Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

nabuchodonosor

Son désir de soumission

Recommended Posts

Bonsoir,

Je me lance à vous raconter une aventure qui m’est arrivée.

J’avais rencontré sur un site de rencontre adultérin une femme de mon âge, 36 ans, non loin de chez moi. Nous avons assez vite sympathisé puis échangé nos adresses courriels mais surtout nos numéros de téléphone. Le courant est assez vite passé et nos journées étaient rythmés par nos sms très réguliers. Je pensais saisir sa recherche de plaisir et je lui exprimais mes envies facilement. Elle appréciait mon audace et surtout un mélange de douceur, de fermeté et d’autorité dans mes messages. Je lui inspiré un désir de soumission avec lequel elle se sentait bien et qu’elle souhaitait vivre et ressentir. Elle aimait cela et j’aimais sa disponibilité, son envie et son désir de se faire guider.

Assez peu de temps après nos premiers échanges nous avons décidés de nous rencontrer. Je lui proposait donc une date et réservait un hôtel. Je lui proposais la situation suivante : elle devait me rejoindre dans une chambre d’hôtel dans laquelle j’étais déjà, mais dans une pièce ne donnant pas sur l’entrée pour qu’elle puisse entrer et se bander les yeux. J’avais moi aussi les yeux bandés. Elle devait porter une jupe courte et moulante, bas et portes jarretelles, talons et chemisier. Elle devait taper dans ses mains une fois prête. A ce signal je suis venu à elle, les bras devant moi, touchant le lit, le suivant pour enfin arriver à elle et la saisir de mes mains, pas trop fermement mais quelque peu pour lui faire ressentir que je venais la découvrir totalement et que je la prenais. Elle sentait très bon. Je parcourais sa chevelure puis descendis le long de son visage, suivant les courbes. Elle ne disait rien, se laissait faire. Je sentais juste sa respiration. Je caressais son cou et me rapprochais à son oreille pour lui murmurer mes premières impressions.

-« j’aime la longueur et le finesse de tes cheveux, le grain et la douceur de ta peau… »

Je la sentais quelque peu frissonner, sa respiration s’accélérer. Je continuais la descente de mes mains, sur ses bras, sur l’étoffe légère et fine de son chemisier, jusqu’à ses mains, au bout de ses ongles. Je portais ses mains à mes lèvres pour les embrasser, sucer un tout petit peu ses doigts, ses ongles. Puis mes mains se posèrent sur sa taille, la serrant doucement, passèrent sur son ventre, ses reins, remontèrent dans son dos du bout des doigts pour la faire frissonner avec l’étoffe. J’entendais sa respiration de plus en plus forte, son désir montait. Je parcourais le haut de son corps pour enfin arriver sur ses seins. Je suivis leur courbe, leur forme. Je les prenais délicatement dans mes mains. Ils étaient fermes et petits, tenant parfaitement dans mes mains. Elle m’offrit un soupire un peu plus fort et je refermais deux doigts sur les pointes de ses seins avant de glisser sur son ventre pour saisir ses hanches, descendre le long de ses jambes, glisser mes doigts sur ses bas et arriver à ses pieds, juger la hauteur de ses talons, suivre la bride autour de sa cheville fine et remonter entre ses jambes. Je m’arrête à la limite de sa jupe, revient sur ses cuisses au dessus de l’étoffe et remonte sur ses hanches.

Mon visage vient alors dans son cou qu’elle penche légèrement. Je l’embrasse, le lèche et mes mains glissent sur ses fesses. Sa respiration devient plus forte encore, elle se cambre instinctivement en sentant mes mains sur ses fesses. Un petit cul musclé par l’équitation qu’elle pratique. J’embrasse toujours son cou, le lèche, le découvre centimètre par centimètre. Mes mains se font fermes sur son petit cul, je le caresse, le serre, passe dessous pour pleinement le remonter et cherche la présente de lingerie sous l’étoffe. Je sens un string dessous. Mes mains remontent et commencent à déboutonner son chemisier, lentement, bouton par bouton. Je continue de l’embrasser au fur et à mesure que sa peau se découvre pour descendre lentement sur ses seins et commencer à les embrasser, les lécher. Une fois le dernier bouton retiré mes mains viennent caresser ses seins plus fermement pendant que je lèche les pointes à travers l’étoffe. Je les prends entre mes doigts, le tire toujours un peu plus, les mordilles. Sa respiration est vraiment forte et elle lâche de plus en plus de petits gémissements. Je reste penché pour lécher ses seins et mes mains viennent glisser sous sa jupe pour remonter le long de ses cuisses chaudes. Je découvre sa peau après la limite de ses bas, je remonte lentement jusqu’à la dentelle de son string, j’en suis les coutures en haut de ses cuisses, devant, derrière. Je fais aller et venir mes doigts le long.

