Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Alex DDS

Nuit de folie

Recommended Posts

C’est ma première confession, je vous prierai donc d’être indulgent avec moi ( ;) ), néanmoins toute critique constructive est le bienvenu !

Je ferai cette confession en deux parties, et j’intitulerai cette première « Prélude »

Je passai la soirée avec ma copine du moment que je nommerai « M ».

M m’avait invité à passer quelques jours chez elle, après avoir dégusté le diner que je nous avais préparé, j’eu envie de sortir. C’était la fin de l’été et il faisait particulièrement chaud ce soir-là, je proposai donc à M d’aller au ciné afin de passer une bonne petite soirée au frai, ne supportant que peux les fortes chaleurs, il ne lui fallut pas bien longtemps pour ce décidé (pour une fois…)

Nous sommes donc aller au cinéma mais faute de trouver un film qui nous attire réellement nous nous décidâmes pour un Block Buster américain en 3D.

Bien installer dans une banquette 2 place et nos grosses lunettes 3D vissé à nos yeux nous profitions de ce filme sympas mais qui ne parvenait pas à me captiver.

Une idée me vint alors en tête, pourquoi ne pas changer d’activité ? Faire l’amour au cinéma a toujours été un grand fantasme mais vu notre emplacement et le monde c’était malheureusement impossible, mais cela n’empêche pas quelques petits « divertissements ».

Ma main vint soulever discrètement le teeshirt de la demoiselle et caressa tendrement sont ventre. Le simple contact de sa peau si douce sous la pulpe de mes doigts était un ravissement ! Elle portait une petite jupe et une belle petite paire de collants, ce qui me facilita grandement la tâche pour la suite des évènements.

Ma vicieuse de main ce trouva inexorablement attiré vers le bas, mais je ne voulais pas tout de suite en arriver au but, elle glissa sur son aine et caressa sa cuisse avec fermeté. Malgré tous ses effort pour le cacher, je pouvais deviner son excitation rien qu’à sa façon de respirer, elle si prude et pudique, la voir comme cela en plein milieux du cinéma… J’étais en extase !

Une fois sur que sont excitation eu atteint son paroxysme, j’en arrivai enfin à la terre promise ma main commença tout d’abord par lui caresser tout entier son petit minou que je sentais déjà bouillant, ce qui lui tira un gémissement qu’elle parvint à peine à étouffer, comme un soulagement de l’avoir enfin libérer de cette tension insoutenable.

Mes doigts écartèrent ces petites lèvres afin de recueillir la précieuse liqueur à la source de son puits d’amour. Une fois tout le terrain de jeux bien lubrifier, je fis de long va et viens le long de sa fente aider par de petits mouvement de bassin que M ne pouvait s’empêcher d’accomplir.

J’avais chaud, très chaud ! Mon membre, dans une érection des plus imposante comprimé dans mon jean était très difficilement soutenable, mais les circonstances étant pour le moins inapproprié il me faudrait prendre mon mal en patience.

Quant à elle, je la sentais défaillir, M tentai tant bien que mal d’étouffer sa respiration intense et profonde, ses jambes tremblaient sous le poids du plaisir qui parcourrai son corps. Mes caresses ce faisait de plus en plus précise au fur et à mesure de la monté de son orgasme. Mes doigts vinrent coincer son petit bouton boursouflé de désire entre le l’index et le majeur et effectuer une rotation que je savais des plus efficaces sur la belle. Elle ne tenait plus, elle tremblait de tout son corps, sa respiration était saccadé. Je le sentais, il était sur le point d’arriver !

Sa main agrippa mon bras d’une poigne que je ne lui connaissais pas. Son corps ce cambra, ce raidi, ces fesses décollèrent de la banquette. Je pouvais presque sentir les spasmes ravageurs qui la transpercèrent de tout son être. Le spectacle qui s’offrait à moi était de toute beauté, subjuguant, hypnotisant ! J’eu l’impression de jouir avec elle, comme une sorte de connexion mental. Ce moment me parut durer une éternité, comme si le temps c’était figé.

Une fois la douce agonie passé, elle s’affala quelque seconde pour reprendre ses esprit, je senti une certaine gêne la gagner. Je l’a réconforta d’un doux baiser avant de lui susurrer à l’oreille quelques taquineries sur sa surprenante fougue !

j'espère que ça vous à plu, et que vous avez pris autant de plaisir à me lire que j'ai pris de plaisir a l'écrire !

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.