Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

lailatvx

pour ma femme Nadia

Recommended Posts

Oui, Nadia

Ma douce épouse et tendre chérie

Tu peux à n’importe quel moment

De la journée

De jour comme de nuit

Rejoindre tes amants

Tes amants chéris

Moi, je reste sagement à la maison

Tranquillement dans mon logement

Imaginant ces bites énormes

Ces zobs démesurés

Qui te dilatent

Qui t’engraissent

Qui t’épaississent

Qui te labourent

Qui te parcourent

Et quand tu seras complètement repue

Totalement gavée

Entièrement comblée

Tu me reviendras

Très tôt le matin

Souillée, suintant la sueur

Le sperme et tes propres jouissances

Devant la porte d’entrée

Je m’agenouille à tes pieds

J’embrasse tes orteils un par un

Et te remercie

De n’avoir pas oublié

De m’apporter

De m’offrir

Ma dose de sperme

De semence

Des restes du passage de tes amants

Passionnés et engoués

Exaltés et enflammés

Je renifle dans tes recoins les plus intimes

Ta fente malmenée toute la nuit

Je palpe ta rosette déformée, tes seins triturés

Ton string dégoulinant de sperme

Tu te plais à me raconter

Tes turpitudes longuement avec détails

Tu me décris tes ébats sexuels

Leurs longues bites

Que tu compares à des gourdins

Qui n’ont pas la taille du mien

Pourtant il y a peu de temps

Tu étais la femme d'un seul homme

Tes seins, tes reins, ta jolie petite chatte

N’avaient connu que moi

Mais malheureusement pour toi

Ma petite bite

Mon petit zizi

Ne te faisait aucun effet

Ne te satisfaisait plus

Tu voulais mieux

Tu désirais plus

Je t’ai laissé faire

Afin de me soustraire

Et devenir bonne à tout faire

Puis tu as commencé à me donner des ordres devant tes amants,

En m'humiliant à chaque occasion...

Me disant que la vaisselle n'était pas propre,

Les courses mal faites...

Tout cela devant eux

Et ce sentiment d'humiliation

Ne provoquait en moi aucune réaction,

Devant tes amants

J’aurais dû faire le mâle,

Taper du poing,

Mais je sentais confusément que ce n'était plus mon rôle,

Je prenais étonnamment du plaisir même à me sentir humilié.

Tes amants étaient gênés au début,

Je représentais pour eux le dominant du couple parfait,

Mais très vite ils ont compris

Que c'était Toi le centre,

Et m'adressèrent de moins en moins la parole.

De plus en plus

Je me vis vous servir,

Bientôt le soir,

Je faisais la cuisine,

Mangeais avec vous qui monopolisiez la conversation.

Puis je débarrassais et rangeais la cuisine

Alors que vous alliez vous affaler sur le canapé

À regarder la télé

De plus en plus

L’un à l’autre collés…

Pendant que brutalement vous baisiez

Parfois ton amant se retirait

Te retenant par la nuque

Pour te remplir le gosier

De sa semence que tu aimais

Tu poussais des gloussements de contentement

Tu avalais tout en pompant

Tu n’as jamais avalé avec moi

De toute façon

Les fellations complètes

N’ont jamais été

Au programme avec moi

Moi toujours bandant

Sans même me masturber

J’avais joui deux ou trois fois

Mon sperme maculait le tapis devant moi

- Bon, me dis-tu,

Nous, on va se coucher

Il est évident petit cocu

Que ta place n’est plus dans notre lit

Tu vas nettoyer toutes tes saletés

Et dormir sur le canapé !

Modération : photo refusée car hors-charte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest egan

Bien écrit :clap: ça coule tout seul crescendo vers une vision difficile à entendre,

cruel pour moi... mais apparemment comblante pour toi!

Fascinante... :pardon: les différences entendements parfois...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Très bien écrit, mais j'avoue que ce sentiment d'humiliation me gêne un peu...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.