Je prends pleinement possession d’elle. Elle gémis se laisse faire. Mes mains sont comme mes SMS, un mélange de douceur et de fermeté. « je vais te faire jouir ». Je plaque alors ma main sur sa chatte sur l’étoffe de son string et commence à la caresser. « Je vais retirer mon bandeau mais toi tu garde le tien » et c’est ce que je fis…

Partager ce message


Lien à poster
Guest eva nouvelle soumise

tres beau récit !

mais il me faut :pardon: la suite !!!!!

Partager ce message


Lien à poster

Très joli! une suite, stp!!!

Partager ce message


Lien à poster

(Merci j'espère que mon histoire continuera de vous plaire)

J’ai alors découvert une jeune femme aux cheveux noirs, mi longs avec une blancheur qui tranchait avec ses cheveux et tous ses vêtements noirs. Je la contemplais un bon moment, ses courbes, ses lèvres ouvertes, sa poitrine qui se gonflait au rythme de sa respiration. J’avais gardé ma main sous sa jupe, je caressais ton intimité à travers l’étoffe trempée de sa lingerie, la peau de ses cuisses. Mon autre main vint caresser son ventre, remonta sur ses seins, les caressant eux aussi à travers son soutien gorge, m’attardant sur ses pointes, l’une après l’autre, les faisant se tendre, tirant dessus de plus en plus et pelotant sa féminité avec fermeté.

- « tu es terriblement sexy et troublant »

En posant mon visage dans son cou pour le lécher l’embrasser. J’étais en boxer très serré et en me penchant pour venir lécher ses seins ma main le retira puis vint saisir la sienne. Je la porta sur mon sexe dressé, gonflé.

- « découvre le, branle le doucement »

Elle referma sa main dessus avec un sourire plus prononcé, caressant toute ma longueur, lentement, respectueusement et fiévreusement. Mon gland ressortait en haut de sa main fine et elle me branlait en le laissant sorti. Ma main caressait toujours sa chatte et son plaisir traversait l’étoffe totalement. Je léchais ses seins, mordillais ses pointes, tirais dessus.

- « caresse mes bourses, montre que tu es là pour cette queue »

Elle s’exécutait, me branlant un peu plus fort, caressant mes bourses. Ses gémissements se transformaient en râles, sa bouche s’ouvrait plus, son bassin ondulait de plus en plus sur ma main. Ma voix chaude et profonde la guidait et elle suivait. Je remontais sa jupe sur sa taille et découvris qu’il y avait une marque. Elle mouillait déjà en conduisant pour venir s’offrir. Son joli cul était bien blanc lui aussi, rond et ferme. Je caressais sa fente et ses lèvres aspiraient son string. Elles étaient gonflés, trempées et l’étoffe venait se perdre entre elles. Mes doigts caressaient ses lèvres ou son clitoris. Elle devenait totalement fiévreuse, en chaleur, branlant mon sexe et se faisant caresser, frotter. Ma main vint sur sa nuque pour la serrer entre mes doigts.

- « écarte ton string pour moi que je te fouille »

Immédiatement sa main saisissait l’étoffe pour l’écarter

- « plus largement »

Sa chatte était très agréable, douce, avec juste un léger triangle noir. Sa main écartait plus fort sa lingerie et deux doigts se sont enfoncés profondément en elle, lui arrachant un grand gémissement.

- « tu vas me branler au même rythme que moi je le fais »

Je tenais toujours sa nuque, je me penchais pour mordiller ses seins toujours un peu plus fort et mes deux doigts commençaient à la fouiller, lentement, chaque recoin de son intimité, elle coulait dessus et me caressait au même rythme, sur toute ma longueur. Je jouais avec ses pointes, ses seins, je la tenais et j’augmentais l’intensité de mes caresses en elle. Elle suivait, appliquée, haletante, gémissante. Son plaisir montait. Le mien aussi. J’accélérais, encore, encore, encore. Je la fouillais sans ménagement, virilement. Ses jambes vacillaient de plus en plus, les mouvements de son bassin étaient désordonnés, comme le rythme de sa main branlant mon sexe. Parfois elle le branlait, parfois elle se crispait dessus.

