Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest Sexounois62

Ping-pong

Recommended Posts

Guest Sexounois62

Cette histoire est réelle. J’avais 22 ans et ma copine que j’appellerai Véronique avait 19ans . Il faisait un froid de canard. Nous habitions encore chez nos parents respectifs et nos moments d’intimité se faisaient dans la voiture. Et cet après-midi là, pas envie de s’isoler et de faire tourner le moteur de la voiture pour se tenir au chaud. C’est alors que nous avons rencontré le frère de Véro qui, avec une bande de copains et copines à lui, traversait la commune à pied.

Il nous dit qu’il avait les clés de la salle du Club de tennis de table et que le groupe s’y rendait pour ne pas rester dehors. Un dimanche d’hiver, il n’y avait rien à faire dans une petite ville comme la nôtre. Nous avons décidé de les accompagner.

Le local était une ancienne petite école. Le préau avait été fermé pour en faire une salle. Plusieurs tables de jeu s’y trouvaient. Les 3 ou 4 classes du bâtiment servaient également à la pratique du tennis de table. C’est dans cette école que j’avais passé ma dernière année de primaire.

Chacun s’est installé dans le préau, certains s’échangeaient quelques balles, d’autres discutaient ou chahutaient. La curiosité me rongeait de redécouvrir mon ancienne classe et je proposais à Véro de m’y accompagner. Malheureusement, la classe en question était fermée à clé. Nous sommes rentrés dans la salle voisine qui était ouverte. Hormis les tables de ping-pong qui avaient remplacé nos bancs et pupitres, les armoires étaient encore là.

Ma copine avait un peu froid et je lui proposais d’aller se mettre à côté du radiateur qui fonctionnait. Nous nous sommes blottis l’un contre l’autre et avons commencé un baiser langoureux.

Et après avoir ouvert nos manteaux, nous avons commencé à nous caresser à travers les vêtements. Nos mains étant encore froides, pas question de s’aventurer plus loin. Nous étions bien sauf que la position allongée nous aurait mis davantage en condition. Nous avons donc tiré l’une des tables vers notre radiateur, et avons pris place dessus.

Nous nous sommes retrouvés couchés sur la table de ping-pong, et mon manteau roulé en boule servant de coussin. Nous avons repris nos caresses, mais cette fois ci sous les vêtements. Une de mes mains, glissée sous le pull de Véro était en train de s’occuper de sa petite poitrine. C’est vrai qu’elle avait de petits seins, mais je les adorais. Personnellement, je préfère des petits seins bien fermes à une grosse paire qui s’affaisse comme de la gelée de groseille.

Le bruit des autres dans le préau semblait à des années-lumière. On a bien entendu bien que quelqu’un était passé dans le couloir mais était reparti depuis.

Nos caresses étaient devenues plus torrides. Alors de j’avais fait quelques incursions dans la culotte de Véro tant bien que mal, en glissant ma main par le haut de sa longue jupe, elle s’est montrée beaucoup plus entreprenante en déboutonnant mon pantalon pour en sortir mon gland bien dur. C’est sûr que ma verge était à l’étroit depuis un moment, et que la libérer tout à coup était un soulagement.

Je proposais à Véro de retirer son manteau et de nous en servir comme couverture. Pendant qu’elle s’exécutait, je profitais pour descendre un peu plus mon pantalon et lui donner plus d’espace pour mieux me faire branler le manche.

(à suivre)

Partager ce message


Lien à poster
Guest Sexounois62

suite or not suite?

Partager ce message


Lien à poster
Guest Sexounois62

(voici la suite)

Bien réinstallés sur planche de bois, nous avons repris nos caresses intimes, mais cette fois, j’avais relevé sa jupe et je pus atteindre sa vulve pas le dessous de la culotte. Malgré le froid extérieur, Véro n’avait pas mis de bas ni collant, seulement sa jupe et ses bottes. Il ne me fut pas difficile de faire glisser sa culotte le long de ses jambes et de lui retirer.

Sentant alors son désir en phase avec le mien, j’ai fait glisser mon pantalon en bas de mes jambes et j’ai empalé ma belle. Mes coups de reins ont eu l’effet de mettre la table de ping-pong en branle. C’était devenu instable et cela nous a bien fait sourire et, plutôt que d’atténuer notre plaisir, cela nous a stimulé.

Je continuais mes va-et-vient en étouffant les gémissements de Véro par des baisers langoureux. Mais le mouvement de mes reins et l’instabilité de notre lit de fortune, fit que celui-ci produisait des petits grincements. Le bruit n’était pas si faible, et ajouté à notre absence un peu longue pour une simple visite des lieux, cela a aiguisé la curiosité d’une des filles du groupe qui passait près de notre « cachette ».

La porte s’est ouverte et Patricia, qui avait 16 ans, nous surpris en pleine action. Au début, elle n’a pas semblé comprendre ce que nous faisions mais, quand son regard s’est attardé sur mon pantalon en bas de mes jambes, les genoux de Véro de chaque côté et mes fesses qui dépassaient du manteau, elle s’est mise à rougir. En nous lançant un regard complice et nous faisant comprendre sa discrétion, elle tourna les talons et partit en refermant la porte derrière elle.

Cette incursion nous a cassé un peu l’envie, et même si nous avons repris notre coït, il nous a été difficile d’atteindre la jouissance. La peur d’une nouvelle intrusion, un groupe de garçon par exemple, nous a incité à nous rhabiller.

Nous avons rejoins les autres dans l’indifférence totale, avec le seul regard de Patricia qui n’avait pas vendu là mèche.

Je n’avais pas une grande expérience sexuelle, puisque que Véro n’était que ma 2ème partenaire, mais cet après midi là est mémorable. S’il n’y avait pas eu autant de monde à proximité, j’aurais pu trouver cela excitant d’avoir été surpris, surtout par une fille. Mais vu son âge un peu jeune, quelque pas, je suis rassuré qu’elle n’en ait pas vu plus.

Par la suite, j’ai sympathisé avec cette fille, que je connaissais que de vue ce jour là. Mais jamais nous n’avons reparlé de ce qu’elle avait vu, même si une fois, une allusion a été faite entre nous sur le sujet. Elle a été discrète, et comme aucune rumeur n’a circulé, je pense qu’elle a gardé cela pour elle.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.