse, puis j’écarte ses fesses et passe ma langue dans sa raie.

Elle a un cri de surprise, mais tend les fesses en arrière.

Je continue à lécher ses fesses et son anus et à essayer de pousser ma langue vers sa chatte.

Kelly tortille des fesses et écarte un peu les jambes pour m’aider.

A force de gigoter, elle manque tomber du tabouret et je la rattrape in extremis.

Nous nous retrouvons par terre, je lui demande si elle ne s’est pas fait mal.

Comme tout est OK je me relève et l’aide à se relever, mais elle reste à genoux et dégrafe ma ceinture et mon pantalon.

Mon pantalon et mon caleçon vont par terre et popaul qui justement avait besoin d’air après toutes ces émotions, peut respirer.

Elle prend mon sexe en main et lorsqu’elle le décalotte, plein de liquide séminal tombe dans son autre main.

Elle enduit toute ma queue avec et va et vient avec ses deux mains.

Puis elle fait plusieurs fois le tour de mon gland avec sa langue et enfin le met dans sa bouche.

Elle recommence plusieurs fois le même manège puis enfourne ma hampe dans sa bouche et je sens sa langue à aller et venir sous ma queue et remonter jusqu’à mon gland.

Elle s’arrête, me masturbe un peu, puis passe sa langue sur mon méat et recommence à me sucer.

Une de ses mains descend vers mes couilles, les caresse doucement puis remonte dans mon entre jambe vers mon anus qu’elle titille du bout des doigts et ensuite remonte vers mes testicules pour les enserrer avec douceur.

Au bout de quelque minute de ce régime et vu mon excitation antérieure, je ne tiens plus et j’ai à peine le temps de dire « be careful I come » que j’éjacule dans sa bouche et sur son tee shirt.

Je m’excuse, mais elle me sourit en me disant « That’s nice anyway ». Je la relève, j’essuie le sperme sur le coté de sa bouche et sur son menton puis je l’embrasse.

Cela fait bizarre de retrouver le goût de mon sperme dans sa bouche, mais ce n’est pas désagréable. Je lui dis que je voudrais aussi m’occuper d’elle et elle m’entraine vers sa chambre où nous finissons de nous déshabiller.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Belle histoire :)

Une autre version de l'American Dream ?

Non je déconne =)

C'est vrai que les étudiants français ou jeunes français partant en Amérique ont des fois des histoires croustillantes à raconter...

Pourvu que ça m'arrive quand je partirai mais toujours est-il que je te remercie de ce joli partage :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu n'as jamais publié la suite ou elle est ailleurs ? (ou pas écrite ;) )

très jolie american story pour le moment ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’ai commencé à écrire la suite mais je me suis aperçu qu’autant la première partie de la soirée m’avait laissé un souvenir vif, autant pour la seconde partie mes souvenirs étaient très estompés.

Je vous livre ceux , qui me reviennent.

Je me souviens de son ventre grassouillet, de sa peau douce et d’un triangle blond et duveteux, que j’ai embrassé.

Puis d’avoir passé plusieurs fois ma langue sur ses grandes lèvres. Celles-ci étaient légèrement ouvertes, mais ma langue avait du mal à s’y introduire.

Je les avais écartées légèrement avec mes doigts pour que ma langue puisse parcourir ce doux vallon.

J’avais été à la fois surpris et excité par le goût acide de son sexe.

Alors que ma langue remontait vers son clitoris, faisait fait le tour de son bouton, fourrageait avec ardeur, dans ses creux et ses plis

Je l’avais entendue haleter, gémir doucement puis me dire

« Oh my god ! What are you doing to me ? »

Interloqué, j’avais été à 2 doigts de répondre, avant de réaliser que c’était une question qui n’appelait pas de réponse, mais plutôt une poursuite de mes caresses.

Je me souviens aussi de l’avoir prise en levrette, de la vue de ses larges fesses, de ses hanches que j’avais empoignées pour mieux entrer en elle.

Du moment où elle avait attrapé mes testicules comme pour m’enfoncer plus profondément en elle.

Ses mains sur mes couilles m’avaient fait perdre tout contrôle et je n’avais pu que me retirer précipitamment pour éjaculer sur ses fesses.

Il y eut certainement d’autres caresses, mais celles-ci se confondent et se sont nichées dans des recoins de ma mémoire.

Peut-être un jour réapparaitront-elles.

Au milieu de la nuit Kelly m’avait dit « Thank you for the night » et m’avait demandé de rentrer à l’hôtel, car elle ne voulait pas que son fils nous surprenne.

Je l’ai revue une fois à mon bar favori, nous avons conversé comme de bons amis sans faire allusion à cette nuit.

Je lui ai dit que je repartais le surlendemain, elle m’a répondu « what a pity », m’a souhaité un bon voyage, a déposé un léger baiser sur mes lèvres et nous sommes repartis chacun vers nos vies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oh que d'émotions à te lire, encore ! merci pour cette belle suite, à la hauteur de la première partie !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Miel de tes compliments chaleureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Titelilie

Une aventure a en faire rêver plus d'un et plus d'une ;)

Merci pour ton partage!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

récit très sympatique en effet ! ça me rappelle ma copine anglaise et l'excitation d'entendre cette langue pendant l'amour.

j'ai espéré que tu aurais couché avec les deux copine en meme temps, dommage :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Titelilie, Gugus et The swan

Merci pour vos commentaires

@ the swan, je me suis effectivement demandé, en écrivant ce récit, ce qu'elles avaient en tête et ce qu'il se serait passé si June n'était pas partie précipitament...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

'les couilles croisées dans mon slip", ça m'a fait mourir de rire !!!

Mais sinon blague à part, j'ai bien aimé ton récit !!

Oui, dommage que June soit partie, tu aurais pu avoir une nuit fort sympathique (même si celle que tu as vécu l'était !! ;) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.