- « lâche moi et écarte plus tes jambes »

Aussitôt elle le faisait. Je m’accroupissais pour pouvoir avoir mon bras bien droit entre ses jambes, à la verticale de sa chatte et pouvoir la doigter sans ménagement et très profondément, rapidement et intensément avec mon autre mon crispée sur ses fesses. Des coups de doigts comme des coups de pieux.

- « ouvre ta bouche, lâche toi, ne retiens rien ….. tire sur ton string je te veux sans entrave»

Elle jouissait de plus en plus fort, haletante, ayant du mal à respirer, jetant parfois sa tête en arrière. Mes doigts allaient et venaient, encore, encore, encore, loin, fort, vite. Je la prenais, l’utilisais. Elle adorait à jouir à pleine gorge. Son bassin allant d’avant en arrière, ses jambes qui la tenaient difficilement et moi qui continuais, avant de m’arrêter et de venir aussitôt derrière elle, mon bras autour de sa taille et l’autre main caressant ses seins pour les sortir de son soutien gorge l’un après l’autre. Ensuite ma main est redescendue la caresser autour de ses lèvres. Je devinais sa sensibilité. Je caressais mon sexe contre ses fesses.

- « caresse ma queue avec ton queue avant de me sucer »

Elle poussa un gémissement à ces mots prononcés dans le creux de son oreille et ondulait, callant ma raideur entre ses fesses, ondulant.

- « tu es une belle femelle en chaleur, comme j’aime » ce qui me valut un large sourire.

Nous sommes restés quelques instant ainsi avant que je la guide plus loin dans la chambre pour aller m’asseoir sur un fauteuil crapaud parfaitement bas et me permettant de largement écarter mes cuisses.

- « accroupis toi et suce moi lentement que je te regarde faire »

Ce qu’elle fit immédiatement, prenant mon sexe dans sa main, caressant mes bourses en avalant toute ma longueur.

(plus de batterie sur le portable)

Partager ce message


Lien à poster

Je suis toute excitée, je veux la suite et très vite !!!! Je ne suis pas très soumission et pourtant tu décris des sensations fortes et viriles, mmm

Partager ce message


Lien à poster

Bonjour, désolé de vous faire attendre.

 

Debo ton avatar est terriblement inspirant !!

 

Elle était donc accroupis entre mes cuisses largement ouverte, son bandeau sur les yeux mon désir droit et ferme, mes bourses bien rondes. Elle me suçait sur toute ma longueur. Sa jouissance précédente avait été vraiment intense : se faire tripoter, peloter, doigter en imaginant tout cela avait été très fort et elle avalait ma queue avec avidité et ardeur. Je voulais la regarder faire et continuer de l’exciter de ma voix :

 

- « serre ma queue et lape mon gland de petits coups de langue…... (ce qu’elle se mit à faire immédiatement)…. Bien…..branle moi en le faisant……..(elle s’appliquait à le faire ce qui ralentissait le rythme qu’elle avait commencé à prendre créant sans doute un peu de frustration qui se mélangeait à son ardeur, à son envie)…… lèche mon nerf, descend….( elle plaque mon sexe sur mon ventre et descend sa langue)…. Lèche mes boules, mets les dans ta bouche…. »

 

Je la regardais faire avec un immense plaisir, venant poser ma main sur sa nuque pour la caresser, la serrer quelque peu. Elle gobait mes boules, les suçait, les léchait.

 

- « tu m’avais dis être une bonne suceuse, montre moi, lâche toi maintenant »

 

Elle enfile aussitôt toute ma longueur, presse ses joues, me suce, me suce, me suce, tire sur ma queue, salive dessus et caresse mes boules.

 

- « mets ta main dans ton string et fouille toi » elle m’avait confié qu’aucun partenaire ne lui avait jamais demandé. Elle a remonté sa jupe et plongé sa main dans son string pour se caresser à mes yeux.

 

- « écarte plus largement tes cuisses que je vois bien »

 

Elle écartait largement totalement impudique, suivant ma voix, plantée sur ses talons, salivant pleinement sur mon sexe bandé dans sa bouche. Elle se caresse, se fouille, se doigte. Elle était folle, en chaleur, voulant me prouver qu’elle suçait bien. Elle prenait son pied d’être dirigée, de s’exhiber, de donner du plaisir et d’imaginer. Ses caresses prenaient le dessus sur sa fellation. Elle gardait ma queue dans sa bouche, sa jouissance montait, montait, montait…. J’avais saisi un préservatif pour le mettre.

 

- « viens t’empaler sur moi, de dos »

 

Elle s’est redressée, tournée, a saisit ma queue pour la mettre droite entre ses cuisses avant de s’enfiler dessus dans un grand râle. Elle était trempée. Mes mains avaient saisi ses fesses fermement, je les caressais, les écartais… Elle allait et venait, jouissant à pleine bouche, sa respiration haletante, ses jambes vacillantes. Elle avait vraiment du mal à tenir dessus et continuer. Je l’ai alors saisi tout en restant en elle pour venir la mettre à genoux contre le lit. Les genoux par terre, les cuisses contre le montant du lit et la poitrine sur le lit. Troussant sa jupe sur ses reins, écartant largement son string. J’étais quelque peu accroupi derrière elle, les jambes largement écartées pour avoir la plus grande amplitude possible dans mes coups de reins et mon sexe frottait ainsi parfaitement la parois supérieure de sa chatte. Mes mains avaient saisi ses épaules pour la tirer vers moi lorsque je m’enfonçais en elle. J’allais et venais et la vue de son si joli cul m’avait donné envie de le caresser, de le fesser… Ce que je fis d’une main en saisissant ses cheveux pour la cambrer totalement. Elle jouissait fort et cela m’excitait terriblement. Parfois je restais plaqué contre son cul en donnant juste des coups des reins. Elle était bloquée contre le lit et ressentait mes coups de gland au plus profond d’elle.

 

Ma jouissance montait, montait, montait et je suis sorti pour retirer le préservatif et jouir sur ses reins, sa jupe, ses fesses. Etaler mon sperme chaud sur son cul avec mon gland. Elle jouissait puis s’allongeait sur le lit, souriante, repus. Je la caressais et retirais le bandeau de ses yeux.

 

Nous sommes montés sur le lit tous les deux, elle s’est déshabillée, nous embrassant langoureusement. Elle me regardait, me caressait, me léchait la peau.

 

-« vous m’avez tué » avec un large sourire.

 

Je la gardais dans mes bras, nous nous sommes allongés, son visage dans le creux de mon épaule, tout contre moi, sa jambe sur la mienne. Elle s’est endormi….

 

 La fin sera plus courte.

Partager ce message


Lien à poster
Guest eva nouvelle soumise

hmm j'adore ton recit.

c'est terriblement excitant . Ce melange de sauvagerie et de tendresse. le principe des rapports de soumission-domination. décidémment, j'adoooore !

merci.

Partager ce message


Lien à poster

hmm j'adore ton recit.

c'est terriblement excitant . Ce melange de sauvagerie et de tendresse. le principe des rapports de soumission-domination. décidémment, j'adoooore !

merci.

Merci à toi pour tes messages et tant mieux si ce récit trouve écho en toi.

Partager ce message


Lien à poster
Guest eva nouvelle soumise

:pardon:

Partager ce message


Lien à poster

quel délice !! nouveaux membres, nouveaux plaisirs ! surtout ne t'arrête pas en si bon chemin !

Partager ce message


Lien à poster
Guest ageb24

Vraiment bien, si ça donne pas envie je comprend plus rien !!!

Partager ce message


Lien à poster

A son réveil nous nous sommes caressés lentement, doucement, mes mains suivant ses courbes, caressant ses seins, jouant avec ses pointes qui étaient restées sensibles. Elle caressait mon ventre, mon torse puis mon sexe, refermant sa main autour. Je la laissais me branler et me mettais à genoux à côté d’elle en repoussant la couette pour découvrir tout son corps. J’écartais ses cuisses pour venir lécher ses lèvres très lentement à pleine langue allant d’une jonction à l’autre avant de revenir.

 

-« reste allongée et fais moi bander lentement »

 

Je m’occupais de sa chatte avec ma langue. Elle écartait largement ses cuisses et mes doigts ses lèvres pour l’ouvrir, lapant son clitoris, enfonçant ma langue dans sa féminité qui mouillait de plus en plus. Sa main allait et venait sur ma queue

 

- « lape un peu mon gland également » ce qu’elle fit avec plaisir.

 

Ma langue la fouillait de plus en plus loin, la faisait mouiller de plus en plus. Ma salive se mélangeant avec son plaisir. Je tournais sur son clitoris, donnais de petit coups de langue, agiles, précis, rapides avant de retourner dans sa fente, parfois je descendais plus bas en écartant ses fesses pour lécher son petit trou. Elle gémissait de plus en plus, elle accélérait un peu ses caresses, son désir montait, montait, sa fièvre avec. Je la léchais encore un bon moment avec de plus en plus d’ardeur. Elle gémissait de plus en plus fort arrêtant parfois ses caresses en serrant ma queue pour gémir plus fort, onduler, avoir un spasme. Elle coulait sans retenue. Elle se mit à jouir de mes coups de langue, mordillant parfois sa lèvre avant de laisser s’exprimer son râle, son bassin ondulait et ses caresses n’étaient plus rythmées. Je continue de la faire jouir de ma langue puis je lui ai dis de se mettre à genoux sur le lit.

 

Un de ses bas était à côté, je l’ai saisi, puis ses poignets pour les mettre au creux de ses reins. Je lui ai attaché ses mains dans le dos en serrant son bas. Elle souriait car elle ne l’avait jamais vécu.

 

- « Ecarte un peu plus tes cuisses »

 

Et dès qu’elle l’eut fait je plongeais ma main pour caresser sa chatte à pleine paume, assez fermement.

 

- « écoute comme tu aimes »

 

Et j’ai enfoncé deux doigts entre ces lèvres pour la branler virilement, les enfonçant loin. Schlick, schlick, schlick, schlik….. je lui faisais entendre les bruits de succion de mes doigts et de sa mouille. Cela la rendait folle, se faire doigter fermement en étant attachée et faire entendre que cela lui plaisait terriblement. Elle ne pouvait jouer la prude. Je la doigtais encore, encore encore, caressant son cul de l’autre main ou venant tirer toujours plus fort sur ses pointes. Lorsque je l’ai senti prête à jouir et que je bandais suffisamment je lui ai dis de s’asseoir face à moi, je me suis assis en face d’elle, passant mes jambes sous les siennes qu’elle avait replié quelque peu, j’appuyais sur ma queue après avoir mis un préservatif pour la mettre droite en face de sa chatte et mon autre main saisissait sa nuque

 

-«  laisse toi aller en arrière, c’est moi qui te tiens »

 

Cela l’ouvrait bien et je m’enfonçais droit en elle, tel un pieu. Je frottais la parois supérieur de sa chatte qui appuyait sur ma queue en permanence. Je la baisais ainsi, la fixant droit dans les yeux, la tenant fermement par la nuque, mon autre bras me tenant aussi derrière moi pour donner de l’amplitude à mes coups de reins. Sa jouissance explosa très vite car j’allais loin en elle et elle se sentait totalement tenue, attachée, serrée. Je continuais, continuais jusqu’à jaillir dans un profond rale sans jamais cesser de la regarder. Je me suis retiré la laissant s’allonger sans la détacher. Je l’ai caressé, embrassé la laissant ainsi encore un moment avant de lui détacher ses main pour que nous allions vite prendre une douche car elle devait rentrer.

Partager ce message


Lien à poster

très bonne suite, j'avoue que c'est une des choses que j'essaierai, les mains attachées...

Partager ce message


Lien à poster

très bonne suite, j'avoue que c'est une des choses que j'essaierai, les mains attachées...

Bonjour. Je t'invite vivement à essayer sachant que là ce n'était qu'une initiation. Il y a tellement de possibilités, de variétés, de jeux avec.

Partager ce message


Lien à poster

tres bon texte, j'ai apprécier la lecture, ça à donner très chaud lol que j'ai du le lire en plusieurs fois hihi merci à toi :arrow:

Partager ce message


Lien à poster

tres bon texte, j'ai apprécier la lecture, ça à donner très chaud lol que j'ai du le lire en plusieurs fois hihi merci à toi :arrow:

Bonjour. Merci pour ton message.

Je suis content d'avoir pu t'inspirer et procurer un peu de plaisir à distance.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.